frituristes

  • Imprimer

    SEMAINE DE LA FRITE, DU 3 AU 9/12 > UN ÉCUSSON POUR LES « VRAIS » > NOS FRITURISTES LE RECEVRONT L’ANNÉE PROCHAINE

    Nos frituristes le recevront l’année prochaine

    Du 3 au 9 décembre, votre journal participe à la Semaine de la Frite en Wallonie. Vous pourrez en manger une petite portion gratuitement dans l’une des 140 friteries participant à l’action. L’an prochain, les « vraies » friteries seront mises à l’honneur, annonce le président de l’Unafri.  

    Pour lancer la Semaine de la Frite wallonne qui commencera le lundi 3 et se terminera le dimanche 9 décembre, l’Agence wallonne pour la promotion d’une Agriculture de Qualité avait invité des personnalités de marque, hier à Wavre. L’Apaq-W s’est associée avec l’Union Nationale des Frituristes (Unafri) et la Fédération HoRecCa Wallonie. Tous ont pu découvrir le clip du groupe musical formé pour cette occasion : « Passion Patate ». Avec à sa tête Marka qui a fait chanter son épouse, Laurence Bibot, Sarah Grosjean, Kody, Freddy Tougaux, l’écrivain Gilles Dal, Stefan Liberski et Fred Jannin. La plupart des artistes étaient présents dans la friterie d’Emmanuel Guilbert, « Ma Belge frite ».

    Pendant cette semaine dédiée à l’une de nos fiertés nationales, nous vous offrons la possibilité de commander une « petite frite » gratuite, sans la sauce, dans l’une des 140 friteries participant à l’action en Wallonie.

    Pour ce faire, il suffit de découper le bon dans votre journal (le 3, le 5 ou le 8/12). Une condition : votre addition doit atteindre 5 €. Il vous permet aussi de recevoir un abonnement numérique gratuit de 2 mois à notre journal. Selon Bernard Lefèvre, le président de l’Unafri, la Belgique compterait environ 4.500 friteries. « Dont 2.663 en Flandre. Pour Bruxelles et la Wallonie, c’est plus difficile de connaître le chiffre exact. Il devrait en avoir 300 à Bruxelles et donc environ 1.500 en Wallonie ».

    Il y aura du neuf l’année prochaine pour les frituristes. « Nous travaillons sur l’idée d’une agréation des frituristes. Elle se fera sur l’honneur et sur base de certains éléments objectifs. Je ne parle pas du goût, de la forme et de l’aspect de la frite car, pour juger cela, il y a 11 millions d’inspecteurs ». Bernard Lefèvre parle ici de décerner un écusson officiel aux « vraies friteries ». « C’est-à-dire les endroits où le plat principal proposé est la frite. C’est ce qui fait le caractère unique des frites belges et il faut le préserver ».

    Tout cela est fait dans l’optique d’avoir une reconnaissance officielle de l’Unesco, espère Philippe Mattart, le directeur général de l’Apaq-W qui s’étrangle un peu quand il pense à ces Anglais qui ont traduit le mot « frites » par « French fries ». Il rappelle surtout que le marché de la pomme de terre en Wallonie représente 45 mille hectares sur les 730 mille du secteur agricole pour une production de 2 à 2,5 millions de tonnes. Et une valeur de production estimée à 200 millions €.

    Source > Pierre Nizet sur votre journal LA MEUSE du vendredi 30/11/2018