engager

  • CES PETITS DETAILS QUI PEUVENT VOUS FAIRE ENGAGER

    Meilleur_candidat_2015_03_shutterstock_142806826.jpg

    Les recruteurs sont des êtres humains : en plus de votre CV, tout un tas de facteurs entrent en compte dans le fait d’être engagé ou pas.

    Quels sont ces « petits plus » qui vont faire que vous allez plaire ou non à un recruteur ?

    Le site carrière américain CareerBuilder a récemment sondé 2 076 recruteurs et responsables des ressources humaines. On leur a posé cette question : Si vous êtes confronté à deux candidats aux qualifications professionnelles exactement égales, quels autres facteurs vous feraient pencher en faveur de l’un ou l’autre ?

    Voici les facteurs les plus influents :

    27 % > Choisiraient le candidat avec le meilleur sens de l’humour

    26 % > Choisiraient le candidat le plus impliqué dans sa communauté

    22 % > Choisiraient le candidat le mieux habillé

    21 % > Choisiraient le candidat avec qui ils ont le plus de choses en commun

    13 % > Choisiraient le candidat le plus en forme physiquement

    8 % > Choisiraient le candidat le plus au courant de l’actualité et de la culture pop

    7 % > Choisiraient le candidat le plus impliqué dans les médias sociaux

    4 % > Choisiraient le candidat qui s’y connait le plus en sport

    Car les employeurs cherchent bien sûr d’abord à engager une personne compétente, mais celle-ci devra aussi être socialement adaptée et pouvoir s’intégrer sans problème au reste de l’équipe.

    Les comportements à éviter pour décrocher une promotion

    Ces petits à-côtés qui n'ont pas grand-chose à voir avec la qualité de votre travail garderont leur importance tout au long de votre carrière. Une fois que vous êtes engagé dans une entreprise et que vous convoitez un poste plus haut placé, certains comportements peuvent vous empêcher d’obtenir cette promotion.

    Si 33 % des employeurs disent préférer promouvoir un employé qui a en a déjà formulé la demande dans le passé, d’autres facteurs seront également pris en compte. Voici les comportements dont les employeurs se méfient, et qui peuvent donc vous coûter une promotion…

    71 % > Dire « Ce n’est pas mon job »

    69 % > Être souvent en retard

    68 % > Mentir au travail

    64 % > S’approprier le mérite du travail d’un autre

    55 % > Quitter souvent le bureau plus tôt

    55 % > Prendre des libertés avec les dépenses facturées à la société (notes de frais)

    46% > Répandre rumeurs et ragots

    35 % > Ne pas s’habiller de façon professionnelle

    30 % > Dire des gros mots, jurer

    22 % > Ne jamais rien dire en réunion

    9 % > Avoir pleuré au travail

    8 % > Avoir eu une relation amoureuse avec un collègue

    Source CareerBuiler > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • 10 ASTUCES POUR ETRE ENGAGE APRES VOTRE STAGE

    shutterstock_58125787b.jpg

    Le chômage des jeunes est aujourd’hui un phénomène tristement connu.

    Les études se soldent en effet rarement par un emploi immédiat. Souvent, elles débouchent sur une période d’errance, de postulations à la chaine, de CV sans réponse, d’entretiens d’embauche vains. Les jeunes sont parfois forcés de retourner vivre chez leurs parents, faute de moyens suffisants pour vivre de façon autonome. Certains prolongent les études pour retarder leur arrivée sur le marché de l’emploi. Surdiplômés, ils ont alors davantage de mal à trouver du travail. Il existe toutefois une alternative : décrocher un stage bénévole (ou faiblement rémunéré), pour se faire engager ensuite. Voici 10 astuces pour transformer votre stage en travail à temps plein.

    1. Liez-vous d’amitié

    Pas facile d’être le petit nouveau dans une entreprise, a fortiori si vous êtes stagiaire. C’est pourquoi il est d’autant plus important de vous faire connaître et de sympathiser avec vos collègues. Faites plusieurs pauses café (sans exagérer !) et profitez des espaces collectifs pour rencontrer les gens de la boîte. Participez à tous les événements de l’entreprise.

    2. Soyez professionnel

    Vous êtes le plus jeune au bureau : vous allez devoir redoubler de professionnalisme pour asseoir votre crédibilité. Vous devez prouver que vous êtes mûr. Vous pouvez faire des blagues et vous amuser, mais évitez de mentionner les beuveries éventuelles de vos week-ends. Si vous collègues vous considèrent comme responsable, ils vous confieront davantage de projets.

