google

  • BON A SAVOIR > VOICI COMMENT GOOGLE RECRUTE SES TALENTS

    photonews_10534672-025.jpg

    Google fait rêver. D'abord élu comme "meilleure entreprise où travailler" par le magazine Fortune en 2012, le géant du Web a été désigné "employeur de rêve" par les étudiants belges.

    Il a remporté ce titre deux fois de suite lors du classement réalisé par Universum en 2014 et 2015.

    Mais comment parvenir à y travailler? Dans son ouvrage, Laszlo Bock, DRH de Google, révèle comment ses talents sont recrutés. Open Sourcing a sélection les 6 points principaux. Une première piste pour ceux qui rêveraient d'y mettre les pieds. 

    Première chose à savoir: Google recherche des candidats qui collent parfaitement à la culture d'entreprise. Objectif: sélectionner des personnes qui auront des chances d'y rester le plus longtemps possible. C'est pourquoi les futurs salariés potentiels doivent remplir un questionnaire dans un logiciel spécialisé. 

    Ensuite, le géant ne se fie jamais à sa première impression. Les candidats sont amenés à passer un ensemble de tests. "Le but de nos entretiens est de prévoir comment les candidats vont s'adapter et réussir au sein de l'équipe", explique Laszlo Bock. Les questions à préparer sont donc de ce genre: "Racontez-nous un épisode difficile que vous avez eu avec un collègue, un client ou un camarade de classe."

    Pour être sûr de traiter tout le monde sur un pied d'égalité et de sélectionner le meilleur, Google pose toujours les mêmes questions aux candidats. Ceux-ci passent devant différents interlocuteurs qui mettront ensuite leurs "notes" en commun.

    Quatrième point soulevé par Open Sourcing: chez Google, on passe son entretien avec ses futurs collaborateurs. Mais aussi par des personnes d'une autre équipe afin d'obtenir des avis désintéressés. 

    Autre particularité de Google: l'exigence toujours à la hausse. "Le meilleur moyen, c'est de prendre des gens qui sont meilleurs que vous", confie le DRH.

    Enfin, rassurez-vous: il n'y a pas de liste prédéfinie des caractéristiques d'un bon candidat. Comme le précise Open Sourcing, "chaque candidat est unique et personne n'est parfait".

    Maintenant que vous savez comment Google procède, ne reste plus qu'à vous évaluer!

    Source > S.B. sur > http://www.jobsregions.be > Crédit Photo: Photo News

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    Google / Internet / Recrutement / profil

  • GOOGLE VEUT LANCER UNE FUTURE VERSION PAYANTE DE YOUTUBE

    861051018_B973915820Z_1_20141028150212_000_GO53CE841_1-0.jpg

    C’est dans les cartons de Google depuis de nombreux mois mais le projet semblait mort-né.

    Susan Wojcicki, CEO de YouTube, a pourtant annoncé dans le quotidien américain The Wall Street Journal qu’une version payante du célèbre lecteur de vidéos en streaming va bientôt être lancée.

    Ancien responsable de la publicité au sein de Google, Susan Wojcicki a repris les rênes de YouTube depuis Lire la suite ici ...

    Source > Sudinfo.be sur > http://www.sudinfo.be/1134688 Photo > AFP/Lionel Bonaventure

  • DECOUVREZ LE TOP 10 DES FONCTIONNALITES CACHEES DE GOOGLE!

    507111933_B973769691Z_1_20141010103813_000_GQN399TEM_1-0.jpg

    Le célèbre moteur de recherche ne dévoile pas toutes ses cartes au grand jour.

    Des petites fonctionnalités sont dissimulées au sein du site. Vous pouvez par exemple jouer au casse-briques d’Atari ou vous faire attaquer par les "OO" de Google.

    Ces petites fonctionnalités, bien qu’inutiles, sont assez amusantes. On les appelle d’ailleurs les œufs de Pâques. Voici le top 10 de ces gadgets cachés révélés par Sud Ouest.

