homme

  • HANNUT (dernière minute): UN JEUNE HOMME ENTRE LA VIE ET LA MORT APRÈS AVOIR ÉTÉ FRAPPÉ PAR UN MINEUR D'ÂGE

    Un mineur, âgé de 17 ans, a été privé de liberté, ce vendredi en fin de journée, après avoir porté un violent coup à un jeune homme, nous fait savoir le parquet de Liège.

    Ce dernier a dû être emmené à la clinique Saint-Joseph, à Liège. Ses jours sont considérés en danger

    Ce vendredi, vers 16-17 heures, un jeune homme était en discussion avec deux jeunes filles dans le centre de Hannut. La scène a été filmée par des caméras de surveillance : les images montrent un autre garçon s’approcher et, pour une raison encore inconnue, porter un violent coup à la tête du jeune homme.

    Celui-ci a … Lire la suite ici ...

    Source > R.C. sur > http://www.lameuse.be Illustration > Prétexte Photo News

  • HANNUT: UN HOMME FRAPPE SA FEMME ET S'EN PREND VIOLEMMENT AUX POLICIERS QUI VIENNENT L'INTERCEPTER

    2029537951_B975234289Z_1_20150408105327_000_GTQ49QBNE_2-0.jpg

    Ce lundi soir, vers 21h20, des policiers de la zone Hesbaye ouest sont appelés pour une bagarre, sur un parking, rue de la Croisette à Hannut.

    Sur place, ils découvrent une dame couchée sur le sol, le visage ensanglanté.

    À côté d’elle, un homme plutôt « excité ». Quand les agents essayent de le maîtriser, il les cogne violemment et essaye d’attraper leur arme de service.

    Très vite arrivés sur les lieux de l’appel, les policiers séparent les deux personnes et appellent une ambulance pour la victime. Mais, quelques minutes plus tard … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de Illu./LBsur > http://www.sudinfo.be/1258556

     

  • HANNUT: UN HOMME FRAPPÉ ET VOLÉ EN PLEINE RUE

    1260746947_B972387541Z_1_20140402102535_000_GHV27ADG5_1-0.jpg

    Un Hannutois a été victime d’un vol avec violence, ce mardi vers 16h30.

    L’homme se trouvait à l’angle de la rue Zénobe Gramme et de la rue de Namur quand il a croisé un groupe de trois jeunes. L’un d’entre eux l’a bousculé. Le Hannutois lui a demandé de faire ses excuses, mais il a reçu un deuxième coup.

    Le Hannutois a perdu connaissance. Quand il s’est réveillé, les 700 euros qu’il avait en poche avaient disparu.

    Il a été transporté à l’hôpital Notre-Dame de Waremme. Le Parquet de Huy et la police de la zone Hesbaye-Ouest ont été avisés des faits.

    Source > Rédaction en ligne de D.R. sur > http://www.sudinfo.be/975535

  • CE LUNDI 10 > ANNIVERSAIRE DE LA DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME

    Vincent-Auriol-au-Palais-de-Chaillot.jpg

    La Déclaration universelle des droits de l'Homme (DUDH) est adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 à Paris au palais de Chaillot par la résolution 217 (III) A[2]. Elle précise les droits de l'homme fondamentaux. Sans véritable portée juridique en tant que tel, ce texte n'a qu'une valeur d'une proclamation de droits.

    Cependant, à l'origine, 48 États sur les 58 participants devaient adopter cette charte universelle. Aucun État ne s'est prononcé contre et seuls huit se sont abstenus. Parmi eux, l'Afrique du Sud de l’apartheid refuse l'affirmation au droit à l'égalité sans distinction de naissance ou de race ; l’Arabie saoudite conteste l’égalité homme-femme. La Pologne, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie et l'Union soviétique (Russie, Ukraine, Biélorussie), s'abstiennent, quant à eux, en raison d'un différend concernant la définition du principe fondamental d’universalité tel qu'il est énoncé dans l’article 2 alinéa 1. Enfin, les deux derniers États n'ayant pas pris part au vote sont le Yémen et le Honduras.

    Le texte, inspiré directement de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, énonce les droits fondamentaux de l’individu, leur reconnaissance, et leur respect par la loi. Il comprend aussi un préambule avec huit considérations reconnaissant la nécessité du respect inaliénable de droits fondamentaux de l'homme par tous les pays, nations et régimes politiques, et qui se conclut par l’annonce de son approbation et sa proclamation par l’Assemblée générale des Nations unies.

