mensonges

  • LES MENSONGES LES PLUS COURANTS AU TRAVAIL

    Menteurs_2015_03_shutterstock_204778261_0.jpg

    Mentez-vous souvent à votre patron, vos collègues, vos clients ?

    D’après une étude de la 20th Century Fox Home Entertainment (relayée par The Telegraph) organisée à l’occasion du lancement de la série Lie To Me, les hommes mentent deux fois plus que les femmes.

    Soit en moyenne 6 fois par jour au travail et chez eux, alors que les femmes ne mentiraient que 3 fois par jour à leur partenaire, collègues et patron.

    Quand il s’agit de mentir à son partenaire, le mensonge le plus fréquent est de nier qu’il y a un problème : « Non, non, je vais très bien je t’assure. »

    Petits mensonges entre collègues

    Au travail, tant les employés que les patrons occultent parfois la vérité. Les mensonges les plus fréquents visent surtout à excuser des retards ou à éviter de devoir rappeler quelqu’un… Mais le mensonge le plus souvent prononcé est le très hypocrite: « Ça me fait plaisir de vous voir ! »

    À propos, savez-vous comment détecter un mensonge ?

    Découvrez les mensonges les plus fréquents !

    Les 10 mensonges les plus fréquents au travail

    1 - Ça me fait plaisir de vous voir !

    2 - Désolé, j’ai raté votre appel.

    3 - Il y avait beaucoup d’embouteillages…

    4 - Je vous appellerai sans faute.

    5 - Je vous rappelle dans quelques secondes !

    6 - J’ai un très gros rhume.

    7 - Mon réveil n’a pas sonné ce matin.

    8 - Je me suis trompé en notant votre numéro de téléphone.

    9 - Notre serveur était planté.

    10 - Mon train a eu du retard.

    Source : express.be > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • 4 MENSONGES A EVITER EN ENTRETIEN

    shutterstock_103227926b.jpg

    Les candidats qui mentent pendant leur entretien d’embauche ou sur leur CV risquent d’être confrontés à des complications au cours du processus de recrutement.

    Beaucoup d’entre eux s’inquiètent de ce que le recruteur ne découvre la vérité. Il est toujours bon d’être honnête, même si vous devriez parfois attendre que l’on vous pose la question avant de dévoiler certaines informations. Voici quatre mensonges dont vous devriez vous garder :

    1. Oui, je vis ici, en quelques sortes

    Si vous avez utilisé une autre adresse sur votre CV pour vous rapprocher sur papier de l’endroit où est implantée l’entreprise, ne mentez pas à ce sujet en entretien. Si le recruteur vous demande où vous vivez, mentionnez votre adresse actuelle, tout en précisant que vous êtes prêt(e) à déménager pour le job. Malheureusement, vous allez devoir faire la navette à chaque étape du processus de recrutement.

    2. J’avais un salaire très confortable

    Si le recruteur vous demande combien vous gagniez pour votre précédant travail, vous pourriez vous dire qu’il n’y a pas de mal à gonfler un peu les chiffres. N’oubliez jamais que le recruteur peut se renseigner auprès de votre ancien employeur. S’il découvre que vous avez menti au sujet de votre salaire, vous passerez pour opportuniste. Si vous ne voulez pas dévoiler votre ancien salaire, dites simplement que vous ne pensez pas que la chose soit pertinente pour le sujet qui vous occupe. En revanche, vous pouvez négocier votre salaire en mentionnant un montant précis sans toutefois le relier à votre salaire précédent, mais bien en avançant une série d’éléments déterminant votre valeur actuelle.

    3. Grande distinction, chaque année

    Ne mentez jamais sur les grades que vous avez obtenus à l’université (ou à l’école) pour vous mettre en valeur. Certaines entreprises demandent une copie de votre diplôme (avec les annexes sur lesquelles les grades sont mentionnés) ou se renseignent auprès de votre ancienne institution scolaire.

    4. Non, je n’ai pas été licencié(e)

    Étant donné la conjoncture économique, de nombreux candidats à la recherche d’un emploi ont été initialement licenciés. Ne cachez pas ce fait à votre recruteur. Il n’y a aucune honte à avoir. Évitez toutefois de vous attarder sur les détails, en particulier si vous éprouvez du ressentiment. Concentrez-vous plutôt sur ce que cette expérience vous a enseigné.
    La règle la plus importante en entretien d’embauche est l’honnêteté. Si l’on vous pose des questions qui vous mettent mal à l’aise, il y a toujours une façon polie et distinguée de les éluder.

    Source : Savvysugar.com

  • SUR QUOI LES BELGES MENTENT-ILS LE PLUS SUR LEUR CV?

    shutterstock.jpg

    Gonfler son CV, tout le monde le fait... C'est en tout cas ce que l'on se dit pour avoir la conscience tranquille. Mais sur quels points exagère-t-on le plus souvent? Cela peut-il porter préjudice à un candidat ?

    Le cabinet de recrutement Robert Half a consulté plus de 2000 managers européens en charge des recrutements de leur entreprise et les a interrogé à propos des mensonges qu'ils rencontraient le plus souvent. Verdict? La confiance ne règle pas vraiment...

    Les recruteurs les plus confiants d’Europe : les Luxembourgeois

    C’est au Luxembourg que les managers ont le plus confiance en la véracité des CV. A l’inverse, les recruteurs Tchèques sont 70% à penser que les candidats mentent sur leur CV. En Belgique, 53% des recruteurs pensent que le CV est un reflet fidèle du candidat.

    Pour vérifier le contenu d'un CV, les recruteurs appellent souvent simplement les références citées dans la candidature. Ici, l'enquête nous apprend que dans la plupart des pays, les recruteurs prennent la peine de vérifier ces informations. 64% des recruteurs luxembourgeois contactent les références du candidat s’il a retenu leur attention lors d’un entretien. Un chiffre un peu moindre (42%) en Italie.

    Les plus fréquentes exagérations

    Sur les CV des candidats, les recruteurs constatent que certains points sont plus souvent "enjolivés" que d'autres. En Belgique, on triche surtout sur le contenu de notre fonction ainsi que sur notre maîtrise des langues. Les managers constatent ainsi qu'en moyenne 43% des points "compétences linguistiques" d'un CV sont exagérés.

    • 45%
    • Le contenu réel de l’emploi précédent
    • 43%
    • Les compétences linguistiques
    • 32%
    • Les motifs de départ de l’emploi précédent

    Plus globalement, c’est le plus souvent sur leurs compétences en langues que les candidats européens exagèrent : C'est le cas au Luxembourg (58%), en Italie (54%), en Suisse (47%) et en Allemagne (43%).

    En Tchéquie (60%), aux Pays-Bas (60%) et en France (53%), les mensonges les plus courants concernent plutôt le contenu réel du travail que le candidat exerçait ou exerce.

    Alors qu'en Autriche, 50% des candidats trichent sur les motifs de départ de l'emploi actuel ou des précédents.

    Faut-il mentir sur son CV ?

    Valoriser son expérience ne veut pas dire mentir. La frontière est ténue, mais les candidats doivent prendre garde à ne pas la dépasser. Mettre ses compétences en avant est primordial bien sûr, mais mentir peut se retourner contre vous si le recruteur décide de vérifier vos dires.

    Prenez garde par exemple à ne pas exagérer les période de travail prestées pour les anciens employeurs, pour cacher des périodes d'inactivité par exemple. Il y a de meilleures façon d'expliquer un trou dans votre CV.

    SI un recruteur se rend compte que vous trichez, il ne vous accordera

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be