    En savoir encore plus > ICI

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/1121315 Photo > Capture Google

  • 6 TRUCS POUR RENDRE VOS RECHERCHES GOOGLE PLUS EFFICACES

    shutterstock_196595159b.jpg

    Quel est le site Internet que vous visitez le plus de fois par jour ? Quelle est votre home page ?

    Il y a beaucoup de chance que la réponse soit Google. Mais savez-vous tirer le maximum de ce moteur de recherche ultra-puissant ?

    Si vous cherchez quelque chose sur Internet, c’est instinctivement dans Google que vous taperez votre recherche. Le site fait maintenant partie intégrante de notre vie professionnelle et personnelle.

    Lorsque vous cherchez quelque chose sur Google, vous gagnez à le faire de la manière la plus efficace possible. Il n’y a rien de plus agaçant que de devoir passer par des milliers de résultats avant de trouver ce qui vous intéresse… Devenez un spécialiste de Google grâce à ces quelques conseils pratiques.

    1. Cherchez par type de fichier

    Si vous ne cherchez pas une page web mais un fichier, indiquez clairement à Google de quel type de fichier vous êtes à la recherche. Si vous cherchez par exemple des données financières, il y a beaucoup de chances que ces données se trouvent dans un fichier Excel.

    Tapez donc : "Termequevouscherchez filetype : xls "

    Vous ne recevrez que des tableurs Excels comme résultats. Si vous voulez par exemple trouver un dossier de rapport annuel, essayez alors de taper "filetype :pdf". Les extensions de programmes Microsoft Office sont les plus couramment utilisées.

    2. Cherchez sur un site spécifique

    Que faire si vous avez lu un article sur un certain site, mais que vous n’arrivez plus à le retrouver ? Vous pouvez éventuellement utiliser le moteur de recherche du site. Mais s’il n’y en a pas ou que celui-ci ne fonctionne pas bien, vous pouvez une fois de plus appeler Google à la rescousse.

    Tapez : "termederecherche site: sitedanslequelvouscherchez.be"

    Vous pouvez aussi restreindre votre recherche à un certain domaine comme "org", "be" ou "com". Par exemple "Impôts site:be" donnera seulement les résultats des sites belges qui parlent d'impôts.

    3. Cherchez dans la mémoire cache

    Et si vous cherchez un article qui a été effacé d’un site? Vous pouvez essayer de le retrouver en cherchant dans la mémoire cache du site. Dans ce cas-là, vous ne cherchez pas sur le site en lui-même, mais sur une copie archivée qui a été conservée par les serveurs de Google.

    Tapez : "cache :http://www.adressedelarticle.com"

    Avec ce procédé, vous pouvez également visiter les sites en passant inaperçu, c’est à-dire sans recevoir de cookies et sans laisser aucune trace.

    4. Cherchez un mot qui se trouve dans le titre ou l’url d’une page

    Si un certain mot se trouve dans le titre ou l’url d’une page, il y a de fortes chances pour que ce mot soit le sujet principal du texte.

    Tapez : "allintitle : termederecherche" ou "inurl : termederecherche"

    5. Cherchez dans les sites semblables

    Vous avez trouvé un site intéressant et vous voulez savoir s’il en existe d’autres dans ce genre ? Utilisez alors l’option de recherche “related”.

    Tapez: “Related:www.siteintéressant.com”

    6. Cherchez la signification d’un certain mot

    Vous êtes à la recherche de la définition exacte d’un mot ? Utilisez alors l’option "define".

    Tapez : "define :termederecherche"

    Deux autres outils utiles

    Google propose également une calculatrice intégrée et un convertisseur de devise, de taille et de poids. Ce n'est donc pas un outil qui rendra vos recherches plus efficaces, mais c’est tout de même très pratique.

    La calculatrice

    Tapez l’opération que vous voulez résoudre dans la barre de recherche, suivi du signe égal. Par exemple :

    • Additions et soustraction : 15485 + 644 – 55 =
    • Multiplication : 54 * 33 =
    • Division : 759/3 =
    • Racine carrée : sqrt(333)=
    • Elévation à une puissance : (4+18)^3=

    Google peut aussi trouver le sinus, le cosinus et la tangente d’un angle ainsi que plusieurs autres opérations mathématiques.

