particuliers

  • COURS PARTICULIERS : GARE AUX DÉRIVES !

    INTERDICTION AU NORD, SIMPLE DISSUASION AU SUD

    En Flandre, on peut interdire aux profs de les donner à leurs propres élèves

    Faire payer un enfant pour lui réexpliquer le cours qu’on lui a donné en classe: bizarre, non?

    La directrice d’une école gantoise vient d’interdire à ses enseignants de donner des cours particuliers aux élèves de leur classe. « C’est absurde qu’on les paie une seconde fois pour donner cours, après l’école, à des enfants auxquels ils donnent cours en journée. » Absurde ? En tout cas pas très déontologique. Mais dans ce dossier des cours particuliers, vous n’êtes pas au bout de vos surprises…

     « Je me souviens d’un enseignant qui, à la réunion de juin, donnait sa carte aux parents des enfants de sa classe qui avaient échoué. Il leur disait qu’il organisait des cours particuliers pendant les vacances », témoigne cet enseignant qui veut rester anonyme pour des raisons qui n’échapperont à personne. « Les parents savaient que c’était lui qui allait superviser l’examen de passage de leur enfant. Ils acceptaient bien souvent l’offre… »

    Des exemples d’enseignants qui donnent des cours particuliers à leurs élèves après l’école, cet enseignant dit en avoir à la pelle… mais pas aussi gratinés que celui-là. Il faut bien avouer que ce cas-ci est extrême. Là, on est bien au-delà d’un simple problème de déontologie !

    DISSUASION

    Déontologie. Le « grand mot » est lâché. Il est dans tous les discours. Dans celui de la ministre (lire par ailleurs). Dans celui des responsables du Segec aussi, le Secrétariat général de l’enseignement catholique. « Un grand nombre d’écoles dissuadent les enseignants de donner des cours particuliers aux enfants qui se trouvent dans leur classe. C’est une question de déontologie », explique le porte-parole du Segec. « Les directions le rappellent régulièrement aux enseignants. »

    Vous aurez noté que l’on parle ici de « dissuasion », pas « d’interdiction ». Cela n’a rien d’un lapsus, car RIEN n’interdit actuellement à un enseignant de donner des cours particuliers au domicile d’un de ses élèves.

    Il n’y a pas de code déontologie chez les enseignants. Il existe bien un « statut de l’enseignant », mais il n’y est écrit nulle part qu’il est interdit de donner un cours particulier à ses élèves. Ce qui fait dire à des acteurs de l’école que le directeur qui se risquerait à prononcer une telle interdiction se verrait bien démuni : comment pourrait-il la faire respecter ? Sur quelle base légale ?

    ECOLE INÉQUITABLE

    « On veut une école moins inéquitable ? C’est très bien, mais voilà une pratique extrêmement discriminatoire », enrage cet autre acteur de l’enseignement : « Permettre à un enfant … Lire la suite sur votre journal la MEUSE de ce lundi 07/11/2016

    Source > DIDIER SWYSEN sur votre journal la MEUSE de ce lundi 07/11/2016

  • TENTE PAR L’HOTELLERIE ? 5 JOBS PEU CONNUS !

    Hotel_2015_shutterstock_217868887.jpg

     Travailler dans un hôtel ne signifie pas uniquement être femme de chambre ou réceptionniste.

    Les marketeers et auditeurs ont en effet aussi tout à fait leur place dans cet univers.

    Tine Verweire, directrice RH du Groupe Accor, nous parle de quelques fonctions moins connues.

    Les revenue managers suivent les réservations et adaptent les prix des chambres en concertation avec le directeur de l’hôtel. Les prix varient en effet selon la demande sur le marché. C’est pour cette raison qu’une nuitée peut coûter plus cher pendant une période d’affluence que pendant une période creuse.

    Les brand marketeers veillent à l’image des différentes marques. Grâce à des campagnes marketing ciblées, ils soignent leur image auprès du public. Ils sont aussi responsables de la qualité du produit et mènent par exemple des enquêtes pour savoir quels lits sont les plus confortables pour les clients. Ils recherchent ainsi les meilleurs lits pour chaque marque, de Pullman à Ibis.

    Dans les grands hôtels proposant de nombreuses solutions de restauration, les cost controllers se chargent de la gestion des coûts liés à l’alimentation et aux boissons. Ils suivent de près quels produits ont été achetés et consommés et utilisent ces informations pour adapter leur politique d’achat et de gestion des stocks.

    Les welcomers sont les personnes qui se trouvent dans le lobby des hôtels (par exemple au Pullman) afin d’accueillir les hôtes. Ils les accompagnent à la réception, les informent et veillent à ce qu’ils se sentent comme chez eux.

    Les business analysts examinent les comptes d’exploitation des hôtels, analysent les différences et se penchent, avec les directeurs, sur les questions éventuelles. But final : optimiser les rentrées et dépenses de chaque hôtel.

    Cliquez ici pour consulter les offres d’emploi dans le secteur de l’horeca.

    Source & Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

    horeca / tourisme / Postuler / Tourisme & horéca