    3. Posez les bonnes questions

    N’hésitez pas à demander des précisions si les tâches que l’on vous assigne ne sont pas claires. Il serait dommage de rater une mission que l’on vous a confiée simplement parce que vous n’osez pas poser de questions. Évitez toutefois de poser des questions aux réponses évidentes : cherchez d’abord sur Internet ou dans un manuel du bureau (le cas échéant). 

    4. Faites-en plus

    Faites-en toujours un peu plus que ce que l’on attend de vous. Montrez que vous avez soif d’apprendre, que vous avez envie d’assumer plus de responsabilités et de retirer un maximum de votre expérience. Si vous vous retrouvez à surfer sur Facebook parce que vous avez du temps libre, tâchez de trouver un moyen de vous rendre utile et de mettre ce temps à profit.

    5. Travaillez avec tout le monde

    Travaillez avec d’autres gens que vos superviseurs directs ou des stagiaires. Proposez votre aide à un maximum de collègues. Si vos managers envisagent de vous engager à temps plein, ils demanderont certainement du feedback à d’autres employés. Faites en sorte que l’on témoigne de votre force de travail et de votre investissement.

    6. Assimilez la culture de l’entreprise

    Chaque entreprise a sa propre culture. Comprenez-la et assimilez-la. Si vos collègues sont silencieux et travaillent de longues heures, évitez de monter le son avec votre musique et de partir tôt. Si vous ne vous sentez pas dans votre élément dans cette entreprise, c’est sans doute que celle-ci ne vous convient pas. Ne forcez pas l’intégration. Explorez d’autres horizons.

    7. Demandez du feedback

    Après un bon mois de stage, demandez du feedback par rapport à votre performance. Prouvez que vous êtes suffisamment mûr pour accepter la critique. Montrez que vous aspirez à vous améliorer. Votre manager comprendra que vous prenez à cœur aussi bien le succès de l’entreprise que le vôtre.

    8. Exprimez vos objectifs

    Après avoir demandé du feedback, soyez clair sur vos objectifs au sein de l’entreprise. Si vous déclarez d’emblée que vous visez un temps plein dans cette boîte, les managers vous auront à l’esprit lorsqu’un poste se libère.

    9. Trouvez le bon timing

    Tout est question de timing. Ouvrez l’œil au cas où un poste à temps plein venait à se libérer. Si rien ne semble bouger, quittez l’entreprise en bons termes. Si un poste se crée, soyez le premier à vous manifester : votre manager préférera vous engager plutôt que de recruter en externe.

    10. Restez flexible

    Si le poste qui se libère ne correspond pas tout à fait à ce que vous espériez, sachez saisir l’opportunité qui s’offre à vous. Peut-être la fonction vous conviendra-t-elle plus que vous ne le pensez. Peut-être mènera-t-elle à d’autres postes à l’avenir.

    Source : Savvysugar.com sur > http://www.references.be

  • 10 ASTUCES POUR ETRE ENGAGE APRES VOTRE STAGE

    shutterstock_58125787b.jpg

    Le chômage des jeunes est aujourd’hui un phénomène tristement connu.

    Les études se soldent en effet rarement par un emploi immédiat. Souvent, elles débouchent sur une période d’errance, de postulations à la chaine, de CV sans réponse, d’entretiens d’embauche vains. Les jeunes sont parfois forcés de retourner vivre chez leurs parents, faute de moyens suffisants pour vivre de façon autonome. Certains prolongent les études pour retarder leur arrivée sur le marché de l’emploi. Surdiplômés, ils ont alors davantage de mal à trouver du travail. Il existe toutefois une alternative : décrocher un stage bénévole (ou faiblement rémunéré), pour se faire engager ensuite. Voici 10 astuces pour transformer votre stage en travail à temps plein.

    1. Liez-vous d’amitié

    Pas facile d’être le petit nouveau dans une entreprise, a fortiori si vous êtes stagiaire. C’est pourquoi il est d’autant plus important de vous faire connaître et de sympathiser avec vos collègues. Faites plusieurs pauses café (sans exagérer !) et profitez des espaces collectifs pour rencontrer les gens de la boîte. Participez à tous les événements de l’entreprise.

    2. Soyez professionnel

    Vous êtes le plus jeune au bureau : vous allez devoir redoubler de professionnalisme pour asseoir votre crédibilité. Vous devez prouver que vous êtes mûr. Vous pouvez faire des blagues et vous amuser, mais évitez de mentionner les beuveries éventuelles de vos week-ends. Si vous collègues vous considèrent comme responsable, ils vous confieront davantage de projets.

