marie-morgane dessart

  • UNE HANNUTOISE DANS LES TROIS BELGES AUX MONDIAUX DE HANDISKI

    c4cd8b90e3e521ae62b3b0cd88dde0d7-1425465138.jpg

    Trois athlètes représentent actuellement la Belgique aux Championnats du Monde de handiski alpin à Panorama, au Canada.

    La délégation est composée d’Éléonor Sana, de Marie-Morgane Dessart, toutes les deux malvoyantes et de Jasper Balcaen qui est hémiplégique. Balcaen était déjà présent aux Jeux Paralympiques de Sotchi l'hiver dernier. Il avait pris la 23e place du géant.

    Nous vous proposons découvrir ces trois skieurs du club Embarquement Immédiat, situé en province de Liège, en action.

    Les compétitions sont à suivre en live à l’adresse suivante : http://www.paralympic.org/panorama-2015

    Voir les vidéos sur > http://www.rtbf.be/sport

    Vidéos des entrainements sur > https://www.youtube.com

    La vidéo de Marie-Morgane Dessart sur >https://www.youtube.com

    Source > Avec l’aimable autorisation de Vinciane Masson sur > https://www.facebook.com >> Le site source de l’article sur > http://www.rtbf.be/sport > Photo > HAND OUT BELGIAN PARALYMPIC COMMITTEE / LIEVEN COUDENYS - BELGA

  • BRAIVES: MALVOYANTE, ELLE SLALOME SUR LES PISTES NOIRES ET POURRAIT ALLER AUX JO

    680028355_B971541708Z_1_20131204151047_000_GLD1JSLB4_1-0.jpg

    Malvoyante de naissance, Marie-Morgane Dessart, 23 ans, de Avennes (Braives), a toujours réussi à surmonter son handicap pour vivre sa passion : le ski. Une discipline dans laquelle elle excelle. Sélectionnée par la Ligue Handisport, elle joue pour l’instant son ticket pour les Jeux paralympiques d’hiver de Sotchi, en Russie, en mars prochain.

    Veysonnaz (en Suisse), Chamrousse (en France), Landgraaf (en Hollande) sur la piste indoor, la jeune et jolie skieuse braivoise, Marie-Morgane Dessart, 23 ans, enchaîne depuis un an les compétitions. Sans répit. Avec un seul objectif en tête : décrocher son ticket pour les prochains Jeux paralympiques de Sotchi, en Russie, organisés du 7 au 16 mars 2014.

    Elle a pris sa décision il y a un an. «  Un jour, raconte sa maman Vinciane Masson, elle est rentrée de son boulot en disant j’arrête tout. Je veux me consacrer à la compétition de haut niveau».

    Un sacré défi doublé d’une belle leçon de vie, d’ambition et de courage de la part de cette jeune fille née pratiquement aveugle, avec une vision d’1/10 à l’oeil gauche et O/10 à l’oeil droit. «  Elle souffre d’une malformation de la rétine et d’une section du nerf optique », commence à nous expliquer sa maman. «  Pour faire simple, la coupe gentiment  Marie-Morgane qui a beaucoup de caractère, j’ai une vision centrale comme quand vous regardez dans une paire de jumelles. Quand je suis au sommet d’une montagne, je ne vois ni le relief, ni la distance. C’est comme si j’avais devant moi une grande étendue blanche ».

    Ses précisions permettent de mieux prendre la mesure de ses exploits sportifs. Ses parents comme elle n’ont jamais considéré son handicap comme un frein à la pratique du ski. Toute petite, elle a appris, comme beaucoup d’enfants, entre les jambes de sa maman. En grandissant, elle s’est laissée guidée par la voix. «  Quand elle a été trop rapide, ses sœurs ont pris le relais », avoue, avec le sourire, Vinciane.

    Mais l’élément déclencheur, celui qui la portera peut-être sur les rives de la mer Noire en Russie, a été sa rencontre avec le liégeois Alain Struman. Elle l’a connu lors d’un stage au Blind Challenge, une asbl liégeoise. «  On s’est tout de suite rendu compte qu’on skiait de la même manière, en parfaite symbiose. C’était exceptionnel. Je n’avais jamais connu un tel plaisir  », reconnaît Marie-Morgane.

    Depuis, il est devenu son guide officiel avec lequel elle a participé en novembre 2012 à la sélection de la ligue Handisport, point de départ du long chemin qui lui reste à parcourir pour décrocher une place aux paralympiques.

    A ce stade de la compétition, tous les espoirs sont encore permis. Marie-Morgane, qui est la seule candidate de Belgique sélectionnée dans sa discipline (ski alpin, malvoyante, femme) accumule les médailles. «  Il me manque 15 points pour participer à la Coupe d’Europe. Si j’y arrive, je suis sûre d’être retenue pour les paralympiques  », dit-elle, confiante. On devrait le savoir assez vite. Elle est attendue la semaine prochaine à une compétition à Veysonnaz, déterminante pour notre seul espoir belge mais aussi (un petit peu beaucoup) hannutois.

    Source & photo > M-C. Gillet Sur > http://www.sudinfo.be/873453