grève

  • GREVE GENERALE CE VENDREDI 24 JUIN EN BELGIQUE: VOICI TOUT CE QUI SERA A L'ARRET, REGION PAR REGION!

    La grève générale menée par les syndicats socialistes francophone et néerlandophone perturbera l’ensemble du pays vendredi.

    Des actions seront menées partout en Wallonie et à Bruxelles par la FGTB et au nord du pays par l’ABVV. La CGSLB et la CSC ne suivent pas l’appel à la grève bien que le syndicat chrétien a annoncé qu’il couvrira ses membres d’une éventuelle participation.

    DANS LA REGION DE LIEGE

    Le pays sera quasiment à l’arrêt ce vendredi 24 juin suite à la une grève nationale lancée dans le cadre du plan d’action fédéral du syndical socialiste FGTB. La province de Liège ne sera pas épargnée. Loin de là…

    > COMMERCES ET ENTREPRISES

    L’économie de la région liégeoise sera mise à l’arrêt. Ainsi, les secteurs industriels (métallurgie, chimie, verre, travail adapté, fabrication métallique), l’aéroport de Bierset et les grandes enseignes du commerce (Ikéa, Cora, Carrefour, Delhaize, Colruyt, Makro, etc.) seront fermés.

    > TRANSPORTS ET ADMINISTRATIONS

    De même, signale Jean-François Ramquet, le secrétaire régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme, «la fonction publique sera à l’arrêt, suite aux piquets devant les administrations et aux fortes perturbations dans les transports publics.»

    Peu de bus devraient circuler ce vendredi. Au maximum un bus sur deux. Et le syndicat socialiste annonce plus de perturbations encore sur le rails en région liégeoise.

    >ECOLE

    Dans les établissements scolaires, c’est du cas par cas. Mieux vaut vous renseigner avant pour savoir si l’enseignant de votre enfant sera en grève ou pas. Et de toute manière, chaque école doit organiser des garderies pour pallier aux éventuelles absences de leurs professeurs.

    > POUBELLES

    A Liège toujours, la ville craint des perturbations dans la collecte des déchets et notamment à Jupille, Bressoux, Droixhe et Grivegnée-Haut. Les camions entameront leur tournée comme d’habitude, mais si l’accès aux points de déversement est impossible, les collectes seront interrompues. Une collecte de rattrapage sera organisée lundi 27 et mardi 28 juin pour rétablir la situation.

    > ACTIONS CIBLEES

    Parallèlement aux blocages mentionnés précédemment, des actions ciblées auront également lieu. Ainsi, la FGTB annonce que «des militants se rassembleront sur le parking de l’enseigne Décathlon à Alleur afin de rappeler que cette marque appartient à la multinationale française Mulliez, du nom de la famille la plus riche de France qui possède de multiples enseignes dans de très nombreux secteurs économiques et qui est aujourd’hui dans le collimateur de la justice française pour fraude fiscale et blanchiment.»

    > SANTE

    Les hôpitaux seront mis en norme «service de dimanche».

    > CONSTRUCTION

    Autre secteur sensible: la construction avec la problématique du dumping social. «Une surveillance des chantiers de construction recourant au dumping social sera organisée. En particulier, une concentration aura lieu devant l’entreprise Galère à Chênée», renchérit M.Ramquet.

    Plus globalement, la FGTB déplore que «le gouvernement fédéral soit au service des employeurs et des plus riches» et qu’il reste «sourd aux réalités et besoins ainsi qu’aux propositions des travailleurs et des bénéficiaires d’allocations sociales.»

    Les autres régions & les vidéos sur > http://www.sudinfo.be

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be

  • GREVE GENERALE DE CE LUNDI 15 DECEMBRE: VOICI TOUT CE QUI SERA A L'ARRET, REGION PAR REGION

    2146604512_B974279123Z_1_20141214143756_000_GQD3KT434_1-0.jpg

    Grève générale de ce lundi 15 décembre: écoles, transports, commerces... voici tout ce qui sera à l'arrêt, région par région

    Les rédactions régionales de Sudpresse

    Ce lundi 15 décembre, ce sera la bonne ! Après trois grèves tournantes qui ont touché diverses provinces tour à tour, une grève générale et nationale s’annonce ce lundi dans tout le pays. Les transports en commun seront à l’arrêt, plusieurs routes et autoroutes seront bloquées… Il faudra s’armer de patience pour traverser un pays qui s’annonce bloqué comme jamais.

    > LIÈGE

    Transports en commun

    Le TEC ne circulera pas. Les services de nuit du dimanche seront assurés. Mais, dès lundi, aucun bus ne roulera. À noter également que les lignes … Lire la suite ...

    Les autres provinces … ICI

  • GREVE DE CE LUNDI 1ER DECEMBRE: DECOUVREZ NOTRE CARTE INTERACTIVE DES PERTURBATIONS ATTENDUES!

    Projet1.jpg

    Et c’est reparti pour un tour !

    Après la manifestation nationale du 6 novembre dernier, en plein cœur de Bruxelles, place maintenant aux grèves, province par province.