    Le convertisseur

    Tapez par exemple (en anglais) :

    • 15 billion dollars in euro
    • 12 pounds in kilograms
    • 1500 yards in kilometers

    Source : openforum.org > Texte: Steven Heyse sur > http://www.references.be

  • ANDROID: GOOGLE NOW VA VOUS PERMETTRE DE RETROUVER VOTRE VOITURE DANS UN PARKING

    1477667118_B972611150Z_1_20140502133706_000_GPG2CJP67_1-0.png

    Google a décidé d’aider les automobilistes distraits qui oublieraient où est garée leur voiture.

    Avec un smartphone équipé du système d’exploitation Android et l’application Google Now, il sera désormais possible de découvrir où sa voiture est garée.

    Vous êtes du genre à oublier l’emplacement de stationnement de votre voiture ? Heureusement, Google est là. Le géant américain de l’informatique vient de mettre à jour son application Google Now et dévoile une nouvelle fonctionnalité pratique pour les plus étourdis. L’application enregistre en effet le dernier emplacement de stationnement indiqué sur la carte de Google Maps et cela, sans toucher à votre smartphone Android.

    Google Now prédit tout simplement l’arrêt de votre véhicule et estime quand votre voiture est garée en calculant votre vitesse de déplacement. Si vous indiquez dans les réglages que la voiture est votre moyen de locomotion principal, l’application saura que vous n’êtes plus dans votre voiture si vous vous déplacez à quelques km/h à peine dans la rue. Il vous suffira ensuite de demander « Où est ma voiture ? » dans le moteur de recherche pour découvrir votre dernier emplacement de stationnement.

    En outre, l’application sait si vous prenez les transports en commun si vous suivez une certaine trajectoire, ou une certaine ligne de métro : elle ne se laissera donc pas berner. Alors, nouvelle fonctionnalité intéressante ou nouvelle intrusion dans la vie privée ? À vous de juger !

    Source > http://www.sudinfo.be/997509 Photo > Capture Google Now

  • GOOGLE RECRUTE EN BELGIQUE > BON A SAVOIR …

    Google.jpg

    Il y a 7 ans, l’annonce de l’installation de Google dans le zoning industriel de Ghlin-Baudour Sud (Saint-Ghislain) fit couler beaucoup d’encre.

    250 millions d’euros étaient alors injectés dans la construction de la base européenne de Google en Wallonie, faisant la fierté des Wallons et de leur ministre de l’Économie, Jean-Claude Marcourt. L'unité wallonne de Google prévoyait alors d'employer 120 personnes,  dont une majorité à des postes hautement qualifiés (management, ingénieurs "IT", etc.) et le reste à des fonctions de maintenance et de sécurité du site. Le géant américain emboitait le pas à d’autres grandes entreprises, comme Dolce, Cooper Vision et Johnson & Johnson, qui avaient également élu la Wallonie comme terre d’implantation. En avril 2013, Google annonçait un investissement supplémentaire de 300 millions d'euros, en vue d'élargir son site wallon.

    Aujourd’hui, Google recrute à nouveau. L’entreprise était présente au salon de l’emploi Talentum à Mons hier. Nous avons rencontré Frédéric Descamps, Facilities Manager, et Freddy Bonhomme, Hardware Operation Manager.

    Combien de personnes travaillent actuellement pour vous ?

    Un peu plus de 80 personnes sont engagées par Crystal Computing, une société entièrement possédée par Google. Nous avons aussi de nombreux partenaires. Sur le site, 200 à 250 personnes travaillent à temps plein pour les activités du Data center. À cela s’ajoutent les 700 à 800 travailleurs engagés dans la construction de nouveaux bâtiments depuis avril 2013.

    Combien de personnes comptez-vous recruter aujourd’hui ?

    Nous devons trouver au moins 25 personnes d’ici la fin de l’année 2014.

    Quels sont les profils que vous recherchez ?

