hypertension

  • JOUER AU FOOT, C'EST EXCELLENT CONTRE L'HYPERTENSION

    Football_trip.jpg

    La pratique du football constitue un exercice tout indiqué pour les hypertendus.

    L’activité physique est reconnue de longue date comme une démarche importante pour faire baisser la tension artérielle. Le problème consiste à motiver les patients à se lancer et à tenir sur la durée.

    Ces chercheurs des universités d’Exeter (Royaume-Uni) et de Copenhague (Danemark) se sont donc intéressés de près au foot, sous une forme récréative. Deux groupes de patients légèrement à modérément hypertendus (âgés de 31 à 54 ans) ont été constitués, sachant qu’aucun n’avait pratiqué de sport (de manière régulière) durant l’année écoulée. Environ 70% étaient sous traitement médicamenteux.

    Dans le premier groupe, les participants ont joué au football à raison de deux séances d’une heure par semaine, et ceci durant six mois. Les seconds ont bénéficié d’un suivi médical classique, avec des recommandations sur l’importance de l'activité physique et des conseils nutritionnels. Les chercheurs ont évalué une série de paramètres physiologiques à l’entame, après trois mois et donc à l’échéance de six mois.

    Une amélioration remarquable

     « Les résultats s’avèrent impressionnants », indique Santé Log. « Les membres du groupe football affichent une pression artérielle significativement plus faible et une condition physique sensiblement améliorée par rapport au groupe conseils. »

    Pressions systolique et diastolique, consommation maximale d’oxygène, fréquence cardiaque au repos, perte de masse grasse : sur tous ces points, le bénéfice lié au football est qualifié de remarquable.

    Dès lors, sachant qu’il s’agit d’un sport particulièrement convivial et apprécié par les hommes, les auteurs considèrent qu’il constitue un excellent moyen de les inciter à pratiquer une activité physique régulière. Et d'ailleurs, ajouterons-nous, il n'y a pas de raison que le foot ne bénéficie pas aussi aux femmes qui aimeraient cela.

    Ces recherches ont été publiées dans la revue « Medicine and Science in Sports and Exercice ».

    Source > http://www.passionsante.be