grippe aviaire

  • HANNUT > GRIPPE AVIAIRE : DEUX NOUVELLES CONTAMINATIONS CHEZ DES DETENTEURS D’OISEAUX AMATEURS. INTERDICTION DES MARCHES D’OISEAUX

    Ville de Hannut·jeudi 15 juin 2017

    Le virus hautement pathogène H5N8 de la grippe aviaire a, à nouveau, été constaté dans 2 élevages amateurs, respectivement de Sainte-Ode, en Province de Luxembourg, et de Soignies, en Province du Hainaut. Une zone tampon temporaire d’un rayon de plus ou moins 3 km a été délimitée autour de chaque exploitation atteinte. Au sein de ces zones, les déplacements de volailles, autres oiseaux et œufs à couver sont interdits et chaque détenteur doit nourrir et abreuver ses volailles à l’intérieur.

    Comme le virus s’est probablement propagé via les marchés, la vente de volailles et d’oiseaux sur les marchés, de même que les rassemblements de volailles (expositions, ventes, …) sont dès lors temporairement interdits.

    L’AFSCA demande à chaque détenteur d’oiseaux d’être vigilant et de faire appel à un vétérinaire si ses volatiles sont malades ou meurent soudainement.

    Le Ministre de l’Agriculture, Willy Borsus: « Alors qu’en l’espace de deux semaines, la Belgique est confrontée à un deuxième et troisième cas de grippe aviaire chez des éleveurs hobbyistes, l’enquête menée par mes services relève que la source des contaminations proviendrait de marchés publics de volailles. Dès lors, je me dois de prendre des décisions qui garantissent la santé animale au sein de nos élevages. Au niveau local, la stricte application, dans les zones tampons, des mesures préconisées est capitale pour que ces cas restent isolés. De plus, à l’échelle du pays, les marchés de volailles et autres oiseaux captifs ainsi que les rassemblements de volailles sont temporairement interdits.»

    Quelles mesures sont prises suite à cette contamination ?

    Comme il y a 2 semaines à Wellin (Province de Luxembourg), le virus a été constaté chez des oiseaux d’éleveurs amateurs. C’est pourquoi des zones tampons temporaires d’un rayon de plus ou moins 3 km sont délimitées autour des contaminations. Ces zones concernent, en Province de Luxembourg, des parties des communes de Sainte-Ode et de Libramont-Chevigny, et, en province du Hainaut, la localité de Soignies (donc pas l’ensemble de la commune de Soignies). Dans ces zones tampons, les déplacements de volailles, autres oiseaux captifs et œufs à couver sont interdits. Chaque détenteur d’oiseaux et de volailles de ces zones doit envoyer endéans les 48 heures au bourgmestre un inventaire qui reprend, par espèce, le nombre d’animaux présents. Tous les oiseaux captifs et les volailles doivent y être nourris et abreuvés à l’intérieur. Ces zones seront maintenues au moins 3 semaines.

    Etant donné que les premiers résultats de l’enquête indiquent la possibilité que le virus se soit répandu via les marchés publics, la vente d’oiseaux et de volailles sur les marchés publics, de même que les autres rassemblements de volailles (et uniquement de volailles dans ce dernier cas) sont temporairement interdits.

    Les rassemblements d’oiseaux autres que les volailles sont toujours possibles pour autant que les règles habituelles soient strictement suivies. Ainsi, chaque évènement de ce type doit être notifié auprès de l’AFSCA, un vétérinaire doit contrôler sur place et l’organisateur doit enregistrer tous les participants. Il est également important que les oiseaux ne puissent y participer que s’ils ont été confinés ou mis sous filets dans les 10 jours avant le rassemblement.

    L’AFSCA rappelle que les détenteurs professionnels de toute la Belgique et les amateurs dans des zones où les oiseaux sauvages sont nombreux sont obligés de nourrir et abreuver leurs volailles à l’intérieur en tous temps. Ces zones sont consultables sur le site internet de l’Agence alimentaire (www.favv.be/santeanimale/grippeaviaire/zonesnaturelles/).

    L’AFSCA rappelle également à chaque détenteur d’être vigilant et de faire immédiatement appel à un vétérinaire si ses oiseaux montrent des symptômes de maladie.

    Une mortalité anormale chez les oiseaux sauvages peut toujours être notifiée sur le numéro d’appel gratuit 0800/99777.

    Et concernant la consommation de viandes et d’œufs ?

    Nous pouvons tout à fait rassurer le consommateur : la viande et les œufs de volailles sont tout à fait sains et peuvent être consommés en tout sécurité.

    L’ensemble des mesures est consultable sur le site internet de l’AFSCA :

    - Toutes les informations concernant la grippe aviaire : www.afsca.be/santeanimale/grippeaviaire/

    - Pour les amateurs : www.favv.be/santeanimale/grippeavia...

    Personne de contact pour la presse francophone :

    Jean-Sébastien Walhin : 0476/885.077 (AFSCA)

    Pauline Bievez : 0477/38 45 01 (porte-parole Ministre Willy Borsus)

  • COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’AFSCA UNE INFORMATION DE LA VILLE DE HANNUT·DE CE LUNDI 13 MARS 2017

    Grippe aviaire : prolongation des mesures de prévention avec de nouveaux assouplissements

    Le risque que représente la grippe aviaire étant toujours globalement présent, les mesures de préventions seront prolongées à partir du 11 mars avec certains nouveaux assouplissements pour des situations qui entraînent peu de risque de contact avec les oiseaux sauvages.

