négocier

  • COMMENT BIEN NEGOCIER SON SALAIRE A L'EMBAUCHE ?

    Salaire_negociation_2015_shutterstock_86306050_0.jpg

    Un bon CV se monnaie, même en période de crise. Décryptage des tactiques gagnantes pour décrocher une bonne rémunération.

    La rémunération est, en général, constituée de trois piliers :

    Le salaire fixe, la partie variable (bonus, primes, gratification, participations aux bénéfices, stock-options) et les avantages extralégaux (caisse de pension plus ou moins généreuse, voiture de société, frais forfaitaires et autres avantages). Il est donc important de considérer tous les paramètres, lorsque l’on souhaite évaluer son niveau.

    1. Le bon moment

    La question de la rémunération étant souvent un point de friction, l'aborder trop vite lors de l'entretien fait prendre le risque de parasiter l'échange. En entretien d'embauche, laissez venir votre interlocuteur après une discussion où vous aurez largement eu le temps de vous valoriser en mettant en avant vos réalisations et votre savoir-faire.

    2. Connaître sa valeur

    Tout travail mérite salaire. Mais comment définir sa valeur sur le marché ? On pourra se référer aux enquêtes de rémunérations ou aux annonces d'emploi. Attention de tenir compte des écarts liés à la taille de l'entreprise et à la région. En vous surévaluant, vous perdez votre crédibilité. Se sous-évaluer peut également être dommageable : c'est faire douter le recruteur qui se demandera si vous avez les compétences requises.

    3. Affichez des prétentions justes

    Ne répondez jamais de manière précise à la question sur vos prétentions. Donnez toujours une fourchette que vous ajusterez en cours d'entretien. Par exemple, ne demandez jamais plus que ce que vous voulez en pensant que vous accepterez beaucoup moins. De manière générale, c'est au manager ou au recruteur de vous faire des propositions. Pour arrondir les angles, vous pouvez suggérer une revalorisation du salaire à six mois, basée sur des objectifs communs.

    4. Ajustez la variable

    Si le recruteur ne veut pas céder sur le salaire fixe, essayez de négocier sur les éléments annexes du package. Demandez une part variable garantie sur le premier exercice ou une réévaluation automatique du fixe sur l'année suivante. Dans la majorité des entreprises, la part variable se situe entre 10 % et 30 % du total. Mais parfois, la part variable dépasse la moitié de la rémunération.

    Source & Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

    négocier son salaire / négociation / Salaires / Augmentation / Négocier / Postuler / Contrat / Entretien d'embauche / Fonctions

  • 4 PRINCIPES POUR NEGOCIER VOTRE SALAIRE

    Negociation_2015_shutterstock_211235011.jpg

    Tout au long de votre discussion, il faut que vous gardiez 4 principes à l'esprit et que vous agissiez en fonction.

    Ils forgent votre ligne de conduite pour la négociation.

    Premier principe : écoutez attentivement

    Mieux vaut écouter attentivement que de parler. Tout le monde a besoin d'attention, même votre adversaire dans la négociation, et personne n'échappe au besoin d'être reconnu et apprécié.

    Si vous voulez savoir ce que l'adversaire a sur le cœur ou pourquoi il fait certaines remarques, écoutez-le attentivement et posez-lui des questions, tout en provoquant des contacts oculaires réguliers.

    N'interrompez pas tout le temps votre interlocuteur et réagissez une fois qu'il a fini sa phrase, vous aurez d'autant plus d'informations.

    Deuxième principe : soyez concret et osez-vous affirmer

    Pensez aux chiffres concrets pendant la discussion : le salaire brut, les jours de congé…

    Évitez les discussions vagues et ramenez systématiquement votre interlocuteur vers des sujets concrets. Par exemple : " Vous avez tout d'abord proposé de réduire le salaire brut de 10 %. J'ai accepté à condition de recevoir une voiture de fonction et le remboursement de mes frais de téléphonie. À quelle voiture pensez-vous exactement ? Quel sera le remboursement mensuel pour le téléphone ? "

    En menant une conversation bien ficelée, vous démontrerez que vous étiez bien préparé à cette négociation. Mieux vaut paraître sûr de soi et s'affirmer pendant les négociations. Votre cause est fondée et vos attentes sont réelles.

