lettre

  • 5 ASTUCES POUR UNE LETTRE DE MOTIVATION IDEALE

    Lettre_shutterstock_131550803.jpg

    Comment faire en sorte qu’un recruteur retienne votre candidature et vous convie à un entretien ?

    Marie-Paule Fritschy, master en texte et communication, livre ses conseils pour une lettre de motivation parfaite.

    1. Ne soyez ni trop insistant ni trop prudent

    La leçon la plus importante que je peux tirer de l’analyse de 50 lettres de motivation, de diverses études scientifiques et d’un entretien avec trois spécialistes RH, est qu’il ne faut être ni trop insistant ni trop prudent. Finalement, la rédaction d’une lettre de motivation n’est rien d’autre qu’un exercice de « manœuvre stratégique ».

    Exemples:

    Trop prudent : À près de 25 ans, jeune diplômé en histoire, je suppose que je pourrais démarrer comme collaborateur dans votre département.

    Trop insistant : Et qui pourrait effectuer ces tâches mieux que moi ?

    Il s’agit donc de trouver le juste milieu. Les figures de styles peuvent être un moyen très pratique pour y arriver. Comme par exemple cette question rhétorique : Des occasions de distinguer les pièges, de transformer le scepticisme en enthousiasme, de faire des idées des pratiques quotidiennes : c’est ce qui m’a toujours donné le plus de satisfaction. Et quel meilleur environnement pour le faire que X ?

    2. Optez pour une structure claire

    Si vous n’avez pas une fine plume, optez pour une construction traditionnelle, avec un paragraphe pour chacune des phases suivantes :

    1. Ouverture : où avez-vous trouvé l’offre d’emploi ?

    2. Motivation : pourquoi réagissez-vous à l’offre d’emploi ?

    3. Argumentation : pourquoi êtes-vous le candidat idéal ?

    4. Conclusion : faites références à un entretien futur.

    Ce peut être une bonne idee de réfléchir à une accroche originale. Vous attirerez ainsi immédiatement l’attention et augmenterez vos chances d’être invité à un entretien. Si vous postulez à un emploi créatif, c’est même un must absolu.

    3. Ne soyez pas trop honnête

    Que dire ? Que taire ? C’est également une question que vous devez vous poser à chaque fois. Si vous ne répondez pas totalement aux exigences de la fonction ou si vous manquez d’expérience, taisez-vous. Concentrez-vous sur le positif et mettez donc vos qualités et vos motivations en avant.

    Certains candidats ont tendance à se montrer trop honnêtes, mais ils ne font alors que mettre leurs points faibles en lumière, comme l’illustre l’exemple suivant : Je termine en ce moment un bachelier en sciences du théâtre à X, mais je me suis surtout concentré sur les techniques dans les productions de théâtre itinérantes. J’aimerais quand même travailler dans un bureau pour apprendre un autre côté des compagnies théâtrales.

    4. Soyez bref : 250 mots suffisent

    Vous avez beau avoir 101 arguments qui expliquent pourquoi vous êtes le candidat idéal, contentez-vous de donner les plus significatifs. Les meilleures lettres sont plutôt courtes : 200 à 300 mots suffisent amplement.

    5. Dites-le dans vos propres mots

    Dans votre lettre de motivation, vous devez essayer de traduire les exigences de l’employeur en compétences qui vous sont propres. Mais cela ne veut pas dire que vous devez reprendre tels quels les mots de l’offre d’emploi. N’écrivez donc pas : Je suis analytique et attentif au médias si l’offre d’emploi dit : Vous avez l’esprit analytique et êtes attentif aux médias. Utilisez plutôt vos propres mots et cherchez des synonymes qui correspondent aux qualités exigées pour la fonction.

    Source & Texte: Hermien Vanoost sur > http://www.references.be

  • OBTENEZ ‘’LA’’ LETTRE DE RECOMMANDATION QUI FERA LA DIFFÉRENCE

    shutterstock_130099715.jpg

    Il ne suffit pas de se munir d’une lettre de recommandation pour faire bonne impression auprès du recruteur.

    Si vous voulez faire la différence par rapport à vos concurrents, vous devez décrocher LA lettre de recommandation qui vous présentera comme le candidat parfaitement taillé pour le poste brigué. Cette lettre de recommandation se prépare de la même manière qu’une lettre de motivation : elle ne doit pas énumérer vos (innombrables) qualités, mais bien mettre en exergue celles qui sont d’une importance particulière pour la future fonction que vous exerceriez.