    Le ministre de l’Agriculture Willy Borsus : « Alors que le nombre de cas chez les oiseaux sauvages est toujours très élevé dans les pays limitrophes, la tendance est légèrement plus favorable chez les oiseaux captifs. Une analyse de risque spécifique permet de déterminer certains assouplissements dans des circonstances qui présentent peu de risques de contact avec les oiseaux sauvages. Je suis pleinement conscient des contraintes imposées à l’ensemble du secteur. Les éleveurs professionnels entrent dans leur cinquième mois de confinement. C’est une situation inédite dans notre pays mais justifiée par l’ampleur de la situation dans l’ensemble de l’Europe. Les mesures de lutte contre la grippe aviaire sont systématiquement adaptées en fonction des données épidémiologiques actualisées. En l’absence de nouveaux cas détectés en Belgique, de nouveaux assouplissements pourraient intervenir dès le 18 mars. J’encourage cependant les éleveurs d’oiseaux – professionnels et particuliers – à continuer à respecter avec fermeté l’ensemble des mesures indispensables à la protection de la santé animale dans notre pays car le danger n’est pas – encore – totalement derrière nous. »

    Quelle est la situation actuellement ?

    La situation montre qu’alors que le nombre de foyers chez les oiseaux captifs a tendance à diminuer dans les pays voisins, le nombre de contaminations constatées chez les oiseaux sauvages demeure très important. En Belgique, outre le premier cas chez un détenteur amateur d’oiseaux d’ornement, 2 oiseaux sauvages contaminés ont jusqu’à présent été trouvés, le dernier fin février. Le virus de la grippe aviaire est donc toujours présent chez les oiseaux sauvages. Le risque de contamination par la grippe aviaire des volailles et des oiseaux qui peuvent avoir des contacts avec les oiseaux sauvages est donc toujours réel !

    Qu’est-ce qui change à partir du 11 mars ?

    Les mesures préventives pour la grippe aviaire sont à nouveau prolongées de 30 jours, jusqu’au 9 avril. Par conséquent, les volailles et oiseaux doivent toujours être enfermés ou détenus sous filets pour empêcher les contacts avec les oiseaux sauvages.

    Les assouplissements décidés la semaine passée pour le confinement des pigeons et des rapaces sont maintenus. De nouveaux assouplissements concernant les rassemblements (expositions, concours, chanteries, bourses, …) auxquels participent les amateurs sont possibles. Ces rassemblements sont à nouveau ouverts pour tout oiseau et toute volaille. Restent interdits : la vente par les amateurs sur les marchés publics (les marchés organisés par les communes et villes), ainsi que les vols de concours et d’entrainement de pigeons.

    Si aucune nouvelle contamination n’est constatée la semaine prochaine, de nouveaux assouplissements pourraient intervenir dès le 18 mars. En effet, les experts suggèrent une période d’attente de minimum 21 jours à compter de la dernière détection en Belgique, tout en tenant également compte de la situation dans les pays limitrophes.

    L’ensemble des mesures est consultable sur le site internet de l’AFSCA :

    - Toutes les informations concernant la grippe aviaire : www.afsca.be/santeanimale/grippeaviaire/

    - Pour les amateurs : www.favv.be/santeanimale/grippeaviaire/detenteursamateurs.asp

    Source > Ville de Hannut

    Illustration Sudinfo > Photo News/Patrick Forget

  • GRIPPE AVIAIRE > RENTREZ VOS POULES ET POULETS !

    Jusqu’ici épargné, notre pays vient de connaître son premier cas de grippe aviaire.

    Des mesures de prévention renforcées ont donc été mises en place : après les professionnels, c’est maintenant au tour des particuliers de confiner leurs volailles.

    La grippe aviaire sévit depuis quelques mois en Europe, particulièrement en France où des milliers de canards ont dû être abattus dans le sud-ouest.

    Notre pays était jusqu’ici épargné par l’épidémie mais des mesures avaient cependant été prises chez les professionnels qui, depuis novembre, devaient confiner leurs volailles.

    Un cas de grippe aviaire a cependant été identifié ce 1 er février chez un particulier, dans la commune de Lebbeke en Flandre Orientale. Décision a donc été prise de faire confiner toutes les volailles, y compris les ratites (comme les autruches) et les autres oiseaux captifs (comme les pigeons).

    Si vous possédez une poule, vous devez donc soit la laisser dans son poulailler, soit placer un filet de protection au-dessus du terrain qu’elle fréquente.

    Des mesures qui permettent d’éviter le contact avec des oiseaux sauvages qui pourraient porter le virus.

    À noter que toutes les expositions et marchés d’oiseaux ou de volailles sont interdits jusqu’à nouvel ordre. Le zoo d’Anvers et le parc animalier de Planckendael à Malines ont interdit l’accès de leurs volières au public.

    Et les colombophiles ne peuvent pas faire sortir leurs champions pour le moment.

    Œufs de plein air

    À l’heure où l’on aime manger bio et sain, ce … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 03/02/2017

    Source > M.P. Dans votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 03/02/2017