habitations

  • HANNUT > CRAINTES AUTOUR DU PROJET DE LA GARE (60 HABITATIONS)

    Des riverains s’inquiètent de son impact sur la mobilité et la flore 

    La réunion d’information préalable à l’étude d’incidence sur la revitalisation du quartier de l’ancienne gare de Hannut se tenait ce mercredi à l’administration communale.

    Les craintes des riverains concernaient essentiellement la végétation et la mobilité.  

    Une cinquantaine de personnes étaient présentes ce mercredi.

    Ce mercredi s’est déroulée la réunion d’information préalable à l’étude d’incidence sur la revitalisation du quartier de l’ancienne gare de Hannut. Au fur et à mesure que la présentation avançait, l’atmosphère devenait électrique. Plusieurs mains de riverain se sont rapidement dressées pour exprimer leurs inquiétudes face aux incidences de la création de 60 appartements et d’une résidence services de 50 unités. Un projet mené par le promoteur Benoît Robert, avec en parallèle une rénovation urbaine autour de cette zone par la commune et subsidiée en partie par la Région Wallonne.

    Leurs premières craintes ciblaient la mobilité. Où circuleront les piétons dans le quartier ? Il s’agirait d’un « espace partagé ». « Les trottoirs ne seront pas matérialisés », explique Florence Degroot, échevine de la mobilité et l’environnement. « Les voitures rouleront à 20km/h sur des pavés en clinkers sur une voirie étroite que nous essayerons de rendre sinueuse ».

    L’incidence de l’arrivée de résidents sur la circulation a aussi été soulevée. « Un bureau d’étude sera désigné pour réaliser l’impact de ces nouveaux logements », continue l’échevine. « S’il y a un impact important, on pourrait envisager un tourne-à-gauche obligatoire pour ceux qui sortent, afin qu’ils n’empruntent pas le centre de Hannut. »

    Autre source de préoccupation des riverains présents à la réunion : la flore autour de … (La suite sur LA MEUSE H/W de ce 22/04)

    Source > JÉRÔME GUISSE sur « LA MEUSE » papier de ce vendredi 22/04