logistique

  • EMPLOIS > LA LOGISTIQUE, LE CŒUR DE COLRUYT GROUP

    Le département logistique de Colruyt Group est géré par plusieurs team leaders, ou chefs de service. Un poste pour lequel le groupe recherche en permanence des candidats.

    Objectif : continuer à assurer sa croissance. D’après Michael Kaberuka, team leader logistique sur le site de Hal, une dizaine serait nécessaire pour faire face à l’année à venir.

    Tous les matins, le team leader lance la journée de travail. « Il s’assure que les fournisseurs sont à l’heure, que les places sont prêtes et il prépare le briefing », rapporte Michael Kaberuka. Lors de celui-ci, le team leader informe sur la sécurité, la qualité, mais aussi sur les chiffres du groupe, à raison d’une fois par semaine.

    Le rôle du team leader logistique est primordial. C’est grâce à lui que la journée de travail peut véritablement commencer. « Il s’assure que tout le monde est bien à son poste. Il est également en contact avec les autres chefs de service, qui auraient éventuellement besoin d’aide », développe-t-il.

    Le team leader ne se limite pas non plus à son propre département. « Il est le lien entre son département et les autres pour assurer le bon fonctionnement de l’ensemble du processus », explique Michael Kaberuka.

    Au cours de la journée, le team leader est chargé de gérer les éventuels problèmes. Qu’il soit personnel à un collaborateur ou qu’il en implique plusieurs. « Son rôle est voir comment il peut aider une personne. La communication est donc primordiale pour assurer un tel poste. »

    Chaque team leader doit gérer une équipe d’environ 35 magasiniers et responsables. « Deux fois par an, il réalise des entretien avec ses collaborateurs. C’est à lui de les guider dans leur parcours professionnel. Il est chargé d’établir un plan d’action et d’en assurer le suivi. »

    Très important également : le team leader est responsable du travail effectué par son groupe. « Il doit veiller à ce que le volume demandé ait été réalisé et qu’il l’ait été dans les temps », précise le chef de service.

    Vous l’aurez compris, quatre caractéristiques sont requises pour devenir team leader : la communication, l’empathie, le travail d’équipe et l’organisation.

    Pour Michael Kaberuka, travailler comme team leader chez Colruyt Group est épanouissant… et valorisant : « Ici, quand on remplit bien notre mission, tout le monde est reconnaissant. Que ce soit les collaborateurs ou les supérieurs. Et ça, c’est une belle récompense ! »

    Plus d’infos : http://jobs.colruyt.be/jobvacancies/static/logistiek/index_f.html

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) : Colruyt / Recrutement / Team Leader

  • LA LOGISTIQUE, PLAQUE TOURNANTE DE NOTRE ECONOMIE

    « La Belgique est la plaque tournante logistique de l'Europe. », affirment de nombreux responsables politiques.

    Bien que cette plaque tournante présente quelques ratés dus aux embouteillages, notre pays reste un lieu attrayant pour les activités logistiques grâce à sa situation centrale, sa main-d'œuvre qualifiée et, somme toute, son infrastructure optimale. Le secteur gagne en importance stratégique, crée de nombreux emplois et génère une valeur ajoutée estimée à 9 % du PIB. 

    Les postes logistiques se retrouvent tout d'abord dans les entreprises spécialisées :

    Le collaborateur logistique, parfois aussi appelé expéditeur ou gestionnaire, y occupe une fonction importante. Il met au point des schémas de transport, fournit les documents de transport et établit des accords. Un diplôme de bachelor est généralement requis, de même que des connaissances linguistiques et souvent un peu d'expérience. Vous gardez toujours tout sous contrôle ? 

    Les fonctions présentant un volet logistique sont également présentes dans les entreprises de production et de distribution (détail). Le supply chain manager ou le demand & supply planner doit ainsi superviser le flux de marchandises. La connaissance d'un logiciel ERP (enterprise resource planning) est essentielle, de même qu'au minimum un diplôme de bachelor.

    Les diplômes de master sont requis pour des fonctions telles que business process engineer ou business analyst, qui répertorient les besoins logistiques actuels et futurs en vue de proposer des améliorations et de les appliquer.

    Le planner est quant à lui principalement responsable de la préparation et de l'établissement du planning et du suivi des transports, ainsi que de l'optimisation des processus opérationnels. 