    Troisième principe : soyez persévérant

    Vous vous engagez dans une négociation de salaire avec un but précis et une stratégie. N'en démordez pas. Lorsque que vous vous voyez obligé de céder sur un certain point, précisez que vous souhaiteriez y revenir plus tard et de préférence au cours de cette même discussion. Et faites-le ! Prenez note de votre remarque afin de ne pas l'oublier dans le feu de l'action.

    Quatrième principe : gardez à l'esprit les intérêts de l'employeur

    Posez-vous systématiquement la question de savoir ce que vous feriez à la place de votre interlocuteur. Comment réagiriez-vous à telle ou telle question si vous étiez l'employeur.

    N'oubliez pas que l'entreprise craint l'effet tache d'huile : si elle vous fait une promesse, il se peut que le personnel actuel réclame la même chose dans les 24 heures. Si vous faites passer votre intérêt après celui de l'entreprise, vous mettrez votre interlocuteur dans une situation de calme et d'assurance.

    5 étapes à suivre > A lire ici ...

    Source > http://www.references.be

  • 5 ASTUCES SURPRENANTES POUR NEGOCIER VOTRE SALAIRE

    5_astuces_salaire_shutterstock_147963641b.jpg

    Négocier son salaire pour un nouveau job ou pour un emploi déjà existant peut s’avérer un véritable calvaire, en particulier chez nous, où le salaire reste un sujet très sensible.

    Et pourtant, le salaire, s’il ne fait pas tout, constitue une part importante du bonheur au travail. Les augmentations salariales sont essentielles à la motivation, puisqu’elles permettent de jauger concrètement l’évolution de notre carrière. Instrument de mesure de notre valeur aux yeux de notre patron, elles sont aussi un moyen de booster notre estime personnelle.

    Nous vous livrons 5 astuces surprenantes qui vous aideront à décrocher une augmentation.

    1. Amorcez la discussion en évoquant quelque chose de personnel

    Une expérience menée auprès des étudiants de la Kellogg School of Management et de l’UniversitéStanford a démontré que ceux qui évoquaient des détails personnels sans rapport direct avec leur emploi (fictif) obtenaient des résultats nettement supérieurs à ceux qui s’en tenaient à des négociations purement techniques. Le professeur Adam Grant de la Wharton School of University of Pennsylvania avance que les travailleurs qui s’ouvrent à leurs employeurs gagnent plus facilement la confiance de ceux-ci, qui seraient dès lors plus enclins à faire des concessions.

    2. Maintenez le contact visuel

    La plupart des négociateurs recourent au bluff pour tirer le meilleur parti des tractations. Ils dissimulent l’intérêt qu’ils portent à un candidat et la somme qu’ils sont prêts à concéder. D’après une étude des National Institutes of Health (États-Unis), l’un des meilleurs moyens de forcer les gens à l’honnêteté est de maintenir le contact visuel. Les négociateurs auront plus de difficultés à vous mentir en vous regardant dans le blanc des yeux.

    3. Faites-le parler

    Il est vivement conseillé de faire parler votre interlocuteur et de l’amener à évoquer des détails personnels. Diana Tamir, neuroscientifique à l’Université de Harvard, a récemment publié une étude sur les effets neurologiques liés à l’évocation de faits personnels. Elle affirme que les gens qui parlent d’eux-mêmes ressentent les mêmes sensations de plaisir que celles provoquées par la nourriture ou par l’argent.

    4. Prenez un café

    D’après une étude publiée dans l’Euopean Journal of Social Psychology, les travailleurs qui viennent de boire une tasse de café sont plus mordants lors d’une négociation. Ils seraient plus résistants à la persuasion et seraient plus fermes et plus assertifs. C’est là une qualité essentielle pour obtenir ce que vous voulez : vous devez montrer à votre interlocuteur que vous ne lâcherez pas le morceau et que vous estimez votre cause légitime.

