hobby

  • QUE FAITES-VOUS DE VOTRE TEMPS LIBRE ? LA BONNE REPONSE EN ENTRETIEN D’EMBAUCHE

    shutterstock_127187282b.jpg

    Au cours de votre entretien d’embauche, le recruteur vous posera sans doute une série de questions-pièges classiques.

    Ces questions sont aussi incontournables que délicates : il est en effet très difficile de trouver une réponse-type qui satisfera le recruteur en toutes circonstances. Parmi ces questions-pièges, il en est une particulièrement périlleuse : celle que l’on vous pose à la fin de l’interview, lorsque vous croyez avoir bien répondu à tout, que vous êtes bien en confiance et que le recruteur vous demande sur un ton tout à fait informel ce que vous faites de votre temps libre.

    La question « château de cartes »

    Vous devez redoubler de prudence en répondant à cette question : tout ce que vous avez accompli au cours de l’entretien peut s’écrouler si vous répondez sans réfléchir et si vous tombez dans le piège du « allez, on est entre amis maintenant ». Cette question peut émerger dans n’importe quel entretien, indépendamment de votre niveau professionnel.

    Le loisir de prestige

    Pour faire bonne impression, vous pourriez être tenté de vous calquer sur le personnel dirigeant et vous attribuer des passe-temps comme la voile ou le golf (vous faites partie du country club), le triathlon ou l’alpinisme (vous avez un esprit de compétition et ne connaissez pas la peur) ou encore le volontariat dans une association humanitaire (vous êtes doué d’organisation et de compassion). Grand bien vous fasse si vous vaquez véritablement à ces occupations pendant votre temps libre. La vérité est toutefois souvent bien plus complexe.

    Des « hobbies » un peu légers

    Pour les fraichement diplômés, les passe-temps consistent souvent à boire des verres entre amis, à jouer à des jeux vidéo et à rattraper le sommeil sacrifié à ces deux occupations principales. Certains préfèrent consacrer du temps aux réseaux sociaux. Quoi qu’il en soit, ces « hobbies » ne sont pas suffisants pour donner de l’aplomb à ces jeunes candidats en interview.

    Des « hobbies » qui n’en sont pas

    Les seniors pourraient ajouter les services de lift en tout genre pour leurs enfants (à l’école, aux scouts, au sport, chez des amis) et le ménage. Ils pourraient aussi évoquer cette startup qu’ils aimeraient lancer pour être indépendants et ne plus avoir à passer ce genre d’entretien. Ou ils pourraient parler de leurs parents âgés qui demandent beaucoup de leur attention et de leur énergie. Ils pourraient également citer les longues heures qu’ils passent tous les jours dans les embouteillages pour se rendre au travail. Ils pourraient conclure sur le fait que tout cela occupe déjà tout leur temps libre et les prive du loisir d’avoir un hobby comme la voile ou le golf.

    Une réponse crédible

    La plupart d’entre nous devraient pouvoir trouver un juste milieu entre la préparation au Vendée globe et l’échange de potins au café du coin. La réponse à cette question doit avant tout être crédible car elle pourrait déboucher sur une autre question du recruteur.

    Si vous affirmez passer votre temps libre à faire du bénévolat pour les scouts de votre région, vous devez parer à l’éventualité que le recruteur fasse de même et vous demande plus de détails. Si vous déclarez vous préparer aux 20km de Bruxelles, attendez-vous à ce que le recruteur vous demande vos temps et votre méthode d’entraînement. Les candidats citent souvent le jogging ou la course comme passe-temps parce que c’est une occupation qui peut se faire en solitaire et à tout moment.

    En réalité, en cherchant à savoir comment vous passez votre temps libre, le recruteur vous enjoint à vous ouvrir et à manifester de l’enthousiasme pour des activités qui ne sont pas liées au travail. Il veut vous connaître un peu mieux. Mais manœuvrez avec prudence. Ce qui vous semble un hobby intéressant peut paraître un peu bizarre au recruteur.

    En règle générale, la meilleure manière de répondre à n’importe quelle question en entretien d’embauche est de dire la vérité. À vous de déterminer comment vous voulez présenter cette vérité.

    Source : LinkedIn via > http://www.references.be