glace

  • POURQUOI CE MAL DE TÊTE QUAND ON MANGE UNE GLACE ?

    Copie de festival_creme_glacee.jpgLa réaction est connue de tous : en mangeant une glace ou en avalant une boisson très froide, une douleur soudaine survient aux tempes.

    Une équipe américaine (US Department of Military and Veterans Affairs) s’est penchée sur la question. L’intérêt ? Essayer d’établir un rapprochement entre ce phénomène bénin et des maux de tête autrement plus invalidants, singulièrement la douleur migraineuse. Avec, en ligne de mire, la perspective de développement de médicaments mieux ciblés.

    L’expérience a consisté a faire boire, à la paille, de l’eau glacée à une quinzaine de volontaires ; alors que le débit des vaisseaux sanguins était observé par doppler transcrânien. Lorsqu’ils ressentaient un mal de tête, ils devaient lever la main ; et l’abaisser dès que la douleur avait disparu. L’observation transcrânienne montre, lors de l’ingestion de la boisson froide, une dilatation artérielle à l’arrière des yeux, au niveau des tempes, avec afflux sanguin vers le cerveau. La douleur se manifeste alors.

    Second temps : assez rapidement après la dilatation, les vaisseaux se contractent, et la douleur s’estompe. Ce processus ne s’est pas produit quand les participants ont ensuite avalé une boisson tempérée. Explication avancée par les chercheurs ? La dilatation répond à un mécanisme de défense, destiné à maintenir le cerveau à bonne température par afflux de sang chaud. Simultanément, cependant, la pression intracrânienne augmente, avec apparition d’une douleur soudaine. Lorsque la pression devient trop importante, les vaisseaux se contractent, le sang est évacué, et le mal de tête disparaît.

    Une compréhension plus fine de ce phénomène, similaire à ce qui se produit lors de divers types de céphalées, devrait contribuer à la mise au point de nouveaux traitements médicamenteux, plus spécifiques, indiquent les chercheurs.

    Source > http://www.passionsante.be

     

  • UNE BONNE GLACE, C’EST COMME UNE DROGUE

    festival_creme_glacee.jpgLes (grands) amateurs de crème glacée en demandent toujours davantage : c’est que leur cerveau réagit de la même manière qu’en cas d’addiction à une drogue.

    Cette équipe de l’Oregon State University aurait certainement pu procéder avec d’autres produits alimentaires, mais elle a donc décidé de retenir la glace, et singulièrement le milk-shake à la glace au chocolat. Un délice… qui induit une addiction chez ceux qui s’en délectent régulièrement. Plus ils en mangent, plus ils en ont envie. Pourquoi ? En raison d’une activation insuffisante des zones cérébrales impliquées dans le « circuit de la récompense ».

    Les chercheurs ont observé ce mécanisme en scrutant l’activité cérébrale d’un groupe de 150 étudiants en bonne santé, avec un poids normal. Ils ont été invités à ne rien manger durant les cinq heures qui précédaient l’expérience. Un questionnaire a permis de déterminer leurs comportements alimentaires habituels, et en particulier leur consommation de glace. Le test a consisté à demander à chacun d’avaler, à tour de rôle et dans une séquence aléatoire, soit une gorgée de milk-shake, soit d’une boisson sans goût particulier. Et donc, il s’avère que chez ceux qui mangent fréquemment de la glace, le « circuit de la récompense » s’active, certes, mais beaucoup moins intensément que chez les consommateurs occasionnels. En d’autres termes, pour atteindre le même niveau de plaisir, ils doivent avaler bien davantage de crème glacée.

    Dans un article publié par la revue « American Journal of Clinical Nutrition », les auteurs élargissent le propos, et expliquent que cette baisse d’activation du « circuit de la récompense » permet de comprendre les comportements de « suralimentation » qui contribuent à l’obésité. Et on en revient à l’importance d’un régime alimentaire équilibré, avec un peu de tout, mais dans des portions modérées.

    Source > http://www.passionsante.be