fraiseur

  • INFO BOULOT > LE TOURNEUR-FRAISEUR EST TRÈS DEMANDÉ

    METIER.jpgLes métiers de l’usinage manquent cruellement de candidats expérimentés: qu’on se le dise! Les tourneurs-fraiseurs qui répondent aux exigences des employeurs sont rares sur le marché de l’emploi. Ils font partie des “ techniciens en système d’usinage”.

    “Usiner, c’est travailler du métal par enlèvement de matière ”, explique Brice Vandendoren, responsable de la fabrication pour la Société MP Colinet, au Roeulx. “Pour simplifier, imaginez que vous devez créer un gobelet en métal à partir d’un bloc. Vous allez devoir le travailler pour qu’il prenne forme. ” C’est là qu’interviennent le tourneur et le fraiseur. “Le tourneur travaille sur une pièce en rotation autour d’un axe, alors que, pour le fraiseur, l’outil bouge mais la pièce est fixe. ”

    PIÈCES D’AUTO OU D’AVION...

    Ces métiers sont regroupés avec d’autres, au Forem, sous le nom de “technicien en systèmes d’usinage”. “Ils réalisent des pièces de précision de façon autonome, sur base de spécifications techniques, explique Samuel Martin du Forem. Celles-ci peuvent être de quelques millimètres ou de plusieurs mètres et serviront à réaliser des ensembles mécaniques pour tous les secteurs d’activités: les moteurs pour l’automobile, les trains d’atterrissage pour l’aéronautique, etc. ”

    D’après le Forem, bon nombre de places vacantes ne peuvent être satisfaites dans des délais raisonnables par des candidats qui répondent aux profils. “Les critères de sélection des employeurs comme le niveau d’étude, l’expérience ou la polyvalence, réduisent fortement la réserve de main d’œuvre, qui est surtout constituée de candidats âgés  et peu qualifiés. ” MP Colinet confirme que trouver des candidats qui correspondent au profil recherché n’est pas simple: “Les métiers techniques n’attirent plus vraiment, regrette Brice Vandendoren. Et de nombreuses écoles ne permettent pas aux jeunes de travailler sur les machines en raison de leur dangerosité. Parmi les stagiaires qui passent chez nous, certains manquent de motivation mais nous repérons les bons éléments! Je vais d’ailleurs aller en rencontrer deux qui terminent leurs études à l’Institut Saint Luc de Mons et essayer de les engager. Nous estimons qu’ils y reçoivent une bonne formation! ”

    Les horaires dépendent de l’entreprise. “Si c’est une PME comme la nôtre, il pourra faire du 8-16h mais dans de plus grandes boites qui créent des pièces à plusieurs centaines ou milliers d’exemplaires, ils travaillent à pauses “jour et nuit ” sur des machines. ”Un métier que Brice Vandendooren trouve diversifié et riche en apprentissages. “Il est clair que ce n’est pas un job où l’on peut discuter avec son collègue, car l’environnement est bruyant et ces techniciens doivent être concentrés sur leur travail. Rigueur et minutie sont des qualités obligatoires. Mais si un jeune se montre vraiment motivé, nous pouvons l’engager, même s’il manque d’expérience. ”

    Source > CHARLOTTE DECALLONNE > http://www.jobsregions.be  > Publié le 22/06/2012