huy

  • Imprimer

    HUY > LE 3 MARS > UN SALON DE L’EMPLOI S’INSTALLE À HUY

    Pour aider les jeunes à trouver un emploi et pour faciliter leur intégration sur le marché

    Cette année, la Fédération de Huy-Waremme des Jeunes Socialistes marque son grand retour avec la mise en place de son premier événement de grande envergure sur Huy.

    Un salon de l’Emploi, ouvert le 3 mars prochain, à la Salle de l’IPES Huy 2, située au 6, avenue Delchambre. 

    Après un an d’organisation, Julien André (coprésident), Nicolas Warnotte (coprésident) et Samuel Moiny (secrétaire) proposeront, le 3 mars prochain, un salon dédié à l’emploi pour les jeunes et moins jeunes de la région, accompagné de deux conférences-débats sur l’avenir de la Wallonie. « Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à trouver un travail et à s’intégrer sur le marché de l’emploi avec des offres toujours plus précaires. Ce salon a pour but de faire venir les employeurs à Huy et de les rapprocher des jeunes de notre arrondissement qui se retrouvent dans cette situation », explique Julien André, le coprésident JS Huy-Waremme.

    Ouvert à tous de 13 à 17h30, à la Salle de l’IPES Huy 2, située au 6 de l’avenue Delchambre, le salon proposera différents ateliers pour aider à la rédaction de CV, de lettres de motivation mais aussi les procédures à suivre pour décrocher un emploi, ainsi que la rencontre d’organes officiels et employeurs en matière d’emploi. « Nous voulons sensibiliser un maximum de personnes sur les réalités du marché de l’emploi et les outils concrets disponibles, grâce à la présence des acteurs de l’emploi, des formations et les différentes agences intérim de la région ».

    À l’occasion du salon de l’Emploi, deux conférences-débats seront organisées. Elles mettront en avant les perspectives pour l’emploi en Wallonie et son redéploiement économique. Éliane Tillieux, députée wallonne et ex-ministre de l’Emploi, ainsi que Jean-Claude Marcourt, le ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ex-ministre de l’Économie, interviendront lors de ces conférences.

    La Fédération Huy-Waremme des jeunes socialistes, de son côté, se réjouit d’avance de ce premier événement d’envergure. « On s’est énormément investi dans ce projet et on espère voir venir du monde. Parallèlement à ça, on voudrait vraiment remercier la PAC Huy-Waremme et la Fédération Huy-Waremme, dont le président Marc Foccroulle, qui ont été d’un grand soutien dans l’élaboration de ce projet », confie Julien André.

    Pour clôturer la journée, Manon Lepomme, l’étoile montante de l’humour, proposera son spectacle « Non, je n’irai pas chez la psy » avec une adaptation toute spéciale sur le thème de la journée. L’entrée est proposée au prix démocratique de 5 euros, avec la volonté de promouvoir l’accès à la culture à tous les publics. Réservation obligatoire au 0495/63.71.17.

    Laura Marchese > Journal LA MEUSE H/W du 07/02/2018

  • Imprimer

    HUY > LE 3 MARS > UN SALON DE L’EMPLOI S’INSTALLE À HUY

    Pour aider les jeunes à trouver un emploi et pour faciliter leur intégration sur le marché

    Cette année, la Fédération de Huy-Waremme des Jeunes Socialistes marque son grand retour avec la mise en place de son premier événement de grande envergure sur Huy.

    Un salon de l’Emploi, ouvert le 3 mars prochain, à la Salle de l’IPES Huy 2, située au 6, avenue Delchambre. 

    Après un an d’organisation, Julien André (coprésident), Nicolas Warnotte (coprésident) et Samuel Moiny (secrétaire) proposeront, le 3 mars prochain, un salon dédié à l’emploi pour les jeunes et moins jeunes de la région, accompagné de deux conférences-débats sur l’avenir de la Wallonie. « Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à trouver un travail et à s’intégrer sur le marché de l’emploi avec des offres toujours plus précaires. Ce salon a pour but de faire venir les employeurs à Huy et de les rapprocher des jeunes de notre arrondissement qui se retrouvent dans cette situation », explique Julien André, le coprésident JS Huy-Waremme.