    Voici comment obtenir LA lettre de recommandation qui fera la différence.

    Briefez votre ancien boss

    Sauf circonstances exceptionnelles, votre ancien patron sera disposé à vous écrire une lettre de recommandation. Veillez toutefois à la lui demander au bon moment, de la bonne manière. Ne sollicitez pas cette faveur entre deux, en le croisant par hasard dans la rue, par exemple. Prenez le temps de lui rédiger un e-mail circonstancié, pour qu’il saisisse l’importance de votre demande. Joignez un exemplaire mis à jour de votre CV et mentionnez les spécificités du poste que vous postulez. Précisez aussi pourquoi vous pensez être la personne la plus compétente pour le job. De la sorte, il saura très précisément de quoi il s’agit lorsque le recruteur l’appellera pour développer son avis. Il pourra également mieux rédiger sa lettre.

    La lettre de recommandation est le seul moyen de faire parler quelqu’un d’autre de vos qualités à votre place. Autant essayer de l’orienter dans la bonne direction et de lui faire dire ce que vous pensez que le recruteur veut entendre. Si vous êtes journaliste et que vous êtes aussi bon devant que derrière la caméra mais que vous pensez que l’une des deux qualités est plus importante que l’autre, n’hésitez pas à la dire.

    Assurez le suivi

    Montrez à votre ancien boss que vous lui êtes reconnaissant(e) de son geste et que vous réalisez qu’il vous a consacré du temps et de l’énergie. Tenez-le au courant de l’évolution de votre candidature. Il devrait être l’un des premiers à savoir si vous avez décroché le job. Même si le recruteur vous affirme ne pas avoir vérifié vos références, remerciez-le le plus rapidement possible. Vous ferez ainsi preuve de professionnalisme et vous montrerez que vous ne venez pas vers lui uniquement lorsque vous en avez besoin.

    Même en cas d’échec

    Tenez-le aussi au courant si vous n’avez pas obtenu le poste. Vous pourriez penser que ce n’est pas très pertinent, surtout si vous savez qu’il ne sera de toute façon pas contacté par le recruteur. Mais il s’agit d’une marque de respect et de considération envers celui qui est en train de répondre à tous les appels de numéros inconnus depuis une semaine juste « au cas où » ce serait pour vous ! Par ailleurs, vous le préparerez ainsi aussi à une éventuelle demande future.

    Source: The Daily Muse via > http://www.references.be

     

  • HANNUT: DES PÉTARDS FONT EXPLOSER LES BOÎTES AUX LETTRES

    232011977_.jpgLa nuit du réveillon de Nouvel An, des fêtards ont lancé des pétards en direction de boîtes aux lettres situées au rez-de-chaussée d’un immeuble, 16 rue de Landen à Hannut. Les trois boîtes aux lettres ont explosé, mais n’ont heureusement pas pris feu. Les propriétaires ont déposé plainte auprès de la zone de police de la zone Hesbaye-Ouest.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Jeudi 3 Janvier 2013 à 17h40

  • LETTRE OUVERTE D’ECOLO A LA COMMUNE DE HANNUT

    318240_3867530576262_1518496131_3185942_618142209_n.jpgMonsieur le Bourgmestre,

    Monsieur l'Echevin des travaux,

    Les travaux de la Grand Place avancent à grands pas, et elle revêt peu à peu l'allure que vous nous en aviez donnée lors de la rencontre citoyenne du 09 février 2010.

    Nous avions ce soir-là attiré votre attention sur la nécessite d'être vigilants quant à l'origine des matériaux, eu égard aux circuits courts, à la main d'œuvre et au savoir-faire local… plus encore en cette période de crise économique où les moyens et l'argent public doivent soutenir avant tout les économies Wallonne, Belge et Européenne.

    Pour ce faire, le SP Wallonie met à la disposition des Communes des services permettant de façon tout à fait réglementaire la mise en œuvre de clauses sociales et environnementales pour les marchés de travaux et de services. 

    Nous sommes donc extrêmement surpris et stupéfaits de constater que les pierres livrées tout récemment fin de semaine dernière et qui commencent à habiller les murets sont revêtues d'inscriptions asiatiques.

