meurtre

  • Imprimer

    (SUITE +)LENS-SAINT-REMY – MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET DU 31 MAI 2016

    « Maman, c’était le pilier de notre famille »  

    Les enfants de la pédicure de Hannut se confient : « Attendre le procès, c’est insoutenable »  

    De nature discrète, Jean-Yves et Élodie ont préféré se tenir à l’écart des médias jusqu’à présent. Mais les deux enfants de Chantal Humblet (52), tuée dans sa maison de Lens-Saint-Remy en mai 2016, suivent de très près les procédures qui mèneront à un procès en assises -on l’espère- courant 2018 dans cette affaire. Une souffrance qu’ils vivent au quotidien, de par la perte de leur « pilier », mais aussi par le long cheminement judiciaire qu’ils doivent traverser. Rencontre. 

     « Ce soir-là, je sentais qu’il s’était passé quelque chose d’inhabituel… Maman ne répondait pas à mes appels. Or, même occupée, elle prenait toujours le temps de décrocher. » C’est donc, très inquiète, que le 31 mai 2016, vers 22h30, Elodie (31) se rend chez sa maman, Chantal Humblet, à son domicile de Lens-Saint-Remy. « La voiture n’était pas … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce 26/02/2018

                    Ses jours étaient comptés »

    « Pour nous, elle était aussi la femme la plus courageuse du monde. En tant que pédicure indépendante, elle a toujours travaillé beaucoup, tout en gérant sa maison, ses parents, ses enfants… On ne comprend toujours pas pourquoi … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce 26/02/2018

    Source > Emilie Depoorter sur votre journal LA MEUSE de ce 26/02/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://www.sudinfo.be/id41026/article/2018-02-26

    Les trois derniers articles de 2018 sur cette affaire >>>

    08 janvier > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/08/les-grands-proces-de-2018-pour-huy-waremme-hannut-244917.html

    22 janvier > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

    22 février > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/02/02/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-une-expert-247027.html

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET > UNE EXPERTISE SUR LE PASSÉ EN PRISON DE MÉDOT

    D’ordre criminologique, elle doit aussi analyser sa réinsertion

    En toute logique, c’est ce vendredi que l’on devrait vraisemblablement savoir si le dossier du meurtre de Chantal Humblet (53), à Hannut en mai 2017, allait être renvoyé devant les assises.

    Mais des devoirs complémentaires ont été requis par les avocats de la défense, début de semaine. L’un d’eux consiste, pour Stéphane Médot, le meurtrier présumé, en l’analyse de son passé carcéral et de sa politique de réinsertion à sa sortie de prison. 

    C’est ce vendredi que le juge la chambre du conseil devait, en principe, statuer sur le renvoi du dossier du meurtre de Chantal Humblet devant, plus que vraisemblablement, les assises.

    En principe, car la séance ne durera finalement que … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    C’est le 24 mai 2016 que le corps sans vie de la pédicure hannutoise de 53 ans avait été retrouvé sans vie dans son domicile de Lens-Saint-Remy. Cette mère de famille sans histoire avait été ligotée et étouffée à l’aide d’un chiffon. L’enquête avait permis, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    … / … Enfin, le troisième devoir consiste en une expertise d’ordre criminologique cette fois. « En bref, les faits qui ont été commis et la personnalité de M. Médot sont à mettre en rapport avec la politique de réinsertion dont il a fait l’objet. Il a passé près de dix ans en détention … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    … / … Si ces devoirs sont acceptés, quelques semaines, voire mois, pourraient potentiellement s’ajouter à l’agenda jusqu’ici imaginé dans cette affaire. On annonçait ce procès en assises comme l’un des premiers de 2018, fin avril-début mai. À voir si un tel délai pourra encore être maintenu.

    Pour l’heure, Stéphane Médot soutient toujours la thèse d’un vol qui a mal tourné. « Il est mal et très déprimé. Il voudrait revenir en arrière et exprime des regrets. Il n’est pas … / …

    Source > E.D. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale ! > http://huy-waremme.lameuse.be/185797

    Les deux derniers articles de 2018 sur cette affaire >>>

    08 janvier > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/08/les-grands-proces-de-2018-pour-huy-waremme-hannut-244917.html

    22 janvier > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

  • Imprimer

    WASSEIGES > MEURTRE DE NATHALIE DESTINÉ > 22 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE NOËL

    Le parquet a retenu l’intention d’homicide : « Un acharnement » 

    C ’est ce mardi, devant la chambre criminelle de Huy, que se sont tenu les plaidoiries et réquisitoire à l’encontre de Vincent Noël, pour le meurtre de Nathalie Destiné (40), perpétré à Meeffe (Wasseiges) le 2 juin 2016. L’homme (46) est en aveux : il a tué sa compagne dans leur domicile, rue de la Petite Rhée. Il lui a asséné de multiples coups de couteau, l’a étranglée et égorgée. Le parquet a requis 22 ans de prison pour « ce véritable acharnement ». 

