impressionner

  • 5 ASTUCES POUR IMPRESSIONNER VOTRE BOSS

    Superman_shutterstock_121409479.jpg

    Nous avons tous envie d’entrer dans les faveurs de notre boss.

    Ceci est d’autant plus vrai si nous avons un boss charismatique, que nous admirons et que nous avons envie de rendre fier de nous à notre tour. Un petit compliment, un sourire, un regard bienveillant ou carrément de sincères félicitations pour le travail accompli... et voilà notre éego et notre motivation regonflés à bloc. Voici 5 astuces qui pourront vous aider à impressionner votre patron.

    1. Accomplissez les tâches dont les autres ne veulent pas

    La première étape est de faire votre travail et de le faire bien. Acquittez-vous de toutes vos tâches. Si vous pouvez en accomplir quelques-unes de plus, n’hésitez pas. Si vous accomplissez votre job, si vous honorez toutes les tâches qu’il implique, y compris celles qui sont plus difficiles ou moins attrayantes et si vous savez prendre sur vous celles que vos collègues ont tendance à négliger, vous serez très vite perçu comme quelqu’un avec qui il est facile de travailler.

    Évidemment, il ne s’agit pas de se porter volontaire pour tout et de faire toutes les choses que les autres n’ont pas envie de faire sans rechigner. Mais si vous respectez votre part du contrat et si vous vous appliquez sans vous plaindre, votre boss le remarquera et l’appréciera. Oui, cela peut inclure le fait de faire du café alors que tout le monde en boit et laisse la cafetière vide, et de remplir de feuilles la photocopieuse alors que celui avant vous vient de faire 3000 copies pour son dossier et ne se soucie pas d’avoir vidé le réservoir.

    2. Apprenez votre job et faites-le bien

    Cela peut sembler abruti comme conseil, mais vous seriez étonné du nombre de vos collègues qui ne savent pas comment gérer les transactions clients, qui relèvent pourtant des attentes quotidiennes. Respectez vos échéances et vos engagements, faites attention à votre orthographe, à votre grammaire et à la ponctuation dans vos documents écrits et coopérez avec ceux qui dépendent de votre boulot pour faire correctement le leur.

    3. Connaissez votre boîte. Ayez une vision globale

    Même si vous êtes dans une entreprise dans laquelle vous ne prévoyez pas de rester jusqu’à la fin de vos jours, vous devez connaître à fond votre boîte. Posez-vous la question « Comment cette entreprise gagne-t-elle de l’argent ? Qu’est-ce que nos clients veulent et attendent de nous ? Quels sont nos produits et nos services ? Comment fonctionnent les systèmes avec lesquels nous travaillons ? » 

    C’est ce que vous faites tous les jours, autant être le faire du mieux possible. Cela implique le fait de connaître la boîte, de garder un œil sur les nouveaux développements dans votre domaine ou dans les entreprises similaires.

    Cette prise de conscience de l’« image plus globale » vous permettra d’accéder à des conversations au sujet d’opportunités d’avenir ou de risques qui affectent le business. Cette connaissance et cette perspective assoiront votre crédibilité et vous serez peut être vu comme un candidat potentiel pour des jobs ou des postes futurs qui demandent une telle perspective et une telle initiative personnelle. Donc, si un article paraît dans les journaux au sujet de votre entreprise ou d’une boîte travaillant dans le même secteur, copiez-le (ou scannez-le, si c’est en version papier) dans un e-mail et envoyez-le aux membres de votre équipe et à votre boss.

    4. Mettez de l’ordre dans votre espace de travail

    Quel que soit votre espace de travail, il doit être organisé et avoir une allure « professionnelle ». Votre bureau révèle une partie de votre personnalité. Il faut trouver un juste équilibre : il doit être ni surchargé ni trop épuré. Si aucun papier ou aucun outil de travail ne traîne sur votre bureau, vous donnerez l’impression de ne pas travailler. Mais si votre bureau est inondé de feuilles, vous ne donnerez pas non plus l’impression de travailler. Votre désorganisation pourrait faire croire que vous ne maîtrisez pas du tout votre job.

    Lorsque vous quittez le travail, prenez quelques minutes pour ranger vos dossiers afin de retrouver un bureau impeccable le lendemain matin.

