huy

  • BON A SAVOIR > HUY > BALADES À BORD DU VAL MOSAN : C’EST REPARTI !

    Au total, 11 balades offertes durant la saison

    La saison touristique commence enfin pour le bateau « Val Mosan » à Huy. Ce mardi, les premières balades sur la Meuse avaient lieu, aiguisant la curiosité des passants dont l’envie d’en profiter augmente avec les températures très agréables de ces derniers jours.

    La mise à l’eau s’est fait attendre suite à un refus de la Région wallonne en mai dernier. L’occasion, désormais, d’en savourer chaque seconde.

    Il est grand, peut accueillir 50 personnes et est idéal en cas de beau temps. « Il », ce n’est autre que le « Val Mosan », le bateau de croisière de Huy.

    L’ouverture de la saison touristique devait avoir lieu fin mai, mais les balades inaugurales gratuites prévues ce jour-là avaient dû être annulées. En cause : le rapport négatif de la Région wallonne visant la sécurité des passagers en cas d’incendie. Une situation désormais réglée vu que le bateau est équipé de deux pompes incendie.

    « Beaucoup de personnes téléphonaient régulièrement pour savoir ce qu’il en était. C’est toujours agréable de profiter d’une heure de balade ainsi sur le fleuve » , détaille Anne Javaux de l’Office du Tourisme de Huy.

    Quatorze personnes étaient au rendez-vous pour cette première. Une balade très spéciale visant à donner le sourire à des jeunes âgés de 12 à 21 ans atteints de handicap cérébral et/ou moteur. « Il fait un temps splendide ! C’est particulièrement agréable de se sentir bercé par les eaux de la Meuse sous ce soleil. C’est aussi l’occasion de découvrir la La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 06/07/2017

    Source > CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 06/07/2017 > Illustration > PreviousNext

    Pour compenser les déceptions survenues suite à l’annulation des balades en mai dernier, l’office du tourisme offre plusieurs balades étalées sur la saison :

    • le dimanche 9 juillet à 15h à l’occasion du Big Jump ;
    • le vendredi 21 juillet à 15h à l’occasion de la Fête Nationale. Le Fort sera également accessible gratuitement ce jour-là ;
    • le mardi 15 août à 14h et à 15h ;
    • les 9 et 10 septembre à 10h30 et à 15h avec les commentaires d’un guide dans le cadre des Journées du Patrimoine ; le samedi 30 septembre à 14h, 15h et 16h30, dernier jour de la saison.

    Attention, il est nécessaire de réserver assez tôt puisque chaque croisière accueillera au maximum 50 personnes. La balade dure 1h environ. Réservation au 085/21.29.15.

    L’article au complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/100588

  • LA CRIMINALITÉ BAISSE DE 8% À HUY-WAREMME-HANNUT

    La police fédérale a publié ce mardi, les statistiques policières de criminalité, y compris par zone de police.

    À Huy-Waremme, nos cinq zones enregistrent une baisse moyenne de la criminalité de 8%. À Huy, Hesbaye-Ouest et Condroz, la diminution dépasse même les 10%. En matière de délits, ce sont les cambriolages qui sont les plus fréquents, sauf à Huy où les dégradations de voiture arrivent en tête.

    La Zone Hesbaye Ouest dont dont fait partie Hannut « Hérite » d’une baisse de 11%

    Retrouvez tous les détails et le tableau du top 3 des délits les plus fréquents, en 2016, de votre zone de police dans le journal La Meuse Huy-Waremme de ce mercredi ou sur notre nouvelle édition digitale.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be/1873740 > Illustration PN

  • PAS TOP, LA QUALITÉ DE L’AIR À HUY-WAREMME HANNUT!

    30 communes dépassent la moyenne wallonne. C’est à Saint-Georges que l’air est le plus pollué

    Surprise en découvrant les récentes statistiques publiées par l’AWAC au sujet de la qualité de l’air ambiant en Wallonie.

    Notre arrondissement, que l’on croyait globalement épargné par la pollution de l’air, obtient une mauvaise note.

    De 2013 à 2015, trente communes de notre arrondissement obtiennent un indicateur supérieur à celui de la moyenne wallonne. Saint-Georges est même la commune de Wallonie avec la qualité de l’air la plus médiocre. Engis et Verlaine complètent le trio de tête. Seule Ferrières tire son épingle du jeu, mais reste loin derrière Burg-Reuland.

