mottin

  • HANNUT > CE VENDREDI 10 MARS 19H30 > VERNISSAGE EXPOSITION DES ŒUVRES DE CYNTHIA EVERS

    Cynthia EVERS a le sens de l'observation.

    Son regard sur les choses simples de la vie est à la fois magique et aiguisé. Ses œuvres, à l'instar des "Haïkus", sont des instants de vie, des accords avec la nature qui nous ouvrent les yeux et attisent nos âmes. Ses créations sont belles comme un poème, elles sont un hymne à la vie et apaisent les regardeurs.

    Si vous aimez vous ressourcer, ne manquez pas ce retour à la nature que vous offre cette artiste dont les œuvres sont à contempler sans modération.

     (Alain Bronckart, passeur d'art)

    Exposition > A voir jusqu'au 25 mars 2017.

    Ouvertures:

    • - Lundi, mardi et vendredi de 8h30 à 12h15 et de 14h à 16h.
    • - Mercredi de 8h30 à 16h.
    • - Jeudi de 8h30 à 12h15 et de 14h à 18h30.
    •  - Samedi de 9h à 11h30

    Informations > info@centreculturelhannut.be > Site www.centreculturelhannut.be

    Galerie d'art du Château Mottin rue de Landen, 23, 4280 Hannut.

    L’évènement sur Facebook > https://www.facebook.com/events

  • HANNUT > VERNISSAGE CE VENDREDI 13 JANVIER À 19:30 > MAXIME HOUGARDY EXPOSE À LA GALERIE MOTTIN

    Après avoir suivi un cycle universitaire, Maxime Hougardy découvre la peinture en 2011.

    Il nous donne à voir une série de peintures figuratives et des sculptures 563_Expo_Maxime_Hougardy_ 040.jpgreprésentant souvent des visages déformés aux couleurs vives et fragmentées.

    Quelques impressions font leur apparition, mais dans tous les cas, on retrouve dans l'œuvre de Maxime Hougardy, cette expression spontanée d'impulsions intérieures qui font de lui un artiste authentique.

     (Alain Bronckart, passeur d'art)

    À voir jusqu'au 28 janvier 2017. > Galerie d'art du Château Mottin > Rue de Landen, 23, 4280 Hannut

    Ouvert > Lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 8h30 à 12h15 et de 14h à 16h. Mardi de 8h30 à 12h15 et samedi de 9h à 11h30.

    L’évènement sur Facebook > https://www.facebook.com/events/1132475106871946/

    La Galerie sur Facebook > https://www.facebook.com/galeriedartchateaumottin

    CCH Expo Hougardy.jpg

    La Galerie d'art du Château Mottin, un lieu d’art vivant.

    Un gout prononcé pour l’art, un engagement pour les artistes, l’envie de faire découvrir de nouveaux talents, telles sont les motivations qui, au début des années nonante, poussent les Autorités communales de Hannut, sous l’égide d’Alain Bronckart, le dynamique Directeur du Centre Culturel, d’ouvrir une galerie d’art au cœur de l’ancien Château de la famille Mottin, devenu le siège de l’administration communale, à la première fusion des communes le 1er janvier 1971.

    À cette époque, Hannut est en pleine mutation urbanistique et de nombreux nouveaux résidents choisissent d’habiter une région principalement rurale.

    Depuis 1988, fidèle à sa mission initiale et à son approche éducative, la Galerie d'art du Château Mottin a réussi à sensibiliser le grand public à l'art contemporain, dans toute sa diversité et sous toutes ses formes.

    Dans le monde de l’art, il y a les galeries très installées, celles qui ont droit au soutien inconditionnel des médias. Et puis il y a les autres, celles qui veulent exister autrement. Cette galerie d’art unique en son genre est un concept original, ouvert à tous les artistes, au-delà des sempiternels circuits de diffusion et d’exposition, jugés parfois trop fermés sinon élitistes.

