mots

  • ENTRETIEN D’EMBAUCHE : LES PHRASES À NE JAMAIS PRONONCER !

    shutterstock_171195410b.jpg

    En entretien d’embauche, le moment où vous devez vous présenter constitue sans doute l’exercice le plus délicat.

    Entre ce que vous devez dire et ce que vous devez taire, pas facile en effet de trouver le juste milieu. Le jobsite français keljob a interrogé trois recruteurs professionnels sur les maladresses le plus courantes des candidats lors de cette étape.

    1. « Dans mon ancienne boîte, j’ai bossé sur… »

    Pour Romain Werlen, directeur senior au sein du cabinet Page Personnel, l’argot et le langage familier, s’ils ont leur charme dans la vie privée, doivent être bannis des entretiens d’embauche : « Cela ne donne pas une image très qualitative et affecte la crédibilité du candidat », explique-t-il. Faites également attention aux fautes de syntaxe, comme « malgré que », « si j’aurais » ou « pour moi travailler », qui terniront aussi votre image auprès du recruteur.

    2. « Les ordis, ça me connaît »

    Évitez d’abréger les mots et de parler en langage SMS. À nouveau, ce type de langage entache votre professionnalisme. Pire, votre employeur potentiel pourrait croire que vous parlerez de la sorte aux futurs clients. Gaëlle Marre, directrice de l’agence de recrutement OfficeTeam, cite un exemple : « Dernièrement, une candidate me parlait de “prof lib” pour évoquer profession libérale. J’ai dû la faire répéter 3 fois ».

    3. « Je maîtrise XUL, XBL, CSS et JavaScript »

    Renseignez-vous sur la personne qui vous interviewera. S’il s’agit d’un membre de la direction des ressources humaines, rappelez-vous qu’il n’est pas forcément spécialiste de la fonction que vous briguez. Si vous postulez un poste technique, évitez donc le jargon que seuls les initiés comprennent. Réservez ce langage d’expert pour un entretien ultérieur, au cours duquel vous serez confronté(e) à votre future équipe potentielle. Romain Werlen résume le problème : « Faites l’effort d’être pédagogue avec un recruteur ».

    4. « Mon ancien boss était à côté de ses pompes »

    Vous ne disposez que de quelques minutes pour vous présenter. Mettez ce temps à profit pour souligner votre dynamisme et vos exploits. Évitez un maximum d’évoquer vos mésaventures précédentes et, surtout, de critiquer votre ancien employeur. Catherine Sok, directrice des ressources humaines chez Numergy déplore que « certains candidats précisent, à cette étape, que leur ancien chef était nul, qu’ils ont détesté leur travail ». Critiquer votre ancien employeur donne non seulement une image très négative de votre (dé)loyauté, mais montre en outre que vous avez du mal à vous remettre en question.

    5. « C’est moi le meilleur »

    En entretien d’embauche, vous devez vous vendre et insister sur vos qualités. Mais il vous faut respecter certaines limites et ne pas tomber dans l’auto-flagornerie. Bannissez les superlatifs qui pourraient constituer une perche idéale pour les recruteurs tentés de vous piéger : « Quand on affirme être le meilleur, il faut le prouver », souligne Catherine Sok. Au lieu de vous lancer des fleurs gratuitement, évoquez plutôt des projets concrets que vous avez mené à bien et qui démontrent votre efficacité.

    Source : keljob.com > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 8 MOTS A NE JAMAIS UTILISER POUR VOUS DECRIRE EN TOUTE CIRCONSTANCE !

    mirror.jpg

    Si certains mots peuvent paraître flatteurs dans la bouche des autres, ils vous font passer pour un(e) prétentieux (/se) imbuvable lorsqu’ils sont prononcés par vous.

    Voici donc 8 mots à ne jamais utiliser pour vous décrire.

    1. Autorité

    Si vous devez préciser que vous êtes une autorité dans votre domaine, c’est que vous ne l’êtes probablement pas. Montrez plutôt en quoi vous êtes un(e) expert(e). « Présentateur sur La Première» ou « agent de presse de Stromae » sont des indicateurs d’un certain niveau d’autorité.

    En revanche, à moins que vous ne sachiez le prouver, « autorité dans le marketing des réseaux sociaux » signifie seulement que vous passez trop de temps sur Twitter. 