    En région wallonne, 23 stations de mesure de la qualité de l’air en temps réel ont été installées. À Huy-Waremme, on en compte une, placée à Engis. Sur base des différents résultats récoltés entre 2013 et 2015, l’Agence wallonne de l’air et du climat a pu calculer, commune par commune, la qualité de l’air par rapport à la moyenne wallonne pour trois types de polluants parmi les plus problématiques en termes de santé humaine : ozone, oxydes d’azote et particules fines. Plus l’indicateur est négatif, meilleure est la qualité de l’air en référence à la qualité de l’air moyenne régionale (égale à zéro). Inversement, plus l’indicateur est positif, moins bonne est la qualité de l’air.

    Premier constat, la commune où l’air est le plus pollué de Wallonie est Saint-Georges (avec 1,01), devant Engis et Flémalle (0,94), Verlaine (0,84) et Amay (0,82). Il ne faut évidemment pas en imputer la faute à seulement Dumont-Wautier, l’air étant un fluide gazeux qui par définition se déplace. L’environnement industriel qui entoure la commune explique très largement ce mauvais résultat. D’ailleurs, Engis est à quelques centièmes près derrière St-Georges, une différence peu significative. Épinglons toutefois une éclaircie dans le ciel gris : si on ne prend en compte que les particules en suspension inférieures à 10 microns, soit les particules fines, la situation s’améliore ces dernières années. « Une directive européenne limite la moyenne annuelle à 40 microgrammes par m³, elle est respectée partout. Pour ce qui est de la moyenne journalière de 50 microgrammes par m³ à ne pas dépasser plus de 35 fois par an, à Engis, on était au-dessus encore en 2014. Ce n’est plus le cas en 2015 et ne le sera pas non plus en 2016 », nous indique-t-on à l’Institut Scientifique de Service Public.

    Deuxième constat : l’air est globalement moins bon à Huy-Waremme (la moyenne des … La suite sur sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 14/10/2016

    Source > ANNICK GOVAERS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 14/10/2016

  • HUY-WAREMME-HANNUT >PRÈS DE 90.000 € DE PRODUITS VENDUS DANS LES MAGASINS OXFAM

    Oxfam fête ses 40 ans : état des lieux dans les boutiques

    Le 10 septembre prochain, l’ONG Oxfam fêtera ses 40 années d’existence. Nous avons fait le point auprès des différents bénévoles membres d’Oxfam Magasin du Monde à Huy, Hannut et Waremme. Rencontre.  

    Ouvert en 1974, le magasin Oxfam de Huy, situé rue des Fouarges depuis aujourd’hui deux ans, s’est plutôt bien implanté et fait désormais partie intégrante du paysage des commerces Hutois. Grâce à quoi?

    À la mobilisation des 28 bénévoles qui, depuis de nombreuses années, consacrent plusieurs heures par semaine à tenir le magasin, gérer le stock, sensibiliser les consommateurs au commerce équitable etc. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, il y a peu, la ville de Huy a remporté l’étiquette de « Ville du commerce équitable ». « Voilà 42 ans que je suis bénévole pour Oxfam », explique Jacqueline Libert, 79 ans, la plus ancienne bénévole du groupement de Huy. « J’avais du temps à consacrer et puis, je souhaitais pouvoir rencontrer des gens. »

    Toutes ces personnes qui donnent gratuitement de leur temps sont sensibilisées à la cause et c’est une équipe aujourd’hui soudée qui compose la gérance du magasin. Une solidarité qui se ressent et qui fonctionne bien. « Rien que sur l’année 2016, plus ou moins mille références ont été vendues », explique Jessica Hertsens, responsable communication chez Oxfam.

    Le point fort ? Des produits variés tels que la maroquinerie, des jouets, bijoux et une épicerie qui offrent un large choix au public. « Cette année-ci le commerce de Huy a récolté près de 40.000 euros. » Une somme conséquente qui permet à Oxfam de mener des actions qui défendent des causes nobles telles que : « Le travail décent : la défense d’un modèle basé sur les droits humains ; La souveraineté alimentaire : le droit des peuples et des États à déterminer eux-mêmes leurs politiques alimentaires et agricoles, sans porter atteinte à autrui ; L’égalité de genre : l’égalité de droits et  … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 01/09/2016

    Source > C.L.> journal LA MEUSE H/W de ce 01/09/2016

  • LES BAIGNADE A HUY-WAREMME HANNUT- LE BURKINI DANS NOS PISCINES ???

    Le burkini dans nos piscines : c’est non !  

    Comme les shorts, ce « maillot » ne répond pas aux mesures d’hygiène des règlements intérieurs  

    Aucune personne munie d’un burkini n’a pour le moment été vue dans nos bassins.