    En invitant des artistes de réputation internationale comme Jean-Michel FOLON, Octave LANDUYT, Pol MARA, Cyr FRIMOUT, Roger SOMVILLE, la galerie entendait attirer le public dans un lieu où le mercantilisme n'est pas spécialement de mise, mais surtout de mettre en valeur des artistes émergents, plus jeunes qui, tels Romain Van Wissen, Jimmy Beltrame ou Raphaël Demarteau ont largement trouvé leur place dans le paysage culturel Belge contemporain, exprimant leur talent avec force et indépendance.

    Faire aimer l'art relève d'un tel défi qu'il faut avant tout aller vers le public. D’accès facile, située au cœur de la ville, la galerie dispose de remarquables locaux, qui lui permettent d’organiser des évènements et de présenter en extérieur des œuvres de grand format. Des expositions sont organisées chaque mois, de juin à octobre, accessibles également sur rendez-vous.

    En 2013, la Galerie d’art du Château Mottin fit peau neuve afin d’assurer un rôle dans la promotion et la diffusion d’œuvres de qualité. En collaboration avec la Bibliothèque de Hannut et les établissements scolaires, elle a permis aux jeunes écoliers de s’ouvrir sur d’autres imaginaires. Accompagnés par des artistes-intervenants, les enfants peuvent affuter leur sens critique et développer leur capacité de création lors de visites suivies d’ateliers. Ils visent à développer la culture visuelle des enfants et l’acquisition d’un vocabulaire lié à l’art contemporain, pour leur permettre d’appréhender l’art de façon ludique, par l’observation et l’échange autour des œuvres et par une pratique plastique.

     L’équipe du centre culturel a élaboré des outils – ateliers, visites, dossiers pédagogiques, documentation – qui ont permis aux enfants et aux adultes de s’initier à la création la plus contemporaine.

    La relation privilégiée développée par Alain Bronckart, véritable passeur d’art, avec les artistes est telle qu’elle a toujours permis de monter des expositions présentant le meilleur de leur travail. Aucune autre ligne ou courant artistique n’est retenu que le plaisir des visiteurs et l’excitation du regard. Tous ces artistes ont bénéficié d’expositions importantes et quelques catalogues ont été régulièrement publiés.

    Consciente de l’importance de son implication sur le territoire, la Galerie du Château Mottin souhaite étendre ses partenariats en direction de la Flandre en invitant un artiste néerlandophone à construire un projet artistique local ou à des échanges.

    Le visiteur trouvera dans ce lieu incontournable de la vie culturelle, presque un sens à la beauté d'une terre de Hesbaye qui fourmille de créateurs peu connus.

    Spécialisée dans l'art contemporain à travers ses différentes formes d'expression, cette galerie a mis en place un lieu dans lequel s'entrecroisent peinture, sculpture, œuvres sur papier.

    Voilà un lieu d'art résolument innovant qui met fin aux cloisonnements entre l'art vivant et l'art contemporain qu’il importe de visiter.

     Lucien Rama >  Critique d’art Aiap-Unesco

  • HANNUT > VERNISSAGE « MICHEL FOUAT » VENDREDI 6 MAI A 19H30 GALERIE D'ART CHATEAU MOTTIN

    Michel FOUAT aime par-dessus tout la nature.

    Il donne à voir des paysages stylisés qu'il esquisse dans une matière sablée et qu'il peint avec des couleurs subtiles et chaleureuses.

    Une étonnante lumière émane de chaque œuvre leur donnant une impression de paix et de tranquillité.

    De curieux symboles et calligraphies parsèment ses compositions nous invitant à un voyage vers l'imaginaire. Nul doute, les paysages "sages" de Michel Fouat sont aussi et avant tout intérieurs.

    (Alain Bronckart, passeur d'art) Lien référence > Mobilart

    Jusqu’au 28 mai 2016.

    Ouvert lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 12h et de 14h à 16h. Mardi de 9h à 12h et samedi de 10h à 12h.