    2. Fournisseur mondial

    La grande majorité des entreprises sont capables de vendre des biens et des services au niveau mondial. Pour celles qui ne peuvent pas le faire, la restriction géographique des activités proposées est évidente. Nous pensons notamment aux restaurants. Dès lors, n’utilisez « fournisseur mondial » que si cette qualité n’est pas évidente. Sinon, on vous prendra pour une petite entreprise qui essaie de se faire passer pour une grosse boîte. 

    3. Motivé(e)

    Voilà un mot à ne jamais utiliser pour vous décrire. Vous êtes censé(e) être motivé(e), quoi qu’il arrive. Le préciser ferait passer cet attribut automatique comme une qualité exceptionnelle. C’est comme si vous souligniez le fait que vous faites « bien » votre boulot.

    4. Innovant(e)

    De nombreuses entreprises se présentent comme innovantes. Beaucoup de gens se veulent avant-gardistes. La plupart ne le sont pas.

    Si vous êtes novateur (/trice), ne le dites pas. Prouvez-le. Décrivez les produits que vous avez développés. Décrivez les processus que vous avez modifiés. Parlez de concret, présentez votre innovation comme tacite et évidente…

    5. Créatif (/ve)

    Certains mots sont si souvent utilisés qu’ils en perdent leur sens. « Créatif (/ve) » fait partie de ces termes galvaudés. (Vérifiez les profils de vos contacts sur LinkedIn, ils reprennent presque tous ce qualificatif). 

    Créatif (/ve) n’est qu’un exemple. On pourrait aussi citer « efficace », « dynamique », « influent(e) », « aime travailler en équipe »… Certains de ces termes peuvent peut-être véritablement vous décrire. Mais étant employés par tout le monde, ils ont perdu leur impact.  

    6. Passionné(e)

    La passion ne se marie pas forcément bien avec tous les métiers. Si elle convient parfaitement à une position dans le secteur de l’art, elle vous fait passer pour un(e) dingue dans le milieu de l’administration. Si vous postulez un emploi d’encodeur(/se) de données, vous devriez plutôt opter pour des termes comme « concentration » ou « spécialisation ».

    7. Unique

    Les empreintes sont uniques. Les flocons de neige sont uniques. Vous êtes unique. Mais votre entreprise ne l’est probablement pas. Ne prétendez pas être unique. Les clients n’attachent pas réellement d’importance à l’unicité. Ils veulent le « meilleur ». Montrez comment vous êtes le/la meilleur(e) et vous serez unique dans l’esprit de vos clients.

    8. Incroyablement

    En faisant un petit tour d’horizon des profils sur LinkedIn, vous retrouverez aussi quelques adverbes censés donner une description plus précise de la personne. Certains se présentent ainsi comme « incroyablement passionné(e) », « profondément perspicace », « extrêmement captivant(e) ». N’est-il pas suffisant d’être perspicace ou captivant(e) ? Êtes-vous vraiment obligé(e) d’être incroyablement passionné(e) ? 

    Si vous tenez absolument à utiliser des adjectifs excessifs pour vous décrire, épargnez-nous au moins les adverbes superlatifs. Croyez-nous, on a compris.

    Source : Inc.com > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 8 MOTS A NE JAMAIS UTILISER POUR VOUS DECRIRE EN ENTRETIEN D’EMBAUCHE

    mirror.jpg

    Si certains mots peuvent paraître flatteurs dans la bouche des autres, ils vous font passer pour un(e) prétentieux (/se) imbuvable lorsqu’ils sont prononcés par vous.

    Voici donc 8 mots à ne jamais utiliser pour vous décrire.

    1. Autorité

    Si vous devez préciser que vous êtes une autorité dans votre domaine, c’est que vous ne l’êtes probablement pas. Montrez plutôt en quoi vous êtes un(e) expert(e). « Présentateur sur La Première » ou « agent de presse de Stromae » sont des indicateurs d’un certain niveau d’autorité. En revanche, à moins que vous ne sachiez le prouver, « autorité dans le marketing des réseaux sociaux » signifie seulement que vous passez trop de temps sur Twitter. 

    2. Fournisseur mondial

    La grande majorité des entreprises sont capables de vendre des biens et des services au niveau mondial. Pour celles qui ne peuvent pas le faire, la restriction géographique des activités proposées est évidente. Nous pensons notamment aux restaurants. Dès lors, n’utilisez « fournisseur mondial » que si cette qualité n’est pas évidente. Sinon, on vous prendra pour une petite entreprise qui essaie de se faire passer pour une grosse boîte. 

