hanut

  • PUIS-JE REFUSER DES CHÈQUES-REPAS OU DES ÉCO-CHÈQUES POUR BÉNÉFICIER D'UN SALAIRE PLUS ÉLEVÉ À LA PLACE ?

    1933193897_B971093574Z.1_20130925081510_000_GLI19RT7E.1-0.jpg

    Je ne vois pas trop l'utilité des chèques-repas et des éco-chèques que je reçois... Est-il possible de demander à la place de ces avantages extra-légaux une plus haute rémunération?"

    La réponse de Veerle Michiels, conseillère chez SD Worx

    Dans le cadre d'un contrat de travail, un travailleur s'engage à accomplir un travail. L'employeur est à son tour obligé de rémunérer le travailleur en conséquence, sous la forme, au moment et à l'endroit convenus. Ce salaire forme la base du calcul des cotisations de sécurité sociale, tant dans le chef de l'employeur que du travailleur. À cela s'ajoute, pour les travailleurs, l'aspect de l'impôt sur le revenu.

    Le coût salarial

    Le salaire représente manifestement un coût important pour l'employeur. C'est pourquoi nombre d'initiatives (légales) ont déjà été prises pour alléger la pression parafiscale sur certains éléments du salaire.

    Les chèques-repas et les éco-chèques en sont quelques exemples.

    Ils font partie intégrante de ce salaire (tel qu'établi par le droit du travail), mais, pourvu que l'on respecte une série de conditions, ils peuvent être exonérés des cotisations sociales et des impôts. Ce qui en fait naturellement un outil de rémunération intéressant, tant pour l'employeur que pour l'employé.

    Votre demande de ne plus recevoir des chèques-repas ou des éco-chèques, mais de les convertir en une hausse de salaire, semble dès lors difficilement acceptable. L'employeur voudra normalement aussi conserver ses coûts au même niveau... et votre salaire net risque donc d'en pâtir.

    Voici un exemple pour plus de clarté:

    Chaque année, un maximum de 250 euros d'éco-chèques peut être octroyé. Si vous recevez effectivement des éco-chèques, vous recevez 250 euros nets. Cela coûte également 250 euros (plus les frais administratifs) à l'employeur.

    Si vous souhaitez de l'argent au lieu des éco-chèques et que votre employeur voudra de son côté préserver le niveau de ses charges patronales, vous recevrez alors une augmentation brute de +/- 185 euros. Somme de laquelle il faudra encore déduire 13,07 % de cotisation ONSS de l'employé et le précompte professionnel. En net, vous recevrez donc +/- 100 euros.

    Ce scénario ne peut être évité que si vous avez pu obtenir un salaire net minimum garanti lors de la conclusion de votre contrat de travail. Mais sachez qu'une telle garantie tient plus de l'exception que de la règle…

    CCT

    Vous ne pouvez également solliciter une alternative aux chèques-repas et/ou éco-chèques que lorsque l'octroi de ces chèques fait l'objet d'une convention individuelle écrite.

    Ce sera le cas si l'entreprise où vous travaillez ne dispose pas d'une délégation syndicale, ou encore, si vous appartenez à une catégorie de personnel pour laquelle aucune convention collective de travail n'est normalement prévue (ex. : les cadres).

    Si l'octroi des chèques est régi collectivement par une CCT au niveau du secteur ou de l'entreprise, et que cette CCT s'applique également à vous, vous ne pouvez pas demander de hausse de salaire en compensation. Refuser les chèques entraînerait donc une perte de revenus.

    Source > http://www.references.be

  • EN JANVIER AVEC LE CENTRE CULTUREL DE HANNUT ... BON A SAVOIR !

    Part_2.2.jpg

    Une conférence sur notre riche Patrimoine le 6 janvier, un superbe concert classique le 9 et une soirée avec le comédien Angel Ramos Sanchez le 10 janvier !

    Nous avons mis tout notre cœur et notre expérience pour "importer", à deux pas de chez vous, ces très bons moments de Culture.
    Au plaisir de vous y croiser !

    NB: Veuillez noter que "Dali" aura bien lieu en ... 2014 :)

    Part_2.3.jpg

    L'équipeCCH.jpg

    Alain Bronckart, Direction
    Xavier Lambertz, Programmation
    Viviane Godon, Secrétariat et comptabilité
    Renaud Dechanet, Régie
    Alexandre Van Meerbeck, Ingénieur du son
    Catherine Grenier, Communication

     

     

  • UNE DATE A RETENIR EN JANVIER 2014 !