    Aucune personne portant le burkini n’a été aperçue dans les piscines de notre région. Des bourgmestres aux communes dotées d’une piscine expliquent par conséquent ne pas s’être penché sur la question. Par mesure d’hygiène, ce vêtement est toutefois proscrit dans les piscines, comme les shorts.  

     « Il y a plusieurs années, nous avons eu quelqu’un qui était venue en burqa», dit une employée de la piscine deWanze. « Je ne me souviens pas avoir croisé quelqu’un muni d’un burkini. De toutes façons, comme nous interdisons le short, c’est un vêtement qui ne passerait pas »

    Selon le bourgmestre, Claude Parmentier, « un règlement d’ordre intérieur strict au niveau de la tenue existe à la piscine. » Toutefois, la question du burkini n’a « jamais été envisagée », et ce pour une raison simple : quand le règlement a été fait, « ce vêtement n’existait pas », indique-t-il.

    À la piscine communale de Hannut, pas le moindre de passage de personne vêtue d’un burkini. « Le short est déjà interdit pour des questions d’hygiène, il en va donc de même pour le burkini », dit Yvan Piotte, maître-nageur au sein de cette piscine.

    En ce qui concerne le parc aquatique de l’Hirondelle, àOteppe, aucun burkini n’a été aperçu. « Je n’en ai jamais vu, et je ne serais pas d’accord que quelqu’un en porte ici », déclare Ludo Maertens, directeur du site.

    À Huy, aucun cas n’a été relevé. «À ma connaissance, je n’ai pas entendu parler de personnes se rendant à la piscine communale de Huy avec un burkini », dit Christophe Collignon. « Très honnêtement, il n’y a pas de raison de susciter la polémique là où les choses se déroulent de manière normale. La question ne s'est tout simplement pas posée.»

    Pour ce qui est de la piscine deWaremme, qui devrait ouvrir en automne, même topo : pas l’ombre d’un burkini. « Nous n’avons pas encore parlé de ce sujet, donc je ne saurai pas me prononcer », déclare Jacques Chabot, bourgmestre de Waremme. « Notre principal souci pour le moment, c'est plutôt d'avoir de l'eau dans la piscine et qu'on la rouvre... », ajoute-t-il avec humour.

    ET EN DEHORS DE L’EAU?

    La piscine d’ Ocquier étant en plein air, si une personne en burkini s’y rendrait, cela offrirait une situation particulière, comme le souligne une membre du comité de la piscine. « Si elle garde son burkini mais reste au bord de l’eau ? Personnellement, ça ne me poserait pas de problème. Mais la question pourrait se poser ; et ce n’est pas à moi mais au comité et au Collège communal de prendre la décision », conclut-elle.

    Source > J.G. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 18/08

    L’article en ligne sur > http://www.lameuse.be

  • C'EST LA FETE DE LA GRATUITE, CE DIMANCHE, A HUY !

    C’est la fête de la gratuité ce dimanche 7 août à Huy.

    A cette occasion, le Fort et mémorial de Huy organisent une fête familiale sous le thème de la Renaissance, doublée d’une chasse au trésor.

    Subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi que de tous les autres musées désireux d’y participer. Chaque mois, un musée faisant partie du programme est mis à l’honneur lors d’une fête de la gratuité. Cette fois, c’est au tour de Huy. Seul le musée de la vie tihangeoise ne prendra pas part cette fête, son entrée reste néanmoins gratuite.

    > Le Fort et mémorial de Huy

    Le site organise une grande fête familiale ainsi qu’une chasse au trésor de 14h à 22h.Les lieux seront redécorés pour l’occasion et l’ambiance arborera les airs de la Renaissance avec les « Troubadours d’Aliénor ».

    > Le musée communal

    Ce musée couvre toutes les … Lire la suite ici ...

    > L’écomusée de Ben-Ahin

    Deux randonnées sont … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be > Illustration ABT

  • LA MIRHW, BIENTÔT 25 ANS D’ACTIONS (Mission Régionale Huy-Waremme)

    Constituée en 1992 à l’initiative des forces vives de la région de Waremme, la MIRHW se nomme Mission Régionale Hesbaye Emploi et lutte contre l’exclusion du marché du travail des personnes peu qualifiées.

    En plus de vingt années, la MIRHW a initié ou mis en pratique de nombreux dispositifs (projet quartier, formation en logistique, vente, médical, nettoyage, etc.) pour réaliser son objectif.

    Actuellement, la MIRHW propose un service proximité et de qualité tant aux demandeurs d’emploi de la région grâce à des solutions efficaces pour trouver un job qu’aux entreprises via un soutien en ressources humaines sur mesure. Tout ceci, grâce au travail efficace et de qualité d’une équipe professionnelle et dynamique !