    Les profils sont très diversifiés. Au niveau informatique, nous recherchons 3 à 4 managers, des ingénieurs en informatique, des candidats qui n’ont pas de connaissances particulières en informatique mais qui veulent bien venir travailler manuellement dans notre environnement. Pour la partie « facilities », nous recherchons des « facilities technicians » : c’est un terme qui regroupe plusieurs qualifications, avec des spécificités techniques bien déterminées. Nous recherchons des candidats qui ont de l’expérience en mécanique, en refroidissement, en électricité.

    Les diplômés en sciences humaines ont-ils leurs chances chez vous ?

    S’ils sont polyvalents, ils ont leur place chez nous. Nous avons engagé des gens pour la section informatique qui avaient un diplôme qui n’avait rien à voir avec l’informatique mais qui s’intéressaient de près à la question. Ils ont aussi investi le temps nécessaire pour suivre une formation pour se mettre à niveau. Vous n’avez pas besoin de doctorat de chez Stanford pour travailler chez Google. Nous voulons démystifier cette image. En revanche, l’anglais est indispensable. Un anglais opérationnel pour la plupart des fonctions. Nous avons besoin d’un langage unique pour pouvoir communiquer avec nos collègues des États-Unis. Pour les postes plus élevés, nous exigeons un niveau équivalent à bilingue.

    Comment décririez-vous le processus d’embauche chez Google ?

    Le candidat doit postuler. Nous vérifions alors si le profil correspond à nos attentes. Le cas échéant, nous procédons à plusieurs interviews téléphoniques. Le candidat est ensuite convié à une interview sur le site, où il rencontrera entre quatre et cinq personnes différentes, qui lui poseront des questions dans des domaines particuliers. Elles évalueront ainsi sa manière d’être en tant que teamplayer, ses capacités techniques, ses aspirations de développement professionnel, son enthousiasme, sa capacité à s’intégrer dans notre entreprise etc. Pour les fonctions de manager, l’équipe des recruteurs est constituée à 50% par des Américains et à 50% par des Européens. Nous attachons aussi beaucoup d’importance au profil LinkedIn des candidats. Il est important de le tenir à jour constamment.

    Avez-vous un exemple de question insolite que vous posez en entretien d’embauche ?

    On utilisait un certain nombre de puzzles dans le passé. Par exemple :

    « Vous êtes dans un tunnel, vous entendez un train qui arrive. Si vous faites demi-tour, vous arriverez tout juste à sortir du tunnel avant que le train ne s’y engouffre et vous roule dessus. Si vous courez jusqu’à la fin, vous parviendrez tout juste à sortir avant que le train ne sorte à son tour et ne vous écrase. Quelle est la longueur du tunnel ? Quelle est votre vitesse par rapport à celle du train ? Quelle est la distance du train par rapport à l’entrée du tunnel lorsque vous l’entendez pour la première fois ? »

    Cette question  permet de mesurer le degré d’investissement du candidat. Nous avons vu trois types de candidats. Certains mettent des formules partout. En général, ceux-là ne s’en sortent pas. D’autres font des diagrammes et s’en sortent assez facilement. Et puis nous en avons rencontré un qui a enfui sa tête dans ses mains pendant 15 secondes et qui a donné les bonnes réponses. En réalité, l’important n’est pas vraiment de trouver la bonne réponse, mais de s’investir pour essayer de la trouver, de ne pas baisser les bras et vouloir immédiatement passer à la question suivante.

    Qu’est-ce qui vous distingue des autres entreprises en termes de conditions de travail ?

    Nous avons une bonne ambiance de travail. Nous avons une grande aire de repos. Nous disposons d’une cafétéria. Nous jouissons d’un grand espace de jeu, avec une table de snooker, un billard américain, un flipper, deux babyfoots professionnels, plusieurs stations de jeux, une table de ping pong, un écran télé de 65 pouces, des sofas, deux sièges de massage automatique, des guitares, une table de mixage. Nous aurons un espace pour les siestes dans notre nouveau bâtiment.

    Nous organisons des soirées jeux tous les mercredis. Tous les vendredis nous faisons le TGIF (Thank God It’s Friday) : nous revoyons les vidéos sur google, sur nos dernières innovations, nous buvons des bières spéciales (vu que nous sommes en Belgique), en quantité limitée bien sûr. Nous organisons aussi des soirées à thème.

