gagne

  • FOOTBALL > 623 JOURS APRÈS, MERDORP GAGNE > (PROVINCIALE 4)

    MERDORP - P4A - Un succès acquis dimanche à Juprelle (1-5)

    Sa dernière victoire remontait au 1er mars 2015 à l’US Neuville (0-1).

    Merdorp aura dû attendre 623 jours avant de regoûter aux joies du succès du côté de Juprelle (1-5). Trois points que les gars de Victor Beaupain ont fêtés comme il se doit.

    Lanterne rouge de la série A depuis de nombreuses années, Merdorp est habitué à enchaîner les défaites. La saison dernière, les Hannutois étaient même parvenus à réaliser l’exploit de ne prendre aucun point sur l’ensemble de leur exercice. Le succès de ce dimanche à Juprelle (1-5) constitue donc une véritable surprise pour les joueurs de Victor Beaupain qui n’avaient plus gagné depuis plus d’un an et demi. « Après le match, certains supporters qui n’étaient pas à la rencontre nous ont téléphoné. Au vu du score, ils ont cru qu’on avait gagné par forfait. Finalement, heureusement que Juprelle a marqué un but sinon on ne nous aurait pas cru », rigole le coach hannutois qui, avec ses joueurs, a fêté dignement cette victoire. « On est tous revenus au club pour manger une pizza ensemble.

    Certains supporters nous ont même rejoints. » Après avoir décroché un point, il y a un mois, contre l’Union Hesbignonne (2-2), Merdorp continue donc sa marche vers l’avant. « On progresse de semaine en semaine. Les joueurs commencent à comprendre que le collectif fait la différence et qu’il faut se battre l’un pour l’autre. Ce succès à Juprelle est totalement mérité même s’il faut préciser que notre adversaire a été réduit à dix à l’heure de jeu. Mais une fois qu’on a fait le 1-3, je n’ai pas peur de dire qu’on s’est promené. »

    Ce qui ravit surtout Victor Beaupain, c’est que ses joueurs ont réussi à trouver le chemin des filets à cinq reprises alors qu’il n’avait marqué que 8 buts lors des 13 matches précédents. « Et ce sont trois buteurs différents. Ça va leur faire du bien pour leur confiance. » Désormais, Merdorp va tenter de confirmer et d’engranger son premier succès à la maison. « Il n’y a rien de plus dangereux qu’une bête blessée qui se relève. Ce dimanche, on reçoit Rosoux, qui est antépénultième.

    C’est l’occasion de gagner devant nos supporters. Mais on … La site sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 17/11/2016

    Source > OLIVIER JOIE Dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 17/11/2016

  • COMBIEN PEUT GAGNER UN ETUDIANT ? (BON A SAVOIR !)

    Job_etudiant_2015_shutterstock_195176249.jpg

    « En août, je travaillerai pendant un mois dans un job étudiant. Combien puis-je gagner en tant qu'étudiant ? »

    La réponse de SD Worx.

    En général, L'étudiant peut prétendre au salaire minimum en vigueur dans le secteur où il travaille, en tenant compte de la qualification professionnelle et l'âge.

    Pour déterminer le salaire de l’étudiant, il faut donc tout d’abord examiner quel est le salaire fixé par la CCT pour le secteur dans lequel travaille l’étudiant ou par les barèmes de l’entreprise. Certains secteurs ou barèmes d'entreprise prévoient un salaire minimum spécifique pour les étudiants ou les jeunes. D'autres secteurs prévoient un pourcentage de dégressivité qui doit être appliqué au salaire barémique du secteur.

    Si ceux-ci ne sont pas déterminés, mais que le secteur prévoit un salaire minimum mensuel garanti pour les plus de 21 ans (SMMG), ce SMMG doit être appliqué pour les plus de 21 ans. Pour ceux qui ont moins de 21 ans, les pourcentages suivants sont appliqués au SMMG (voir l’aperçu plus bas).

    Ces pourcentages ne doivent être appliqués que pour les étudiants qui travaillent au minimum un mois. Pour ceux qui travaillent moins d’un mois, rien n’est prévu.

    S’il n’y a pas de règlement des salaires spécifique pour le secteur, l’étudiant a droit à un pourcentage du salaire minimum garanti national s’il est engagé pour au moins un mois (montant en euros depuis le 1er janvier 2014).