    Cross2014.jpg

  • UN CANDIDAT DE BELGIUM'S GOT TALENT AU TRIBUNAL POUR MALTRAITANCE ANIMALE

    733379603_B971631946Z_1_20131217145547_000_GIO1M2TUQ_1-0.jpg

    Un illusionniste et lanceur de couteaux âgé de 53 ans, habitant de Faimes, a répondu ce mardi devant le tribunal correctionnel de Liège de faits de négligence grave envers son chien. Le professionnel du spectacle, sélectionné en 2012 par le jury de l’émission de télévision «Belgium’s Got Talent», avait laissé grandir l’animal avec un collier trop serré, qui a finalement entraîné sa mort.

    Au cours de l’année 2010, la SRPA était intervenue au domicile du prévenu pour mettre fin aux souffrances du chien en question. L’animal avait été retrouvé sous-alimenté, privé de soins et porteur d’un collier trop serré, qui lui occasionnait des souffrances importantes car la chair avait été lacérée. Durant plusieurs mois, le cou du chien s’était développé autour de ce collier qui s’était incrusté dans la peau de l’animal au fil de sa croissance. La SRPA a fini par l’euthanasier.

    Le prévenu s’était désintéressé du sort du chien, dont il estimait que sa fille était responsable. Ce professionnel du spectacle utilise notamment les animaux dans le cadre de ses représentations, en tant qu’illusionniste et lanceur de couteaux. La défense a plaidé une sanction clémente qui permettrait au prévenu de continuer à utiliser des animaux dans le cadre de ses spectacles.

    Le parquet a requis à l’encontre de l’illusionniste une peine de 6 mois de prison, assortie d’une interdiction à vie de détenir des animaux.

    Le jugement sera connu le 7 janvier

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be/883795 Photo > D.Toussaint

    Photo > Francky Tiffany’s exerce le métier de lanceur professionnel

  • UN BATEAU RETROUVE UN AN APRES LE TSUNAMI

    1409417331_ID7524667_1-boat_172921_H3QHP2_0.JPGUn bateau de pêche japonais disparu après le tsunami de 2011 réapparaît au Canada

    Plus d’un an après le séisme et le tsunami qui ont durement frappé le Japon, un bateau de pêche disparu est réapparu au large des côtes de la province canadienne de Colombie britannique.

    Les 8.000 kilomètres parcourus à travers l’Océan Pacifique n’ont pas eu raison de la chaloupe, ont affirmé samedi CNN et le Vancouver Sun.

    Le bateau a été découvert par des avions de reconnaissance de la force aérienne canadienne à un peu plus de 200 km des côtes de Colombie britannique. Malgré les nombreuses tempêtes sans doute rencontrées, la chaloupe n’a pas pris l’eau. Le bateau a néanmoins beaucoup souffert et les frais de réparations seront sans doute trop élevés, mais le laisser dériver ainsi pourrait constituer un danger pour la navigation et l’environnement.

    Des débris du séisme du 11 mars 2011 s’échouent en grande quantité depuis quelques semaines sur les côtes d’Amérique du Nord.

    Source > Sudpresse > Publié le Samedi 24 Mars 2012 à 17h31 > AFP > 

  • SANS LE SAVOIR, ON PEU FAIRE LA FÊTE SANS ALCOOL

    452334050_ID7513748_0-biere_202806_H3QFCX_0.JPGDes étudiants démontrent, sans le savoir, qu’on peut faire la fête sans alcool

    Le cercle Ekonomika de la faculté de Louvain a organisé début mars une fête où la bière était servie gratuitement. Ce que les étudiants ne savaient toutefois pas, c’est que la bière gracieusement offerte toute la soirée était de la bière sans alcool...

    Lls participaient en réalité à une expérience menée par l’association pour les problèmes d’alcool et de drogue (Vereniging voor Alcohol- en andere Drugproblemen - VAD), qui visait ainsi à démontrer qu’on peut aussi faire la fête sans alcool.

    Nous avons participé volontiers à l’action de la VAD car nous étions nous-mêmes curieux de son résultat. Le plus marrant c’est que de nombreux étudiants ne se sont rendus compte de rien et ont réagi avec étonnement quand on leur a révélé qu’ils n’avaient bu que de la bière sans alcool”, a expliqué Thomas Devroe du cercle étudiant Ekonomika.

    Cette expérience constituait le lancement d’une campagne de l’association et de la “Druglijn” sur les étudiants et l’alcool.

    Source > Sudpresse > Publié le Mercredi 21 Mars 2012 à 20h29 > Photo d’illustration LEM