  • HANNUT > DU 06 AU 27/02 > EXPOSITION DES ŒUVRES PICTURALES DE GENEVIEVE BABE AVEC LE CCH

    Vernissage ce vendredi 05/02 à 19h30 > Exposition jusqu'au 27 février 2016.

    Rencontre avec Geneviève BABE

    Qu'est-ce qui inspire vos créations, Geneviève Babe ?

     Tout et rien, le temps qui passe parfois, des impressions souvent, des questions, des notes entendues...

    Est-ce que l'actualité « brulante » a de l'influence dans vos oeuvres ?

     L’actualité a un impact important sur moi en général, et pas que sur mes œuvres. Nous avons le devoir en temps qu’adultes de prendre des positions claires par rapport à nos jeunes ; que ce soient nos enfants ou non ! Je ressens l’urgence aujourd’hui d’être adulte responsable et réfléchi. À ce titre oui, l’actualité a un impact dans ma vie parce qu’il me touche. Je ne sais pas faire de la musique, je ne suis pas une personnalité politique. Mon seul moyen de communiquer est de créer. La détresse humaine me touche particulièrement.

    La musique vous inspire ? Vous créez en musique ? Quelle musique ?

     Bowie, beaucoup parce qu’à facettes ; mais pas que, je suis éclectique, gourmande et curieuse ! Il y a en fait toujours de la musique.

    Pourquoi avoir choisi de vous exprimer à travers l'aquarelle ?

     Paradoxalement parce que comme en gravure ou comme pour la création d’un masque, il faut penser différemment. En gravure, le dessin est inversé, un peu comme les empreintes positives et négatives d’un masque en latex. Pour l’aquarelle, il faut penser ses blancs avant ! Je rentre dans une création par le dessin. Là, je libère, je me libère des contraintes puis... quand le temps est venu, je prends les aquarelles et là, c’est la réflexion qui prend le pas. Sauf qu’avec des aquarelles, il y a l’imprévu, à chaque goutte d’eau ! C’est fluide et sensuel ! L’aquarelle permet le toucher... Et l’aquarelle n’est pas toxique pour le chat !

    Que pensez-vous apporter aux « regardeurs » de vos oeuvres ?

     J’espère tout !

     De l’évasion, de la gaieté, des questions ou des réflexions peut-être... et de la LIBERTÉ.

    Que représente une exposition personnelle à vos yeux ?

     C’est juste waouh ! Merci.

    Propos recueillis par Alain Bronckart.

    Source > https://www.facebook.com

  • CCHANNUT > EXPOSITION DES ŒUVRES DE VINCENT RAMIREZ JUSQU’AU 19/06

    488_Vincent_Ramirez_ 008.jpg

    Le Centre Culturel Hannut et la Ville de Hannut ont le plaisir de vous inviter à l'exposition des œuvres de Vincent Ramirez

    Jusqu’au 19 juin à 16:00  > Galerie d'art du Château Mottin > Rue de Landen, 23, 4280 Hannut

    mercredi - jeudi - vendredi de 9h à 12h et de 14h à 16h. > Mardi de 9h à 12h.

    Chaque samedi de 10h à 12h en présence de l'artiste ou sur rendez-vous: 0475/533461.

    Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Culture), le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Liège Province Culture et Ville de Hannut.

    L’artiste sur Facebook > ICI

    Source > https://www.facebook.com

    Le mot de l’artiste …….

     Plus de trente ans après avoir terminé des études aux Beaux-Arts, Vincent Ramirez, estime que son œuvre est assez mure pour être montrée au public.

    488_Vincent_Ramirez_ 028.jpgCette œuvre, insoucieuse des modes et des ukases de l'art contemporain, vous emmène en voyage au pays d' "Absurdie", où les êtres masqués de l'impassibilité vénitienne, ou de leur propre visage se livrent à des fêtes mélancoliques.

