nestlé

  • « DONNER UNE CHANCE AUX JEUNES EST UNE RESPONSABILITE SOCIETALE »

    Alexander%20von%20Maillot.jpg

    On dit qu'au moins un produit Nestlé est présent dans chaque ménage belge.

    Mais qui se cache derrière cette multinationale de 330 000 collaborateurs, dans notre pays ? Rencontre exclusive avec Alexander von Maillot qui, à la tête de Nestlé Belgilux, s'est engagé à donner une première opportunité à 200 jeunes en Belgique.

    De nationalité allemande, mais parlant un français impeccable, Alexander von Maillot de la Treille dirige Nestlé Belgilux depuis le 15 octobre 2013. Comme le grand patron du groupe à l'échelle internationale, c'est par un stage qu'il y a commencé sa carrière : une formule dont il continue plus que jamais de souligner l'intérêt.

    La Belgique et Nestlé, une longue histoire ?

    Cela fait près de 90 ans que nous sommes présents en Belgique, depuis 1925 très précisément. Nous y exploitons une usine qui produit de l'eau minérale, à Étalle. Et nous sommes surtout très contents de l'accueil qui est réservé à nos produits par le consommateur belge. Nous enregistrons une croissance de 3 % de notre chiffre d'affaires cette année, ce qui constitue une bonne performance, tirée par la qualité, la diversité et l'innovation de nos produits. Nous sommes d'autant plus satisfaits que le marché belge est mature, et que la bataille est donc rude pour y gagner des parts de marché.

    Les profils les plus importants pour vous sont-ils, dès lors, actifs dans la vente et le marketing ?

    Dans une entreprise qui, comme Nestlé Belgilux, emploie 750 personnes, tous les profils sont importants. Nous avons besoin de collaborateurs motivés et performants tout autant dans la vente et le marketing que dans les ressources humaines, la finance ou la supply chain (logistique, NDLR), entre autres. Nestlé est un groupe global qui est fortement ancré localement et qui, à ce titre, accorde beaucoup d'importance au recrutement de profils bien adaptés à chaque marché : chaque pays dispose d'une grande autonomie pour déterminer la manière dont il interagit avec le consommateur.

    Lire la suite de l'article ici ...

    Source > Benoît July > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be