monique dupond

  • HANNUT > SAINT-VALENTIN AU HOME LORIERS

    L’amour n’a pas d’âge : le 14 février, les résidents des Loriers auront aussi leur fête des amoureux  

    A l’occasion de la Saint-Valentin, la nouvelle équipe d’animation de la Résidence Loriers du CPAS de Hannut proposera une journée récréative pour ses résidents, sur le thème « L’amour n’a pas d’âge». Ce jour-là, tout sera décliné en rouge, y compris le repas !  

    À la résidence Loriers du CPAS hannutois, les résidentes sont majoritairement des femmes. Souvent seules, célibataires ou veuves, issues d’une génération où « on ne faisait pas tout ça pour la Saint-Valentin ».

    Il n’empêche, elles sont nombreuses à s’être piqué au jeu… (de l’amour, est-on tenté d’écrire), proposé par la toute équipe d’animation mise en place en décembre dernier et composée de Monique Dupont, Aurore Lancelle et Adèle Michaux. Quelques hommes se sont aussi joints à leurs ateliers préparatoires à la fête de la St-Valentin.

    Sur la table de la salle d’ergo, les premières réalisations donnent déjà le ton : ici, une dizaine de serviettes pliées en forme de cœur viendront égayer la table du repas de midi du 14 février. « Même le plus froid des hommes qui vient à nos ateliers d’animation s’y est mis. Il trouve ça chouette » , sourit Monique Dupont.

    Un peu plus loin, ce sont des affiches ornées d’un cœur que les résidentes ont réalisé dans du carton épais. « Sur l’une d’elles, son auteur a souhaité écrire le nom de tous les gens qu’elle aime » , nous montre Adèle Michaux. Touchant.

    Plus discrètement, certaines en ont profité pour écrire des petits mots à leur amoureux qui n’est plus là. Nous ne verrons pas ce qu’elles ont écrit. Elles ont emporté leur message dans leur chambre, loin des regards indiscrets, juste pour elle, juste pour se souvenir.

    Cupidon dans les cuisines

    « Bien sûr, ils sont nostalgiques des Saint-Valentin qu’ils ont pu connaître par le passé », reconnaît Adèle. « Mais cela ne tourne pas à la tristesse et aux regrets. Et puis, cela leur fait du bien d’en parler. Fêter la Saint-Valentin quand on est seul, c’est un peu triste. Ici, ils ont l’occasion de la fêter tous ensemble ».

    Mardi prochain, la grande salle du réfectoire sera décorée des bricolages de résidents.

    Dans les cuisines, Cupidon a également mis son … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 11/02/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 11/02/2017

    L’article complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/43516