fonctionnaire

  • INFO BOULOT > COMMENT DEVIENT-ON FONCTIONNAIRE ?

    shutt.jpg

    Travailler dans la fonction publique, ça vous tente?

    Si les clichés ont la vie dure et que certains considèrent encore les fonctionnaires comme des fainéants, il n’en reste pas moins qu’en cette période de crise, la sécurité de l’emploi offerte par le secteur suscite bien des convoitises. Les fonctions sont de plus très variées et intéressantes selon Hans D'Hondt (SPF Finances) et vous pouvez faire carrière à long terme.

    D’après notre sondage "Voudriez-vous devenir fonctionnaire?", vous êtes 55% à rêver d’intégrer la fonction publique, qui offre en effet de nombreux avantages (remboursement des trajets, assurance hospitalisation, repas très bon marché, horaires flexibles, 26 jours de congés minimum, formations offertes...) Mais comment faire pour travailler dans l'administration?

    Le système d’organisation du secteur publichannut,blog,comment,devenir,fonctionnaire

    Vous pouvez travailler dans plusieurs organismes de l’Etat.

    - L’administration fédérale (tous les SPF)
    - Les administrations communautaires et régionale
    - Les administrations provinciales et communales (maisons communales, CPAS…)
    - Les corps spéciaux (armée, Cour des comptes, Ordre judiciaire…)

    Statuaire et contractuel

    Dans la fonction publique, il existe deux types de contrats:

    • Les emplois statutaires : Le personnel est nommé à titre définitif et ses conditions de travail sont fixées par un ensemble de textes définissant le statut.
    • Les emplois contractuels : Ce sont des contrats qui peuvent s’apparenter à ceux du secteur privé. Le personnel est engagé dans les liens d'un contrat de travail, pour une durée déterminée ou indéterminée. Le salaire est le même que pour un statutaire mais les possibilités de carrière sont plus limitées.

    Par ailleurs, le personnel statutaire bénéficie d'une pension plus élevée que les collaborateurs contractuels ou que les travailleurs du secteur privé.

    Quel doit être votre profil ?

    Vous pouvez accéder à un poste de fonctionnaire quels que soient votre formation ou votre niveau d’étude. Pour devenir employé statuaire, il faut être belge ou citoyen d’un Etat de l’Union Européenne ou de la Suisse et répondre aux conditions spécifiques de la fonction (niveau de formation, expérience ….) Pour devenir employé contractuel, il n’existe pas de critères de nationalité.

    Cependant, certaines fonctions sensibles nécessitent d’avoir la nationalité belge (notamment les fonctionnaires chargés de verbaliser ou ceux qui assurent la défense des intérêts d’un pays, comme les diplomates).

    Comment postuler ?

    • Postuler pour un emploi statuaire (nomination définitive)

    Après avoir fourni au Selor toutes les informations nécessaires, vous serez enregistré dans la procédure de sélection. Le Selor choisira ensuite quels tests de sélection vous devrez passer (compétences, personnalité, aptitude) et vous convie à une première épreuve. Si vous la réussissez, vous pourrez participer à une deuxième épreuve (interview orale, étude de cas).

    Si vous n’obtenez pas le poste convoité mais que vous avez quand même réussi les épreuves, vous serez enregistré dans la réserve de recrutement pour une durée de 2 ans et pouvez être contacté pour une autre offre.

    • Postuler pour un emploi contractuel

    Les emplois contractuels nécessitent une procédure de sélection plus courte que les emplois statuaires. Vous pouvez laisser votre CV en ligne sur le site du Selor, qui vous recontactera en cas de poste vacant qui conviendrait à votre profil.

    Par ailleurs, le Selor publie régulièrement sur son site certaines offres d’emplois dans l’administration, notamment si les services publics fédéraux ne trouvent pas de candidats satisfaisants dans la banque de CV. Vous pouvez y postuler normalement.

    Source: Belgium.be > Via http://www.references.be

    Pour plus d'infos, rendez-vous sur www.selor.be

  • SECTEUR PUBLIC: RECRUTEMENT DE L'ADMINISTRATION FÉDÉRALE

    selor.jpgSelor est le bureau de sélection de l’administration fédérale dont la mission est de sélectionner, orienter et certifier les nouvelles recrues pour 70 organismes:

    les services publics fédéraux (SPF) et les services publics de programmation (SPP), mais aussi les établissements scientifiques et les organismes d’intérêt public comme l’Office national des pensions, l’INAMI, la Régie des bâtiments, l’Institut géographique national ou le Ministère de la Défense (personnel civil).

    “Quand l’un de ces services a besoin de recruter, il s’adresse à Selor qui publie les profils recherchés sur son site ”, explique Aurélie Damster. “Les postulants répondent en créant leur C.V. en ligne (“MonSelor ”) et, si leur profil correspond, ils sont généralement conviés à passer un test informatisé dans nos bureaux, puis, s’ils réussissent, à un entretien. La plupart des jobs sont à Bruxelles, sauf si les services ont des bureaux régionaux, comme l’Onem ou le SPF Finances. ”

    Des opportunités ? Selor constitue, via son site, une réserve de recrutement de 250 postes pour les établissements pénitenciers de Wallonie et de Bruxelles. “Et d’importantes campagnes de recrutement sont prévues pour les Douanes (SPF Finances), des profils génériques pour le SPF Finances, des calltakers pour le SPF Intérieur."  Sans oublier Selor lui-même, qui emploie 151 personnes et qui recrute principalement des…experts en sélection.

    + C.S.

    Fonctionnaire: ce vieux cliché qui ne faiblit pas

    Huit mille postulants par an à La Défense, près de 20.000 CV envoyés à la STIB, environ 100.000 candidats pour les jobs dans l’administration fédérale et le site de la SNCB qui “explose” quand l’opérateur annonce 1.500 recrutements!

    Qu’est-ce qui fait courir tous ces candidats vers le secteur public ? “La stabilité de l’emploi, certainement”, répondent nos interlocuteurs. “Mais il reste beaucoup de clichés. La sécurité, par exemple, n’est pas garantie. Ceux qui croient qu’ils pourront se tourner les pouces une fois engagés, risquent d’être fort surpris. C’est un vieux cliché.” “Chez nous, le stéréotype le plus fréquent, c’est de croire qu’une carrière à La Défense est incompatible avec la vie de famille.

    C’est faux ! ” Note Marc Levenbergh. “Après la période de formation, les militaires mènent une vie comme les autres. Sauf quand ils partent en mission, mais ça fait partie de l’aventure.”

    Site > http://www.selor.be/fr

    Source > http://www.jobsregions.be