    22 ans. C’est donc la peine requise par le parquet à l’encontre de Vincent Noël pour le meurtre de sa compagne, Nathalie Destiné, le 2 juin 2016 à Meeffe. L’homme de 46 ans a refait face, pâlot et prostré, à la chambre criminelle de Huy, ce mardi. Durant l’écoute des nombreuses plaidoiries et du réquisitoire du parquet, le quadragénaire n’a quasi pas bronché d’un poil.

    Il faut dire que le substitut du procureur du Roi, Sébastien Lelotte, s’est montré plutôt clair : « Oui, il y a eu intention d’homicide et il ne l’a même jamais nié », a-t-il déclaré. Il a ainsi … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 22/11/2017

    … / … agissement sous influence de médicament (le Valtran, indiqué dans le traitement symptomatique de douleurs intenses). Il a rappelé que Vincent Noël en consommait alors depuis plus de 20 ans et avait d’ailleurs suivi une cure de désintoxication en ce sens, quelques mois avant le drame. Le rapport toxicologique réalisé juste après les faits a notamment révélé qu’il n’en avait pas consommé à ce moment-là. … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 22/11/2017

    Raisons pour laquelle la durée maximale de 28 ans de prison n’a donc pas été requise. Le jugement sera rendu le 6 décembre.

    Source E.D. > Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 22/11/2017

    Autres articles sur la page > La défense « Il a subi des violences conjugales » 

    Les avocats.

    Pour défendre Vincent Noël, Maîtres de Fabribeckers et Dandenne ont évoqué la personnalité de leur client, mais … / …

    Le rapport psy

    « Responsable » > La matinée a été consacrée au témoignage de l’experte qui a rédigé le rapport psychologique de … / …

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/156399

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) « UNE ÉMOTION FORTE AU MOMENT DU GESTE FATAL »

    La reconstitution du meurtre de Chantal Humblet, la pédicure, a eu lieu hier à Lens-Saint-Remy

    Stéphane Médot, inculpé du meurtre de Chantal Humblet, a été amené ce jeudi matin à reproduire les gestes qui ont conduit à la mort de sa victime, au domicile de cette dernière, à Lens-Saint-Remy. La reconstitution a duré toute la matinée.

    La Voie de Liège, un faux cul-de-sac à Lens-Saint-Remy, est un quartier si tranquille qu’on a du mal à imaginer qu’un drame puisse s’y produire. Pourtant, le 31 mai 2016, Chantal Humblet, une pédicure sans histoire, a été retrouvée morte à son domicile, étouffée. L’Audi Q5 de la Hannutoise avait été repérée quelques jours plus tard à Vieux-Waleffe. Rapidement, un couple avait été placé sous mandat d’arrêt et inculpés : Stéphane Médot, un braqueur prétendument repenti, et sa compagne à l’époque, Sabrina Joannes, une ancienne gardienne de prison. Celle-ci était une cliente de Chantal Humblet. Elle aurait confié à Stéphane Médot que sa pédicure semblait avoir de l’argent et que son Audi Q5 pouvait être facilement vendue. L’idée d’un vol aurait ainsi émergé. Stéphane Médot soutiendrait la thèse d’un vol ayant mal tourné, et Sabrina Joannes affirmerait pour sa part que son ex-compagnon ne lui aurait même pas dit qu’il venait de tuer la Hannutoise.

    Ce jeudi, la police avait installé un périmètre de sécurité autour du nº4 de la Voie de Liège, de 9 à 12h environ, afin de procéder à la reconstitution du crime. Il était … La suite de l’article & les autres comptes rendus sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi28/10/2016

    Source > A.G. & CY.C. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi28/10/2016

  • Imprimer

    HANNUT: CHANTAL HUMBLET, LA PEDICURE DE 53 ANS, TUEE PAR UN BRAQUEUR REPENTI ET UNE ANCIENNE GARDIENNE DE PRISON...

    Stéphane Médot, 37 ans, ancien braqueur, avait créé une ASBL pour aider les jeunes à ne jamais se retrouver derrière les barreaux.

    Sabrina, 40 ans, (Originaire de Hannut) agent pénitentiaire, s’était mise en ménage avec lui depuis peu. Les deux Hutois ont été inculpés pour le meurtre d’une pédicure de 53 ans, à Hannut.

    L’enquête a finalement mené à un couple de Huy, arrêté il y a quelques jours, dont la femme était une cliente de la pédicure. Elle aurait dit à son compagnon que celle-ci semblait avoir de l’argent, et l’idée d’aller la voler aurait surgi… Tous deux ont été inculpés de meurtre commis pour faciliter le vol et en assurer l’impunité.

    Personne n’aurait imaginé le couple impliqué dans une histoire à ce point sordide, même si le parcours de braqueur de Stéphane Médot avait commencé alors qu’il était jeune. Condamné à 5 ans de prison ferme, il avait profité d’un congé pénitentiaire pour se faire la belle et recommencer. Ça lui a valu, en 2008, une peine de 10 ans de prison.

