jéremy

  • WASSEIGES: JÉRÉMY AURAIT ÉTÉ POUSSÉ SUR LA ROUTE AVANT D'ÊTRE RENVERSÉ ET TUÉ

     

    2022103505_B971845770Z_1_20140121233914_000_GS71QM3OA_1-0.jpg

    Rebondissement dans ce dramatique accident qui, en février 2012, a coûté la vie à Jérémy Heeren, 19 ans, renversé par une camionnette devant son domicile, rue d’Acosse, à Meeffe (Wasseiges).

    À la demande du parquet, les témoins vont être réentendus par la police. Le procès qui devait s’ouvrir hier a, par conséquent, été reporté au 18 mars.

    Le 21 février dernier, alors qu’il fête son dix-neuvième anniversaire avec ses potes, Jérémy Heeren est mortellement renversé par une camionnette, juste devant son domicile rue d’Acosse, à Meeffe (Wasseiges).

    Dans un premier temps, la thèse de l’accident a été la seule évoquée. Mais pour Gisela, la maman de Jérémy, c’est un de ses copains qui l’aurait poussé sur la chaussée.

     «  Mon fils se trouvait sur le trottoir avec plusieurs copains, dont un qui avait énormément bu », nous avait expliqué voici un mois Gisela Heeren. Jérémy ne voulait pas que celui-ci reparte chez lui en scooter car il était saoul. Mais le copain en question s’est alors énervé et a bousculé Jérémy, qui s’est ensuite fait renverser par une voiture ».

    Le copain en question a toujours contesté cette version, affirmant qu’il ne se trouvait pas aux côtés de Jérémy au moment de l’accident mais sur le trottoir d’en face.

    Le procès de cette tragique affaire aurait dû s’ouvrir hier devant le tribunal de police de Huy.

    Mais, à l’ouverture de l’audience, on a appris qu’il était reporté. Le parquet demande en effet qu’une série de témoins (cinq au total) déjà entendus par la police, soient ré auditionnés.

     «  La version telle qu’elle a été donnée ne serait pas conforme à la réalité  », fait savoir Isabelle Deprez qui a ainsi fait droit aux réclamations de la défense. Il y a quelques semaines, Me Tasseroul, l’avocat du conducteur de la camionnette, a en effet été contacté par un témoin de la scène. «  Il nous a dit des choses  », déclare l’avocat, qui à ce stade, refuse d’en dire davantage. Si ce n’est «  qu’avec le recul, on se dit qu’il y a beaucoup d’incohérence dans ce dossier  » . Incohérence qu’il espère éclaircir avec ces nouvelles auditions.

    Hier, en apprenant que le procès était reporté au 18 mars, Gisela en a eu les larmes aux yeux. Ce procès, elle l’attend pour faire son deuil mais aussi pour connaître la vérité sur les circonstances de la mort de son fils.

    Articles précédents sur ce blog :

    JEREMY HEEREN DECEDE, FAUCHE PAR UNE VOITURE LE JOUR DE SON 19EME ANNIVERSAIRE > ICI

    DECES DE JEREMY HEEREN A WASSEIGES: «ON A POUSSE MON FILS SUR LA ROUTE!» > ICI

    LA MAMAN DE JÉRÉMY RENVERSÉ PAR UNE VOITURE VEUT SAVOIR LA VÉRITÉ > ICI

    Source > Rédaction en ligne de Marie-Claire Gillet sur > http://www.sudinfo.be/907974

  • WASSEIGES: LA MAMAN DE JÉRÉMY RENVERSÉ PAR UNE VOITURE VEUT SAVOIR LA VÉRITÉ

    1271415230_B971569807Z_1_20131208180011_000_GD21KHBU4_1-0.jpg

    Elle pense que son fils a été poussé sur la chaussée. Il n’a pas survécu à ses blessures.

    Le tribunal de police de Huy entamera ce mardi matin l’analyse du dossier relatif au décès tragique du jeune Wasseigeois Jérémy Heeren.

    Les faits se sont produits le soir du 21 février dernier, le long de la rue d’Acosse, au centre du village de Meeffe (Wasseiges). Ce jeudi-la, Jérémy fêtait à la maison son dix-neuvième anniversaire en compagnie de quelques amis. En fin de soirée, le jeune homme a été renversé par une voiture alors qu’il se trouvait juste devant chez lui. Il n’a pas survécu

    Dans un premier temps, la thèse du dramatique accident était la seule évoquée. Mais pour la maman de Jérémy, c’est l’un des camarades de son fils qui l’aurait poussé. «  Dans ses déclarations, ce garçon nie formellement avoir poussé Jérémy, il dit même qu’il ne se trouvait pas à ses côtés au moment de l’accident », explique Gisela Heeren. «  Le jeune homme en question a été entendu par la police deux mois après l’accident. Je regrette vraiment qu’il refuse de dire la vérité en affirmant qu’il n’a pas vu grand-chose de l’accident. S’il n’a évidemment pas voulu que cela se termine comme l’on sait, il pourrait au moins avouer avoir commis son erreur. »

    Il y a quelques jours, Gisela a eu accès au dossier judiciaire, ce qui lui a permis de répondre à quelques-unes de ses interrogations. «  Le rapport d’expertise précise notamment que le conducteur de la camionnette roulait à une vitesse de 67 km/h au moment de l’impact  », confie-t-elle. «  Par ailleurs, l’autopsie a révélé que mon fils a été pris sur le côté, et pas dans le dos. »

    Gisela Heeren espère que le tribunal de police pourra lui apporter toute la vérité sur cette triste affaire.

    Notre premier article > DECES DE JEREMY HEEREN A WASSEIGES> ICI

    Source > Rédaction en ligne de DDH sur > http://www.sudinfo.be/876554

  • DECES DE JEREMY HEEREN A WASSEIGES: «ON A POUSSE MON FILS SUR LA ROUTE!»

    1810460679_B971296966Z_1_20131028090715_000_GCN1EAG4J_1-0.jpg

    Alors qu’il fêtait son dix-neuvième anniversaire avec ses potes, en février dernier, Jérémy Heeren a été mortellement touché par une voiture, juste devant son domicile à Meeffe (Wasseiges). Selon sa maman Gisela, c’est l’un des participants à la fête qui aurait poussé le jeune homme sur la route. Elle témoigne pour établir sa vérité sur ce qu’il s’est produit lors de cette soirée tragique

    Dans un premier temps, la thèse du dramatique accident était la seule évoquée. Mais pour la maman de Jérémy, il n’est pas uniquement question de cela. «  Mon fils se trouvait sur le trottoir avec plusieurs copains, dont un qui avait énormément bu  », explique Gisela Heeren.

     « Jérémy ne voulait pas que celui-ci reparte chez lui en scooter car il était saoul. Il voulait ainsi le prémunir de problèmes ultérieurs. Mais le copain en question s’est alors énervé et a bousculé Jérémy, qui s’est ensuite fait renverser par une voiture  ».

    La suite dans La Meuse Huy-Waremme d’hier lundi.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/845003 Photo Sudpresse