    Souvent, ce monde fou est observé par le sage incarné dans le hibou, suivant en cela une symbolique qu'on pourrait presque qualifier de "Disneyenne". Car l'artiste ne se défend pas d'une certaine naïveté et même de simplisme.

     Il ne s'adresse pas à des historiens de l'art mais à un public qu'il souhaite le plus large possible.

    L'œuvre se veut harmonieuse, mais en même temps violente, ainsi qu'humoristique et critique à l'instar de celle de ses grands inspirateurs que sont, par exemple, Ensor et Goya. Elle se veut le reflet de la fusion de deux atavismes qui se disputent l'artiste, celui de l'Espagne dramatique et celui de la Belgique drolatique.

    L'artiste joue avec les mots, avec les images, les reflets, les abîmes, parfois il marche au bord du gouffre surréaliste, puis saisi d'un vertige, se retire pour exulter dans une explosion expressionniste où la liberté de ton, de trait et de couleur est de rigueur.

    En fait, s'enfermer dans les tiroirs des courants, ne l'intéresse pas. Peindre est son seul crédo, le résultat et le sujet dépendent de l'humeur du jour. Tout le monde peut avoir besoin de se retirer à la campagne et d'observer les petits oiseaux.

    Vincent Ramirez vous aide à soulever la chape de plomb qui pèse sur notre monde.

    _____________                Source > https://www.facebook.com

    Vous avez envie de mettre de la couleur dans votre vie, de faire pétiller votre regard, c’est là qu’il faut aller jeter vos deux yeux. >>>> Lisez l’avis de Geneviève Babe sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be

  • VINCENT RAMIREZ EXPOSE À LA GALERIE DU CHÂTEAU MOTTIN À HANNUT DU 5 AU 19 JUIN.

    488_Vincent_Ramirez_ 010.jpg

    Texte de Geneviève Babe

    Vous avez envie de mettre de la couleur dans votre vie, de faire pétiller votre regard, c’est là qu’il faut aller jeter vos deux yeux.

    Si la peinture de cet artiste était un mot, elle serait « panache » ! Rien à voir avec le terme «bravache» ou «potache», même si le sujet semble léger, il y a chez cet artiste un coup de main qui relève du moment rare, de l’instant arrêté où ce que fait la main du peintre rencontre le regard du spectateur et en même temps, comme un arrêt sur image, la vision de son œil de créateur sur son modèle au moment de la pose.

    488_Vincent_Ramirez_ 031.jpgTout est là, suspendu, tenu, tracé sur papier… et ces fragments de temps résonnent dans toute la pièce.

    L’exposition est dense. Je regrette que la galerie ne compte pas plus de murs. Il eût fallu pour cet artiste une seule œuvre par mur… Tous les alentours de chacun des tableaux rayonnent et prennent vie tant la chatoyante des couleurs, l’intérêt des corps, et la précision des attitudes sont justes.

    Le corps féminin nu est magnifié, montré dans sa poésie, dans sa volupté. L’artiste se rattache à Goya et Ensor. J’ajouterai Félicien Rops pour la sensualité et l’exubérance. Rops est un graveur, je retrouve chez Ramirez la technique, précise, et la sureté du trait de son prédécesseur.

    Je pense aussi à Kees Van Dongen, ce fauviste néerlandophone à cause de la présence des femmes de Monsieur Ramirez. La force du moment, le caractère du sujet, le tempérament sont entiers. Il y a une concordance entre ces deux artistes selon moi, une certaine dose de truculence et de sensibilité libertaire propre peut-être à notre belgitude…Projet1.jpg

    Les couleurs utilisées ne sont pas sans rappeler le fauvisme, mais le fait de leur donner de la transparence, j’y retrouve avec délices la douceur de la main qui caresse. Il n’y a ici ni jugement ni compassion juste un regard posé à un moment donné et traduit. Il y a quelque chose de l’ordre de la perfection… de l’instant suspendu.