    La logistique est également liée au transport et à la gestion des stocks. Les chauffeurs doivent généralement disposer d'un permis de conduire C ou CE. Dans les fonctions au sein de l'entrepôt, la rigueur est qualité indispensable.

    Découvrez ici tous les postes vacants dans le secteur logistique. 

    Source & Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

    logistique / Postuler / Distribution (Détail & Gros)

  • 300.000 EMPLOIS DANS LA LOGISTIQUE

    Logistique_2015.jpg

     

     

    Le secteur logistique est extrêmement important pour l’économie belge

    Il représente en effet plus de 5 % du produit intérieur brut (PIB). Près de 9 000 entreprises, dont 8 000 PME, sont actives dans ce domaine, ce qui représente 300 000 emplois au total, soit 8 % de l’emploi intérieur belge, dont un tiers en Wallonie.

    Ces fonctions concernent tous les niveaux de formation : enseignement professionnel et technique, bachelier et master. La logistique est par ailleurs un concept très vaste et couvre bien plus que le simple transport routier. Parmi les activités logistiques connexes, on retrouve le traitement de marchandises, l’entreposage, le support et les services postaux. Et les titres de fonction varient énormément au sein du secteur : process analyst, site manager, superviseur de planning et d’inventaire, gestionnaire de stock, et même chauffeur de tram ou de bus !

    Vous recherchez un emploi dans la logistique ? Cliquez ici pour trouver un travail sur mesure !

    Source > http://www.references.be

  • METIER D'AVENIR EN WALLONIE ET A BRUXELLES. LA LOGISTIQUE, UN SECTEUR QUI SE RENOUVELLE

    Mardi logistique_0.jpg

    Confronté à des évolutions technologiques mais aussi à une complexification grandissante, le secteur du transport et de la logistique n’en demeure pas moins un pôle sur lequel la Wallonie mise beaucoup.

    Le secteur du transport et de la logistique représente un secteur central dans l’économie wallonne d’aujourd’hui et, encore plus, de demain. Labellisée pôle de compétitivité, cette branche d’activité est amenée à se développer qualitativement et quantitativement, participant ainsi de manière conséquente à la reconversion économique de la Wallonie. (Source : « Métiers d’avenir. Etats des lieux sectoriels et propositions de futurs. Recueil prospectif », publié par le Service d’Analyse du Marché de l’Emploi et de la Formation du Forem, septembre 2013).

     La prise en compte du développement durable dans toutes les composantes du secteur constitue le principal facteur d’évolution pour les années à venir. On se dirige vers une logistique « verte ». Ce changement culturel aura des conséquences dans l’organisation du secteur, tant sur le plan technologique (développement d’outils informatiques pour contrôler les émissions de C02 des marchandises transportées, croissance de la co-modalité, véhicules plus propres) et économique (développement des ports intérieurs) que sur le plan réglementaire (renforcement des normes environnementales et sécuritaires).

     Les conséquences se retrouvent également dans les métiers, notamment dans tous ceux qui touchent à l’entrepôt : magasinier, préparateur de commandes (également appelé « order picker ») ou encore conducteur de chariot élévateur voient et verront encore des évolutions dans leur travail comme un développement technologique. Alors qu’avant le préparateur de commandes  se promenait dans l’entrepôt, crayon et bloc à la main, il travaille de plus en plus derrière une tablette de commandes, voire même avec des bras articulés qui chargent les marchandises.

    Cela présente notamment l’avantage de réduire les accidents de travail puisque c’est une machine qui travaille. Une autre évolution technologique touche également l’informatique qui est de plus en plus présent dans l’entreprise. Du scan, on évolue même vers du « Voice picking » où les instructions à propos des  commandes sont données vocalement au préparateur.

     Enfin, bonne nouvelle, on notera que le secteur est amené à créer de l’emploi : entre 2008 et 2013, alors que la crise battait son plein, le milieu de l’entreposage n’a lui cessé d’engager.

     L.B.

    DE NOMBREUSES FORMATIONS MISES EN PLACE (Liège Airport)

    Etant donné que le transport et la logistique sont des pôles sur lesquels la Wallonie entend miser, denombreuses formations ont été mises en place notamment à Liege Airport et à Garocentre, la plate-forme logistique multimodale de La Louvière.