     

    Âge 

    %

      Salaire mensuel 

    21 ans

    100%

    1 501,82 €

    20 ans

    94%

    1 411,71 €

    19 ans

    88%

    1 321,60 €

    18 ans

    82%

    1 231,49 €

    17 ans

    76%

    1 141,38 €

    16 ans

    70%

    1 051,27 €

     En collaboration avec SD Worx

    Source > Texte: SD Worx sur > http://www.references.be

    cct / horaire / job d'étudiant / salaire / jeunes /allocations familiales / belgique / Salaires / Job étudiant

     

  • VOICI COMBIEN GAGNE, EN MOYENNE, UN ÉTUDIANT JOBISTE CET ÉTÉ EN BELGIQUE

    photonews_10485454-018.jpg

    Quelque 469.000 étudiants ont presté 10,3 millions de journées de travail en 2014, soit une nouvelle augmentation par rapport à 2013 qui constituait déjà une année record, indiquent les statistiques de l’Office national de sécurité sociale (ONSS) et de l’Office des régimes particuliers de la sécurité sociale (ORPSS). L’augmentation concerne autant le nombre de jobistes (+2,8%) que la quantité de journées de travail déclarées (+5%). Il s’agit de la cinquième année consécutive de hausse pour le nombre de jours prestés par les jobistes.

    Les étudiants travaillent d’abord via le secteur de l’intérim (33%). Le commerce (20%) et l’horeca (14%) constituent leurs autres points de chute favoris. L’été représente naturellement la saison pendant laquelle le travail des étudiants est le plus populaire. Pas moins de 59% des jours prestés le sont pendant le troisième trimestre (juillet-septembre).

    L’ONSS constate également que le travail des étudiants lors des trois autres trimestres a augmenté de 3,4% en 2014.

    Le salaire moyen d’un jobiste atteint 1.616 euros. Au total les rémunérations étudiantes déclarées à l’ONSS s’élèvent à 759 millions d’euros. Ils peuvent travailler jusqu’à 50 jours par an avec une réduction des cotisations sociales (2,71%).

     «Quelque 5% des étudiants ont épuisé leur contingent de 50 jours», précise l’ONSS. En moyenne, un étudiant travaille 22 jours par an.    

    Source > (Belga) sur > http://www.jobsregions.be

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    job / étudiant / Belgique / ONSS / intérim / commerce / horeca.

  • 5 RAISONS DE DEMANDER A VOS COLLEGUES COMBIEN ILS GAGNENT

    Collegues_2015_shutterstock_246237547.jpg

    Pour faire une belle carrière, il est primordial d’être conscient de ce que vous valez. Et cela passe notamment par… votre salaire.

    Gagnez-vous assez ? Votre fiche de paie reflète-t-elle votre valeur et vos compétences ?

    Pour le savoir, demandez à vos collègues combien ils gagnent.

    C’est une question délicate bien sûr, mais elle se révélera bénéfique pour votre carrière.

    Voici 5 raison de transgresser le tabou salarial.

    1. Parce que savoir, c’est maîtriser

    Connaître les salaires des personnes qui vous entourent au travail permet évidemment de se retrouver dans une meilleure position pour négocier le nôtre. Vous êtes capable d’évaluer plus précisément votre valeur sur le marché du travail, de vous positionner au sein de votre équipe, d’avoir une idée de votre valeur aux yeux de votre supérieur...

    Ces informations seront précieuses la prochaine fois que vous négocierez une augmentation.

    2. Parce que cela peut booster votre carrière

    En général, on ne discute pas ouvertement de salaire avec ses collègues car c’est un sujet sensible qui peut fâcher ou susciter de la jalousie. Pourtant, ces émotions peuvent être une bonne chose. Si vous apprenez que vous gagnez bien moins que vos collègues, vous avez alors toutes les cartes en main pour demander une augmentation ou chercher un autre emploi… Et la motivation en plus.

    Si votre entreprise ne vous apprécie pas à votre juste valeur, et ne vous rémunère donc pas à hauteur de vos compétences, elle mérite que vous la quittiez, non ?

    3. Parce que cela révèle les discriminations

    Pourquoi Stéphanie ne gagne-t-elle pas autant que Jules, alors qu’ils occupent la même fonction et que Stéphanie est reconnue pour son travail rigoureux ? Les discriminations salariales sur base du sexe ou de l’origine existent toujours en Belgique. On estime d’ailleurs que l’écart salarial est de 8% en Belgique. Une discussion à bâton rompu avec ses collègues autour du salaire peut ici mener la personne discriminée à une prise de conscience : il existe des lois anti-discriminations qui punissent ce genre d’agissements.

    4. Parce que c’est nécessaire lors de la négociation du salaire à l’embauche

    Comment faire si vous n’êtes pas encore engagé et que vous n’avez par conséquent pas encore de collègues ? Il vous faut être au courant des salaires d'application dans votre fonction/secteur lorsque vous négocierez votre propre salaire à l'embauche. Pour estimer vos prétentions salariales, des outils existent comme notre Compas des Salaires. Comment bien négocier son salaire à l’embauche ?

    5. Parce que le tabou s’essouffle

    La transparence est une valeur de plus en plus appréciée dans les entreprises. Certaines boîtes divulguent d’ailleurs publiquement les salaires de tous : parmi elles SumAll, une entreprise new-yorkaise qui a affiché les salaires de tous ses employés et donne des explications sur les éventuelles différences de salaire à qui en demande.