    Ouvert à tous de 13 à 17h30, à la Salle de l’IPES Huy 2, située au 6 de l’avenue Delchambre, le salon proposera différents ateliers pour La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018

    À l’occasion du salon de l’Emploi, deux conférences-débats seront organisées. Elles mettront en avant les perspectives pour l’emploi en Wallonie et son redéploiement économique… La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018

    … / … pour clôturer la journée, Manon Lepomme, l’étoile montante de l’humour, proposera son spectacle « Non, je n’irai pas chez la psy » avec une adaptation toute spéciale sur le thème de la journée.

    L’entrée est proposée au prix démocratique de 5 euros, avec la volonté de promouvoir l’accès à la culture à tous les publics. Réservation obligatoire au 0495/63.71.17.

    Laura Marchese > Journal LA MEUSE H/W du 07/02/2018

  • Imprimer

    PS HUY-WAREMME: «ON N’ACCEPTE PAS LES AFFAIRES MAIS ON ASSUME»

    Ce vendredi se déroulaient les vœux de la Fédération Huy-Waremme du parti socialiste à Waremme, au Métropole.

    Une centaine de personnes se trouvaient dans le public, parmi lesquels des membres du Collège waremmien, des jeunes socialistes ou encore Claude Parmentier, ancien bourgmestre de Wanze.

    Sur la scène, le président Marc Foccroulle a pris la parole. Accompagné sur la scène par le député provincial Robert Meureau, le député-bourgmestre de Waremme Jacques Chabot ou encore Christophe Lacroix, sénateur-bourgmestre de Wanze, le président de la Fédération du PS de Huy-Waremme a été le seul à s’exprimer.

    Marc Foccroulle est tout d’abord revenu sur l’affaire Publifin et celle du Samusocial, faits que le PS « n’accepte pas, mais assume. » Il a ensuite dressé le bilan des … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/180486

    Source > J.G. > Sur > http://huy-waremme.lameuse.be/180486

  • Imprimer

    HUY-WAREMME-HANNUT > cdH > PRÉPARER LE SCRUTIN MALGRÉ LES DÉFECTIONS

    Le président Cartilier se réjouit de l’émergence d’une relève après deux départs annoncés au sein du cdH

    Benoît Lutgen, président du cdH, et Benoît Cartilier, ont rencontré leurs partisans. Le président d’arrondissement évoque les départs de plusieurs élus et l’émergence de jeunes en vue des prochaines élections. 

    Le cdH de l’arrondissement a présenté ses vœux samedi Au Portail, salle située sur la commune de Remicourt, le jour de l’anniversaire d’André Lahaye, échevin local. Si le parti présidé par Benoît Lutgen traverse une période particulière depuis le … La suite pour les abonnés à la version digitales > http://huy-waremme.lameuse.be/180491

    L’élu hannutois, Benoît Cartilier, président du cdH de l’arrondissement, salue la présence de la soixantaine de mandataires et sympathisants à qui il s’adresse : « Malgré les départs annoncés, la relève … La suite pour les abonnés à la version digitales > http://huy-waremme.lameuse.be/180491

    Le parti agit dans plus de la majorité des communes de Huy-Waremme. » Benoît Cartilier souligne les quatre mayorats de l’arrondissement détenus par le cdH.

    Benoît Lutgen insiste sur … La suite pour les abonnés à la version digitales > http://huy-waremme.lameuse.be/180491

    … / … Le parti se réunit et le collectif reste une force, la retraite de certains laisse la place aux jeunes », reprend Benoît Cartilier qui conçoit son rôle de président comme un relais entre les sections, la base du parti et sa direction. « Je porte aussi la voix de l’arrondissement de ses élus au bureau du cdH, je relaie les préoccupations tant en interne que vers l’exécutif », précise le Hannutois. Benoît Cartilier présente trois enjeux pour l’arrondissement : « La santé publique, car le manque de médecins devient criant. La mobilité pour que la voiture ne demeure pas la seule solution, donc on réfléchit aux transports en commun et aux espaces de coworking. L’agriculture qui subit une transformation majeure. »

    Le cdH compte sur ces lignes de force pour les communales d’octobre 2018.

    « Les sections locales s’organisent pour le scrutin en fonction des spécificités de chaque commune. La fédération reste en appui. Aux jeunes et anciens de former des équipes au service des citoyens », conclut Benoît Cartilier.

    Source > Julien Marique sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitales > http://huy-waremme.lameuse.be/180491

  • Imprimer

    BON A SAVOIR > HUY > BALADES À BORD DU VAL MOSAN : C’EST REPARTI !

