forem

  • Imprimer

    WALLONIE > UNE CAMPAGNE DU FOREM SPÉCIALE JEUNES

    Chaque année, près de 30.000 jeunes demandeurs d’emploi s’inscrivent au Forem.

    Afin de les informer sur les services proposés, le Forem lance une nouvelle campagne de communication à leur intention.

    La campagne est planifiée du 27 août au 21 septembre 2018. Quatre thématiques sont réparties sur 4 semaines : trouver un emploi, se faire repérer par un employeur, se former en langues et s’orienter vers un métier en pénurie, c’est-à-dire là où ils ont le plus de chances de décrocher un job.

    Le niveau de qualification reste essentiel. Souvent peu expérimentés lorsqu’ils arrivent sur le marché de l’emploi, le principal atout des jeunes reste leur diplôme puisque le taux de chômage diminue dès que le niveau de qualification augmente. Avec une exception : les filières de type techniques, professionnelles ou encore l’apprentissage constituent toujours un atout certain pour décrocher un emploi rapidement. À 6 mois, les meilleurs taux d’insertion sont obtenus par le bac (80 %) et l’apprentissage (70 %).

    Métiers en demande

    Les diplômés de niveau master mettent un peu plus de temps pour s’insérer sur le marché du travail mais leur taux d’insertion est ensuite supérieur aux autres niveaux d’étude.

    Ce sont les métiers en demande qui connaissent logiquement l’insertion la plus importante : cuisinier, infirmier, électricien, électromécanicien, boulanger, menuisier, ingénieur. Côté secteurs, l’Horeca, l’industrie, le secteur pharmaceutique, l’enseignement et l’administration sont les champions de l’insertion.

    Détails sur > https://jeunes.leforem.be/offres-emploi

    Source > Votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 28/0/2018

    Illustration > Copie écran Forem

  • Imprimer

    PUBLICATION DU FOREM > EMPLOI > 47 MÉTIERS MANQUENT DE BRAS EN WALLONIE

    Au total, 80 métiers sont qualifiés de «critiques»

    En Wallonie, ce sont 47 métiers qui sont considérés en pénurie par le Forem. L’étude mise en ligne par l’office wallon de l’emploi est utile à plus d’un titre : pour les jeunes, leurs parents, mais aussi les décideurs. 

    FOREM_0.jpgLe Forem vient tout juste de publier sa traditionnelle étude sur les métiers et fonctions en pénurie.

    Une publication qui réserve quelques surprises. Par exemple, le métier le plus « en pénurie », c’est-à-dire où la demande de travailleurs est la moins rencontrée par rapport au nombre d’employés disponibles, est maître d’hôtel.

    Dans sa publication, le Forem précise la nuance entre métier « en pénurie » et fonctions critiques. Dans ces dernières, on trouve des professions où le nombre de candidats est suffisant par rapport à la demande, mais où la qualification, l’expérience sont jugés insuffisants. Ou, comme le dit le Forem, « lorsque les offres d’emploi sont moins facilement satisfaites ou que cela prend plus de temps pour l’employeur ». La difficulté de recrutement peut aussi être liée à des problèmes de mobilité ou de connaissance des langues.

    Un peu de tout

    Dans sa dernière livraison, le Forem identifie 80 métiers critiques, parmi lesquels 47 sont en pénurie. À noter que parmi ces professions, on ne trouvera pas celles liées à l’enseignement, qui font l’objet d’études séparées. On sait toutefois qu’il manque de professeurs dans une série de disciplines, comme le français, les maths, les sciences, les langues, l’éducation physique.