    5. Faites la première proposition

    Les conventions veulent que l’on attende que l’autre parti fasse le premier pas et avance un chiffre en premier, qui constituerait la base de la négociation. Mais il faut parfois faire fi des conventions et prendre les devants. C’est le cas pour la négociation salariale. Vous devez proposer vous-même un chiffre précis, qui correspond selon vous à votre valeur marchande pour l’entreprise. Vous mènerez ainsi la discussion et l’orienterez mieux vers votre objectif. Les travailleurs qui présentent une première offre très élevée enregistrent des résultats largement supérieurs aux autres.

    Source : Business Insider > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • COMMENT NEGOCIER UNE FORMATION AVEC VOTRE EMPLOYEUR ?

    Formation_shutterstock_241713550.jpg

    Même si votre patron défend, comme vous, l'idée qu'il faut continuer à se former pour rester dans le coup, confronté à votre demande de formation, il risque de manifester une certaine réticence. 

    En effet, une formation, un cours ou un stage représentent un coût financier et un investissement en temps non négligeables. Voici donc quelques conseils qui devraient vous aider à convaincre votre supérieur.

    Quand négocier votre formation ?

    Le moment idéal pour mettre sur la table votre projet de formation est sans aucun doute l'entretien d'évaluation annuelle. C'est en effet le moment où de nouveaux objectifs sont fixés et où l'idée d'une formation peut être évoquée. Si toutefois vous ne pouvez attendre votre prochain entretien d'évaluation, sollicitez vous-même un entretien avec votre supérieur.

    L'importance de la préparation

    Vous avez obtenu un entretien ? Ne vous y rendez surtout pas sans préparation.

    Tentez, à l'avance, d'exposer clairement votre motivation.

    Il sera plus facile de convaincre votre patron si vous lui démontrez que cette formation sert également ses intérêts. Tentez donc d'identifier clairement ses besoins.

    Faites la liste des objectifs auxquels votre formation devra répondre.

    Expliquez-lui que vous disposez des atouts nécessaires pour réussir le projet qui suivra votre formation.

    Étayez, si possible, vos arguments de données chiffrées (par exemple, impact de votre formation sur le chiffre d'affaires de l'entreprise, économies à réaliser sur d'autres postes...).

    Enfin, faites un peu de lobbying auprès de vos collègues afin de récolter leur soutien. Ils vous seront peut-être utiles...

    Source > Texte: Lore sur > http://www.references.be

  • COMMENT BIEN NEGOCIER SON SALAIRE A L'EMBAUCHE ?

     

    hannut,blog,jcd,négocier,salaire,embauche,bien

     

    Un bon CV se monnaie, même en période de crise. Décryptage des tactiques gagnantes pour décrocher une bonne rémunération.

    La rémunération est, en général, constituée de trois piliers : le salaire fixe, la partie variable (bonus, primes, gratification, participations aux bénéfices, stock-options et les avantages extralégaux (caisse de pension plus ou moins généreuse, voiture de compagnie, frais forfaitaires et autres avantages). Il est donc important de considérer tous les paramètres, lorsque l’on souhaite évaluer son niveau.

    1 Le bon moment

    La question de la rémunération étant souvent un point de friction, l'aborder trop vite lors de l'entretien fait prendre le risque de parasiter l'échange. En entretien d'embauche, laissez venir votre interlocuteur après une discussion où vous aurez largement eu le temps de vous valoriser en mettant en avant vos réalisations et votre savoir-faire.

    2 Connaître sa valeur

    Tout travail mérite salaire. Mais comment définir sa valeur sur le marché ? On pourra se référer aux enquêtes de rémunérations ou aux annonces d'emploi. Attention de tenir compte des écarts liés à la taille de l'entreprise et à la région. En vous surévaluant, vous perdez votre crédibilité. Se sous-évaluer peut également être dommageable : c'est faire douter le recruteur qui se demandera si vous avez les compétences requises.