    3. Motivé(e)

    Voilà un mot à ne jamais utiliser pour vous décrire. Vous êtes censé(e) être motivé(e), quoi qu’il arrive. Le préciser ferait passer cet attribut automatique comme une qualité exceptionnelle. C’est comme si vous souligniez le fait que vous faites « bien » votre boulot.

    4. Innovant(e)

    De nombreuses entreprises se présentent comme innovantes. Beaucoup de gens se veulent avant-gardistes. La plupart ne le sont pas.

    Si vous êtes novateur (/trice), ne le dites pas. Prouvez-le. Décrivez les produits que vous avez développés. Décrivez les processus que vous avez modifiés. Parlez de concret, présentez votre innovation comme tacite et évidente…

    5. Créatif (/ve)

    Certains mots sont si souvent utilisés qu’ils en perdent leur sens. « Créatif (/ve) » fait partie de ces termes galvaudés. (Vérifiez les profils de vos contacts sur LinkedIn, ils reprennent presque tous ce qualificatif).  Créatif (/ve) n’est qu’un exemple. On pourrait aussi citer « efficace », « dynamique », « influent(e) », « aime travailler en équipe »… Certains de ces termes peuvent peut-être véritablement vous décrire. Mais étant employés par tout le monde, ils ont perdu leur impact.  

    6. Passionné(e)

    La passion ne se marie pas forcément bien avec tous les métiers. Si elle convient parfaitement à une position dans le secteur de l’art, elle vous fait passer pour un(e) dingue dans le milieu de l’administration. Si vous postulez un emploi d’encodeur (/se) de données, vous devriez plutôt opter pour des termes comme « concentration » ou « spécialisation ».

    7. Unique

    Les empreintes sont uniques. Les flocons de neige sont uniques. Vous êtes unique. Mais votre entreprise ne l’est probablement pas. Ne prétendez pas être unique. Les clients n’attachent pas réellement d’importance à l’unicité. Ils veulent le « meilleur ». Montrez comment vous êtes le/la meilleur(e) et vous serez unique dans l’esprit de vos clients.

    8. Incroyablement

    En faisant un petit tour d’horizon des profils sur LinkedIn, vous retrouverez aussi quelques adverbes censés donner une description plus précise de la personne. Certains se présentent ainsi comme « incroyablement passionné(e) », « profondément perspicace », « extrêmement captivant(e) ». N’est-il pas suffisant d’être perspicace ou captivant(e) ? Êtes-vous vraiment obligé(e) d’être incroyablement passionné(e) ? 

    Si vous tenez absolument à utiliser des adjectifs excessifs pour vous décrire, épargnez-nous au moins les adverbes superlatifs. Croyez-nous, nous avons compris.

    Source : Inc.com > Texte: Céline Préaux via > http://www.references.be

  • 8 MOTS À NE JAMAIS UTILISER POUR VOUS DÉCRIRE LORS D'UN ETRETIEN D'EMBAUCHE !

    shutterstock_61682320b.jpg

    Si certains mots peuvent paraître flatteurs dans la bouche des autres, ils vous font passer pour un(e) prétentieux(/se) imbuvable lorsqu’ils sont prononcés par vous.

    Voici donc 8 mots à ne jamais utiliser pour vous décrire.

    1. Autorité

    Si vous devez préciser que vous êtes une autorité dans votre domaine, c’est que vous ne l’êtes probablement pas. Montrez plutôt en quoi vous êtes un(e) expert(e). « Présentateur sur La Première » ou « agent de presse de Stromae » sont des indicateurs d’un certain niveau d’autorité. En revanche, à moins que vous ne sachiez le prouver, « autorité dans le marketing des réseaux sociaux » signifie seulement que vous passez trop de temps sur Twitter.

    2. Fournisseur mondial

    La grande majorité des entreprises sont capables de vendre des biens et des services au niveau mondial. Pour celles qui ne peuvent pas le faire, la restriction géographique des activités proposées est évidente. Nous pensons notamment aux restaurants. Dès lors, n’utilisez « fournisseur mondial » que si cette qualité n’est pas évidente. Sinon, on vous prendra pour une petite entreprise qui essaie de se faire passer pour une grosse boîte.