    Mais revenons aux 46 métiers en pénurie. Sans les … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 02/10/2017

    Orientation

    L’intérêt de ce genre de listes de métiers est divers. Il est intéressant pour les jeunes et leurs parents ne sachant pas encore trop bien vers quoi s’orienter. Pour certaines professions, la question du type d’étude peut aussi se … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 02/10/2017

    Source > B.J. sur > votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 02/10/2017

  • Imprimer

    50 000 JOBS CHERCHENT DES BRAS EN WALLONIE: VOICI LES 80 MÉTIERS CRITIQUES ET EN PÉNURIE

    Chaque année, depuis la 6e réforme de l'Etat, le Forem dresse et adapte la liste des métiers pour lesquels on ne trouve pas assez de main d'oeuvre, et celle des études qui préparent à une profession où l'on manque de bras. On appelle cela les métiers "en pénurie" ou "critiques".

    Nous nous sommes procuré la nouvelle liste.

    Intéressant, par les temps qui courent, puisque parmi les exigences du MR pour monter dans un gouvernement régional, il y a la volonté de lier la formation des chômeurs de façon directe à ces métiers en pénurie. Intéressant également, parce que nous sommes en fin d'année scolaire, et que de nombreux jeunes doivent choisir leur future orientation.

    Pénurie? C'est quoi ?

    Pour qu'un métier soit déclaré "en pénurie", il faut que le nombre de demandeurs d'emploi dans la réserve de main d'oeuvre en Wallonie soit insuffisant pour ce métier. Si le nombre de  demandeurs d'emploi est suffisant, mais qu'ils n'ont pas  l'expérience, le diplôme, ou le brevet souhaités par l'entreprise, on parle de "métier critique". Il y a donc plus de métiers "critiques" que de métiers "en pénurie", qui sont un sous-ensemble. 

    80 métiers critiques dont 47 en pénurie

    La liste des fonctions critiques et en pénurie en Wallonie comporte 80 métiers.  47 métiers sont identifiés en vraie pénurie.  23 métiers en pénurie ont été ajoutés par les experts et 12, retirés. 34 nouveaux métiers critiques ont été ajoutés et 13, retirés. 

    Tous ces métiers ou fonctions critiques représentent 50.603 postes en Wallonie, soit 39% des postes connus du Forem en 2016. Le nombre de postes insatisfaits, qui ne trouvent pas de candidats, est estimé à 5100 postes.

    >>> A lire aussi : Près de la moitié de l'emploi wallon menacé par la robotisation

    Liste des métiers en pénurie en 2017 en Wallonie > https://www.rtbf.be/info/

    Liste des métiers critiques (non en pénurie) en 2017 en Wallonie > https://www.rtbf.be/info/

    Liste des études pour préparer à un métier qui connaît une pénurie de main-d'œuvre > https://www.rtbf.be/info/

    • Dans l'enseignement secondaire supérieur technique ou professionnel
    • Si vous faites des études supérieures orientées vers le professionnel (bachelier),
    • Si vous faites des études supérieures en deux cycles (un bachelier et un master),

    Le site source > https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_50-000-jobs

    Source > Johanne Montay et Rudy Hermans > Publié le mercredi 28 juin 2017 à 12h33 sur > https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_50-000-jobs

  • Imprimer

    VOICI CE QUI CHANGE AU FOREM EN 2016

    Voici un message du Forem qui pourrait peut-être vous intéresser...

    Vous en avez certainement entendu parler : depuis le 1er janvier, certaines compétences ont été transférées du Fédéral vers les Régions.

    Petit tour d’horizon des matières récupérées par le Forem dans le cadre de cette 6ème réforme de l’Etat …

    Le Contrôle : c’est désormais le Forem qui suit le parcours du demandeur d’emploi de A à Z. Si vous êtes bénéficiaire d'allocations d'insertion ou de chômage ou en stage d'insertion, vos efforts de recherche d’emploi seront désormais contrôlés au sein de nos services.

    ActivaStart et Activa Start : ces deux aides à l’embauche sont destinées l’une aux demandeurs d’emploi de longue durée, l’autre aux jeunes peu qualifiés. Dorénavant, c’est auprès du Forem et non de l’Onem que vous devrez demander votre carte de travail. Les conditions d’accès, elles, ne changent pas.

