lambert

  • PORTES OUVERTES AU VAL SAINT LAMBERT LE WEEK-END DU 24 ET 25 NOVEMBRE

    Sans titre.jpgFruit d'un artisanat unique aux courbes raffinées, aux couleurs en transparence, à la taille délicate… Les silhouettes cristallines du Val Saint Lambert ornent les plus grandes tables et peuvent se targuer d'être inscrites dans une histoire aussi prestigieuse que leur renommée.

    Dès 1826, l'abbaye cistercienne de Seraing, près de Liège, assiste en effet à la création des premières pièces de la dénommé cristallerie Val Saint Lambert. Figure de proue de l'industrie du cristal belge, les ateliers sérésiens prennent progressivement de l'ampleur… Si bien qu'avant la première guerre mondiale, le site de l'ancienne abbaye compte quelque 5.000 collaborateurs dont les mains travaillent à l'élaboration de 120.000 créations uniques par jour. La cristallerie est alors en plein essor et devient en 1836 le fournisseur breveté de la famille royale, mais également des monarques et des fortunés de par le monde.

    Cet âge d'or du cristal s'explique alors par un concours de circonstances favorables : le cadre unique de l'abbaye, sa proximité avec la Meuse, le réseau ferroviaire mais surtout la différence esthétique notable entre le cristal et le verre de l'époque. Sa couleur jaunâtre et son aspect plus grossier laisse alors le cristal en vedette des amateurs d'élégance. D'ailleurs, on oublie parfois que le Val Saint Lambert, outre son département artistique consacré au cristal, produisait également du verre pour l'industrie, des fioles des chimistes aux phares de voitures.

    Mais la guerre 14-18 freine le succès de la cristallerie sérésienne et la crise de 29, suivie de la seconde guerre, finira d'entériner son déclin. De reprise en reprise, le Val Saint Lambert se restructure non sans perdre de son lustre. En 2008, la famille Onclin, originaire d'Hasselt et active dans le secteur viticole, relève le défi : relancer la marque au niveau mondial mais aussi, valoriser le savoir-faire ancestral des ateliers de l'abbaye cistercienne.hannut,blog,portes,ouvertes,val,lambert

    A travers l'histoire, le talent des artisans du Val Saint Lambert a gardé son authenticité. «Cinquante artisans produisent chaque jour des articles uniques en Crystal», explique Fabien Poncelet, responsable de la communication du Val Saint Lambert.

     «Pour obtenir ce cristal, nous mêlons du sable à 24 pourcents d'oxyde de plomb, le tout porté à 1.400°, afin qu'il devienne liquide et malléable.» Les artisans verriers entrent alors en scène pour la réalisation de deux types de travail, à chaud : le soufflé, pour les verres, vases et carafes, et la moulure pour les produits pressés tels que les chandeliers ou statuettes. «C'est à ce moment qu'on réalise le doublé, la spécialité du Val Saint Lambert : des lingots de couleurs sont fondus pour recouvrir le cristal clair», ajoute Fabien Poncelet. Place alors au dessin, à l'art du reflet et de la taille.

    Parcours d'histoire et bonnes affaires

    C'est au cœur de cet artisanat exceptionnel que vous aurez l'opportunité de pénétrer le week-end du 24 et 25 novembre. «Tous les artisans seront présents», précise Fabien Poncelet. «Le public pourra assister à la confection et sera guidé par des spécialistes, prêts à répondre aux questions». Après ce parcours empreint d'histoire et de maîtrise, les visiteurs séduits auront la possibilité d'acquérir ces pièces de prestige pour un prix modique lors du déstockage prévu pour les portes ouvertes.

    Le site du Val Saint Lambert > ICI

    Entrée : > •5 euros par adulte >  •remboursée pour 25 euros d'achat >  •gratuite pour les enfants

    Adresse : Rue du Val, 245 > 4100 Seraing >Ouvert de 10h à 17h

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Vendredi 16 Novembre 2012 à 11h05

  • WAREMME: LA DÉMOLITION DE LA VILLA LAMBERT A DÉBUTÉ

    1359234865_ID7740299_lambert_224357_H3VPYW_0.JPGLe long mur qui cachait une grande partie de la vaste propriété Lambert, située rue des Combattants à Waremme, a été complètement rasé. Les grues sont entrées en action et la villa ainsi que le court de tennis disparaîtront également bientôt. Attention, il ne s’agit pas de la bâtisse de caractère connue de tous les Waremmiens depuis de nombreuses années. La ville a en effet délivré un permis interdisant sa destruction. C’est en fait la maison plus récente (celle du kiné Lambert qui ne l’habite bien sûr plus), construite juste derrière le mur, qui va disparaître.

    Pour rappel, ce projet immobilier consiste concrètement à construire huit immeubles à appartements, répartis en trois blocs.

    Dans le premier, il y aura 25 logements, 37 dans le deuxième et 10 dans le troisième.

    Au total, cela représente 72 habitations. Les travaux vont évidemment prendre plusieurs mois.

    Source > Sudpresse > Publié le Mercredi 23 Mai 2012 à 09h12 > Photo Ch.C.