     Pas pour se reposer sur ses lauriers ou pour se satisfaire des acquis, non, cet artiste est en recherche.

    Ses croquis ne sont pas résultats, ils sont plutôt chemin de travail, de recherches, de découverte, certes abouties, mais non arrêtées. C’est sans doute ces instants que je préfère… l’espérance du sublime. Y parviendra-t-il ?

    Laissez-vous séduire.

    Source > Geneviève Babe sur Facebook - Photos > JCD

    L’expo est ouverte du lundi au samedi aux heures d’ouverture de la Maison Communale. Elle vous est proposée par la ville de Hannut et son centre culturel. Bonne visite.

  • UNE EXPOSITION À VOIR A HANNUT > ETHYLIC - SAMUEL D’IPPOLITO A LA GALERIE JEAN

     460_ ETHYLIC Samuel D'IPPOLITO_ 022.jpg

    Ethylic - Samuel d’Ippolito.

    Une rencontre improbable d’un vendredi soir sur la terre…

    Finalement une belle coïncidence, un rendez-vous avec un artiste à fleur de peau qui vit et projette ses inquiétudes, voire ses angoisses dans son travail.

    460_ ETHYLIC Samuel D'IPPOLITO_ 011.jpgPlusieurs séries d’œuvres à son actif, celle présentée au Château Mottin est “Ethylic”. Nous sommes en présence d’un collectionneur… peut-être obsessionnel… à vous de vous faire une idée… Pas très éloigné de l’enfant remplissant ses poches de cailloux, il nous plonge dans son univers avec candeur et ravissement. L’artiste est jeune et passionné, gage de spontanéité, ce qui moi m’a emportée…  J’entre dans une réalité différente, pour certains, ne sont présentés que des assemblages de bouchons mis en scène, pour d’autres, allégorie de la nature avec « Purple Mountains », une de ses premières œuvres où il n’y a que la signature qui est encore hésitante. La scénographie de l’œuvre est établie, tout converge vers l’œuvre d’art… Ne nous y trompons pas, la jeunesse de l’artiste est d’autant plus frappante que la qualité de son travail est millimétrée de recherche, l’effet semble méticuleusement réfléchi tout en étant libre, sans contrainte. Enfant, il a développé ses capacités à l’atelier de Nadine Fabry… L’art un merveilleux endroit de rencontres…460_ ETHYLIC Samuel D'IPPOLITO_ 014.jpg

    Les liens établis par Samuel D’Ippolito sont tirés de ses réalités, un atelier lumineux, ancienne terrasse de la maison familiale, face à l’usine Cockerill ; une famille portante, qui fait grandir ; des études d’administration des affaires dont il sort en 2008 ; un trentenaire actif qui un jour, s’est assis dans un canapé et a joué avec des bouchons abandonnés sur une table de salon, un peu déprimé de son quotidien… Une ligne de bouchons bien ordinaire est à l’origine de cette vague de fond, non de fond de bouteille, mais de mouvement, un tsunami artistique.

    Une œuvre où tout est lien, tout est oscillation. Liens établis entre le cinéma, le milieu de vie et les connexions étranges et propres qui naissent dans le cerveau de l’artiste. Ses interrogations sont nombreuses, variées comme les bouchons de ses œuvres… aucun n’est identique, tous sont travaillés un à un, placés et regardés pour œuvrer à la réalisation commune… dont le résultat s’apparente à l’indicible.

    460_ ETHYLIC Samuel D'IPPOLITO_ 028.jpgUne installation de 9 carrés attire le regard dans un coin… Samuel D’Ippolito vient de me parler de cinéma et moi, je projette « La piel que habito » film de Pedro Almodovar sorti en 2011 sur cette œuvre, peut-être la couleur, le ressenti, la délicatesse des formes, mais aussi le découpage… un fil éphémère se tisse entre ce que je vois, ce que je sens, ce que je sais.

