islam & coran

  • MOTS CŒUR & MOT TUS > LA RUBRIQUE DE BRUNO HEUREUX > L’ISLAM & LE CORAN

    Projet3.jpg

    L'Islam et le Coran

                    Il y a quelques mois, après avoir commencé la lecture du Coran (Voir Archives) je vous faisais part de mes premières impressions : "en gros", de même que le Christianisme, je disais que l'Islam est une "religion d'amour". La suite de ma lecture m'amène à nuancer ce constat général. Et cela, en compagnie d'un des lecteurs de mes rubriques qui, lui aussi, a lu le Coran et m'a fait part de certaines remarques que je vous livre avant d'y apporter, à mon tour, quelques précisions.

                    Ce lecteur me dit dans son courriel qu'il a lu "Le Coran" de D. Masson, paru en 1967. Personnellement, sur les conseils de Gabriel Ringlet et d'amis musulmans, j'ai lu la version de Chouraqui, éditée chez Laffont ; préférée à beaucoup d'autres à l'authenticité mise en doute[i], cette version est d'autant plus intéressante que son auteur a également traduit la Bible ; cela lui permet de souligner, tout au long de son ouvrage, certains points de comparaison très intéressants entre ces deux "livres inspirés", références pour les croyants de ces deux religions. En me conseillant également de lire "Coran, mode d’emploi" de Farid Esack, Gabriel Ringlet m'a m'évité l'écueil qu'aurait été de vouloir lire, traiter et interpréter le Coran comme un livre ordinaire. Or, comme la Bible, ce livre se lit à petites doses entrecoupées de profondes réflexions et de nombreux retours en arrière pour être sûr d'avoir bien compris la signification exacte des mots et le sens précis des phrases dont la forme poétique et allégorique peut dérouter.

                    Au cours de sa lecture du Coran, mon correspondant a noté diverses remarques, contradictions, impossibilités, erreurs... dont je vous livre, en substance, quelques exemples significatifs.

                    "L'Islam, religion d'amour ?" Pour le fidèle, certainement : appel à l'équité, la patience, la mansuétude, l'aide au pauvre, le rachat du captif... Mais aussi : "Tranchez les mains du voleur et de la voleuse". Le prophète souhaite aussi que meure un de ses oncles et le condamne au feu éternel !!! Concernant l'attitude vis-à-vis des étrangers, il constate que certaines étrangères sont des esclaves sexuelles de fidèles.  L'hostilité envers les incrédules est omniprésente, dont le comble est exprimé en ces mots crus : "Juifs et chrétiens, que Dieu les anéantisse !"  Enfin, il a lu que le port du voile par la femme est bien recommandé et que la création s'est effectuée en 6 jours et non 7.

                    Enfin, il constate que le Coran n'est pas aussi intemporel, aussi intangible que certains voudraient le faire croire : en effet, le prophète lui-même a abrogé certains versets révélés à La Mecque au profit d'autres reçus à Médine. C'est ainsi qu'on peut lire : "Dès que nous abrogeons un verset, nous le remplaçons par un autre meilleur ou semblable." Le problème, dit à juste titre mon correspondant, c'est que les spécialistes eux-mêmes hésitent sur la provenance de la révélation... Que faut-il en penser ? Quelle partie faut-il jeter ?

                    Un immense merci à cet interlocuteur pour sa lecture attentive et critique ainsi que pour ses observations que j'ai également eu l'occasion de vérifier lors de mes propres lectures.

    Aujourd'hui, comment lire le Coran ?

                    Il n'est pas inutile, avant d'aller plus loin, de rappeler quelques dates essentielles dans les



    [i]La même multiplicité  de sources se retrouve pour l'Evangile où, à côté des quatre versions reconnues officiellement par l'Eglise catholique, il existe toute une série d'évangiles apocryphes qui n'ont pas résisté à l'analyse fouillée des exégètes depuis 2000 ans.

    Lire la suite