    Après le Hainaut, le Luxembourg, Anvers et le Limbourg, la grève se déroulera ce lundi 1er décembre dans les provinces de Liège, de Namur, de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale.

    Découvrez la carte interactive des perturbations attendues au niveau des transports en commun, des hôpitaux, … > Lire la suite ici ...

    DANS LA RÉGION DE LIÈGE

    Jeudi matin, la CSC et la FGTB, réunies en front commun syndical, faisaient le point sur la situationLire la suite ici ...

    Source > Sudinfo.be avec Belga et les rédactions de Huy-Waremme, Liège, Namur et Verviers sur > http://www.sudinfo.be/1157557 par > Eric Ghislain

  • LE MOT DE BRUNO SUR «L'ACTU» > CHAUFFEURS DE BUS & LES POMPIERS.

    Environ-8-000-personnes-ont-manifest-leur-soutien-aux-travailleurs-Seraing-.jpg

    Les deux événements récents ont fait parler d’elle, la grève.

    Celle-ci est un droit fondamental acquis au terme de luttes sociales dures et de longue haleine; ne serait-ce que par respect pour celles et ceux qui ont permis sa reconnaissance juridique, ce droit doit être considéré comme un plus dans une société démocratique ; donc, pas question de toucher à son essence-même.

    Pourtant, au fil du temps, la conception et l’interprétation du droit de grève ont évolué, donnant naissance, dans certains cas, à des dérives choquantes ; son utilisation pour un oui, pour un non, sans préavis légal, suite à des événements d’importance très relative et pour défendre des intérêts trop particuliers, en prenant des populations en otage, est tout simplement inacceptable. Cet usage abusif dévalorise ce moyen ultime et indispensable d’expression de la volonté des travailleurs ; surtout, il contribue à affaiblir la position des ouvriers qui, à l’avenir et à bon escient, en auront besoin dans des combats légitimes pour leur emploi, leurs conditions de vie et de travail, leur dignité.

    CHAUFFEURS DE BUS

    1555725908_ID6321270_tecliege_065308_H33GKU_0.JPG

    «Un jour, la Wallonie va dominer le monde… mais pas demain… il y a grève!!» Cette phrase suscite toujours l’éclat de rire lorsque je la prononce en spectacle. Pourquoi? Parce que les spectateurs, comme les gens «normaux» qui, à la quasi unanimité, sont favorables au droit de grève, se rendent compte que, dans notre Wallonie, certains en font un usage excessif.

    La dernière grève sauvage des chauffeurs de bus liégeois est un exemple frappant de ce que stigmatisent non seulement les patrons mais aussi la grande majorité des usagers. Il est inadmissible et insupportable de prendre le public en otage «par solidarité» avec des travailleurs fautifs alors qu’un dialogue franc et respectueux aurait dû (pu) régler le problème en douceur. Le droit de grève est intimement lié au droit au travail et il est choquant de voir des chercheurs d’emploi être sabotés dans leurs démarches par quelques personnes qui, elles, ont un emploi et abusent de leur position pour bafouer l’esprit du service public et nuire à leurs concitoyens.

    Que les ouvriers d’Arcelor Mittal usent du droit de grève face à un patron truand sans scrupule, d’accord sur toute la ligne. Mais le faire pour défendre l’inacceptable, non, non et non! Il y a dans notre société et plus précisément dans le monde du travail des règles à respecter, des règlement à observer, par les dirigeants et par leur personnel; le droit de grève n’est pas un instrument qui doit permettre de violer en toute impunité les lois et conventions; il a des buts et usages beaucoup plus justifiés, nobles et respectables. En résumé, droit de grève, oui; son usage abusif, non!

     

    POMPIERS.

    Pompiers de Hannut 2013.jpg

    La récente grève des pompiers liégeois et les manifestations de leurs collègues de l’ensemble du pays sont l’expression d’un ras le bol bien compréhensible. Ces hommes, qui risquent souvent leur vie pour protéger leurs concitoyens, méritent des conditions de travail et un statut autres que ceux dont ils «bénéficient» actuellement. Leurs revendications sont on ne peut plus légitimes.

    Pourtant, le capital sympathie dont les pompiers bénéficient largement a été écorné par les excès de quelques excités qui ont, à Liège, brûlé une partie de leur matériel et, à Bruxelles, forcé sauvagement l’accès à la zone neutre aux environs du 16 rue de la Loi. Ce triste constat, entendu à maintes reprises dans différents milieux durant ces derniers jours, risque surtout de nuire à l’ensemble d’une corporation dont les membres, au contraire, se comportent en «chevaliers» du feu et méritent notre respect, notre soutien et notre reconnaissance.

    La violence appelle la violence; et si toutes les personnes qui, un jour ou l’autre, en ont ras-le-bol, pour des raisons justifiées ou pas, se mettent à tout casser, à se comporter en inciviques, en individus non civilisés, en véritables bêtes , où va-t-on? Quel bel exemple pour notre jeunesse!!!

    Source & texte de > Bruno Heureux.