    Depuis sa création, la MIRHW a permis la signature de plus de 5000 mises à l’emploi, a réalisé plus ou moins 250 modules de formation, plus 195 actions délocalisées dans l’arrondissement de Huy Waremme, plus de 100 participations à des salons destinés à l’emploi et/ou la formation, plus de 100 partenaires, etc…

    Des résultats forts pour des publics ciblés

    Les résultats des Missions Régionales en termes de mises à l’emploi de publics fragilisés pour l’année 2015 sont marquants : 5.879 personnes ont été accompagnées, 4.775 d’entre elles ont signé un premier contrat de travail et 3.417 sont à l’emploi depuis plus de 6 mois. Soit, pour ce dernier chiffre, une augmentation de 24 % en deux ans. En tant qu’entreprises à profit social, les Mire contribuent pleinement à la relance de tout le secteur économique wallon.

    Voici des témoignages d’employeurs et de demandeurs d’emploi accompagnés par la MIRHW.

    Les employeurs partenaires de la MIRHW proviennent de tous secteurs confondus.

    « Je n’avais jamais eu à gérer un recrutement auparavant. Le travail réalisé par la Mission Régionale Huy-Waremme en matière de recrutement est franchement efficace. Faire appel à un organisme aussi neutre que rigoureux est une bonne chose. J’y ai gagné pas mal de temps ». (Catherine Claes, gérante du magasin de vêtements « Lola et ses potes » à Waremme)

    « Je ne compte plus les personnes recrutées par le biais de la MIRHW. J’apprécie beaucoup avoir un avis extérieur lors d’engagements au sein de l’équipe en place ». (Evelyne Desmet, gérante de la société qui exploite le Quick de Huy en franchise)

    «Avant de collaborer avec la MIRHW, je gérais mes recrutements seule. Le problème, c’est que je passais ma journée au téléphone tout en étant au travail !» (Isabelle Lekeu, gérante de la sandwicherie « Le Cap Vert » à Crisnée)

    « L’aspect sélection proposé par la MIRHW est appréciable. Vous savez quelle est notre vision et, lors des recrutements mis en place, les CV que vous nous présentez sont intéressants. Notre collaboration est vraiment positive ». (David Gilot, gérant du Carrefour Market de Hannut)

    « J’ai déjà recruté 3 personnes par le biais de la MIRHW. Pour un commerce comme le mien, vos services sont très intéressants ». (Françoise Jacquemin, gérante de la friterie « Chez Carlo » à Wanze)

    Les demandeurs d’emploi suivis par la MIRHW livrent eux aussi leur sentiment

    « J’ai été vraiment bien coachée à la MIRHW avec une simulation d’entretien d’embauche filmée et des conseils divers. Sans oublier la création d’un nouveau CV et d’une nouvelle lettre de motivation. Votre accompagnement m’a beaucoup aidé dans ma recherche d’emploi. Là j’ai un nouvel emploi donc je suis heureuse ». (Christine Bertrand)

    « Je n’avais aucune expérience en boucherie mais, après avoir suivi la formation MIRHW de vendeuse en boucherie-charcuterie, j’ai tout de suite trouvé un travail dans ce secteur ! » (Laurence Geens)

    « L’accompagnement à la MIRHW m’a vraiment permis de faire avancer les choses et de retrouver du travail. Avant ça, j’avais du mal. » (Monica Kristof)

    Personne de contact :

    Sylvie Gilson - Directrice +32 494 157 999 - sylvie.gilson@mirhw.be

    Murielle Velkeneers - Coordinatrice +32 498 683 710 - murielle.velkeneers@mirhw.be

    Coordonnées de la Mire :

    Mission Régionale pour l’Emploi Huy-Waremme > Rue Ernest Malvoz 20 4300 Waremme +32 19 32 65 17

    Le site > www.mirhw.be

  • D’ACTUALITÉ > CE VENDREDI 29 AVRIL > THÉÂTRE & DÉBAT SUR LA PIÈCE « DJIHAD »

    C’est l’histoire de Ben, Reda et Ismaël, trois jeunes Bruxellois qui font face à l’oisiveté de leur vie.

    Ils décident de partir au nom de leur religion, l’islam, en Syrie pour combattre aux côtés d’autres djihadistes.

    Une organisation des Jeunes socialistes de la Région hutoise, du Pac-Mac, des Faucons Rouges et de l'Action laïque et libre pensée de Huy et sa région.

    Le vendredi 29 avril à 19:30 > Centre Culturel De L'arrondissement De Huy

    Tout public > Billetterie: Centre culturel hutois - 6€ - 085/21 12 06

    Source > https://www.facebook.com/events