en sortir

  • L’INTÉRIM MÈNE À TOUT À CONDITION D’EN SORTIR !

    interim.jpg

    On connaît le refrain : l’intérim c’est à la fois trop court et trop long. Trop court parce qu’il ne dure parfois que quelques jours et trop long parce que les contrats proposés peuvent se répètent pendant plusieurs années.

    Or, l’objectif de tout travailleur intérimaire est de décrocher au plus vite un contrat à durée indéterminée.

    Bien sûr, il y a des exceptions, comme le cas de cet expert soudeur très sollicité qui négociait habillement des contrats bien rémunérés et larguait systématiquement les amarres six mois par an afin d’aller faire de la plongée sous les Tropiques. Mais la toute grosse majorité cherche la sécurité de l’emploi.

    Comment la trouver ? Y a-t-il une recette, une façon de procéder ? Nos quatre interlocuteurs sont avant tout bien d’accord pour dire que chaque mission, quelle qu’elle soit, est une expérience profitable. Une ligne de plus sur le curriculum vitae. Mais pour décrocher l’attention et passer le cap de l’intérim, quelles qualités faut-il ? « Outre les compétences, j’en vois trois, avance Marc Riquet : la motivation, qui est essentielle, la flexibilité, vu les conditions de travail, et la mobilité, car l’intérimaire doit pouvoir se déplacer là où l’entreprise le lui demande. »

    Pour Lem Intérim, la meilleure chance de trouver un emploi est d’être au bon endroit au bon moment afin de profiter de la moindre opportunité. « Quelqu’un peut être forcé de quitter la société pour cause de maladie ou une société peut soudain décrocher une grosse commande, explique Jean Lemaître. La porte est alors ouverte à l’intérimaire qui entrera dans l’entreprise, pas nécessairement pour un poste précis, mais qui pourra y poursuivre sa route comme n’importe quel autre employé. »

    Chez Trace !, où il apparaît que 80% des employés et 40% des ouvriers finissent par obtenir un contrat à durée indéterminée, c’est la qualité du recrutement qui s’avère le plus souvent la clé du succès. « Nous insistons toujours pour que nos clients soient le plus précis possible dans la formulation de leurs desideratas, explique Pascale Sauveur. De cette façon, les chances seront grandes de trouver quelqu’un qui répond parfaitement à leur attente et qui sera ensuite engagé ». Pour le reste, l’agence confirme l’importance de l’opportunité. « Nous avons connu le cas d’une dame pour laquelle nous avions trouvé un intérim d’une semaine en tant qu’employée administrative, mais elle a été engagée après seulement trois jours car une collègue venait de démissionner… »

    Sans surprise, ce sont les métiers techniques ainsi que les compétences linguistiques qui sont les plus recherchés, dans l’intérim comme ailleurs. « Comme ces profils ne sont guère aisés à trouver, il arrive de plus en plus souvent que les agences soient obligées de chasser les bons candidats », souligne Pascale Sauveur.

    Source > http://www.jobsregions.be