     

  • VERS UNE GRÈVE GÉNÉRALE DE 24H CE MERCREDI 14 NOVEMBRE EN BELGIQUE?

    greve-generale.jpgLe Congrès statutaire de la Centrale générale FGTB de Liège-Huy-Waremme en appelle à la grève générale le 14 novembre, journée d'action européenne. La FGTB-Centre également. Une grève générale se profite-t-elle en Belgique?

    La suite du communiqué > ICI

     Lire également :

    • Grève de 24 heures dans le Centre décrétée par la FGTB > ICI
    • Vers une grève générale à Liège le 14 novembre prochain > ICI

     Source > Sudpresse > Mis à jour le Mercredi 31 Octobre 2012 à 16h56 BELGA

  • SNCB : LE PRÉAVIS DE GRÈVE DU 3 OCTOBRE PROVISOIREMENT MAINTENU

    58946624_B9720349Z_1_20120927134035_000_GDG9FO7M_1-0.jpgLe préavis de grève sur le rail pour le 3 octobre est provisoirement maintenu, ont annoncé les délégués syndicaux des cheminots, jeudi, à l'issue d'une réunion avec le cabinet du ministre des Entreprises publiques Paul Magnette.

    Les délégués syndicaux vont consulter leur base jeudi après-midi et prendront ensuite une décision définitive.

     "Rien de concret ne nous a été proposé et la position du cabinet n'a pas évolué", a réagi Luc Piens du syndicat CSC-Transcom. "Le ministre est toujours favorable à une structure bicéphale et aucune garantie n'a été apportée en ce qui concerne la ponctualité et le personnel."

    Les syndicats semblaient d'ailleurs pessimistes quant à la possibilité d'éviter la grève de 24 heures, prévue le 3 octobre et qui doit débuter à 22h00 la veille. Les syndicats se réunissent jeudi après-midi avec leur base respective, avant de prendre une décision quant au mouvement de grève en front commun. Celle-ci devrait être connue en début de soirée.

    Une nouvelle réunion de concertation a été proposée aux syndicats lundi, en présence du ministre Magnette,

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Jeudi 27 Septembre 2012 à 13h40

  • GRÈVE OU PAS LE 3 OCTOBRE À LA SNCB: DÉCISION JEUDI APRÈS-MIDI

    925505751_B9720089Z_1_20120926153453_000_GAO9ED6A_1-0.jpgLes syndicats au sein de la SNCB prendront une décision définitive jeudi après-midi quant à une possible grève de 24 heures le 3 octobre prochain sur le rail. Une nouvelle réunion de concertation sur la future structure du groupe ferroviaire est prévue jeudi matin entre le front commun syndical et le cabinet du ministre des Entreprises publiques, Paul Magnette.

    Les syndicats ont déjà eu une entrevue ce mercredi au cabinet du ministre. «Les propositions deviennent plus concrètes et donc aussi plus techniques», résume Luc Piens, de la CSC-Transcom, sans en dire davantage.

    Le front commun syndical effectuera jeudi après-midi, dans la foulée de la réunion avec le cabinet Magnette, une évaluation des discussions. Une décision définitive quant à la grève sera alors prise, indique de son côté Jos Digneffe, de la CGSP-Cheminots. Le responsable syndical se dit toutefois pessimiste quant à la possibilité d’encore éviter la grève.

    Un préavis de grève de 24 heures à partir du mardi 2 octobre à 22h a été déposé. Les syndicats demandent une structure intégrée pour les chemins de fer là où le ministre des Entreprises publiques se prononce en faveur d’une structure bicéphale.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Mercredi 26 Septembre 2012 à 15h35 Belga

  • LES SYNDICATS DES CHEMINOTS ANNONCENT UNE GRÈVE LE 3 OCTOBRE

    1341216676_B9718884Z_1_20120921173301_000_GMM97GCU_1-0.jpgLes syndicats des cheminots viennent d’annoncer le dépôt d’un préavis de grève pour le 3octobre. Les nouvelles négociations entre les syndicats et le ministre des Entreprises publiques Paul Magnette (PS) au sujet de la future structure de la SNCB, n'ont en effet pas abouti à un accord.

    Les syndicats et le gouvernement négocient déjà depuis quelques semaines au sujet de la l'organisation future que doivent avoir les chemins de fer en Belgique. Les organisations syndicales plaident pour une structure intégrée qui est, selon elles, "le seul modèle à privilégier pour garantir les priorités des usagers et des cheminots". Paul Magnette, quant à lui, préfère une structure duale avec, d'une part, une société de transport, la SNCB, et, d'autre part, une entité gestionnaire du réseau et des infrastructures, Infrabel. Dans ce scénario, la SNCB-Holding disparaîtrait donc.

    Dans un communiqué, le front commun syndical fait savoir que cinq scénarios ont été proposés vendredi, mais "qu'aucun d'entre eux n'évoquait celui d'une structure intégrée".

    Les organisations représentatives vont à présent informer leur base à partir du 25 septembre "sous forme d'assemblées générales, sans porter atteinte à la circulation du trafic ferroviaire". Viendra ensuite la grève de 24 heures, qui débutera le mardi 2 octobre à 22 heures, pour prendre fin 24 heures plus tard, le mercredi 3 octobre.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Vendredi 21 Septembre 2012 à 16h27 D.G.