    Le sous-sol wallon permet l’exploitation d’innombrables variétés de pierres à bâtir et cette richesse naturelle a généré un véritable pôle de compétences dans notre pays.  Le secteur emploie directement près de 1.000 travailleurs en Wallonie et, indirectement, plusieurs milliers en Belgique et dans les pays limitrophes, emplois gravement menacés par les importations asiatiques.

    Outre l'aspect économique, l’aspect environnemental a été nié dans votre choix : les méthodes d’exploitation en Chine et en Inde ne respectent aucune règle de protection de l’environnement, et le transport de ces roches par bateau consomme cent fois plus d’énergie que celui de nos fournitures.

    Non seulement ces pays ignorent les plus élémentaires principes du développement durable, mais ils ne tiennent pas compte non plus des critères sociaux...  Alors que les pierres bleues wallonnes ont obtenu des certifications qui garantissent la qualité, la bonne organisation et les conditions sociales de leur production (Agrément technique avec certification, ISO, Appellation d’Origine Locale, Label social …)

    Nous terminerons en soulignant la piètre qualité de ces roches, maintes fois décriée par les gestionnaires de chantiers, en ne citant pour exemple que les taches de rouille apparues sur certains édifices importants réalisés en pierre chinoise.

    Ne pouvant avoir de réel poids sur les décisions que vous avez prises, nous ne pouvons que regretter les choix politiques, techniques et environnementaux pour les matériaux de ce chantier.

    De son côté, le député wallon, Christian Noiret interpellera le Ministre des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine, Monsieur Di Antonio car il s’agit d’un réel enjeu pour la Région Wallonne.

     En pièce jointe la lettre > 20120514gdplacever03.pdf

  • CUPIDON LES A CHOISIS

    Saint-valentin CONCOURS DE la plus belle lettre d’amour

    t-20120220-H3P89N-0.jpgCharlotte et Eduardo ainsi que Marie et Olivier ont gagné un repas en tête-à-tête

    Charlotte et Eduardo militent pour la protection des lévriers Galgo.

    Deux couples de jeunes Hannutois viennent de remporter le concours de la Saint-Valentin organisé par l’association des commerçants de la cité hesbignonne. Rencontre avec deux des  quatre tourtereaux qui savoureront prochainement leur prix dans l’un des restaurants du centre-ville.

    Charlotte Rigot (23) et son compagnon Eduardo Vargas (26) ont été surpris à la veille de la Saint-Valentin par un photographe de l’association des commerçants de Hannut. Et c’est ce cliché que le jury du concours a plébiscité. “ Nous étions allés à la librairie de la rue de l’Eglise ”, explique Charlotte. “ En sortant, j’ai voulu m’arrêter devant la vitrine du magasin de vêtements située à côté. C’est là que le photographe nous a demandé de prendre la pose. Nous avons gagné un bon de 100euros pour aller manger dans un restaurant du centre hannutois. ” Charlotte et son amoureux Eduardo sont installés à Avin. La flamme qui les unit brûle depuis trois ans. “ Cela a commencé sur internet ”, sourit Charlotte. “ Eduardo souhaitait voyager en Europe, et moi je souhaitais voyager en Amérique latine. On a échangé durant un an pour se rendre compte que nous nous entendions bien et que nous avions beaucoup de points en commun. ” Au cours de l’été 2009, Eduardo débarque pour la première fois en Belgique. “ D’abord trois mois avec un visa touristique ”, précise-t-il.

    “ Puis, Charlotte m’a accompagné lors de mon retour au Mexique. Nous avons visité le pays avant le retour à Avin. Je suis donc installé ici depuis le 21 février 2010. Je suis actuellement une formation professionnelle. ” Charlotte et Eduardo cultivent plusieurs passions. Parmi celles-ci, ils militent pour la protection des lévriers Galgo, martyrisés dans leur pays d’origine. “ Ces chiens sont utilisés en Espagne pour les concours de chasse aux lièvres ”, poursuit Charlotte. “ Mais après la chasse, leurs propriétaires les frappent, les mutilent ou les tuent. Suivant leurs performances, ils sont pendus long ou court de manière à prolonger ou non leurs souffrances. Certains les jettent au fond d’un puits ou les traînent derrière une voiture jusqu’à ce que mort s’ensuive. Très choqués par cette cruauté gratuite, nous avons décidé d’en adopter deux. ”

    Source > Sudpresse > Mardi 21 février 2012 n.c.