manipulé

  • INFO BOULOT > COMMENT VOTRE PATRON VOUS MANIPULE ….. PEUT-ÊTRE ??

    manipulation.jpg

    Certains patrons sont honnêtes, très honnêtes. D’autres n’hésitent pas, face à des employés récalcitrants ou démotivés, à utiliser la manipulation pour arriver à leurs fins.

    D’après Robert-Vince Joule, coauteur du Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, la manipulation désigne un ensemble de tactiques qui visent à amener les gens, de manière détournée, à faire quelque chose qu’ils refuseraient de faire si on leur demande directement. Et la manipulation n’est pas spécialement négative.

    Lorsque la stricte argumentation ne suffit pas, certains patrons se tournent donc vers la manipulation. Voici quelques tactiques courantes, que les patrons utilisent souvent. En avez-vous déjà fait les frais ?

    Donner l'illusion d'un choix > C’est prouvé scientifiquement : on a beaucoup plus de chance d’accéder à la requête de notre interlocuteur ci celui-ci accompagne sa demande d’une phrase comme "sens-toi libre de refuser" ou "c’est à toi de voir".

    Face à cette liberté de choix, la personne sollicitée se sent pleinement responsable de sa décision et accepte souvent la proposition de son interlocuteur. Certains patrons laissent donc parfois l’illusion d’un choix pour faire accepter des choses à leurs employés : "Préférez-vous faire la réunion à 8h30 ou à 18h30?", "Préférez-vous vous occuper du dossier X ou du dossier Y ?"

    Flatter l'égo > "J'ai besoin de quelqu'un d'aussi doué que toi pour résoudre cette situation." Face à un employé récalcitrant, certains patrons choisissent de souligner ses qualités et de flatter l’égo de celui-ci. Le patron espère ainsi faire ressortir le meilleur de l’employé, et l’amener à changer son comportement pour coller à l'image que son patron donne de lui, surtout si il l'a complimenté en public. Une technique plus efficace qu’une confrontation directe, car l'être humain est par essence vaniteux !

    Toucher la corde sensible > Chaque employé a son moteur, ses motivations propres. Pour certains c’est l’argent, pour d’autres l’ambition, pour d’autres encore le prestige... Pour un manager avec un soupçon de psychologie, détecter le point sensible d'un employé lui confère un grand avantage: il peut ainsi en jouer pour arriver à ses fins, tout en feignant de rester bienveillant.

    Menacer > Un employé refuse une mission pour de mauvaises raisons? A court d'arguments, son patron peut envisager d’utiliser la "méthode du bâton" : il s'agit simplement de lui faire peur, voire de le menacer, même si ces menaces ne seront pas forcément mises à exécution. "Tu refuses ? Très bien, je vais devoir te muter dans un obscur département."

    Un autre procédé a pour nom "l’irréparable": il consiste à exagérer les conséquences d’une action de l’employé jusqu’à l’effrayer, en jouant sur la culpabilisation. L'employé a perdu un contrat par manque de motivation? "C’est une tragédie pour la boîte, elle risque de devoir fermer ses portes, et tous nos collègues seront au chômage..." Ces deux techniques sont assez compliquée à maîtriser pour les patrons, mais peuvent se révéler redoutables!

    Bluffer > Comme au poker, une technique qui nécessite donc beaucoup de psychologie de la part des managers. Lors d’une négociation, un employé se fait prier pour accéder à la requête de son patron? Celui-ci peut feindre d'accepter tous les arguments de son employé et clore rapidement la discussion. Cela va se révéler déstabilisant et l'employé pourrait bien revenir sur sa décision première...

    Source : Management

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be