    3 Affichez des prétentions justes

    Ne répondez jamais de manière précise à la question sur vos prétentions. Donnez toujours une fourchette que vous ajusterez en cours d'entretien. Par exemple, ne demandez jamais plus que ce que vous voulez en pensant que vous accepterez beaucoup moins. De manière générale, c'est au manager ou au recruteur de vous faire des propositions. Pour arrondir les angles, vous pouvez suggérer une revalorisation du salaire à six mois, basée sur des objectifs communs.

    4 Ajustez la variable

    Si le recruteur ne veut pas céder sur le salaire fixe, essayez de négocier sur les éléments annexes du package. Demandez une part variable garantie sur le premier exercice ou une réévaluation automatique du fixe sur l'année suivante. Dans la majorité des entreprises, la part variable se situe entre 10 % et 30 % du total. Mais parfois, la part variable dépasse la moitié de la rémunération.

    Source > Rafal Naczyk > Texte: Rafal Naczyk > Sur > http://www.references.be

    Retrouver nos astuces emplois sur > INFO BOULOT

  • 5 ASTUCES SURPRENANTES POUR NEGOCIER VOTRE SALAIRE

    shutterstock_147963641b.jpg

    Négocier son salaire pour un nouveau job ou pour un emploi déjà existant peut s’avérer un véritable calvaire, en particulier chez nous, où le salaire reste un sujet très sensible.

    Et pourtant, le salaire, s’il ne fait pas tout, constitue une part importante du bonheur au travail. Les augmentations salariales sont essentielles à la motivation, puisqu’elles permettent de jauger concrètement l’évolution de notre carrière. Instrument de mesure de notre valeur aux yeux de notre patron, elles sont aussi un moyen de booster notre estime personnelle.

    Nous vous livrons 5 astuces surprenantes qui vous aideront à décrocher une augmentation.

    1. Amorcez la discussion en évoquant quelque chose de personnel

    Une expérience menée auprès des étudiants de la Kellogg School of Management et de l’université Stanford a démontré que ceux qui évoquaient des détails personnels sans rapport direct avec leur emploi (fictif) obtenaient des résultats nettement supérieurs à ceux qui s’en tenaient à des négociations purement techniques. Le professeur Adam Grant de la Wharton School of University of Pennsylvania avance que les travailleurs qui s’ouvrent à leurs employeurs gagnent plus facilement la confiance de ceux-ci, qui seraient dès lors plus enclins à faire des concessions.

    2. Maintenez le contact visuel

    La plupart des négociateurs recourent au bluff pour tirer le meilleur parti des tractations. Ils dissimulent l’intérêt qu’ils portent à un candidat et la somme qu’ils sont prêts à concéder. D’après une étude des National Institutes of Health (États-Unis), l’un des meilleurs moyens de forcer les gens à l’honnêteté est de maintenir le contact visuel. Les négociateurs auront plus de difficultés à vous mentir en vous regardant dans le blanc des yeux.

    3. Faites-le parler

    Il est vivement conseillé de faire parler votre interlocuteur et de l’amener à évoquer des détails personnels. Diana Tamir, neuroscientifique à l’université de Harvard, a récemment publié une étude sur les effets neurologiques liés à l’évocation de faits personnels. Elle affirme que les gens qui parlent d’eux-mêmes ressentent les mêmes sensations de plaisir que celles provoquées par la nourriture ou par l’argent.

    4. Prenez un café

    D’après une étude publiée dans le European Journal of Social Psychology, les travailleurs qui viennent de boire une tasse de café sont plus mordants lors d’une négociation. Ils seraient plus résistants à la persuasion et seraient plus fermes et plus assertifs. C’est là une qualité essentielle pour obtenir ce que vous voulez : vous devez montrer à votre interlocuteur que vous ne lâcherez pas le morceau et que vous estimez votre cause légitime.

    5. Faites la première proposition

    Les conventions veulent que l’on attende que l’autre parti fasse le premier pas et avance un chiffre en premier, qui constituerait la base de la négociation. Mais parfois il faut faire fi  des conventions et prendre les devants. C’est le cas pour la négociation salariale. Vous devez proposer vous-mêmes un chiffre précis, qui correspond selon vous à votre valeur marchande pour l’entreprise. Vous mènerez ainsi la discussion et l’orienterez mieux vers votre objectif. Les travailleurs qui présentent une première offre très élevée enregistrent des résultats largement supérieurs aux autres.