    Partout où le regard porte dans cette exposition, sur chacune des représentations de l’univers “Ethylic” du plasticien, une réalité s’offre, différente des nôtres. L’une est même véritablement odorante… Le feu l’a consumée, l’a transformée… Elle est corps calciné… J’en ai presque le cœur dans la gorge tellement le ressenti est là, le haut-le-cœur est puissant, les émotions jaillissent… Le doute s’installe… Où suis-je ? Dans une galerie, campée sur mes deux pieds où face à une atrocité aux formes douces, rondes presque féminines… le malaise persiste, la respiration s’accélère, vite tourner les talons, s’éloigner…

    Ici, le mouvement, la goutte d’eau qui s’imprime dans le mur, remous qui tend à l’immobilité, vie éphémère d’une impulsion qui s’estompe…

    Certaines représentations sont enchâssées dans un cadre comme une vitrine, comme ce fameux Grey Smoke, autant que la fumée reste confinée à l’intérieur, quelle ne nous salisse pas, ne nous envahisse pas…460_ ETHYLIC Samuel D'IPPOLITO_ 030.jpg

    Toutes ces créations, participent, ne vous y trompez pas, à nous faire sentir l’éther… Comme si le but de l’artiste était de nous emmener au-delà de nos représentations. Toutes ses installations sont interrogations face à la vie, aux chemins qu’elle peut emprunter que ces parcours de vie soient torturés, angoissés ou…

    De l’infiniment petit, un détail de main à l’immensité universelle de nos questions sans réponses… Geneviève Babe.

    À découvrir jusqu’au 30 janvier à la galerie d’art du Château Mottin, rue de Landen, 23 à 4280 Hannut.

    Source > Alain Bronckart sur > https://www.facebook.com/alain.bronckart

  • AU CC HANNUT CE 14/11 EXPOSITION DE PEINTURES > 14-18 DANS L'ART CONTEMPORAIN

    10372507_10203942682500297_7496557169630590828_n.jpg

    Vernissage de l'exposition le vendredi 14 novembre 2014 à 19h30 - Galerie d'Art du Château Mottin, rue de Landen, 23, 4280 Hannut.

    Expo > 14 novembre au 18 décembre

    Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, le Centre culturel de Hannut organise une exposition inédite: 14-18 dans l'Art d'aujourd'hui. Pour la première fois, des artistes contemporains vont nous donner leur vision de la Grande Guerre.

    La Première Guerre mondiale a laissé une trace indélébile dans l'histoire de l'art. De nombreux artistes ont porté un regard sur cet évènement catastrophique, le représentant directement dans sa brutalité et sa cruauté tout en transformant leur propre style profondément marqué par les atrocités de 14-18. D'autres artistes ont tourné le dos à cette triste réalité faite de violence et de larmes; ils ont cherché un monde moins cruel, plus doux, dans leur imagination et subconscient, niant la réalité de cette époque, ou bien dans la nature.

    Quoiqu'il en soit, tous ces artistes nous laissent des souvenirs objectifs qu'on apprécie toujours un siècle plus tard.

    100 ans plus tard, quel regard porte l'homme sur ces ignominies de jadis? Les réminiscences du passé refont surface dans le paysage du 21e siècle. Et si elles marquaient la base d'un nouvel élan et de nouveaux regards. hannut,blog,jcd,exposition,peintures,14-18,galerie,mottin,cch

    L'histoire au service de l'évolution:

    Que nous donneraient à voir les artistes d'aujourd'hui en s'inspirant du thème de 14-18?

    Avec: > Augusti Audrey - Guy Berbé - Dominique Dauchy - Joëlle Delhovren - Francis Desiderio - Samuel D'Ippolito - Stéphane Gerhards - Thierry Grootaers - Jemmy Lamar - Octave Landuyt - Samuel Levy - Lucien Rama - Benjamin Spani - Charles Szymkovicz - Geneviève Van Der Wielen - Romain Van Wissen

    Commissaires d'exposition: >  Alain Bronckart - Thibaut Wauthion