incapacités

  • LES INCAPACITES DE TRAVAIL EN HAUSSE EN WALLONIE.

    absence.jpg

    ENQUETE SUR L'ABSENTEISME: LES CONCLUSIONS DE L’UNION WALLONNE DES ENTREPRISES ET DE PARTENA

    L’Union Wallonne des Entreprises et le secrétariat social Partena ont récemment mené une grande enquête sur les absences au travail. Cette enquête a notamment montré que le salarié wallon travaille en moyenne 191 jours ouvrables sur un total de 365 jours calendrier par an. Par ailleurs, les incapacités de travail pour des raisons non professionnelles ne cessent de croître.

    En plus de connaître un accroissement continu depuis 2005, l’étude montre que les incapacités non professionnelles de courte durée (moins de 30 jours) et de longue durée (plus de 30 jours) constituent la principale cause d’absence des salariés (20 jours par an).

     « Parmi les différents types d’absences, on constate une augmentation continue depuis 8 ans des incapacités de travail non professionnelles, essentiellement de longue durée qui représentent en moyenne 14 jours par an. Ces dernières constituent généralement la première cause d’absence quel que soit le critère considéré dans l’étude (âge, sexe, secteur, ...) » précise Rony Baert, Conseiller Général auprès du Secrétariat Social Partena.

    « Le chômage temporaire reste très important vu qu’il représente en moyenne 6 jours par an. Après avoir connu une diminution lors de la période 2010-2011, il a augmenté au cours de la dernière période analysée. Cette situation peut s’expliquer par l’évolution économique et par les intempéries d’un hiver 2012 rigoureux et prolongé ».

    Autre constat, en dehors des congés légaux et des week-ends, le salarié wallon s’absente en moyenne 44 jours ouvrables par an, dont 20 pour cause de maladie.  Ces 44 jours d’absence par an (en moyenne) ont un impact direct sur la compétitivité des entreprises wallonnes.

    Du côté du temps presté, il est nettement inférieur chez les ouvriers par rapport aux employés, diminue avec l’âge et avec la taille de l’entreprise. Il varie très fort selon les secteurs d’activité. Par contre, il est pratiquement équivalent pour les deux sexes, mais la nature des absences entre les hommes et les femmes est fort différente.

    Notons que l’étude a été réalisée sur base de données provenant de 8.312 employeurs qui occupent 73.814 salariés.

    Enfin, signalons que l’étude a montré une légère augmentation du taux de non présence en entreprise, due au congé-éducation payé, ce qui représente 0,07 %, soit en moyenne 0,2 jour pour la période 2012-2013. Il est essentiellement pratiqué dans les grandes entreprises (0,13% du temps ouvrable).

    Source > http://www.jobsregions.be