    Mais une « visiteuse de prison » l’avait encouragé à reprendre le droit chemin. Il s’y était tellement investi qu’il avait créé, peu après que le régime de semi-détention lui soit accordé fin 2012, une ASBL, « Prevent Teens », pour aider les jeunes à ne jamais sombrer dans la délinquance……

    L’article complet sur la page 18 de votre journal LA MEUSE H/W de ce 23/06/2016

    Source > Laurence Wauters sur > http://www.lameuse.be

  • Imprimer

    WASSEIGES > NATHALIE DESTINÉ, 40 ANS, AURAIT ÉTÉ TUÉE PAR SON COMPAGNON

    Le corps sans vie de Nathalie Destiné (40) a été retrouvé ce vendredi vers 14h par la police de Hesbaye-Ouest, au numéro 3 de la rue de la Petite Rhée à Meeffe (Wasseiges).

    C’est sa maman qui, n’ayant plus de nouvelles, a prévenu les forces de l’ordre.

    Son compagnon, Vincent, est soupçonné de l’avoir tuée suite à une dispute. Elle laisse derrière elle deux enfants.

    Une scène macabre s’est déroulée ce vendredi après-midi, aux alentours de 14h, au numéro 3 de la rue de la Petite Rhée à Meeffe (Wasseiges). Nathalie Destinée (40) a perdu la vie à son domicile. Vincent, son compagnon, qui a été interpellé et privé de liberté, est soupçonné de l’avoir tué. Le motif ? A priori, une dispute qui aurait mal tourné.

    « Vincent et Nathalie vivaient ensemble depuis dix ans », nous confient les voisins. Mais ces derniers temps, il semblerait que ce couple recomposé ne s’entendait plus. « Nathalie est partie vivre trois semaines chez sa maman », explique la voisine qui s’est renseignée auprès de la maman de la victime. « Elle est rentrée à son domicile jeudi aux alentours de 16h. Le lendemain, à 8h, sa maman a essayé de la joindre, ainsi qu’une fois plus tard dans la journée. Mais Nathalie ne répondait pas à ses appels. » Toujours selon la même source, sa maman, inquiète, décide alors de quitter son domicile à Ciney et de se rendre chez sa fille. Une fois arrivée, elle frappe alors à la porte, mais personne n’ouvre. « Elle est restée là à toquer pendant plusieurs heures et a finalement appelé la police. » C’est alors que, une fois sur place, la police fait la macabre découverte. « Il semblerait qu’on ait retrouvé Vincent assis, un peu sonné, à côté de Nathalie couverte de sang. »

    Pour l’instant, on ne connaît pas encore … La suite dans votre journal LA MEUSE de ce 04/06/2016

    Source > C L dans votre journal LA MEUSE de ce 04/06/2016

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) L’AUTO DE CHANTAL HUMBLET RETROUVÉE > APPEL A TEMOIN !

    Son Audi Q5 repérée rue Baillerie à Vieux-Waleffe. Les enquêteurs lancent un appel à témoin

    L’enquête sur la mort de Chantal Humblet progresse. Mardi soir, le corps sans vie de la pédicure hannutoise a été retrouvé à son domicile de Lens-Saint-Remy (Hannut). Ce vendredi, les enquêteurs ont retrouvé son véhicule, une Audi Q5, à huit kilomètres de là, à Vieux-Waleffe (Villers-le-Bouillet), dans la rue Baillerie.

    La découverte de l’Audi Q5 de Chantal Humblet pourrait faire accélérer l’enquête. Depuis mardi soir, la police judiciaire cherche à comprendre ce qui s’est passé rue Voie de Liège à Lens-Saint-Remy.

    Vers 22h30, le corps de la pédicure a été retrouvé sans vie par sa fille inquiète de ne pas avoir de nouvelles de sa maman. Chantal Humblet était couchée sur le lit, habillée, les membres entravés par des liens, morte étouffée. Aucune trace de lutte n’a été relevée et l’alarme était désactivée.

    Mère et fille étaient en contact régulier. Surtout depuis qu’il y a deux ans, Chantal Humblet, qui vit seule, avait été victime d’une tentative de vol. Des voleurs avaient tenté de partir avec son véhicule. « C’est l’ouverture automatique de la porte du garage qui l’avait réveillée. Elle avait alors mis en fuite les voleurs en criant » , se souvient Jenny qui habite le village.

    « Juste après cette tentative de vol, rapporte encore Jenny, ses proches se … La suite dans votre journal LA MEUSE de ce 04/06/2016

    Source > M-CL.G. dans votre journal LA MEUSE de ce 04/06/2016

  • Imprimer

    HANNUT: CHANTAL HUMBLET (53 ANS) RETROUVÉE MORTE ÉTOUFFÉE À SON DOMICILE

    Le Parquet de Liège division Huy a été averti durant la nuit de mardi à mercredi d’un meurtre à Hannut.

    Chantal Humblet (53 ans) a été retrouvée morte étouffée à son domicile situé voie de Liège à Lens-Saint-Remy.

    C’est sa fille qui, n’ayant pas de nouvelle de sa maman, est allée chez elle et l’a découverte sans vie

    Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be Photo DT