    Les dispenses de disponibilité sur le marché de l’emploi pour suivre une formation : si vous souhaitez vous former alors que vous bénéficiez d’allocations de chômage ou d’insertion, vous pouvez dans certains cas, obtenir une dispense pour ne plus devoir rechercher activement un emploi ni être inscrit comme demandeur d’emploi pendant la durée de votre formation. Les demandes sont désormais à introduire auprès du Forem.

    Titres-services : rien ne change pour les utilisateurs sauf le numéro de compte à utiliser lors de la commande de vos titres.

    Les aides en cas de licenciement : les chèques outplacement qui vous permettent de bénéficier d'un outplacement (ensemble de services et de conseils qui ont pour but de vous permettre de retrouver un travail) si votre ex-employeur ne vous en propose pas et les cartes restructuration, aide à l'emploi permettant à un employeur de bénéficier de réductions de cotisations sociales lorsqu'il engage une personne licenciée suite à une restructuration, faillite, fermeture ou liquidation, sont désormais délivrés par nos services.

    D’autres aides à l’embauche, les Agences locales pour l’Emploi (ALE), ou encore le remboursement des frais d’outplacement … viennent compléter ce lot de matières transférées du Fédéral aux Régions.

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) : Forem / changement/ 6e réforme de l'Etat

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    LIEGE: POUR TROUVER UN JOB, NE TRAVAILLEZ SURTOUT PAS!

    713839583_B974091284Z_1_20141120123018_000_G4H3GFDSD_1-0.jpg

    Cette offre d’emploi publiée par le Forem pourrait prêter à sourire si elle ne mettait pas aussi clairement en évidence les pièges à l’emploi.

    Pour obtenir ce poste de manutentionnaire à Wandre, le candidat doit ainsi impérativement ne pas avoir dépassé le secondaire inférieur. Cela peut paraître surprenant, voire incroyable. Pourtant, c’est bien légal via une aide SINE du Forem pour les entreprises à finalité sociale. Ce qui est le cas ici.

    Et « ne pas avoir Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/1151173

  • Imprimer

    EMPLOI > FORMATION WALLONIE: ORES, PROMOTEUR DE TALENTS

    ORES_0.jpg

    Le gestionnaire des réseaux de gaz et électricité dispose d’un catalogue de 300 formations.

    Attirer, retenir et développer des compétences, un défi important que les entreprises doivent relever si elles veulent assurer leur pérennité. C’est notamment le cas dans des domaines liés à la technologie où la main d’oeuvre fait souvent défaut, mais aussi où une formation continue est indispensable en raison de l’évolution constante et rapide de la technicité.

    ORES, principal gestionnaire des réseaux de distribution d’électricité et de gaz naturel en Wallonie, l’a bien compris. Avec ses deux centres de formations (l’un à Marche-en-Famenne pour l’électricité, l’autre à Strépy-Bracquegnies pour l’électricité et le gaz), l’entreprise assure la formation de son personnel et celui de ses sous-traitants ; c’est tout particulièrement le cas pour le gaz naturel pour lequel il n’existe aucune école en Belgique. « Outre les aspects techniques, des formateurs externes interviennent pour renforcer les soft skills , c’est-à-dire les compétences autres qu’opérationnelles : management, communication, gestion du temps, assertivité, coaching, etc. », explique Eric Bossart, Responsable du service RH-Talent chez ORES. « ORES dispose d’ailleurs d’un catalogue de plus de 300 formations auquel ses 2.300 collaborateurs peuvent se référer pour leur développement. » Ainsi, au total et par an, ce sont près de 90.000 heures de formation qui sont assurées, ce qui représente en moyenne une semaine par membre du personnel et 6% de la masse salariale.

