opérateur

  • GROS CHANGEMENT DÈS CE LUNDI: PASSER D'UN OPÉRATEUR TÉLÉCOM À UN AUTRE SERA PLUS SIMPLE

    Les consommateurs pourront changer plus facilement d’opérateur télécom pour l’internet, la téléphonie fixe et la télévision numérique.

    La nouvelle réglementation Easy Switch entre en application lundi, ont indiqué jeudi Alexander De Croo, ministre des Télécoms, Test-Achats et l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT).

    Tout client souhaitant changer d’opérateur prendra contact avec son nouveau fournisseur. Il lui communiquera son numéro d’identification Easy Switch, récemment créé, et le nouvel opérateur de services de télécommunications fixes prendra en charge le changement si le consommateur dispose au moins de l’internet fixe ou de la télévision numérique. C’est le nouvel opérateur qui prendra directement contact avec l’ancien pour la désactivation.

    Deux écueils à un changement classique d’opérateur sont évités: les risques d’une interruption de service et d’une double facturation, souligne Luc Vanfleteren, en charge du service Consommateurs à l’IBPT.

    A ses yeux, la procédure Easy Switch pourra être considérée comme une réussite si le taux de clients changeant d’opérateur (churn rate) gagne quelques points de pourcentage. Actuellement, ce taux est de 8% environ contre 18 à 19% pour la téléphonie mobile.

    «C’est un grand pas en avant pour le consommateur», a commenté M. De Croo. «De telles facilités existaient déjà pour les secteurs de l’énergie et de la téléphonie mobile. Nous espérons de la sorte rendre le marché des télécoms plus dynamique», a-t-il ajouté.

    Test-Achats est satisfaite de la concrétisation de la procédure Easy Switch, mais rappelle que d’autres mesures doivent être mises en place afin d’arriver à un marché télécom «pleinement concurrentiel». Et l’organisation de consommateurs de pointer la situation de duopole observée actuellement dans le secteur et la nécessité d’assouplir les conditions d’accès aux réseaux pour les acteurs alternatifs.

    Le ministre et l’IBPT mènent d’autres initiatives pour aider le consommateur à trouver la meilleure formule tarifaire. Ainsi, le comparateur de tarifs meilleurtarif.be va être simplifié et amélioré. Dans le courant de l’an prochain, le client pourra introduire en un clic ses données de consommation dans le simulateur afin de déterminer le produit le moins cher pour lui.

    Le comparateur de tarifs du régulateur a par ailleurs bien chauffé ces derniers jours. Dans la foulée de l’annonce fin de semaine dernière d’une hausse des tarifs mobiles chez Proximus, le ministre De Croo avait fait part de sa désapprobation et encouragé le consommateur à chercher l’opérateur le moins cher. Son appel semble avoir été entendu puisque le site a enregistré depuis lors 37.000 simulations, un total atteint généralement en deux mois de temps.

    Source en ligne > Belga sur > http://www.sudinfo.be/1874524. Illustration > Photonews

  • CHANGER D'OPERATEUR POUR LA TELEVISION NUMERIQUE SERA PLUS SIMPLE

    1-0.jpg

    Changer d’opérateur pour la télévision numérique sera aussi simple que de changer d’opérateur pour la téléphonie mobile

    Selon un avant-projet de loi que prépare le ministre de l’Agenda numérique, Alexander De Croo (Open Vld).

    L’entreprise de Télécom BASE a fait savoir mercredi qu’elle se retirait du marché de ...Lire la suite ici ...

    Source > Belga sur > http://www.sudinfo.be/1172178 > Photo News

  • INFO BOULOT > OPÉRATEUR DE PRODUCTION ALIMENTAIRE

    operateur.jpg

    Au cœur de l’entreprise alimentaire, il contrôle et révise les lignes de production

    Avant qu’ils n’arrivent dans votre assiette, les aliments passent sous l’œil intraitable de l’opérateur de production alimentaire. La précision, la rigueur et l’esprit d’initiative vous parlent? Ce métier est pour vous...

    Dans les entreprises de l’industrie alimentaire, cet opérateur de production travaille sur une ou plusieurs machines dans une ligne de fabrication et/ou de conditionnement. C’est à lui qu’incombent les opérations nécessaires à la mise en marche et au bon fonctionnement de ces machines, il contrôle les réglages, l’approvisionnement en matières premières, surveille régulièrement les paramètres de production (température, pression, pH, volume...). La qualité, les délais, la cadence de production et le coût sont des impératifs avec lesquels il doit compter. Et il réalise régulièrement les opérations de révision, d’entretien courant ou de dépannages simples.

    On le sait, la production est le coeur de l’entreprise alimentaire. C’est en son sein que les matières premières vont évoluer, être transformées, associées entre elles et conditionnées pour donner vie aux produits finis. Cette fonction fait donc appel aux compétences de chacun, associées au meilleur de la technologie.

    UN SECTEUR DIVERSIFIÉ

    Sur le terrain, ce métier est exercé dans les secteurs tels que l’industrie chimique et le commerce mais surtout dans l’industrie alimentaire. Ce secteur diversifié englobe de nombreuses activités, de la congélation des légumes à la confection de biscuits chocolatés, de la fabrication de la limonade à la torréfaction de café, de l’abattage des animaux à la production de charcuterie, de la fabrication de produits laitiers au brassage des bières.

    Sur le plan des qualités, on demandera à l’opérateur de production alimentaire d’être, avant tout, vigilant pour bien surveiller ce qu’il se passe sur la chaîne de production. Il doit également être capable de travailler en équipe, de réagir rapidement, avec calme et maîtrise de soi, tout en faisant preuve de précision. En retour, il aura un travail où la qualité est primordiale et où il faut être en mesure de faire preuve d’initiative.

    Du côté des inconvénients du job, on épinglera les horaires (pauses), l’accès aux entreprises (sur des sites parfois peu desservis en transports en commun) ou encore la pénibilité physique. «

    + LAURENCE BRIQUET

    LES FORMATIONS DANS VOTRE REGION

    LIEGE

    > Enseignement secondaire: option en contrôle de l’hygiène et réalisation d’analyses de qualité dans la filière 5e-6e technique de qualification en technicien(ne) des industries agroalimentaires à Herstal (Collège Notre-Dame, Saint-Lambert et Institut Saint-Laurent), Huy (Institut technique de la Communauté française), Trois-Ponts (Institut Saint-Joseph).

    > CEFA: assistant(e) opérateur (trice) de production des entreprises agroalimentaires à Verviers (Institut Sainte- Claire) et Liège (CEFA de la Ville); opérateur (trice) de production des entreprises agroalimentaires à Verviers et Liège (idem); complément en techniques spécialisées de production des entreprises agroalimentaires à Verviers (Institut Sainte-Claire).

    > Centres de compétence: formations liées au secteur chez FormAlim (www.formation-formalim.be) à Verviers. Tél. : 087 78 95 80

    > Insertion socioprofessionnelle: ouvrier(ère) en agroalimentaire à Echafaudage (EFT) à Liège et ouvrier(ère) de production à Edit (OISP) à Liège.

    > Forem: www.leforem.be

    >IFP: Centre de formation professionnelle de l’industrie alimentaire en Belgique. Tél.: 02 52 88 950

    Infos: www.siep.be

    Pour les autres régions > ICI

    Source > http://www.jobsregions.be