entrtien

  • INFO BOULOT > 5 QUESTIONS À NE JAMAIS POSER EN ENTRETIEN

    entretien_question.jpg

    Il existe plusieurs types de questions en entretien d’embauche.

    Les questions bateau, les questions-pièges, les questions folles, les questions illégales, les questions que vous devrez poser au recruteur, celles qu’eux poseront à vos références et celles spécifiques à chaque secteur.

    Mais certaines questions n’ont pas leur place lors d'un premier entretien. Celles-là, mieux vaut éviter de les poser pour ne pas ruiner vos chances d’accéder à l’étape supérieure du processus de recrutement. Quelles sont-elles ?

    1. « Quel salaire proposez-vous ? »

    Le but d’un premier entretien est de permettre au recruteur de mieux évaluer si vous convenez ou pas au poste, et de vous expliquer celui-ci plus en profondeur. Pas déjà l'occasion de discuter salaire, un sujet encore tabou en Europe… A moins que le recruteur ne vous demande directement quelles sont vos prétentions salariales, n’abordez pas ce sujet avant le deuxième entretien. D'ici-là, focalisez-vous sur la valorisation de vos compétences.

    2. « Quels sont les avantages extra-légaux offerts ? »

    Evoquer le sujet des avantages au premier entretien est délicat, surtout s’il concerne des détails comme la valeur des chèques-repas. Encore une fois, ne perdez pas de vue que vous êtes là avant tout pour convaincre le recruteur de votre valeur.  Ne lui donnez pas l’impression que ces avantages sont déterminants dans votre motivation pour le poste.

    Si l’entretien s’est bien déroulé et que le courant passe avec votre recruteur, vous pouvez habilement poser la question en fin d’entretien. Focalisez-vous sur un seul avantage « Les employés bénéficient-ils d’une assurance groupe ? » ou posez-la de façon détournée : « Voyez-vous des points particuliers à me signaler en termes d'avantages extra-légaux ? »

    3. « Combien de jours de congé offrez-vous ? »

    Evitez de parler de congé lors du premier entretien, ou de prévenir que vous avez déjà prévu des vacances plus tard dans l’année. Les congés sont un sujet encore plus sensible que le salaire, car ils vous feront passer pour un candidat non motivé voire fainéant auprès de certain recruteurs.

    A moins que le recruteur ne vous demande directement si vous avez des vacances prévues (auquel cas mieux vaut être honnête), attendez systématiquement la prochaine étape de recrutement pour vous enquérir de votre nombre de jours de congé.

    4. « Il est sympa, mon chef ? »

    Vous avez eu des échos comme quoi votre supérieur direct était un control freak ? Evitez de poser ce genre de question, car elle peut être prise pour une critique.

    En revanche, il est naturel de vouloir se renseigner un minimum sur la façon de manager de votre potentiel futur boss, et de marquer votre intérêt pour vos collaborateurs. Préférez poser une question plus vague, comme « Qui seront mes interlocuteurs les plus proches ? Que pouvez-vous me dire sur eux ? »

    5. « Excusez-moi, vous pouvez répéter ? J’étais distrait. »

    Le recruteur parle depuis dix minutes des chiffres de l’entreprise et des défis à relever, vous avez du mal à suivre et vous commencez à penser à votre repas du soir, quand il vous pose une question. Vous voilà obligé de répondre « Pardon ? Je n’ai pas compris, vous pouvez répéter ? » Ce qui est impoli, prouve votre distraction et votre manque de motivation.

    Ecouter attentivement tout ce que le recruteur dit est essentiel, car c’est en vous intéressant à l’entreprise que vous montrerez votre désir d'y travailler.

    Source : Terrafemina.com > Via > http://www.references.be