    « Les défis pour les années à venir sont nombreux : évolution de la technologie avec les réseaux et le comptage intelligents (ndlr  : aussi appelés smart grids et smart metering), renforcement des aptitudes managériales, développement des compétences en lien avec les valeurs de l’entreprise, etc. »

     AVEC LE FOREM ET L'IFAPME

    Et ce n’est pas tout : ORES se positionne également comme entreprise responsable et acteur du développement socio-économique de la Wallonie. Cela passe notamment par une meilleure adéquation entre offre et demande de compétences grâce à la formation en alternance (partie théorique dans un centre de formation, partie pratique en entreprise). «Par exemple, avec des opérateurs de formations tels Le FOREM et l’IFAPME, ORES organise des formations alternées pour demandeurs d’emploi qui permettent à des jeunes de 18 à 25 ans d’acquérir des compétences techniques, afin de répondre aux demandes spécifiques des entreprises, principalement dans des métiers en pénurie tels les électriciens », précise Eric Bossart. « Pour des personnes motivées et disposant d’une bonne capacité d’apprentissage, ces formations mènent directement à l’emploi,  chez ORES ou auprès d’autres employeurs. »

     Plusieurs expériences ont déjà porté leurs fruits, par exemple à Mons où sur 22 personnes formées, 16 ont été (re)mises à  l’emploi; d’autres se dérouleront prochainement dans le Namurois et le Hainaut.

    « NOUS FORMONS NOS TECHNICIENS »

    Les électriciens d’ORES suivent un trajet de formation pour travailler efficacement et en toute sécurité sur les réseaux d’énergie. Le parcours d’environ 6 semaines comporte des cours théoriques et de nombreux exercices pratiques : montée au poteau, raccordement d’un compteur, actes techniques d’exploitation, mise en sécurité du réseau, etc.

    Par la suite, un accompagnement est assuré sur le terrain par un technicien expérimenté, amenant progressivement la nouvelle recrue à réaliser son métier de manière autonome. « Une fois l’environnement de travail connu, c’est le retour en centre pour 5 mois de formation intense », poursuit Eric Bossart. « Les aspects techniques, mais aussi méthodologiques et liés à la sécurité, sont approfondis, dans un objectif de renforcement du professionnalisme, une des 5 valeurs d’ORES. Et tout cela, dans la convivialité, une autre valeur de l’entreprise, ce qui fait dire aux participants : « lorsque l’on va à la brigade formation, on pleure deux fois : une première en y arrivant, et une seconde en la quittant ! »

    Source > C.LO. sur > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    FORMATIONS GRATUITES POUR DEMANDEURS D'EMPLOI À FLÉMALLE

    imagesDPOBJ4DD.jpg

    Envie d'entreprendre une formation dès le mois de septembre?

    Alors le programme de Perspectives est fait pour vous!

    Inscrivez-vous dès aujourd’hui!

    A.R.E.

    Coaching et conseils pour une recherche intensive d'emploi; CV, lettre de motivation, préparation aux entretiens d'embauche, etc. (durée: 1 mois)

    MEDIAS NUMERIQUES > http://fr.wikipedia.org

    Démarrer dans l'infographie et l'audiovisuel, apprendre à utiliser la suite Adobe creative, webdesign et 3D (durée: 9 mois)

    RADIO

    Pour acquérir les compétences indispensables à l'animation et la technique radiophonique (durée: 9 mois)

    PMTIC > http://www.pmtic.net/portail_modules/

    Initiation à l'informatique, bureautique et Internet (durée: 3 semaines)

    Perspectives propose aussi des modules d'orientation (Bilan et projets) et une formation en régie son et lumière. Infos & inscriptions: Perspectives asbl: 04/231.33.37 - www.performat.be

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    AVENIR MÉTIERS LIÉS À LA TECHNOLOGIE. ORES et le FOREM associés

    ores-forem.jpg

    Le gestionnaire de réseaux gaz/électricité veut réconcilier l’offre et la demande de compétences.

    Au lendemain de l’opération Talentum Hainaut menée par le groupe Rossel, Bel RTL et Trace au Lotto Mons Expo avec une cinquantaine d’employeurs, la démarche d’ORES et du FOREM résonne comme un rappel : les entreprises engagent encore, en particulier dans les métiers liés à la technologie.