    Le texte du préambule et de la déclaration est inamovible. Sa version en français, composé de 30 articles, est un original officiel, signé et approuvé par les membres fondateurs de l'Organisation des Nations unies, et non une traduction approuvée

    Le texte de Loi > ICI

    Source > http://fr.wikipedia.org

  • ET SI MARI ET FEMME AVAIENT LA MÊME PENSION...

    2049601928_ID7551085_webphotopensions_185341_H3R5WW_0.JPGObjectif: réduire l’écart des pensions entre homme et femme.

    Partager les droits à la pension entre conjoints pour que chacun touche la même chose la retraite venue. C’est une des mesures envisagées par le très inventif Vincent Van Quickenborne pour réduire l’écart entre les pensions des hommes et des femmes.

    En pratique, il s’agirait de permettre aux femmes mariées d’augmenter le montant de leur future pension grâce à un transfert des droits acquis par leur mari. C’est ce que l’on appelle le partage des droits à pension entre conjoints, système qui fonctionne déjà en Allemagne.

    Il permettrait de résorber l’écart moyen de 23 % qui existe entre les pensions des femmes et des hommes. Écart qui résulte souvent du fait que l’épouse réduit son temps de travail pour mieux s’occuper des enfants.

    Mais le système allemand est-il transposable chez nous? Une étude, commandée par le ministre, le dira.

    Ensuite, il faudra convaincre. Et ce n’est pas gagné! “ Nous, on se bat pour l’autonomie des femmes par rapport aux revenus du mari, pour qu’elles aient un job à temps plein et se construisent leurs droits à la pension ”, indique Michel Pasteel, directeur de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. “ Là, on fait marche arrière. ”

    “ C’est une fausse bonne idée ”, renchérit la députée socialiste Christiane Vienne. “ De prime abord, c’est sympa mais ce qu’on veut surtout, c’est une pension digne de ce nom pour tous. On plaide pour une augmentation du montant de la pension minimale, pas pour couper en deux celle du mari!”

    Source > Sudpresse > Publié le Samedi 31 Mars 2012 à 08h03 M.DQ > Photo News

  • FACE À UNE FEMME, L’HOMME DEVIENT TRÈS BÊTE !

    images.jpgUne expérience amusante montre que les hommes réussissent moins bien un test lorsqu’ils se retrouvent face à une… examinatrice.

    L’étude a été réalisée par une équipe néerlandaise, qui en publie les résultats dans la revue « Archives of Sexual Behavior ». Les psychologues ont constitué un groupe d’une centaine de jeunes adultes, sous le prétexte de réaliser une expérience sur la maîtrise du langage. Installés dans une cabine, les volontaires ont été invités à lire un texte face à une webcam, sur instructions d’un examinateur ou d’une examinatrice, dont on pouvait supposer qu’il ou elle regardait la scène à distance, via un écran.

    Le résultat est remarquable, puisque les performances des filles n’ont pas varié selon qu’elles étaient « scrutées » par un œil masculin ou féminin ; alors que les garçons ont vu leurs capacités dégringoler lorsqu’ils étaient confrontés à une « observatrice ». Le plus drôle, c’est que le test était entièrement automatisé, sans présence humaine, donc.

    L’explication ? Une hypothèse, plutôt : face à une femme qu’il vient de rencontrer, l’homme a tendance à utiliser une partie (importante) de ses ressources pour « plaire », pour renforcer son image de « mâle séducteur », ce qui le pénalise sur le plan intellectuel. Il devient un peu bêbête, en somme.

    SOURCE > http://www.passionsante.be

  • GÉRER UNE ÉQUIPE D’HOMMES EN ÉTANT UNE FEMME

    Gérer une équipe composée d’hommes en étant une femme: pas facile tous les jours !

    femme-de-pouvoir.jpgDe nos jours, de nombreuses femmes sont à la tête d’une entreprise ou tout simplement d’une équipe d’hommes. Une hiérarchie moderne qui semble bien fonctionner. Comme le prouvent Anne-Marie Heller, patronne de Défimédia à Gembloux, et Catherine Hautenne, responsable du dépôt Sophibus de Philippeville. Deux cheffes d’entreprises qui ont su s’imposer, en étant fermes et sûres d’elles.

    Elles doivent s’imposer, rester ferme et sur tout faire en sorte que le boulot soit réalisé. “ Elles ”, ce sont ces femmes qui, de plus en plus, prennent place à la tête d’une entreprise ou doivent gérer une équipe d’hommes. Des relations tendues, une hiérarchie qui sort de la tradition mais qui semble tenir la route. Nous avons rencontré deux femmes qui exercent dans deux domaines très différents et qui sont à la tête d’équipes plutôt masculines.

    Lire la suite