gens du voyage

  • WASSEIGES – CE JEUDI 16 NOVEMBRE > RÉUNION D’INFORMATION SUR LES GENS DU VOYAGE

    En Wallonie, les gens du voyage disposent de onze aires d’accueil.

    Namur et Ath sont les seules à offrir des infrastructures permanentes avec sanitaires et électricité. Pour les neuf autres, il ne s’agit que d’infrastructures temporaires et non opérationnelles, ce que déplore souvent la communauté.

    Le cas de Wasseiges est encore différent. Depuis une dizaine d’années, les gens du voyage sont hébergés au camping de Meeffe, à la Villégiature du marais. Ce qui n’empêche pas des frictions avec les riverains. En septembre dernier, sur le plateau de « Ce n’est pas tous les jours dimanche », l’émission dominicale de RTL-TVi, le bourgmestre, Thomas Courtois, avait reconnu des problèmes de voisinage. « Ils ne vivent pas comme nous, ils ont leurs habitudes et coutumes. » Le bourgmestre pointait essentiellement des problèmes de roulage et de déjections humaines retrouvées dans les sentiers extérieurs au camping. « On essaye de rouvrir les sentiers aux promeneurs. On ne peut pas laisser les gens déféquer ainsi et les ouvriers communaux ont autres choses à faire que de les ramasser », avait-il dénoncé.

    Pour faciliter la cohabitation entre les communautés, Wasseiges a … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 14/11/2017

    … / … La réunion d’information se tient à l’administration communale, à partir de 19h30.

    Source > M-Cl.G. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 14/11/2017 en .PDF > http://journal.sudinfo.be/journal.php

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/152592

  • WASSEIGES > SUJET DÉLICAT POUR LA PREMIÈRE ÉMISSION TV DE THOMAS COURTOIS

    « C’est pas tous les jours dimanche », l’émission dominicale diffusée sur RTL TVi accueillait le bourgmestre de Wasseiges Thomas Courtois pour discuter de la difficulté à accueillir les gens du voyage.

    Un sujet délicat pour la première émission télévisée du bourgmestre de Wasseiges.

    « Le sujet fait suite à la menace de M. Charpentier, président des gens du voyage, indiquant qu’ils bloqueraient Namur et d’autres communes avec 3.000 caravanes si on ne débloquait pas des terrains », explique le maïeur concerné par cette problématique puisque la commune accueille effectivement depuis une dizaine d’années ces nomades sur un terrain privé à Meeffe : la villégiature du marais. « RTL m’a contacté pour que je donne le ressenti sur l’accueil de ces groupements, parce que ça ne se passe pas toujours bien. Attention, il ne faut pas généraliser, il y en a qui ne causent pas le moindre de problème mais ce n’est pas le cas de tous. »

    La demande du président est simple : obtenir davantage de terrains équipés en eau, électricité, sanitaires et ramassage des immondices. Pourtant bien que tout ceci soit à disposition à Wasseiges, les choses ne se déroulent pas forcément dans le respect des lieux. « Le voisinage proche est confronté aux problèmes liés à leurs coutumes et habitudes. Ils ne vivent pas comme nous. À Wasseiges, on rencontre deux problèmes principaux : les problèmes de roulage parce que beaucoup ont des bolides et les problèmes de déjection humaine. » Concrètement, les hommes doivent cacher leurs besoins naturels à leur femme. «

    Du coup, ils défèquent un peu partout, même sur des terres privées ou à la plaine de jeux. Pourtant, ce n’est pas faute de sanitaires sur le camping, dans leur caravane etc. En plus … La suite pour les abonnés ç la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/125089

    Source > CYNTHIA CHAROT sur > http://huy-waremme.lameuse.be

  • HANNUT: TOUJOURS « NON » AUX GENS DU VOYAGE

    421292996_B974839251Z_1_20150220195136_000_GO6416BQ7_2-0.jpg

    Pour la 5 e  année consécutive, les autorités communales s’apprêtent à adopter une ordonnance de police interdisant aux gens du voyage de stationner sur le territoire de Hannut.

    La commune de Wasseiges est sur le point d’engager un agent pour l’accueil des gens du voyage au camping de Meeffe.

    A Hannut, la dynamique est inverse. Le Collège souhaite en effet faire passer une ordonnance de police qui interdit aux gens du voyage de s’arrêter à Hannut, durant l’année 2015.

    Si le point est bien adopté par le Conseil jeudi prochain, il s’agira de la cinquième interdiction de la sorte à Hannut. Le bourgmestre ff balaie toute stigmatisation, il avance une raison pratique : «  Nous n’avons tout simplement pas de terrain adapté pour accueillir les gens du voyage. J’estime que pour recevoir chez soi, il faut des conditions décentes d’accueil et ce n’est pas le cas. Il en va de notre responsabilité  », souligne Manu Douette (MR) qui pointe un durcissement de la réglementation en la matière. «  C’est comme pour les scouts, on ne peut plus s’installer au milieu de nulle part. Il faut qu’il y ait un équipement sanitaire, une alimentation en eau et en électricité.  »

    Source > Rédaction en ligne de AD sur > http://www.sudinfo.be/1218656

  • HANNUT > LES GENS DU VOYAGE NE POURRONT PAS CAMPER

    31737705.jpg

    Pour la 4e année consécutive, les autorités communales ont pris un arrêté de police interdisant aux gens du voyage de stationner sur le territoire de Hannut.

    Faute de terrain équipé, les nomades ne seront pas admis.

    Faute de terrain équipé, les nomades ne seront pas admis.

    La majorité MR-PS qui a soumis cette ordonnance au vote, jeudi soir, lors du conseil communal, estime qu’elle n’est toujours pas en mesure de pouvoir les accueillir décemment sur un terrain public ou privé.

    Le Collège a eu un contact avec Hamed Hakim, le médiateur wallon pour les gens du voyage. «  Les exigences d’accueil sont pratiquement celles d’un camping », a pu constater l’échevine des affaires sociales, Carine Renson (PS), au sortir de cette entrevue.

    Le cahier des charges prévoit, entre autres, une gestion des déchets, la mise en place de sanitaires, l’accès à l’eau et à l’électricité, un état des lieux avant et après occupation.

    Pour le bourgmestre Jamar, cela représente un investissement de l’ordre de 50 à 100.000 euros, «  pour un terrain qui finalement ne sera occupé que deux mois sur l’année. S’il faut investir, j’estime que c’est à la Région ou à l’Europe de le faire ».

    Source > http://www.sudinfo.be/713643 > Photo Aurélie Drion