moral

  • FATIGUE DE CHERCHER UN JOB ? REBOOSTEZ VOTRE MORAL !

    Reboost_shutterstock_136921490.jpg

    Perte d'emploi, restrictions budgétaires...

    Le contexte économique n'est certes pas au beau fixe. Raison de plus pour ne pas sombrer dans ce désarroi... et se reprendre en main. Rencontre avec Sander Laridon, expert chez Actiris, qui nous fait part du désespoir de certains chercheurs d’emploi… et leur donne des conseils pour se rebooster !

    Avez-vous constaté une baisse de moral auprès des chercheurs d’emploi à la suite de la persistance de la crise économique ?

    La crise économique et financière que connaît l’Europe, et notre pays en particulier, est largement traitée et commentée par l’ensemble des médias. Nombreuses sont les annonces de fermetures d’usine, de faillites ou de restrictions budgétaires imposées aux entreprises. De plus, qui ne connaît pas autour de lui une personne confrontée au chômage ou menacée de perdre son emploi.

    En effet, ce contexte peu favorable a pour conséquence d’une part de prolonger la durée de chômage en chômage de longue durée, d’autre part de rendre précaire la nature des contrats de travail par un recours trop fréquent aux CDD et au licenciement pour raisons économiques.

    Nous constatons que ce climat instable et inquiétant affecte considérablement le moral des personnes en recherche d’emploi puisqu’il met en doute leurs perspectives de réussite. « À quoi ça sert de chercher sérieusement puisque de toute façon, il n’y pas de travail ! »

    Quand bien même ces chercheurs qui se retrouvent sur le marché du travail font preuve de bonne volonté, au sortir des études ou à la suite d'un licenciement, beaucoup d’entre eux finissent par perdre leur enthousiasme et se retrouvent confrontés à des sentiments de découragement, d’impuissance, d’isolement et de rejet aussi, voire de culpabilité.

    Quels conseils donneriez-vous aux demandeurs d’emploi pour maintenir ou retrouver leur motivation ?

    Rompre son sentiment de découragement ou d’isolement en recherchant, spontanément ou sur invitation, des informations sur les différents modes de soutien dont on peut bénéficier dans sa recherche d’emploi.

    Profiter du témoignage des conseillers en emploi (ou d’autres chercheurs) issu de leur pratique quotidienne qui indique que malgré le contexte de crise et grâce à un travail de prospection assidu, les offres transmises par les employeurs continuent d’affluer dans les services d’emploi. L’offre ne répond pas à toutes les demandes, car se pose souvent en région bruxelloise la question de la qualification professionnelle, cependant l’offre est toujours satisfaite.

    S’engager plus avant dans un accompagnement individuel ou de groupe. La proposition d’un accompagnement sera définie et orientée selon les besoins de chacun, soit vers une formation et l’acquisition de nouvelles compétences, soit vers une recherche d’emploi active et la mise en valeur des compétences déjà acquises.

    Prendre conscience qu’on n’a pas le pouvoir d’influencer le marché du travail et le taux de chômage, par contre qu’on peut agir sur ses propres attitudes et comportements afin d’améliorer sa recherche et augmenter ses chances de réussite.

    Bénéficier d’un coaching individuel ou de groupe dans la recherche active d’un emploi dès lors qu’on possède un objectif professionnel clair et concrètement réalisable ainsi qu’un bagage de compétences suffisant pour intéresser l’employeur. Il offre dans une première étape la possibilité de faire le point à travers un bilan, de se réapproprier ses qualités, ses compétences et ses motivations et de restaurer ainsi la confiance perdue en ses capacités. Ces techniques qui reposent sur la dynamique de groupe ont un effet étonnant sur la reprise de confiance en soi et ravivent la motivation nécessaire à s’engager plus loin dans les démarches de recherche.

    Une fois « reboosté », il est possible de s’initier à des techniques de recherche d’emploi qui visent à personnaliser la relation avec les employeurs. De nos jours, envoyer un CV et attendre des nouvelles de sa candidature n’apporte aucun résultat. Par contre, on peut apprendre à établir d’initiative un premier contact et à le suivre efficacement jusqu’à une possible rencontre. Aussi, apprendre à offrir ses services à travers l’envoi de candidatures spontanées est une autre façon de se réapproprier son projet et de convaincre l’employeur de sa réelle motivation.

    Enfin, entretenir des contacts réguliers avec d’autres chercheurs d’emploi dans un esprit d’entraide, d’encouragement mutuel et de solidarité est une garantie de poursuivre ses objectifs de recherche avec plus de persévérance, et ce, jusqu’à la signature d’un nouveau contrat.

    Source & Texte: Céline Préaux > Sur > http://www.references.be