    5. Arrivez tôt, rentrez tard

    Il faut arrêter d’arriver pile à l’heure, lorsque la pendule indique 9 h et de préparer vos clés en mode « starting-blocks » lorsqu’elle s’approche furieusement de 17 h. Votre patron aura l’impression que vous n’avez pas vraiment envie d’être là. Il vous suffit de faire un petit effort, de 10 à 15 minutes de chaque côté, pour changer cette image et vous attirer les faveurs de votre patron. Vous ne donnerez plus l’impression de souffrir d’être là et d’être prêt à donner n’importe quoi pour filer chez vous, mais vous serez plutôt perçu comme un investissement qui porte ses fruits. Votre patron pensera que vous êtes motivé par votre boulot, ce qui vous distinguera de vos collègues.

    Source: Ezine Articles > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 5 ASTUCES POUR IMPRESSIONNER VOTRE BOSS

    shutterstock_121409479b.jpg

    Nous avons tous envie d’entrer dans les faveurs de notre boss.

    Ceci est d’autant plus vrai si nous avons un boss charismatique, que nous admirons et que nous avons envie de rendre fier de nous à notre tour. Un petit compliment, un sourire, un regard bienveillant ou carrément de sincères félicitations pour le travail accompli, et voilà notre égo et notre motivation regonflés à bloc. Voici 5 astuces qui pourront vous aider à impressionner votre patron.

    1. Accomplissez les tâches dont les autres ne veulent pas

    La première étape est de faire votre travail et de le faire bien. Acquittez-vous de toutes vos tâches. Si vous pouvez en accomplir quelques-unes de plus, n’hésitez pas. Si vous accomplissez votre job, si vous honorez toutes les tâches qu’il implique, y compris celles qui sont plus difficiles ou moins attrayantes et si vous savez prendre sur vous celles que vos collègues ont tendance à négliger, vous serez très vite perçu(e) comme quelqu’un avec qui il est facile de travailler.

    Évidemment, il ne s’agit pas de se porter volontaire pour tout et de faire toutes les choses que les autres n’ont pas envie de faire sans rechigner. Mais si vous respectez votre part du contrat et si vous vous appliquez sans vous plaindre, votre boss le remarquera et l’appréciera. Oui, cela peut inclure le fait de faire du café alors que tout le monde en boit et laisse la cafetière vide et de remplir de feuilles la photocopieuse alors que celui avant vous vient de faire 3000 copies pour son dossier et ne se soucie pas d’avoir vidé le réservoir.

    2. Apprenez votre job et faites-le bien

    Cela peut sembler abruti comme conseil, mais vous seriez étonné(e) du nombre de vos collègues qui ne savent pas comment gérer les transactions clients, qui relèvent pourtant des attentes quotidiennes. Respectez vos échéances et vos engagements, faites attention à votre orthographe, à votre grammaire et à la ponctuation dans vos documents écrits et coopérez avec ceux qui dépendent de votre boulot pour faire correctement le leur.

    3. Connaissez votre boîte. Ayez une vision globale

    Même si vous êtes dans une entreprise dans laquelle vous ne prévoyez pas de rester jusqu’à la fin de vos jours, vous devez connaître à fond votre boîte. Posez-vous la question « Comment cette entreprise gagne-t-elle de l’argent ? Qu’est-ce que nos clients veulent et attendent de nous ? Quels sont nos produits et nos services ? Comment fonctionnent les systèmes avec lesquels nous travaillons ? » 

    C’est ce que vous faites tous les jours, autant être le faire du mieux possible. Cela implique le fait de connaître la boîte, de garder un œil sur les nouveaux développements dans votre domaine ou dans les entreprises similaires.

    Cette prise de conscience de l’« image plus globale » vous permettra d’accéder à des conversations au sujet d’opportunités d’avenir ou de risques qui affectent le business. Cette connaissance et cette perspective assoiront votre crédibilité et vous serez peut-être vu(e) comme un(e) candidat(e) potentiel(le) pour des jobs ou des postes futurs qui demandent une telle perspective et une telle initiative personnelle. Donc, si un article paraît dans les journaux au sujet de votre entreprise ou d’une boîte travaillant dans le même secteur, copiez-le (ou scannez-le, si c’est en version papier) dans un e-mail et envoyez-le aux membres de votre équipe et à votre boss.

    4. Mettez de l’ordre dans votre espace de travail

    Quel que soit votre espace de travail, il doit être organisé et avoir une allure « professionnelle ». Votre bureau révèle une partie de votre personnalité. Il faut trouver un juste équilibre : il doit être ni surchargé, ni trop épuré. Si aucun papier ou aucun outil de travail ne traine sur votre bureau, vous donnerez l’impression de ne pas travailler. Mais si votre bureau est inondé de feuilles, vous ne donnerez pas non plus l’impression de travailler. Votre désorganisation pourrait faire croire que vous ne maîtrisez pas du tout votre job.

