pas de réponse

  • ENTRETIEN D’EMBAUCHE > 8 CHOSES A FAIRE SI VOUS RESTEZ SANS NOUVELLES

    Mardi.jpg 

    C’est souvent dans la gestion de la contrariété que vous pouvez vous distinguer des autres

    Voilà une semaine que vous avez passé un entretien d’embauche. Depuis, vous restez sans nouvelles. Vous vérifiez compulsivement vos e-mails, vous appelez votre messagerie vocale pour être sûr(e) de ne pas avoir raté de messages (votre téléphone a peut-être buggé et n’a pas notifié la présence d’un message vocal), en vain. Voici donc 8 choses que vous pouvez faire pour faire avancer le schmilblick  

    1. Élaborez un plan 

    Prenez les devants et contactez le recruteur qui vous a interviewé(e). Élaborez un plan de communication préalable. David Parnell, coach en communication, met en garde : si vous appelez trop souvent ou si vous bombardez votre interlocuteur de mails, vous vous présentez comme quelqu’un d’à la fois énervant et désespéré ; si vous ne donnez pas de suite, vous vous montrez irrespectueux(/se) et désintéressé(e). Vous devriez déterminer un plan et vous y tenir. Ne vous autorisez que quelques tentatives sur un laps de temps limité. 

    2. Restez courtois(e) 

    Restez toujours courtois(e) dans vos échanges téléphoniques ou épistolaires, même lorsque le recruteur vous énerve. Il n’a peut-être pas fini d’interviewer tous les candidats. Il doit peut-être encore se décider. Peut-être est-il en train de chercher une autre position pour vous au sein de l’entreprise et attend-il que celle-ci se précise avant de vous contacter. Quoiqu’il en soit, le recruteur se rappellera votre professionnalisme si vous parvenez à rester courtois(e). C’est souvent dans la gestion de la contrariété que vous pouvez vous distinguer des autres. 

    C’est souvent dans la gestion de la contrariété que vous pouvez vous distinguer des autres (TWEET) 

    3. Vérifiez vos réseaux sociaux 

    Vérifiez sur Facebook, Twitter ou LinkedIn si vous n’avez pas un ami ou un ancien collègue qui travaille pour la société dans laquelle vous avez postulé. Le cas échéant, tentez d’obtenir le soutien de cette personne ou au moins de savoir où en est le processus d’embauche. 

    4. Évaluez la réponse du recruteur 

    Avant de passer à l’étape suivante, évaluez la réponse du recruteur à votre prise de contact. S’il se montre chaleureux, vous pouvez vous investir davantage et revenir à la charge un peu plus tard. S’il reste froid, mieux vaut éviter de perdre votre temps et passer votre chemin. 

    5. Montez les échelons 

    Si après plusieurs tentatives vous n’obtenez pas de réponse de la part du recruteur ou du responsable RH, remontez les échelons. Il semblerait que plus vous montez dans la hiérarchie, plus on témoignera de respect envers le/la candidat(e) que vous êtes. Essayez de contacter la personne pour laquelle vous travaillerez directement. Vous redynamiserez ainsi votre processus de recrutement et vous serez à quoi vous en tenir. 

    6. Fiez-vous à votre instinct et soyez réaliste 

    David Parnell insiste sur la difficulté de faire face au rejet : « Le rejet est un traumatisme psychologique ; en réalité, il a été prouvé que le rejet était une source de souffrance physique. On ne devrait pas s’étonner de ce que notre esprit soit doté de mécanismes puissants comme la rationalisation, qui aide à neutraliser ses affects : "Ils n’ont peut-être pas reçu mes 37 mails." "Je parie qu’ils ont quitté le pays ce mois-ci et qu’ils n’ont pas de service téléphonique". Ces rationalisations peuvent parfois nous empêcher d’avancer en nous poussant dans la mauvaise direction. Fiez-vous à votre instinct – il détient souvent la réponse. »  

    7. Ne le prenez pas pour vous 

    Si ça se trouve, le poste n’est plus disponible dans la version dans laquelle il a été ouvert (on a réduit les responsabilités, le salaire, l’horaire ou on l’a carrément supprimé). La plupart des entreprises préfèrent ne pas ébruiter ce genre de nouvelles et choisissent de les taire. 

    8. Tirez-en des leçons au sujet de la culture de cette entreprise 

    La façon dont une entreprise gère le suivi de ses entretiens d’embauche ne reflète pas toujours directement la culture de cette entreprise, mais c’est malgré tout un bon indice. Rappelez-vous-en si elle revient vers vous à l’avenir ou si vous décidez de postuler une nouvelle fonction dans cette boîte. 

    Source : Forbes via > http://www.references.be