extra légaux

  • AVANTAGES EXTRALEGAUX : DE PLUS EN PLUS DE CREATIVITE

    graph9.jpg

    Facteur d’attractivité négligeable tant pour l’employeur que pour l’employé, les avantages extralégaux ont de beaux jours devant eux.

    Si certains sont largement répandus comme les chèques-repas, ils ne sont pas pour autant encore une généralité pour les travailleurs belges. De plus, à côté des « classiques », l’entreprise devra faire désormais preuve d’originalité lorsqu’elle choisira les « plus » à accorder à ses employés.

    Un avantage extralégal est un « cadeau » fait par une société à un travailleur, à côté de la rémunération salariale brute de ce dernier. Mais ce « bonus » est réciproque : il profite aux deux parties via un traitement fiscal avantageux. Par les temps qui courent et avec la modération salariale imposée, il constitue donc une des seules marges de manœuvre financière pour attirer un employé. Au top des avantages extralégaux accordés en Belgique : les déplacements domicile-travail arrivent toujours en tête. Cette prise en charge est accordée à quasi 67 % des travailleurs. La plupart des secteurs ont des conventions collectives qui obligent l’entreprise à intervenir dans ce type de frais, explique Christophe Broucke, conseiller juridique à l’UCM, l’Union des classes moyennes. Et un patron aura tout intérêt à accorder ce remboursement dans sa totalité s’il souhaite encourager la mobilité et, par ricochet, la flexibilité de ses travailleurs.

    Lorsqu’il s’agit de transports en commun, l’État interviendra même à hauteur de 20 % dans les frais, l’employeur ne supportant que 80 % des coûts exposés, tandis que l’intervention sera exonérée socialement et fiscalement pour le travailleur. Suivent de près les chèques-repas, l’assurance hospitalisation et l’assurance groupe. Pour le conseiller de l’UCM, disposer d’un package salarial valorisant est très important pour quelqu’un qui cherche un emploi ou hésite entre plusieurs employeurs. Bien sûr, il faudra que les avantages accordés « collent » à la vie réelle du travailleur concerné. On voit en effet ces dernières années les catégories évoluer.

    Accorder des avantages numériques comme un smartphone, une tablette et un abonnement internet pèse pour beaucoup de jeunes travailleurs par exemple. Le déplacement à vélo indemnisé au kilomètre convaincra aussi. Bien sûr, tout dépend de la personne et du secteur concerné, il est difficile de généraliser, poursuit Christophe Broucke. Disons que, désormais, l’entreprise devra faire un effort de « créativité » en décidant des avantages extralégaux à proposer pour continuer à séduire. Malgré ces évolutions, la voiture de société fait toujours rêver. Il faut dire qu’ici, toute la notion d’avantage transparaît pour l’employé, grâce à une évaluation forfaitaire et non réelle des frais. Ce que confirme Christophe Broucke : Le travailleur qui a une voiture de société à sa disposition sera taxé sur une valeur largement inférieure au coût réel d’une voiture. Même si la taxe CO2 a augmenté et que beaucoup craignent de nouvelles hausses, avoir une voiture de société reste très intéressant financièrement.

    Assurance quoi ?

    Si quasi la moitié des travailleurs belges disposent d’une assurance groupe auprès de leur employeur, 70 % de ces derniers ignorent le contenu précis de cet avantage. On observe par contre un fort changement dans la perception. Si un employeur ne propose pas d’assurance groupe, c’est maintenant considéré par le travailleur comme un fort désavantage concurrentiel. La généralisation de la pratique est derrière ce constat, constate Bart de Greve du cabinet de recrutement Hudson.

    En gros, c’est l’effet rassurant « d’un bonus à la pension » qui agit ici, plus que le montant exact qui sera accordé ensuite. Une pension extralégale est un salaire différé, les bénéfices de cet avantage ne seront « récupérés » par l’employé qu’une fois ce dernier à la retraite. La préoccupation quant au contenu de l’assurance groupe augmente bien sûr avec l’âge. Mais les circonstances politiques et économiques actuelles pousseront de plus en plus de gens à s’y intéresser plus tôt, c’est un fait, conclut le directeur associé Talent Management.

    À côté de ces attraits en surface, le travailleur ne devra pas perdre de vue que les avantages extralégaux, aussi séduisants soient-ils, n’entrent pourtant pas en jeu lors du calcul des différents pécules prévus par leur contrat.

    Source > Amandine Cloot sur > http://www.references.be

    La suite avec > La rémunération variable a de l’avenir & le tableau

    Texte > Amandine Cloot