    3. Motivé(e)

    Voilà un mot à ne jamais utiliser pour vous décrire. Vous êtes censé(e) être motivé(e), quoi qu’il arrive. Le préciser ferait passer cet attribut automatique comme une qualité exceptionnelle. C’est comme si vous souligniez le fait que vous faites « bien » votre boulot.

    4. Innovant(e)

    De nombreuses entreprises se présentent comme innovantes. Beaucoup de gens se veulent avant-gardistes. La plupart ne le sont pas.

    Si vous êtes novateur(/trice), ne le dites pas. Prouvez-le. Décrivez les produits que vous avez développés. Décrivez les processus que vous avez modifiés. Parlez de concret, présentez votre innovation comme tacite et évidente…

    5. Créatif(/ve)

    Certains mots sont si souvent utilisés qu’ils en perdent leur sens. « Créatif(/ve) » fait partie de ces termes galvaudés. (Vérifiez les profils de vos contacts sur LinkedIn, ils reprennent presque tous ce qualificatif).
    Créatif(/ve) n’est qu’un exemple. On pourrait aussi citer « efficace », « dynamique », « influent(e) », « aime travailler en équipe »… Certains de ces termes peuvent peut-être véritablement vous décrire. Mais étant employés par tout le monde, ils ont
    perdu leur impact.

    6. Passionné(e)

    La passion ne se marie pas forcément bien avec tous les métiers. Si elle convient parfaitement à une position dans le secteur de l’art, elle vous fait passer pour un(e) dingue dans le milieu de l’administration. Si vous postulez un emploi d’encodeur(/se) de données, vous devriez plutôt opter pour des termes comme « concentration » ou « spécialisation ».

    7. Unique

    Les empreintes sont uniques. Les flocons de neige sont uniques. Vous êtes unique. Mais votre entreprise ne l’est probablement pas. Ne prétendez pas être unique. Les clients n’attachent pas réellement d’importance à l’unicité. Ils veulent le « meilleur ». Montrez comment vous êtes le/la meilleur(e) et vous serez unique dans l’esprit de vos clients.

    8. Incroyablement

    En faisant un petit tour d’horizon des profils sur LinkedIn, vous retrouverez aussi quelques adverbes censés donner une description plus précise de la personne. Certains se présentent ainsi comme « incroyablement passionné(e) », « profondément perspicace », « extrêmement captivant(e) ». N’est-il pas suffisant d’être perspicace ou captivant(e) ? Êtes-vous vraiment obligé(e) d’être incroyablement passionné(e) ?

    Si vous tenez absolument à utiliser des adjectifs excessifs pour vous décrire, épargnez-nous au moins les adverbes superlatifs. Croyez-nous, on a compris.

    Source : Inc.com via > http://www.references.be/

  • 5 MOTS À NE JAMAIS PRONONCER AU TRAVAIL

    interdit_de_parler.jpg

    Vous voulez faire bonne impression au travail ?

    Avoir une attitude professionnelle, et entrer dans les bonnes grâces de votre patron ? Cela passe aussi par votre façon de vous exprimer : en étant sûr de vous, en articulant bien, d'une voix haute et claire et… en évitant de prononcer trop souvent ces 5 mots.

    Jamais

    Il ne faut jamais dire jamais, surtout au travail. Du moins pas quand il s’agit de projets professionnels : vous allez passer pour quelqu’un de fataliste, négatif, voire buté. Restez ouvert aux opportunités !

    Genre / euh / tu vois …

    Tous ces tics de langage sont des mots superflus qui parasitent votre discours. Ils vous font en plus passer pour une personne jeune et peu sûre d’elle. Pour éviter de les prononcer, prenez le temps d’ordonner vos pensées avant de parler. Vous aurez instantanément l’air plus professionnel.

    Probablement

    Un mot qui manque d’assurance. Vos collaborateurs ont besoin d’être fixés pour mener leur travail à bien : donnez-leur une réponse claire.

    Mais

    Le mot qui annule toute la phrase qui a été dite avant. Pourquoi faire un détour au lieu d’aller droit au but ? Reformulez votre phrase !

    Impossible

    Le magazine Forbes recommande de remplacer toutes les phrases comme « C’est impossible » ou « Je ne peux pas » par « J’aimerais pouvoir le faire ». Cette phrase prouve votre volonté et votre motivation. Une bonne idée, même s'il vous faudra ajouter un « mais » ensuite…

    Source: thegrindstone.com via > http://www.references.be

  • 10 PHRASES À NE JAMAIS PRONONCER AU TRAVAIL

    shutterstock_96136346.jpg

    Sur le lieu de travail, les mots que l’on choisit d’utiliser (consciemment ou non) ont un impact sur notre image professionnelle. Quelles phrases faudrait-il bannir pour être considéré comme un leader ?