    Au total, 11 balades offertes durant la saison

    La saison touristique commence enfin pour le bateau « Val Mosan » à Huy. Ce mardi, les premières balades sur la Meuse avaient lieu, aiguisant la curiosité des passants dont l’envie d’en profiter augmente avec les températures très agréables de ces derniers jours.

    La mise à l’eau s’est fait attendre suite à un refus de la Région wallonne en mai dernier. L’occasion, désormais, d’en savourer chaque seconde.

    Il est grand, peut accueillir 50 personnes et est idéal en cas de beau temps. « Il », ce n’est autre que le « Val Mosan », le bateau de croisière de Huy.

    L’ouverture de la saison touristique devait avoir lieu fin mai, mais les balades inaugurales gratuites prévues ce jour-là avaient dû être annulées. En cause : le rapport négatif de la Région wallonne visant la sécurité des passagers en cas d’incendie. Une situation désormais réglée vu que le bateau est équipé de deux pompes incendie.

    « Beaucoup de personnes téléphonaient régulièrement pour savoir ce qu’il en était. C’est toujours agréable de profiter d’une heure de balade ainsi sur le fleuve » , détaille Anne Javaux de l’Office du Tourisme de Huy.

    Quatorze personnes étaient au rendez-vous pour cette première. Une balade très spéciale visant à donner le sourire à des jeunes âgés de 12 à 21 ans atteints de handicap cérébral et/ou moteur. « Il fait un temps splendide ! C’est particulièrement agréable de se sentir bercé par les eaux de la Meuse sous ce soleil. C’est aussi l’occasion de découvrir la La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 06/07/2017

    Source > CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 06/07/2017 > Illustration > PreviousNext

    Pour compenser les déceptions survenues suite à l’annulation des balades en mai dernier, l’office du tourisme offre plusieurs balades étalées sur la saison :

    • le dimanche 9 juillet à 15h à l’occasion du Big Jump ;
    • le vendredi 21 juillet à 15h à l’occasion de la Fête Nationale. Le Fort sera également accessible gratuitement ce jour-là ;
    • le mardi 15 août à 14h et à 15h ;
    • les 9 et 10 septembre à 10h30 et à 15h avec les commentaires d’un guide dans le cadre des Journées du Patrimoine ; le samedi 30 septembre à 14h, 15h et 16h30, dernier jour de la saison.

    Attention, il est nécessaire de réserver assez tôt puisque chaque croisière accueillera au maximum 50 personnes. La balade dure 1h environ. Réservation au 085/21.29.15.

    L’article au complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/100588

  • Imprimer

    LA CRIMINALITÉ BAISSE DE 8% À HUY-WAREMME-HANNUT

    La police fédérale a publié ce mardi, les statistiques policières de criminalité, y compris par zone de police.

    À Huy-Waremme, nos cinq zones enregistrent une baisse moyenne de la criminalité de 8%. À Huy, Hesbaye-Ouest et Condroz, la diminution dépasse même les 10%. En matière de délits, ce sont les cambriolages qui sont les plus fréquents, sauf à Huy où les dégradations de voiture arrivent en tête.

    La Zone Hesbaye Ouest dont dont fait partie Hannut « Hérite » d’une baisse de 11%

    Retrouvez tous les détails et le tableau du top 3 des délits les plus fréquents, en 2016, de votre zone de police dans le journal La Meuse Huy-Waremme de ce mercredi ou sur notre nouvelle édition digitale.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be/1873740 > Illustration PN

  • Imprimer

    PAS TOP, LA QUALITÉ DE L’AIR À HUY-WAREMME HANNUT!

    30 communes dépassent la moyenne wallonne. C’est à Saint-Georges que l’air est le plus pollué

    Surprise en découvrant les récentes statistiques publiées par l’AWAC au sujet de la qualité de l’air ambiant en Wallonie.

    Notre arrondissement, que l’on croyait globalement épargné par la pollution de l’air, obtient une mauvaise note.

    De 2013 à 2015, trente communes de notre arrondissement obtiennent un indicateur supérieur à celui de la moyenne wallonne. Saint-Georges est même la commune de Wallonie avec la qualité de l’air la plus médiocre. Engis et Verlaine complètent le trio de tête. Seule Ferrières tire son épingle du jeu, mais reste loin derrière Burg-Reuland.

