odile joiret

  • HANNUT AU HOME LORIERS > DÉJÀ UN SIÈCLE POUR ODILE JOIRET

    Tout le monde était présent ! Ses 2 enfants, 2 petits-enfants et 2 arrière-petites-filles, ses amis, l’ensemble des membres de la famille et bien sûr les résidents de la maison de repos Loriers de Hannut.

    Entourée de tous ses proches pour fêter ses 100 ans à la maison de repos où elle réside depuis 10 ans, Odile Joiret, a reçu beaucoup d’amour et d’attention en ce jour particulier. La petite fête a ému la centenaire qui ne savait plus quoi dire tellement l’émotion était forte. « De mon temps, on ne fêtait pas les anniversaires. Mais il n’y avait pas non plus de personnes qui atteignaient cet âge-là » . Bien qu’ayant des petits problèmes d’audition, Odile a été particulièrement touchée par les mots de l’infirmière en chef. « Quel travail ! Quel travail ! », s’est-elle exclamée pendant le discours.

    Elle a connu deux guerres et a fait de sa passion, son métier : la couture. Elle tient ça de son père et de son grand-père qui étaient tous deux tailleurs. « Elle pourrait parler couture pendant des heures, nous confient ses enfants Philippe et Francine, elle a une mémoire phénoménale ! Elle sait dire quelle robe elle a confectionné pour quelle personne et à quelle occasion » . C’est le sujet de discussion favori de cette Hannutoise. Les autorités communales ont remis un bouquet de fleurs, une enveloppe et un portrait du Roi et de la Reine signé. « Je laisse le soin à vos enfants de dépenser l’argent pour vous, je suis sûr qu’ils feront ça très bien » , rigole le bourgmestre Manu Douette.

    Si vous vous demandez encore quel peut être le secret de cette dame encore pleine de ressources, « je n’ai jamais bu d’alcool, de bières ou fumer. J’adore la tranquillité ». Philippe, fils de la centenaire, ajoute même, « Elle adorait cultiver les légumes. Son plus grand plaisir, je me souviens, c’était d’avoir une grande récolte et de partager tout le surplus aux voisins et à la famille »

    Ce sexagénaire ne peut retenir ses larmes en évoquant le passé. « C’est que ça fait remonter des souvenirs. C’est dommage qu’on ne soit pas tous réunis. Mon papa est décédé à 62 ans, il n’a pas eu cette chance ».

    La nature fait merveilleusement bien les choses, Odile et sa petite-fille sont nées toutes deux le 26 août. Préférant mettre en lumière sa grand-mère et son siècle passé, Christelle fêtait tout de même ses 39 ans en famille.

    Source > C.CHAROT dans votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 27/08/2016