    Pour être mieux perçu sur votre lieu de travail, commencez par soigner votre langage, en choisissant avec soin votre manière de vous exprimer. Le magazine Forbes a interrogé Darlene Price (auteure du livre Well Said ! Presentations and Conversations That Get Results) à propos de ces mots ou formulations de phrases qu’il faut éviter à tout prix de prononcer au travail.

    Les bons leaders sont influents car ils utilisent un langage qui captive et motive leurs collaborateurs. Au cours de sa carrière, Darlene Price a rencontré beaucoup de managers, et a identifié certaines phrases comme étant résolument négatives pour l’image professionnelle. Les voici.

    1. "C’est pas juste"

    Votre collègue a été augmenté et pas vous, alors que vous travaillez plus dur que lui. C'est certes regrettable, mais dans ce monde des injustices sont commises tous les jours. Sur votre lieu de travail, vous plaindre ou ruminer votre hargne serait contre-productif. A la place, faites l’inventaire des faits, montez un dossier argumenté et présentez-le calmement aux personnes responsables.

    2. "C’est pas mon problème" / "C’est pas mon boulot" / "Je ne suis pas payé pour cela"

    Une telle réponse à la requête d’un collègue montre que vous n’avez pas l’esprit d’équipe ni le sens de la solidarité. Sans pour autant tout accepter, ayez plus de tact lors de votre refus. Par exemple, si vous êtes débordé et que votre patron vous demande de vous occuper d’une tâche supplémentaire, dites-lui que vous seriez ravi d'aider et demandez-lui quelle priorité vous devez accorder à chacun des projets qui vous occupent. Vous prouverez ainsi que vous êtes prêt à vous investir pour l’équipe, tout en lui rappelant qu’il doit rester réaliste dans ses attentes.

    3. "Je vais essayer"

    Les leaders influents ont remplacé le verbe "essayer", assez négativement connoté lors des échanges professionnels. Imaginez par exemple que vous devez absolument poster une facture avant une certaine heure, et que vous demandez à votre collègue de s'en occuper lorsqu'il se rendra chez son prochain client. S’il répond "Je vais essayer" vous vous sentirez obligé de le faire vous-même car la phrase implique une possibilité d’échec.

    4. "Mais on a toujours fait comme ça"

    Les employeurs apprécient l’innovation et la pensée créative chez leurs employés. Or, cette phrase prouve au contraire que vous êtes englué dans vos habitudes, rigide et fermé. Le changement n'est pas toujours négatif: ne soyez jamais aussi catégorique face à une nouvelle idée ou façon de procéder.

    5. "C’est un imbécile" / "Il est fainéant" / "Mon job est nul" / "Je hais cette société"

    Ce genre de phrase révèle non seulement de l’immaturité, mais peut en plus vous faire virer. Faire ce genre de jugement va dans tous les cas donner une mauvaise image de vous. Si vous reprochez quelque chose à quelqu’un, faites-le lui savoir directement, avec tact et politesse: cela prouvera votre professionalisme.

    6. "Je peux me tromper, mais… " / "C’est peut-être une idée stupide, mais…"

    Votre façon de parler indique à vos interlocuteurs l’importance que vous accordez à vos propres idées. Evitez donc ce genre de phrases qui diminuent l’impact de vos idées et vous décrédibilisent. Au contraire, soyez plus assertif dans vos prises de parole.

    7. "C’est impossible" / "Il n’y a rien que je puisse faire"

    Cette phrase très négative renvoie une image pessimiste et passive de vous. Les employeurs préfèrent bien sûr une attitude plus proactive. Quelle que soit la situation, essayez toujours de communiquer de façon plus positive et de chercher réellement une solution. Faites passer le message que vous pouvez contribuer à améliorer la situation.

    8. "Tu aurais dû…" / "Tu aurais pu…"

    Ces mots accusateurs vont culpabiliser votre interlocuteur. Sur le lieu de travail, pour être considéré comme un leader influent, mieux vaut favoriser la collaboration et l’esprit d’équipe. Même si votre collègue est résolument coupable, adoptez une approche plus productive en utilisant des phrases comme "La prochaine fois.." ou "Dans le futur..."