    Comment définiriez-vous l’esprit d’entreprise au sein de Google ?

    Nous essayons de promouvoir au maximum l’esprit d’équipe. Nous partons du principe que nous travaillons mieux en équipe qu’individuellement. Mais les tâches professionnelles sont très individuelles au Data Center, alors que l’objectif du site est global et commun. Comme nous ne pouvons pas renforcer l’esprit d’équipe dans la manière dont nos techniciens travaillent, nous avons décidé de les rassembler autour d’activités ludiques qu’ils aiment. Nous encourageons les gens à présenter leurs idées. Un employé a demandé que nous achetions un jeu de fléchettes électroniques, arguant que c’était moins dangereux et plus facile (il ne faut pas compter). Il nous sera livré la semaine prochaine. Un autre employé a proposé une soirée karting. Nous allons louer un circuit et organiser cela.

    Source > http://www.references.be

  • NOUVEAU SUR GOOGLE > DÉCOUVREZ LES JOLIS COINS, PRÈS DE CHEZ VOUS

    1727699664_B971793333Z_1_20140114143025_000_GQ01PCVBA_1-0.jpg

    Charleroi, Namur, Liège ou Bruxelles: découvrez les jolis coins, près de chez vous, les plus souvent photographiés

    Le monde renferme un nombre incalculables de merveilles. Et grâce aux technologies de notre époque, les endroits préférés des citoyens du monde ont pu être recensés.

    Grâce aux données du service Panoramio de Google, qui permet de partager des photos géolocalisées sur Google Earth, une carte recensant les endroits du monde les plus souvent photographiés a pu être créée, expliquent nos confrères du Soir.

    Ainsi, pour prendre un raccourci, on peut dire que cette carte du monde reprend les endroits préférés de nos contemporains. Et il y en a forcément plusieurs non loin de chez vous.

    Si vous estimez qu’un superbe endroit manque à l’appel, il vous suffit d’aller le photographier et le faire connaître.

    Pour Liège, l’endroit le plus souvent photographié est la Gare des Guillemins tandis qu’à Bruxelles, c’est sans surprise la Grand Place qui occupe le rang 1.

    Bon voyage et bon amusement.

    Cliquez ici pour découvrir cette précieuse carte.

    Source > http://www.sudinfo.be/902094

  • GOOGLE LANCE UN SERVICE DE VISITE VIRTUELLE DES COMMERCES EN BELGIQUE

    19768281.jpg

    Google a lancé le 29 mai dans plusieurs pays, dont la Belgique, un nouveau service qui propose de rentrer virtuellement dans des commerces. La visite permet au consommateur de se faire une idée de l’établissement et au commerçant d’avoir une meilleure visibilité sur internet, a-t-on appris mercredi lors de la présentation du projet.

    Google avait annoncé en 2009 le lancement du projet, qui s’est implanté depuis dans plusieurs pays dont la Belgique il y a quelques jours. Concrètement, des photos sont prises de l’établissement (magasin de déco, restaurant, coiffeur, salle de sport, etc.) pour former une vue à 360 degrés. 1.2.3. Focus, une agence belge agréée par Google, réalise le montage. Ce dernier est envoyé à Google qui, après contrôle, publie la visite virtuelle sur son moteur de recherche, mais aussi sur ses service de cartographie Google Maps et Google+ local.

    La visite virtuelle permet aux internautes de se faire une idée de l’établissement avant de s’y rendre. Pour les commerçants, pour une somme comprise entre 250 et 500 euros, elle offre la possibilité d’attirer une nouvelle clientèle, de s’adapter aux habitudes technologiques des consommateurs et d’avoir un meilleur référencement sur Google. Le droit à l’image appartient au commerçant.

    1.2.3. Focus assure que la vie privée des clients et la sécurité des commerces est prise en compte grâce au floutage des visages et des systèmes de sécurité. 1.2.3. Focus travaille actuellement sur Bruxelles et la Wallonie avant d’atteindre la Flandre.

    Infos sur http://www.123focus.be/

    Source > http://www.sudinfo.be/737795 Belga