julien d

  • HANNUT > IL PUBLIE DES VIDÉOS HARCELANTES SUR LE NET CONTRE SON 'EX’

    Julien D., 31 ans, risque deux ans de prison

    Parce qu’il dit vouloir récupérer sa petite fille, Julien D., de Hannut, a tendance à croire que tout lui est permis. Du moins, sur les réseaux sociaux. Durant plus d’un an, il a ainsi envoyé et publié des centaines de messages, vidéos et autres menaces à l’encontre de son ex’. 

    La justice reproche à Julien D., de Hannut, des faits de coups et blessures, menaces et harcèlement, courant de l’année 2015 et 2016. C’est ici un long litige qui l’oppose à la mère de sa fille, âgée de presque 3 ans, qui est au coeur de toute cette bien triste histoire, et qui a déjà bien occupé le tribunal de la famille.

    Tout commence quand, après une relation de près de 4 ans, son ‘ex’, d’origine française, a rompu, alors qu’elle était enceinte. L’homme de 31 ans s’est toutefois impliqué dans cette grossesse et l’éducation de son enfant jusqu’à ce que, dit-il, « il n’a plus eu de nouvelles, du jour au lendemain ». Et d’ajouter : « Cela fait maintenant un an et demi que je n’ai plus vu ma fille, pas même en photo. »

    Selon la version de son ex’, cette rupture soudaine de communication fait suite à une soirée de janvier 2015, durant laquelle Julien D., vraisemblablement sous influence d’alcool et de stupéfiants, lui aurait fracassé la tête contre … … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 28/12/2017

    A contrario, face à cette absence de contact, il n’a par contre eu d’autre idée que de mener une véritable guérilla contre son ‘ex’. Messages intempestifs et menaces, chantages, injures... Il n’a surtout pas hésité à utiliser les réseaux sociaux, principalement Facebook, pour faire passer « ses messages ». En atteste notamment une vidéo dans laquelle Julien D. se filme et présente l’affaire comme un « kidnapping légal ». Dans sa mise en scène, visualisée par + de 260.000 personnes ( !), il y  … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 28/12/2017

    Comme celle, souvenez-vous, qu’il a filmée en centre-ville de Hannut en hurlant « Allahu Akbar », à bord de sa voiture, muni de l’imitation d’une mitrailleuse à la main. Il s’était déjà, d’ailleurs, retrouvé devant le juge pour cette histoire et avait écopé d’une suspension.

    L’ex’ en question, bien qu’elle soit retournée vivre en … … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 28/12/2017

    Source > ED sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 28/12/2017

    Mais aussi le Journal .PDF en ligne > http://journal.sudinfo.be/journal.php

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/132182

    L’article succin en ligne > http://www.sudinfo.be/1947067

  • HANNUT > 100H POUR AVOIR CRIÉ ALLAHU AKBAR

    Il risque une peine de travail pour une vidéo qu’il disait « marrante »

    Foncer en voiture dans le centre-ville de Hannut, un bas nylon sur la tête et une imitation de mitrailleuse à la main, en hurlant « Allahu Akbar ». Telle était l’idée « marrante » de Julien D. pour le tournage de sa future vidéo comique.

    Sauf que, on peut s’en douter, cela n’a fait rire personne… encore moins les policiers et les enfants qui ont assisté à la scène. Il risque une peine de 100h de travail.

    Julien D. aurait mieux fait de réfléchir à ce qu’il allait faire quand il s’est lancé dans le tournage de sa nouvelle vidéo « humoristique », le 18 janvier 2016.

    Souvenez-vous. L’affaire avait fait grand bruit à Hannut, et au-delà.

    Vers 16h, en pleines sorties d’écoles, le jeune homme de 30 ans s’était couvert le visage d’un bas nylon, à l’image des truands et autres braqueurs de banque que l’on peut apercevoir dans les films, et s’était muni d’une réplique parfaite d’un pistolet-mitrailleur. À bord d’un véhicule, il avait arpenté le centre-ville hannutois en criant « Allahu Akbar ». Des instants qui ont été capturés par la caméra d’un téléphone portable puisque l’objectif étant d’en faire « une vidéo marrante », selon les dires de Julien D.

    Le tout s’était notamment déroulé sous les yeux de jeunes adolescents, qui attendaient à un arrêt de bus. Plusieurs d’entre eux s’en sont sortis, fort choqués. « Courant dans tous les sens, ils ont cru qu’ils allaient mourir… Ils ont en tout cas eu très peur », a souligné le parquet.

    Deux mois après les attentats de Paris, autant dire que la soi-disant blague était plus que de mauvais goût, comme l’a fait remarquer le juge du tribunal correctionnel de Huy, devant lequel Julien D. est prévenu de port d’arme et de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi09/02/2017

    Source > E.D. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi09/02/2017

    L’article au complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/42445