    9. "Tu ne penses pas?" / "D’accord ?"

    Ces phrases sont utilisées pour chercher l’approbation. Si votre but est plutôt de communiquer une idée dont vous êtes certain et de persuader les gens de penser la même chose que vous, débarrassez-vous de ce tic de langage. Mieux vaut formuler vos phrases avec plus de certitude.

    10. "Je n’ai pas le temps" / "Je suis trop occupé"

    Même si elles sont vraies, ces phrases sont toujours blessantes à entendre par vos collaborateurs. Pour entretenir de bonnes relations avec votre équipe, ne refusez jamais frontalement la demande : répondez par exemple que vous seriez heureux d’en discuter après vos réunions du matin, et fixez un rendez-vous plus tard.

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be

  • EAU FLUORÉE > MOTS COEURS ET MOTS TUS PAR BRUNO HEUREUX

    Fluoride.jpgEau fluorée

    Un lecteur a réagi à ma réflexion négative sur la volonté des autorités québécoises d’ajouter du fluor dans l’eau on ne peu plus pure du réseau de distribution pour, raison officielle,  améliorer la santé de la dentition des consommateurs. Je trouvais cette idée inadéquate et ajoutais, en substance,  « Pourquoi pas, tant qu’ils y sont, y ajouter aussi du Viagra et du Prosac ? »

                Ce lecteur averti me signalait qu’au moment de la mobilisation des jeunes Américains pour participer à la libération de l’Europe lors de la seconde guerre mondiale, nombre de ces jeunes avaient été réformés vu l’état lamentable de leurs dents incapables de croquer les biscuits de survie, les fameux biscuits militaires trop durs pour leur dentition. Fort de ce constat, le gouvernement américain avaient alors décidé d’ajouter du fluor à l’eau de distribution avec pour conséquence, quelques années plus tard, une nette amélioration de la santé des dents des populations visées. Après vérification de ces faits, je concède aisément le bien-fondé de cette mesure ponctuelle et remercie ce lecteur d’avoir apporté un autre point de vue sur la question.

                Mais un effet collatéral à la décision des autorités américaines est interpellant : « grâce » à elles, beaucoup plus de jeunes GI ont eu la « chance » de découvrir le Vietnam, l’Irak et l’Afghanistan et d’en revenir parfois mutilés et souvent traumatisés à vie, sans parler de ceux qui y ont laissé leur peau. .. Comme quoi, toute médaille, aussi brillante soit-elle, a son revers nettement moins reluisant.

                Je termine ce sujet par une note plus légère : de la même façon que je préfère une crème glacée sans chantilly, un whisky sans soda, des frites sans mayonnaise, je préfère une eau pure non fluorée… quitte à devoir rendre visite à mon dentiste régulièrement et à lui permettre de gagner sa vie honorablement grâce à toutes celles et tous ceux qui ont fait le même choix que moi. Choix judicieux ? A chacun de juger !

    Source > Texte de > Bruno Heureux.

     Un site Canadien à découvrir > http://info-fluor.blogspot.be/2011/06/le-probleme-de-la-fluoration-de-leau-au.html

  • LINKEDIN : 6,5 MILLIONS DE MOTS DE PASSE VOLÉS!

    linkedin-formation.jpgDes hackers Russes se seraient emparés de 6,5 millions de mots de passe appartenant à des comptes des membres du réseau social LinkedIn, rapporte le site The Next Web.

    Attention si vous utilisez le réseau social LinkedIn! Des hackers Russes auraient récemment subtilisé pas moins de 6,5 millions de mots de passe appartenant à des membres du réseau social professionnel. Actuellement, ces hackers s’attèleraient à décrypter les données et auraient déjà réussi à mettre la main sur 300.000 mots de passe utilisables!

    Une journée qui ne doit pas être évidente pour le réseau social car son application iOS est soupçonnée de collecter les informations contenues dans le Calendrier de l’iPhone ou de l’iPad et de les transmettre à ses serveurs sans le consentement des utilisateurs.

    En attendant, nous ne pouvons que vous conseiller de changer votre mot de passe LinkedIn!

    Réagissez sur le forum.sur > http://belgium-iphone.lesoir.be/forum/viewtopic.php?f=126&t=87382

    Source > http://geeko.lesoir.be > Posté par Alex le 6 juin 2012 dans Uncategorized | 6 commentaires