    3. Posez les bonnes questions

    N’hésitez pas à demander des précisions si les tâches que l’on vous assigne ne sont pas claires. Il serait dommage de rater une mission que l’on vous a confiée simplement parce que vous n’osez pas poser de questions. Évitez toutefois de poser des questions aux réponses évidentes : cherchez d’abord sur Internet ou dans un manuel du bureau (le cas échéant). 

    4. Faites-en plus

    Faites-en toujours un peu plus que ce que l’on attend de vous. Montrez que vous avez soif d’apprendre, que vous avez envie d’assumer plus de responsabilités et de retirer un maximum de votre expérience. Si vous vous retrouvez à surfer sur Facebook parce que vous avez du temps libre, tâchez de trouver un moyen de vous rendre utile et de mettre ce temps à profit.

    5. Travaillez avec tout le monde

    Travaillez avec d’autres gens que vos superviseurs directs ou des stagiaires. Proposez votre aide à un maximum de collègues. Si vos managers envisagent de vous engager à temps plein, ils demanderont certainement du feedback à d’autres employés. Faites en sorte que l’on témoigne de votre force de travail et de votre investissement.

    6. Assimilez la culture de l’entreprise

    Chaque entreprise a sa propre culture. Comprenez-la et assimilez-la. Si vos collègues sont silencieux et travaillent de longues heures, évitez de monter le son avec votre musique et de partir tôt. Si vous ne vous sentez pas dans votre élément dans cette entreprise, c’est sans doute que celle-ci ne vous convient pas. Ne forcez pas l’intégration. Explorez d’autres horizons.

    7. Demandez du feedback

    Après un bon mois de stage, demandez du feedback par rapport à votre performance. Prouvez que vous êtes suffisamment mûr pour accepter la critique. Montrez que vous aspirez à vous améliorer. Votre manager comprendra que vous prenez à cœur aussi bien le succès de l’entreprise que le vôtre.

    8. Exprimez vos objectifs

    Après avoir demandé du feedback, soyez clair sur vos objectifs au sein de l’entreprise. Si vous déclarez d’emblée que vous visez un temps plein dans cette boîte, les managers vous auront à l’esprit lorsqu’un poste se libère.

    9. Trouvez le bon timing

    Tout est question de timing. Ouvrez l’œil au cas où un poste à temps plein venait à se libérer. Si rien ne semble bouger, quittez l’entreprise en bons termes. Si un poste se crée, soyez le premier à vous manifester : votre manager préférera vous engager plutôt que de recruter en externe.

    10. Restez flexible

    Si le poste qui se libère ne correspond pas tout à fait à ce que vous espériez, sachez saisir l’opportunité qui s’offre à vous. Peut-être la fonction vous conviendra-t-elle plus que vous ne le pensez. Peut-être mènera-t-elle à d’autres postes à l’avenir.

    Source : Savvysugar.com via > http://www.references.be

  • "POURQUOI DEVRAIS-JE VOUS ENGAGER ?" : LA BONNE RÉPONSE EN ENTRETIEN

    candidats.jpg

    Voici une autre question typique des entretiens d’embauche devant laquelle le candidat est bien souvent déconcerté. Que répondre pour donner une impression de compétence et d'honnêteté, sans être prétentieux pour autant ?

    L’objectif du recruteur

    Le but de cette question est de permettre au recruteur de voir si vous savez mettre vos compétences en valeur, et de tester votre motivation. Il veut aussi vérifier si le candidat a bien compris en quoi consistait le poste vacant, et s’il pense réellement y convenir.

    Ne pas pouvoir y répondre, comme pour toutes les autres questions-piège, prouvera au recruteur que vous n’avez pas assez travaillé la préparation de votre entretien et ne jouera donc pas en votre faveur. Alors, que répondre à cette question ?

    Que répondre ?

    Il ne s’agit pas d’enfoncer vos concurrents par des arguments fallacieux, simplement de montrer que vous êtes le candidat le plus adapté pour ce poste en mettant une ultime fois vos atouts professionnels en avant. Pour cela, réfléchissez à ce que vous pouvez apporter à l’entreprise.

    Formulez une réponse brève, qui montre votre esprit de synthèse et votre efficacité. Dans votre réponse, faites un mix avec vos qualifications, vos compétences et vos qualités humaines. L’idéal est d’énoncer en quelques points les éléments qui représentent votre valeur ajoutée pour l’entreprise, et de souligner votre motivation.

    Exemple : « Je pense que vous devriez m'engager car mon baccalauréat en marketing et mon master en E-business m'offrent les compétences nécessaires pour devenir responsable de votre département e-commerce. J'ai en plus suivi récemment une formation « mobile application development » qui sera une grande source d'inspiration pour renouveler le service. Puis, je sais comment motiver une équipe et l'encourager à donner le meilleur d'elle-même. Sans oublier que je suis très motivé, flexible et que je ne compte pas mes heures.»