    En région wallonne, 23 stations de mesure de la qualité de l’air en temps réel ont été installées. À Huy-Waremme, on en compte une, placée à Engis. Sur base des différents résultats récoltés entre 2013 et 2015, l’Agence wallonne de l’air et du climat a pu calculer, commune par commune, la qualité de l’air par rapport à la moyenne wallonne pour trois types de polluants parmi les plus problématiques en termes de santé humaine : ozone, oxydes d’azote et particules fines. Plus l’indicateur est négatif, meilleure est la qualité de l’air en référence à la qualité de l’air moyenne régionale (égale à zéro). Inversement, plus l’indicateur est positif, moins bonne est la qualité de l’air.

    Premier constat, la commune où l’air est le plus pollué de Wallonie est Saint-Georges (avec 1,01), devant Engis et Flémalle (0,94), Verlaine (0,84) et Amay (0,82). Il ne faut évidemment pas en imputer la faute à seulement Dumont-Wautier, l’air étant un fluide gazeux qui par définition se déplace. L’environnement industriel qui entoure la commune explique très largement ce mauvais résultat. D’ailleurs, Engis est à quelques centièmes près derrière St-Georges, une différence peu significative. Épinglons toutefois une éclaircie dans le ciel gris : si on ne prend en compte que les particules en suspension inférieures à 10 microns, soit les particules fines, la situation s’améliore ces dernières années. « Une directive européenne limite la moyenne annuelle à 40 microgrammes par m³, elle est respectée partout. Pour ce qui est de la moyenne journalière de 50 microgrammes par m³ à ne pas dépasser plus de 35 fois par an, à Engis, on était au-dessus encore en 2014. Ce n’est plus le cas en 2015 et ne le sera pas non plus en 2016 », nous indique-t-on à l’Institut Scientifique de Service Public.

    Deuxième constat : l’air est globalement moins bon à Huy-Waremme (la moyenne des … La suite sur sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 14/10/2016

    Source > ANNICK GOVAERS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 14/10/2016

  • Imprimer

    HUY-WAREMME-HANNUT >PRÈS DE 90.000 € DE PRODUITS VENDUS DANS LES MAGASINS OXFAM

    Oxfam fête ses 40 ans : état des lieux dans les boutiques

    Le 10 septembre prochain, l’ONG Oxfam fêtera ses 40 années d’existence. Nous avons fait le point auprès des différents bénévoles membres d’Oxfam Magasin du Monde à Huy, Hannut et Waremme. Rencontre.  

    Ouvert en 1974, le magasin Oxfam de Huy, situé rue des Fouarges depuis aujourd’hui deux ans, s’est plutôt bien implanté et fait désormais partie intégrante du paysage des commerces Hutois. Grâce à quoi?

    À la mobilisation des 28 bénévoles qui, depuis de nombreuses années, consacrent plusieurs heures par semaine à tenir le magasin, gérer le stock, sensibiliser les consommateurs au commerce équitable etc. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, il y a peu, la ville de Huy a remporté l’étiquette de « Ville du commerce équitable ». « Voilà 42 ans que je suis bénévole pour Oxfam », explique Jacqueline Libert, 79 ans, la plus ancienne bénévole du groupement de Huy. « J’avais du temps à consacrer et puis, je souhaitais pouvoir rencontrer des gens. »

    Toutes ces personnes qui donnent gratuitement de leur temps sont sensibilisées à la cause et c’est une équipe aujourd’hui soudée qui compose la gérance du magasin. Une solidarité qui se ressent et qui fonctionne bien. « Rien que sur l’année 2016, plus ou moins mille références ont été vendues », explique Jessica Hertsens, responsable communication chez Oxfam.

    Le point fort ? Des produits variés tels que la maroquinerie, des jouets, bijoux et une épicerie qui offrent un large choix au public. « Cette année-ci le commerce de Huy a récolté près de 40.000 euros. » Une somme conséquente qui permet à Oxfam de mener des actions qui défendent des causes nobles telles que : « Le travail décent : la défense d’un modèle basé sur les droits humains ; La souveraineté alimentaire : le droit des peuples et des États à déterminer eux-mêmes leurs politiques alimentaires et agricoles, sans porter atteinte à autrui ; L’égalité de genre : l’égalité de droits et  … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 01/09/2016

    Source > C.L.> journal LA MEUSE H/W de ce 01/09/2016