    Source : Business Insider via > http://www.references.be 

  • 6 CHOSES À NE JAMAIS FAIRE QUAND ON NÉGOCIE UNE AUGMENTATION

    27.jpg

    Vous avez beaucoup travaillé, vous trouvez que vous avez bien mérité une augmentation ? Il ne vous reste qu’à prendre votre courage à deux mains et aller la demander à votre patron. En évitant certains comportements…

    Ces conseils sont aussi valables lorsque vous commencez un nouvel emploi et que vous devez négocier votre salaire pour la première fois! Faites donc en sorte de ne pas...

    1. Parler argent tout de suite

    Aborder directement le sujet du salaire pourrait laisser entendre que la rémunération est votre seule motivation. Ne vous focalisez pas uniquement sur la question du salaire : mieux vaut commencer par parler des enjeux et défis de votre poste, et de l'enthousiasme que vous mettez à les relever.

    2. Etre le premier à parler argent

    Il vaut toujours mieux que ce soit votre patron qui parle en premier du salaire qu’il compte vous attribuer. Si vous parlez avant lui, vous risquez d’annoncer une somme inférieure à ce que l’entreprise veut vous offrir…

    Si votre patron prend les devants et vous demande vos prétentions salariales, débrouillez-vous pour lui retourner la question de manière subtile. Par exemple "Je suppose que vous avez une idée plus précise que moi sur le salaire qui conviendrait à ce poste?"

    3. Accepter directement

    Votre patron vous propose tout de suite un salaire qui vous satisfait totalement ? Ne répondez pas immédiatement. Prenez votre temps pour donner une réponse : cela vous permettra de négocier aussi tout le reste du package salarial (Chèques-repas, voiture de société, assurances…)

    4. Se braquer

    Surtout, gardez une certaine flexibilité. Une négociation reste un échange. Préférez annoncer une fourchette de salaires, même assez étroite, plutôt qu’un chiffre précis. Vous vous montrez ainsi ouvert mais ferme. Prenez quand même garde à ne pas annoncer des montants trop bas !

    Votre patron refuse? Continuez à argumenter calmement, en énumérant les raisons pour lesquelles vous méritez une augmentation.

    5. Se surestimer

    Si le montant que vous demandez est complètement utopiste, vous perdrez votre crédibilité. Connaître votre valeur sur le marché est important. Avant de rencontrer votre patron, renseignez-vous donc dans la mesure du possible sur les salaires de vos collègues, de vos anciens camarades d’unif’, et utilisez notre outil Compas des Salaires.

    6. Parler en ‘net’

    Les travailleurs débutants raisonnent souvent en salaire net mensuel. Les recruteurs et les patrons préfèreront en général parler en brut. Il est en effet plus judicieux de prendre en considération les charges de l’entreprise.

    Source : keljob.com

  • COMMENT NEGOCIER VOTRE SALAIRE

    VOUS TROUVEREZ CI-DESSOUS QUELQUES CONSEILS JUDICIEUX 

    hannut, blog, négocier, salaire, commentLa négociation du salaire

    Tout au long de votre discussion, il faut que vous gardiez 4 principes à l'esprit et que vous agissiez en fonction. Ils forgent votre ligne de conduite pour la négociation.

    Premier principe : Ecoutez attentivement

    Mieux vaut écouter attentivement que de parler. Tout le monde a besoin d'attention- même votre adversaire dans la négociation- et personne n'échappe au besoin d'être reconnu et apprécié.

    Si vous voulez savoir ce que l'adversaire a sur le cœur, ou pourquoi il fait certaines remarques, écoutez-le attentivement et posez-lui des questions, tout en provoquant des contacts oculaires réguliers.

    N'interrompez pas tout le temps votre interlocuteur et réagissez une fois qu'il a fini sa phrase, vous aurez d'autant plus d'informations.

    Lire la suite