    C’est désormais une évidence : les compétences souhaitées par les employeurs ne correspondent pas nécessairement à celles présentes sur le marché de l’emploi. Recruter dans des métiers liés à la construction, la biotechnologie ou la logistique relève du parcours du combattant… alors que la région montoise affiche un taux de chômage de 21,4% (contre 11,1% au niveau national et 16,3% en Wallonie). De quoi interpeller …

    Le remède ? Développer des initiatives qui permettent aux demandeurs d’emploi d’acquérir les compétences recherchées, en les concrétisant à travers des actions menées en partenariat.

    ORES, le principal gestionnaire de réseaux de distribution d’électricité et de gaz naturel en Wallonie, et le FOREM l’ont très bien compris. Ensemble, ils sélectionnent des demandeurs d’emploi sur base de leurs motivations, les forment et les accompagnent vers l’emploi.

    Une première expérience a eu lieu en 2012. « Sur 11 personnes formées en électricité, 7 ont retrouvé un emploi durable », précise Nathalie Detremmerie, responsable du centre de formation FOREM de Mons. Expérience renouvelée en 2013, où ce sont à nouveau 9 autres personnes qui ont été remises à l’emploi, chez ORES, ses sous-traitants ou d’autres entreprises de la région.

    « C’est une solution win-win », expliquent en choeur Nathalie Detremmerie du FOREM et Eric Bossart, responsable du service RH-Talent chez ORES. « Cela représente un réel retour sur investissement tant pour l’entreprise que pour l’opérateur de formation, tout en contribuant à l’amélioration du contexte socio-économique de la région, par la (re)mise à l’emploi de personnes jusqu’alors en situation de précarité ».

    Et ce n’est pas tout : ainsi, à l’approche de « Mons 2015 - Capitale européenne de la Culture », les deux partenaires comptent constituer un nouveau groupe de demandeurs d’emploi dans une optique de formation à des métiers qualifiants en tension sur le marché. Parallèlement, ils veilleront à sensibiliser ce groupe aux manifestations culturelles qui seront organisées pour l’occasion, « question de développer l’ouverture d’esprit, une compétence également recherchée par les employeurs », précise Eric Bossart d’ORES.

    Un autre projet est aussi en réflexion entre ORES et le centre FOREM d’Houdeng-Goegnies tout proche, dans le cadre de métiers liés à la logistique.

    Par ailleurs, ORES s’intéresse vivement au système d’ e-learning (formation à distance) développé par un organisme proche du FOREM dans la région. Il s’agit de TechnocITé, le centre de compétences en matière de technologies informatiques. Ce système retient toute l’attention du gestionnaire de réseaux, particulièrement en vue de former des dessinateurs DAO (dessin assisté par ordinateur) qui manquent aussi sur le marché. Bref, les idées ne manquent pas !

    Et Eric Bossart de conclure : « Peut-être s’agit-il de gouttes d’eau dans la mer, mais nous sommes persuadés que grâce à une plus grande proximité entre les entreprises et les opérateurs d’enseignement et de formation, nous pouvons contribuer à une meilleure adéquation entre offre et demande de compétences, de manière à ce que ces gouttes d’eau alimentent les petits ruisseaux qui feront les grandes rivières ».

    UNE CHARTE COMMUNE DEPUIS 2012

    Depuis la signature d’une charte commune en octobre 2012 à Namur, ORES et le Forem proposent différentes activités, particulièrement auprès des jeunes, pour les sensibiliser à l’importance des formations et des métiers techniques qui souffrent toujours aujourd’hui d’un cruel déficit d’image. Un exemple de cette collaboration est la participation commune, aux côtés de Skills-belgium, au championnat d’Europe des métiers manuels, techniques et technologiques qui s’était tenu à Spa-Francorchamps il y a 18 mois. Un jeune technicien employé par ORES et formé en collaboration avec le Forem, y avait  remporté une médaille d’or dans la catégorie « Installations électriques ».