mauvaises

  • À PARTIR DU 1ER SEPTEMBRE 2015, LES JEUNES SE LANÇANT SUR LE MARCHE DE L'EMPLOI AURONT DE TRES MAUVAISES SURPRISES…

    Lire la suite

  • ENTRETIEN D’EMBAUCHE: DEBARRASSEZ-VOUS DE CES 4 MAUVAISES HABITUDES

    shutterstock_49145176b.jpg

    Nous avons tous nos mauvaises habitudes. Si elles peuvent être embêtantes dans notre vie privée, elles peuvent carrément être fatales dans notre vie professionnelle, en particulier lorsque l’on recherche un emploi et que nous sommes directement confrontés au futur employeur potentiel.

    Voici donc 4 habitudes dont vous DEVRIEZ-VOUS débarrasser en entretien d’embauche.

    1. Céder au pessimisme

    C’est peut-être un cliché, mais tout commence par l’attitude. Soyez attentif(/ve) à vos schémas de pensée lors de votre recherche d’emploi. Si vous cherchez un job depuis des mois, vous pourriez facilement penser que « de toute façon, cette entreprise ne m’engagera pas » ou « ce salon de l’emploi sera une perte de temps ».

    Votre attitude peut avoir un impact dans plusieurs domaines, sans que vous n’en ayez conscience. Votre découragement pourra se ressentir dans votre lettre de motivation, par exemple, ou dans votre manque d’énergie lorsque vous interagissez avec des gens aux salons de l’emploi. Or, les recruteurs veulent engager des employés positifs. Votre prophétie pessimiste pourrait ainsi se réaliser.

    Mais comment rester dans la course ? Essayez d’abord de changer votre état d’esprit et ajoutez une fin optimiste à votre fatalisme : « Je sais que cette entreprise ne m’engagera pas… à moins que je rédige un CV et une lettre de motivation d’enfer ! », « Ce salon de l’emploi sera une perte de temps… à moins que je recontacte les personnes rencontrées quelques jours plus tard pour demander si elles ont suivi mon dossier ».  

    2. Prendre l’entretien à la légère

    Vous êtes plutôt du genre sociable. Le contact humain, ça vous connaît. En soirée, vous papotez avec tout le monde et engagez la conversation avec de parfaits inconnus. Mais cette qualité appréciable ne devrait pas être un prétexte pour ne pas préparer chaque entretien d’embauche.

    Le recruteur verra directement que vous ne vous êtes pas donné la peine de regarder plus loin que la page d’accueil du site de la société ou que vous n’êtes pas capable de donner des exemples concrets de vos réalisations dans vos jobs précédents. Vous perdrez immédiatement en crédibilité. Préparez chaque interview en pensant « stratégie ». Quelle souvenir voulez-vous laisser au recruteur ? Identifiez les trois choses les plus importantes que vous voulez dire à votre propos. Voulez-vous paraître créatif(/ve) ? Vous imposer comme un(e) leader(/euse) qui sait motiver ses troupes ? Comme un(e) superstar de la vente ?

    Renseignez-vous ensuite sur tout ce que fait l’entreprise et sur ses objectifs. Utilisez ces informations pour les lier à ce que vous voulez dire à votre sujet. Entraînez-vous à voix haute à répondre aux questions, comme si vous prépariez une conférence.

    3. Être trop informel/le (ou carrément déplacé/e)

    Les erreurs les plus courantes qui peuvent vous coûter un job relèvent du domaine de la communication. Lorsque vous envoyez un e-mail à un employeur potentiel, votre ton ne devrait pas paraître informel, comme s’il s’agissait d’un sms ou d’un brouillon. Incluez une adresse (Cher Monsieur/Chère Madame) et une salutation et évitez toute faute de frappe, d’orthographe ou de grammaire.

    Lorsque vous êtes appelé(e) en entretien, veillez à arborer une allure professionnelle, de la tête aux pieds. Ce n’est pas le moment de montrer que vous êtes à la pointe de la mode. Choisissez une tenue de ville classique. Ou optez pour un costume, toujours plus apprécié des recruteurs.

    Prêtez également attention à vos chaussures, à vos chaussettes et aux accessoires. Et n’oubliez surtout pas d’éteindre votre gsm avant d’entrer dans la salle d’interview.

    4. Paraître arrogant(e)

    Vous tenez tellement à donner une impression de confiance – et à parler de succès passés – que vous paraissez arrogant(e). Vous voyez, le gars insupportable dont personne ne veut dans son équipe ?

    Premier signal qui devrait vous avertir que vous dépassez les bornes : vous vous attribuez tous les mérites de tous les succès que vous évoquez. Focalisez-vous sur le travail d’équipe, la collaboration et pas seulement sur la façon dont vous avez sauvé votre ancienne entreprise. Maintenez un juste équilibre entre les projets menés en équipe et les triomphes personnels.

    Il est aussi très important de ne pas vous transformer en moulin à paroles lorsque vous rencontrez des employeurs potentiels. C’est l’occasion d’en apprendre davantage sur l’entreprise et le poste proposé. Écoutez attentivement et posez des questions pertinentes.

    Si vous êtes fraîchement diplômé(e), redoublez d’attention pour ne pas paraître arrogant(e). Vous êtes nouveau (/elle) dans le monde du travail. Il est donc important de vous profiler comme quelqu’un qui cherche de nouvelles opportunités et qui veut apprendre de ses collègues.

    Source : Careerbuilder > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • TEST-ACHATS PRÉVIENT: LA MAJORITÉ DES ASSURANCES POUR SMARTPHONES SONT MAUVAISES

    620991962.jpg

    Les contrats d’assurance pour smartphones ne sont pas de bonne qualité et huit sur 10 sont carrément mauvais, selon l’organisation de défense des consommateurs

    Test-Achats  > Pour l’organisation, des clauses contraires à la loi sont présentes dans ces contrats. L’organisation a par ailleurs adressé un courrier au ministre en charge de la Consommation, Johan Vande Lanotte, et demande aux autorités d’agir contre ces clauses illégales.

    Lors de l’achat d’un nouveau Smartphone, le vendeur propose souvent une assurance contre le vol, les accidents ou encore des défauts. Selon TA, ces contrats ne sont pas de bonne qualité. « Huit sur dix sont carrément mauvais », souligne l’organisation de défense des consommateurs. « Couverture (très) limitée, clauses illégales et/ou sujettes à interprétation, etc. Tout cela pour des tarifs souvent excessifs par rapport aux risques couverts et à la qualité des couvertures proposées », souligne TA.

    Test-Achats reproche aussi le fait que le consommateur doive débourser, dans beaucoup de cas, une partie du prix de l’appareil en cas de vol, dès que l’appareil a plus de 6 à 12 mois.

     « Mais le constat le plus accablant concerne les nombreuses clauses illégales relevées dans les contrats : obligation d’une utilisation ’en bon père de famille’, couverture supprimée après 2 pertes totales même si l’assurance n’est pas résiliée. Le consommateur n’est donc plus couvert, même s’il continue à payer ! », Ajoute encore TA.

    Test-Achats n’a pas retenu de « maître-achat » car elle n’a, selon ses dires, « jamais relevé autant de violations de la loi sur l’assurance ».

    Source Belga via > http://www.sudinfo.be/794230 Photo > Belga/Yorick Jansens