    Lorsque vous quittez le travail, prenez quelques minutes pour ranger vos dossiers afin de retrouver un bureau impeccable le lendemain matin.

    5. Arrivez tôt, rentrez tard

    Il faut arrêter d’arriver pile à l’heure, lorsque la pendule indique 9h00 et de préparer vos clés en mode « starting blocks » lorsqu’elle s’approche furieusement de 17h00. Votre patron aura l’impression que vous n’avez pas vraiment envie d’être là. Il vous suffit de faire un petit effort, de 10 à 15 minutes de chaque côté, pour changer cette image et vous attirer les faveurs de votre patron. Vous ne donnerez plus l’impression de souffrir d’être là et d’être prêt(e) à donner n’importe quoi pour filer chez vous, mais vous serez plutôt perçu(e) comme un investissement qui porte ses fruits. Votre patron pensera que vous êtes motivé(e) par votre boulot, ce qui vous distinguera de vos collègues.

    Source: Ezine Article > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • ENTRETIEN D’EMBAUCHE > 7 QUESTIONS POUR IMPRESSIONNER LE RECRUTEUR

    shutterstock_79903723b.jpg

    Le recruteur cherche à évaluer votre perspicacité et votre pertinence.

    Les entretiens d’embauche se terminent souvent de la même façon : le recruteur vous demande si vous avez des questions. Cette interrogation n’a rien d’altruiste. Elle ne vise pas à vous fournir plus d’informations sur votre poste, sur l’équipe que vous allez intégrer ou sur la culture de l’entreprise. Elle est plutôt un moyen d’évaluer votre perspicacité et votre pertinence. En posant des questions intelligentes et réfléchies, vous montrez que vous connaissez votre dossier, que vous vous intéressez réellement à l’entreprise et que vous vous demandez déjà comment vous allez effectuer au mieux votre travail.

    Le jobsite américain The Daily Muse a mené l’enquête auprès de recruteurs professionnels, qui nous livrent les meilleures questions qui ne leur aient jamais été posées par des candidats.

    1. Pouvez-vous citer un exemple d’un défi qu’un client vous a posé récemment ?

    Dans votre mail de suivi (dans lequel vous remerciez le recruteur pour le temps qu’il vous a consacré), évoquez ce défi et proposez les solutions que vous auriez envisagées. – Amy Ogden, Directeur du marketing et du développement pour J Public Relations.

    TWEET > Le recruteur cherche à évaluer votre perspicacité et votre pertinence.

    2. Où voyez-vous la compagnie d’ici un an ? Dix ans ?

    « Il m’a complètement scotché. » – Brandon Seymour, Beymour Consulting.

    3. Puis-je travailler dans le call center pendant quelques semaines ? Pour que je puisse me faire une idée des besoins de vos donateurs…

    Le poste était destiné à un cadre dirigeant. « J’étais complètement éberlué. » –  Robert Moskovits, VP Business Development à Kars4Kids Charity.

    4. Quelle question que vous ne m’avez-vous pas posée vous taraude ?

    « Cette question est tombée à pic parce qu’elle a incité le comité à mettre cartes sur table à propos d’une préoccupation que nous avions tous au sujet du candidat et celui-ci a eu l’occasion d’y répondre. » – Aaron Basko, assistant VP Enrollment Management et Career Services, Salisbury University.

    5. Quel impact aurais-je sur l’équipe si j’étais engagé ?

    « Le candidat était déjà en train d’imaginer à quoi ressemblerait le succès dans cette fonction. » – Mazin Abou-Seido, Directeur Information Technology, Halogen Software.

    6. J’ai vérifié votre présence sur les réseaux sociaux et j’ai remarqué que vos marques ont été plus actives ces derniers mois. Avez-vous changé de stratégie ?

    « Il avait clairement bossé le dossier et était déjà en train de penser à la publicité de nos marques. » – Heidi Ferolito, Directrice RH, Talent Acquisition and Retention for World Travel Holdings.

    7. Qu’est-ce qui déterminerait la réussite de quelqu’un à ce poste ?

    « Cette question montre que le candidat est compétitif. Il veut impressionner tout le monde. » – Ashley Verrill, Marketing de contenu, Software Advice. 

    Source : The Daily Muse Via > http://www.references.be