parfait

  • SINCERE, STRATEGIQUE OU COMMERCIAL > COMMENT PRODUIRE UN SOURIRE PARFAIT ?

    Sincère, stratégique ou commercial, le sourire est un admirable outil relationnel.

    Un signal social, que nous émettons souvent à notre insu, mais qui trahit nos véritables intentions.

    On appelle cela le body langage, décodé de manière inconsciente par la plupart des recruteurs. Bien maîtrisé, le sourire peut produire un effet social plus puissant que nos actions délibérées. Et faire la différence en entretien d'embauche. Décryptage.

    1. Rapport symétrique

    De nos jours, des dents bien entretenues, blanches et alignées incarnent un symbole de réussite, de beauté et de jeunesse. Le sourire joue aussi un rôle prépondérant dans les hiérarchies. Entre amis, quand le sourire est sincère, émotionnel et spontané, la relation sociale de réciprocité est symétrique. Entre un chef et son subordonné, en général, le signal est plus formel, le second sourit (politesse, quête, souci de plaire, etc.), le premier rarement ; dans ce cas, la relation est asymétrique.

    1. Fake smiling

    Dans le comportement non verbal, on connaît bien le sourire « du vendeur de voitures », ou sourire commercial, non émotionnel, que les personnes douées socialement utilisent avec brio au moment le plus opportun. Ce sourire sur commande se distingue par ses onset (début du mouvement) et offset (fin) rapides. Une fin abrupte, en particulier, est typique d’un sourire contrôlé. De plus, les sourires volontaires sont en général asymétriques, bouche tordue. À éviter.

    1. Marqueur honnête

    Le sourire émotionnel – ou sincère – est involontaire, donc difficile à déclencher sur commande. C’est le seul qui met en mouvement un anneau musculaire situé autour des yeux : cette zone se contractant, les pommettes remontent, des cernes se dessinent sous des yeux qui se ferment légèrement. Ces signes apparaissent comme un « marqueur honnête » de dispositions positives. Des études ont montré que la plupart d’entre nous sont incapables de contracter volontairement le muscle entourant l’œil.

    1. Mode d’emploi

    Vous avez perdu le sourire ? Exercez-vous : remontez les lèvres, montrez les dents, en silence. Si vous grommelez, le message sera totalement différent. Détendu et silencieux, ce sourire est un signal d’apaisement envoyé au dominant (vous) par le dominé (le recruteur). Comme pour lui dire : Je ne vais pas me battre, je suis en paix et je te respecte. Mais je mérite ce poste et tu le sais. Votre atout : un sourire sincère, spontané, est un excellent indice de générosité. Alors, souriez !

    Source > Texte: Rafal Naczyk sur > http://www.references.be

    Liens utiles > langage corporel / sourire / Postuler / Langage corporel / Compétences / Entretien d'embauche

  • UN DINER PRESQUE PARFAIT …….. MORTEL !

    boener.jpgUne candidate se suicide à cause de l’émission "Un dîner presque parfait"

    Une candidate de l’émission "Un dîner presque parfait" s’est suicidée à cause des moqueries consécutives à sa participation au concours culinaire en Allemagne.

    Claudia Boerner, une jeune femme de 32 ans, s’est donnée la mort après son passage dans la version allemande du programme, diffusé sur la chaîne Vox, rapporte le site Staragora.

    Jusque-là, tout semblait sourire à la jeune femme: un job de mannequin , un compagnon et un emploi dans un bureau. Mais suite à son passage dans l’émission, Claudia Boerner a été la cible de critiques acerbes et de moqueries, entre autres sur son apparence.

    Sa poitrine opulente, son sourire figé et son air niais lui ont notamment été reprochés et la malheureuse candidate qui est vite devenu la risée du net.

    Humiliée, harcelée de toutes parts, par mails, sur Facebook et sur les réseaux sociaux, la jeune femme a mis fin à ses jours. Ses voisins ont senti une odeur de gaz émanant de chez elle, signalait le site RFL.be, avant que l’on ne découvre son corps sans vie.

    Vidéo sur la candidate > http://www.youtube.com/watch?v=n2z5B-EG3ls&feature=player_embedded

    Source > Sudpresse > Publié le Mardi 10 Avril 2012 à 14h50