    Si vous pensez à un « bonus » que vous possédez mais que vous n'avez pas encore réussi à placer dans l'entretien, c'est le moment c'est l'instant, pour autant qu'il puisse être associé au poste proposé. Cela peut être une spécialisation acquise lors d'une formation, un trait de caractère qui se révélera très utile (une bonne gestion du stress par exemple), même un hobby ou un loisir!

    Alternative

    Cette question est en fait une chance inespérée de faire la différence par rapport aux autres candidats, surtout si vous avez senti que le recruteur coinçait sur un aspect de votre candidature. Pour cela, adaptez votre réponse pour contrebalancer cet aspect de votre profil. Par exemple, si vous êtes un jeune sans expérience, insistez sur le fait que vous débordez d’énergie, d’enthousiasme et de soif d’apprendre.

    A ne surtout pas répondre...

    Ces trois réponses pourraient vous passer par la tête, mais ne les formulez surtout pas !

    « Parce que je suis tout simplement le meilleur candidat pour ce poste » : Vous pensez être minimaliste et efficace, mais le recruteur va juste vous trouver prétentieux et vain. Il va falloir travailler à une réponse plus constructive !

    « Je veux vraiment ce poste parce que… » : Avec cette question, le recruteur veut savoir ce que vous allez apporter comme valeur ajoutée à l’entreprise, pas l’inverse ! Concentrez-vous sur les besoins de l’entreprise.

    « Je suis qualifié en ceci, ceci, ceci, ceci… » : Le recruteur veut une réponse originale, pas la simple énumération de vos compétences et expériences qui se trouvent déjà sur votre CV. Personnalisez votre réponse.

    Source : TerraFemina.com via > http://www.references.be

  • INFO BOULOT > COMMENT ENGAGER UNE CONVERSATION AVEC SUCCÈS?

    07_996.jpg

    Parler de tout et de rien au boulot n’est pas donné à tout le monde.

    Il peut pourtant être très utile d’éviter les blancs embarrassants avec vos contacts professionnels. Voici quelques conseils pour toujours trouver le bon mot, que ce soit lorsque vous êtes coincé dans l’ascenseur avec votre patron ou pendant un entretien d’embauche.

    1. Dites bonjour en premier au début de la conversation. Si vous n’êtes pas sûr que votre interlocuteur se rappelle votre nom, redites-le spontanément. Souriez à la personne et serrez-vous toujours la main lorsque vous vous rencontrez. Vous rendrez ainsi l’ambiance plus informelle.

    2. Prenez votre temps pendant les présentations. Essayez d’enregistrer un maximum de choses sur votre interlocuteur. Vous pourrez ainsi y revenir plus tard dans la conversation.

    3. Maintenez un contact visuel pendant la discussion. Prenez activement part à la conversation en écoutant attentivement puis en donnant régulièrement votre avis. Ne regardez pas aux alouettes pendant que vous parlez.

    4. Posez quelques questions ciblées à votre interlocuteur. Vous aurez ainsi accompli la plus grosse partie de votre ‘small talk’: les gens aiment parler d’eux.

    5. Lorsque vous vous joignez à une conversation déjà entamée, attendez un moment avant de prendre la parole: vous aurez ainsi le temps de comprendre de quel sujet parlent les autres et éviterez de dire une bêtise lorsque vous parlerez.

    Spécifiquement pour vos entretiens d’embauche:

    6. Si le recruteur vient vous chercher à la réception, mieux vaut entamer une petite conversation le temps d’arriver au bureau où se tiendra votre entretien. Le sujet que vous aborderez importe peu. Ce qui compte, c’est que vous disiez quelque chose.  

    7. Laissez tant que possible la parole à votre interlocuteur. S’il ne dit rien, brisez la glace avec une question légère: "Cela fait longtemps que vous travaillez dans ce bâtiment?" ou "Il y avait peu de circulation pour arriver. Est-ce toujours le cas?"

    8. Si l’on vous propose une boisson, demandez du thé, du café ou de l’eau. Un soda n’est pas toujours disponible.

    Entretien d’embauche: que devez-vous éviter dans la conversation?

    1. Vous plaindre: de la circulation, du temps, des difficultés de parking, …

    2. Aller directement droit au but en commençant à parler de votre motivation à travailler pour cette entreprise: mieux vaut garder ces arguments pour l’entretien.

    3. Ne posez aucune question compliquée. Tenez-vous à des sujets simples et passe-partout.

    Source: Intermediair, debrafine.com via > http://www.references.be