    Après tout, le salaire fait partie intégrante de votre travail. C’en est même la base : vous ne travailleriez pas gratuitement. Pourquoi rechigne-t-on alors tellement à aborder ce sujet entre collègues ?

    Avec l’arrivée sur le marché du travail de lagénération Y, cette tendance au tabou du salaire tend à disparaître. Les jeunes travailleurs ont moins de problème à discuter de leur fiche de paie entre eux, et réclament plus de transparence dans l’entreprise en général. Une bonne idée, non ?  

    Source: journaldunet.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    argent / transparence / collègues / différence salariale / salaires / secret / Salaires / Travailler & vivre

  • COMMENT SAVOIR COMBIEN GAGNENT VOS COLLEGUES ?

    Enquete_2015_shutterstock_172926896.jpg

    La question du salaire reste très délicate à aborder entre collègues.

    Dévoiler son salaire peut susciter la jalousie, l'incrédulité, la condescendance.

    Pourtant, savoir combien gagnent vos collaborateurs peut vous apporter beaucoup. Comment connaître le salaire de vos collègues ?

    Est-ce un héritage de notre culture judéo-chrétienne ? Toujours est-il que contrairement aux États-Unis, dévoiler son salaire en Belgique n’est pas toujours bien reçu. Le salaire de vos collègues est donc un tabou, qui vous permettrait pourtant de pouvoir évaluer votre valeur sur le marché du travail, de vous positionner au sein de votre équipe, d’avoir une idée de votre valeur aux yeux de votre supérieur...

    Pour vous aider, Références organise tous les deux ans depuis 1998 une Grande Enquête des Salaires anonyme.

    Voici également quelques conseils pour arriver à savoir combien gagnent vos collègues.

    • Menez l’enquête sur les salaires de votre secteur

    Avant de poser directement la question à vos collègues, renseignez-vous sur les salaires qui sont d’application dans votre secteur. Utilisez les outils dont vous disposez: barèmes, conventions collectives de travail, articles références... Pour savoir si vous gagnez assez, faites le test du Compas des salaires Références.

    Vous disposerez ainsi déjà de quelques informations à partager, qui inciteront les autres à parler de leur propre situation.

    • Sachez saisir les bonnes occasions

    Certains moments sont plus propices aux confidences que d’autres. Les entretiens d’évaluation de fin d’année, par exemple. Comme tout le monde cherche à négocier une augmentation, votre demande passera mieux.

    Les réorganisations d’entreprises ou du système hiérarchique sont aussi des moments à saisir pour poser des questions d’argent. Si un collègue part à la retraite ou démissionne, il sera aussi plus enclin à partager ce genre d’informations.

    • Avec les jeunes et les commerciaux, jouez franc jeu

    Avec certaines personnes, mettre des gants est inutile. Peut-être sont-ils d’ailleurs dans la même démarche que vous? Les commerciaux sont en général plus à l’aise avec le sujet, car le salaire fixe est connu de tous et le système d’allocations des primes est public. Même son de cloche chez les jeunes diplômés, qui déjà n’ont pas beaucoup de différence de salaire car peu d’expérience ou d'expertise spécifique. Le sujet tend de plus à devenir moins tabou dans les jeunes générations.

    • Inspirez la confiance

    Faites preuve d’un peu de psychologie : évitez toujours d’aborder le sujet en public ou de manière trop directe. Choisissez un moment un peu plus informel que les heures de bureau (déjeuner, team-building, séminaire) et allez-y pas à pas. Commencez par aborder d’autres sujets que le salaire (loisirs, famille) pour le mettre en confiance.

    Pour le poussez à la confidence, laissez-lui entendre que vous disposez de beaucoup d'éléments d'informations. Si vous le sentez en confiance mais un peu hésitant, dévoilez votre propre salaire pour l'inciter à vous imiter. Il rechignera sans doute à dévoiler une information précieuse sans rien obtenir en retour.

    Source : Management > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • LES SALAIRES DE M. ET MME TOUT-LE-MONDE

    Ce sont nos voisins, nos connaissances, les membres de nos familles, nos amis... images.jpg

    Ils exercent toutes sortes de métiers. Mais quels sont leurs salaires et leurs divers avantages? Voici la réponse sur Réferences.be.

     

    En Belgique, parler salaire est souvent source de débat animé, voire carrément tabou. Alors que dans d'autres cultures, ce n'est absolument pas un souci. Références.be s'est intéressé aux salaires des Belges que nous côtoyons tous les jours...


    LE BAROMETRE DES SALAIRES SUR > http://www.references.be/carriere/salaires/barom%C3%A8tre-salaires

     

    Source > http://www.references.be/carriere/