orchidée plaza

  • HANNUT > LE CARREFOUR MARKET DE LA RUE DE HUY (ORCHIDÉE PLAZA) FERME SES PORTES

    Le 2 septembre, l’enseigne s’éteindra définitivement. Elle employait 12 personnes 

     À Hannut, le secteur de l’alimentation vit des heures difficiles. Après le Smatch (en janvier, D’Ici (en mai), le 2 septembre prochain, le Carrefour Market (groupe Mestdagh) de la rue de Huy (Orchidée Plaza) fermera lui aussi ses portes. Le magasin employait 12 personnes.

    Le Carrefour Market (ex Champion) implanté sur le site de l’Orchidée Plaza est un des 21 magasins franchisés du groupe Mestdagh. Il avait ouvert ses portes en octobre 2007 et employait 12 personnes.

    En mai dernier, le personnel a appris que Mestdagh ne souhaitait pas renouveler le bail locatif et continuer l’aventure commerciale. Parmi les raisons invoquées : la mauvaise position géographique du magasin implanté au fond du zoning et donc peu visible de la route. Mais aussi les résultats commerciaux « qui ne correspondaient pas à nos attentes » , précise Anne-Lise Bouffioulx, responsable communication pour le groupe Mestdagh.

    D’une superficie de 1.500m², le magasin attirait encore 15.000 clients par mois. La fermeture est prévue le 2 septembre prochain. « Les clients seront redirigés vers le Carrefour Market dans le centre d’Hannut (Groupe Carrefour) et vers le magasin de Waremme (Groupe Mestdagh) », ajoute la porte-parole.

    Selon cette dernière, 90 % des employés ont déjà retrouvé un emploi « principalement dans des magasins concurrents. Seuls le gérant, Luc Vanhove et son adjoint n’ont pas encore trouvé de nouvel emploi ».

    Des fermetures en cascade

    En moins d’un an, c’est déjà le 3 e magasin d’alimentation à fermer ses portes, à Hannut. Le 1er a été le Smatch de l’avenue Thouars. En mai, alors qu’il était ouvert depuis moins d’un an, le magasin D’ici (rue de Landen) lui a emboîté le pas.

    D’où cette question : Hannut compte-t-elle trop d’enseignes sur son territoire ? « Non, je ne pense pas. Il n’en faut pas plus mais il y a un bon équilibre entre l’offre et la demande » , réagit Martine Cornelis de la Gestion Centre-ville qui s’appuie sur … La suitede l’article & des chiffres de références d’un enquête récente sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 19/08/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 19/08/2017

    > Photo > JCD

    Un article libre & succin en ligne > http://www.lameuse.be/1912957/

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/115389

  • HANNUT: AVIS NEGATIF POUR L'ORCHIDEE PLAZA

    282235249_B973369857Z_1_20140818185149_000_GRC2VS7U5_1-0.jpg

    Pascal Delfosse ne désespère pas de voir le projet aboutir.

    Suite à l’avis défavorable rendu par le comité national de la distribution, le promoteur Store Invest ne désespère pas de voir son projet d’extension de l’Orchidée Plaza aboutir. La décision du Collège hannutois d’accorder ou non le permis socio-économique est attendue à la mi-septembre.

    «  Si nous avons des craintes ? Bien sûr », confesse Pascal Delfosse, en charge du projet développé rue de Huy, à Hannut, par la société flamande Store Invest (de Bree, Limbourg). « Mais cette extension (sur 8.000 M2) de l’Orchidée Plaza, n’est pas pour autant compromise », assure-t-il. «  Nous allons en rediscuter avec le Collège hannutois et voir comment nous pouvons l’adapter en fonction des éléments qui sont ressortis ».

    L’élément majeur qui est reproché au promoteur est de ne pas compléter l’offre existante, et surtout, d’augmenter le nombre de magasins vides. «  Ce qui est proposé, regrette Martine Cornelis de la Gestion Centre-ville, ce sont des transferts d’enseignes, comme Aldi, actuellement implantées au cœur de l’Orchidée Plaza I qui souhaiteraient s’installer à l’Orchidée Plaza II. Ou encore Zeeman et Orchestra qui quitteraient le centre-ville pour s’implanter en périphérie. Chacun de ces départs laisserait une cellule vide. Or, il y en a déjà plusieurs dans le zoning commercial actuel. Qu’il remplisse d’abord celles-là. »

    Autre critique : le manque d’aboutissement du projet. «  En plus de ces transferts d’enseignes, poursuit Martine Cornelis, le promoteur annonce des enseignes de type Kruidvat. « De type de », cela veut dire tout et n’importe quoi  ».

    Le permis socio-économique ayant été introduit fin juin, le Collège a encore un mois pour décider de l’accorder ou non.

    Le reportage complet dans la Meuse Huy-Waremme de ce mardi 19 août.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be/1081626