    Dans le catalogue de formations, épinglons notamment le conseiller à la sécurité ADR, l’opérateur en entrepôt et technicien logistique d’entrepôt à Liège ou encore préparateur de commandes et magasinier polyvalent, à La Louvière (la photo).

    Elles sont accessibles aux demandeurs d’emploi et ont des durées variables : 8 à 40 heures pour le conseiller à la sécurité ADR ou même 5 semaines pour le préparateur de commandes.

     Plus d’infos sur www.formation-logistique.be/activites/catalogue/

  • RESPONSABLE LOGISTIQUE: UN EMPLOI GARANTI "ANTI-ROUTINE"

    logistique.jpg

    Négociations, démarches, systèmes d’approvisionnement... Il est multitâche

    Maillon essentiel de la chaîne, le responsable logistique assure un métier riche, varié et aux contacts humains très nombreux.
    Exigeante, sa fonction requiert rigueur et flexibilité.

    Le responsable logistique, également appelé logisticien, est la personne qui s’occupe du transport des marchandises. Il est donc au coeur de toutes les opérations nécessaires à l’arrivée d’un produit en rayon ou à l’approvisionnement des entreprises en matières premières pour la production. C’est à lui qu’il revient de trouver les moyens les plus efficaces pour le transit et le stockage afin qu’ils soient les plus économiques possible pour l’entreprise (Source: Siep).

    Concrètement, ses activités principales ont trait aux négociations avec les transporteurs et fournisseurs, aux relations avec les services des douanes et des assurances, au choix du mode d’acheminement des produits et de la méthode de gestion, à l’établissement des programmes d’approvisionnement ou encore à l’implantation des produits et à l’encadrement d’un service. Il veille à ce que toutes les démarches soient effectuées : contrats de transport, d’assurance, envoi et paiement des factures, documents d’expédition et de douane.

    UN AGENDA DISPONIBLE

    Il peut aussi, par exemple, proposer des aménagements de nouveaux systèmes (stockage, transport, communication...). Sa marge de manœuvre peut être importante, ce qui est à la fois un avantage et un inconvénient. Sachez qu’au rayon des inconvénients, la communication interne, essentielle dans le domaine de la logistique, est parfois insuffisante dans certaines entreprises et ne facilite pas le travail du logisticien, qu’à cela ne tienne!
    Ce métier demande également une grande disponibilité. En cause? Un agenda qui peut souvent être rapidement chamboulé par des impératifs économiques.
    Du côté des avantages, on épinglera le fait de pouvoir rencontrer des profils très différents (ouvriers, patrons, employés…). Le job est aussi varié et complètement “ anti-routine ”. Il a fortement évolué ces dernières années, notamment en raison d’une professionnalisation.
    Par ailleurs, de nombreux centres de formation ont été créés pour aider au développement des métiers du transport et de la logistique. Rappelons que ces deux filières sont différentes mais aussi et surtout complémentaires. «
    + LAURENCE BRIQUET

    LES FORMATIONS DANS VOTRE REGION

    LIEGE

    > Enseignement supérieur de type court en Hautes Ecoles: bachelier professionnalisant en gestion des transports et logistique d’entreprise à Jemeppe-sur-Meuse (HEPL-04/237 95 87) et Liège (HECH-04/254 76 00); spécialisation en management de la distribution/ retail management à Jemeppe-sur-Meuse (HEPL).
    > Promotion sociale de niveau secondaire: assistant(e) en logistique en unités de soins et/ou services d’urgence à l’IPEPS de Jemeppe-sur-Meuse (tél: 04/237 94 14).
    > Promotion sociale de niveau supérieur: bachelier professionnalisant en gestion des transports et logistique d’entreprise à l’IPEPS de Jemeppe-sur-Meuse (tél: 04/237 94 14).
    > Centres de compétence: technicien logistique d’achats, d’approvisionnement et de planification; technicien logistique d’entrepôt; technicien logistique en industrie alimentaire; technicien logistique transport; technicien logistique coordinateur IT au Forem Formation Logistique Liège à Grâce-Hollogne (Infos: 0800 93 947).
    > Les écoles privées: CFD: formation à distance en transport et logistique/exportation (Infos: 03 292.33.36).

    Les autres régions > ICI

    Infos: www.siep.be via > http://www.jobsregions.be