métiers sales

  • 8 MÉTIERS « SALES », MAIS BIEN PAYÉS

    vuil_100103612.jpg

    “C’est un sale métier, mais il faut bien que quelqu’un le fasse.” Certains jobs sont vraiment dégoûtants, et celui qui les choisit ne doit pas avoir peur de se salir les mains. Heureusement, beaucoup de ces jobs sont plutôt bien payés… 

    1. Médecin urgentiste 

    Les docteurs du département des urgences d’un hôpital sont confrontés à beaucoup de situations sanglantes. Leur responsabilité est énorme, et leur sang-froid est souvent gage de vie ou de mort. 

    Les médecins urgentistes de Wallonie bénéficient d’un salaire annuel brut moyen de 125.069 euros, c’est-à-dire 10.422 euros mensuels.

    2.  Prosecteur

    Un prosecteur (littéralement: un découpeur) est quelqu’un qui dissèque des corps d’humains ou d’animaux. A l’université, il assiste les professeurs dans la préparation des dissections destinées aux leçons d’anatomie. Un prosecteur examine les cadavres apportés, les embaume et le cas échéant les recoud. Etonnamment, aucune expérience médicale ni aucun diplôme n’est requis pour ce job.

    Le salaire mensuel peut s’élever à 3.400 euros bruts.

    3. Entrepreneur des pompes funèbres

    En cas de décès dans la famille, nous nous tournons tous vers un entrepreneur de pompe funèbres. Ceux-ci offrent une pléiade de services allant des tâches administratives comme la déclaration de décès aux tâches physiques comme la levée du corps.

    Le travail est mentalement et physiquement exigeant, nécessite beaucoup d’empathie et les heures de travail sont très irrégulières. Pourtant, un entrepreneur de pompes funèbres aura toujours des clients.

    4. Nettoyeur de scène de crime

    Les services de police, les entrepreneurs de pompes funèbres et les particuliers peuvent avoir recours à un nettoyeur de scène de crime pour faire disparaître les traces d’une mort violente. Ces nettoyeurs spécialisés font disparaître de la scène de crime toutes les traces de sang et les morceaux de chair humaine. Si nécessaire, ils neutralisent aussi les odeurs.

    En Belgique, quelques entrepreneurs indépendants sont actifs dans ce marché de niche.

    5. Hygiéniste dentaire

    Trifouiller toute la journée dans la bouche des patients pour soigner des dents pourries et des gencives enflammées, il faut le vouloir. Pourtant, hygiéniste dentaire est un job qui connaît un succès grandissant. Cette fonction peut s’exercer dans un hôpital, en collaboration avec un dentiste ou à son propre compte. Elle peut rapporter de 1.950 à 3.100 euros bruts par mois.

    6. Plombier

    Une toilette qui déborde ? Un évier bouché ? Dans ces cas-là, le plombier est un vrai sauveur. A côté d'un peu de sale boulot, ce job offre aussi la satisfaction du travail bien fait, quand les installations recommencent à fonctionner. Et si vous avez déjà appelé un plombier, vous savez que ces indépendants sont souvent très occupés...

    7. Employé d’une entreprise de fosse septique

    Ce qu’on trouve dans une fosse septique n’a pas le parfum le plus agréable. Pourtant, de tous temps, quelqu’un a dû se charger de vider et nettoyer ces fosses. Les services de nettoyage de fosse septique s’occupent en plus souvent de débouchage et de neutralisation des odeurs.

    8. Eboueur

    "Courir derrière le camion à ordures", c' est pour peu de gens un job de rêve. Mais pour une fonction sans exigence de diplôme, le salaire est plutôt élevé : 2.311 euros brut par mois en moyenne. De plus, il s’accompagne dans la plupart des cas d’avantages extra-légaux intéressants comme des chèques-repas et une assurance hospitalisation. 

    Sources : SPF Economie, Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé, interviews Références via > http://www.references.be