ergonome

  • MÉTIERS D'AVENIR > ERGONOME AU SERVICE D’UN WEB PLUS CONVIVIAL

    Ergonome.jpg

    Le Forem a répertorié les métiers wallons de demain, ceux dont la demande devrait croître.

    Le marché de l’emploi est en pleine mutation. Dans ce contexte, le Forem travaille activement à préparer un nouveau bilan, celui des métiers d’avenir pour la Wallonie.

    Ce travail permettra aux acteurs de l’emploi et de la formation de mieux appréhender les besoins futurs des employeurs et d’adapter leur offre de services. Ergonome est l’un de ces nouveaux métiers.

    On l’a dit, la société subit des changements importants, tant sur le plan sociologique que démographique. On constate une augmentation et un vieillissement de la population, des nouveaux de modes de vie, un développement des circuits parallèles (de particulier à particulier), de nouveaux comportements (éco-consommation, travailler ensemble…). Toutes ces tendances font émerger des métiers dits d’avenir, c’est-à-dire qu’ils n’existent pas (ou très peu) chez nous et qui touchent des secteurs aussi divers que la santé, l’action sociale, la chimie et pharmacie ou même l’alimentation, l’informatique, le web et la communication. Ce sont des métiers qui s’hybrident, c’est-à-dire qui existent mais pour lesquels la demande devrait croître.

    Penchons-nous, par exemple, sur le métier d’ergonome que l’on classe dans les métiers de la communication  et des TIC. On connaissait l’ergonome qui contribue à concevoir et à améliorer des environnements ou des postes de travail  afin d'assurer la production dans les meilleures conditions. Depuis peu, le métier prend une orientation « nouvelles technologies». « Les développeurs prennent davantage en compte l’ergonomie, c’est-à-dire la fluidité des informations et la manière de les utiliser», explique Mohamed Addarsi, analyste au Forem. « Lors du développement d’un site web, la principale difficulté que tente de lever l'ergonomie est la diversité des profils des visiteurs. Les critères suivants sont généralement déterminants pour un site web : attentes de l’utilisateur, les habitudes de l’utilisateur, l’âge, équipement de l’utilisateur. En effet, l'affichage du site pourra varier d'un équipement à l'autre, en particulier selon le navigateur et la résolution d'affichage, le niveau de connaissance des utilisateurs. Quand ils travaillent sur un site web, ils doivent notamment prendre en compte le type d’ordinateur dont dispose l’utilisateur, les connaissances informatiques du public auquel le site s’adresse mais aussi l’âge et les attentes de l’utilisateur. L’ergonomie, c’est, dans ce contexte, la capacité à répondre efficacement aux attentes des utilisateurs et à leur fournir un confort de navigation », ajoutet-il.

    Sur le terrain, il sera généralement demandé à l’ergonome d’avoir une formation en sciences du travail ou en sciences cognitves, couplée à des connaissances en développement web. Il peut travailler comme employé dans une entreprise créative (studio graphique, par exemple) ou sous statut d’indépendant.

    OÙ SE FORMER ?

    Même s’il s’agit d’un nouveau métier peu ou pas répandu chez nous, l’ergonome suscite de l’intérêt auprès des instituts de formation. A Gosselies, par exemple, le centre Technofutur TIC propose des formations qui incluent l’ergonomie. L’IHECS, à Bruxelles, présente un module de 5 soirées intitulé « Ergonomie, webdesign et rédaction pour le web ». Nakatomi Formation (www.nakatomiformation.be ) a créé une formation d’un jour qui se penche sur l’ergonomie d’un site web. Elle est notamment dispensée à Bruxelles, Charleroi, Liège, Namur et Louvain-la-Neuve. Chez Cegos, on trouvera des formations en ergonomie et design des sites web (www.cegos.be  et www.cegos.fr  ). Enfin, sans être exhaustif, en France, à Paris, l’Ecole Supérieure des Métiers de l’Internet propose un baccalauréat de 3 ans en création et design web.

    Notons que de nouvelles formations verront probablement le jour en Wallonie prochainement, une fois que la profession sera davantage connue et intégrée dans le paysage entrepreneurial wallon.

    Source > LAURENCE BRIQUET via > http://www.jobsregions.be