en

  • TOUT CE QUI VA CHANGER POUR LE TRAVAILLEUR EN 2016

    Avec le passage à l’année 2016, le monde du travail belge a enregistré plusieurs changements.

    Un travailleur averti en vaut deux… Voici donc tout ce qu’il faut savoir.

    1. Un impôt sur les revenus allégés

    Les premières mesures entrant dans le cadre de la réforme fiscale visant à améliorer la compétitivité, la situation de l’emploi et renforcer le pouvoir d’achat font sentir leurs effets. D’autres dispositions du fameux «Tax shift» entreront en vigueur jusqu’en 2020.

    Le pouvoir d’achat est valorisé par un allégement de l’impôt sur les revenus, partiellement compensé par l’augmentation d’un certain nombre de taxes (sur la spéculation, le précompte mobilier, la chirurgie esthétique, les intercommunales…). En outre, la revalorisation du pouvoir d’achat se fait sentir chez les bénéficiaires, via le précompte professionnel. La moitié des contribuables bénéficiera d’une revalorisation de 44 euros net à partir du mois prochain.

    1. Cotisation zéro à vie sur le premier engagement

    Autres mesures: la cotisation zéro à vie sur le premier engagement ainsi que les réductions sur les six premiers travailleurs. La première veut que, jusque fin 2020, les employeurs engageant un premier travailleur bénéficient d’une exonération des cotisations sociales patronales à vie sur ce dernier. De plus, Lire la suite ici ...

    • > Un nouveau certificat d’incapacité de travail …
    • > Les déclarations des employeurs pour certains risques sociaux désormais électroniques …
    • > La lutte contre la fraude s’intensifie dans l’horeca …
    • > Des pensions majorées …

     

     

    1.  

    Développer l’ensemble des points > ICI

    Source > http://www.jobsregions.be > Photo News

  • INFO BOULOT > EMPLOI FLAMAND: WALEN BINNEN

    imagesCA4PX03W.jpg

    Les entreprises flamandes accueillent volontiers les travailleurs du Sud du pays.

    Malgré les tensions communautaires et les stéréotypes qui circulent sur les Wallons, la Flandre continue à vouloir engager des travailleurs francophones… Quels sont les profils recherchés ? L’intégration se réalise-t-elle facilement ? JobsRégions répond à vos questions avec l’aide de cinq entreprises recrutant chez nous.

    Forte activité, faible taux de chômage : la Flandre a un poids conséquent dans l’économie belge. Pourtant, la région est un peu en perte de vitesse ces dernières années, frappée par la crise. Cela se ressent au niveau de la croissance ou encore de la hausse des faillites.

    Au mois d’août dernier, la Flandre enregistrait même un taux record de 8% de chômage, ce qui ne s’était plus produit depuis 2006… Malgré cette baisse de régime, la Flandre reste toujours aux avant-postes et conserve le plus faible taux d’inactivité du pays. À cela s’ajoutent de nombreux métiers en pénurie et des besoins de mains-d’œuvre importants, que la Flandre comble en engageant hors de ses frontières…

    « UN ATOUT POUR SON CV »

    La Flandre recrute ainsi de nombreux travailleurs français, mais aussi des Wallons ! Plus de 40.000 habitants du Sud du pays vont ainsi travailler au Nord, alors qu’ils sont seulement 27.000 à faire le chemin inverse. «Travailler en Flandre n’est pas spécialement plus difficile d’un point de vue des transports», précise Jean-Pol Lefebvre, coordinateur à la Mission Régionale pour l’Insertion et l’Emploi à Charleroi (Mirec).

    Cette A.S.B.L. accompagne des travailleurs wallons – essentiellement des gens peu qualifiés – qui souhaitent aller travailler de l’autre côté de la frontière linguistique. «Cela permet d’avoir une autre vision, d’apprendre le néerlandais et d’avoir un plus sur le CV », précise Jean-Pol Lefebvre. «Il y a aussi d’autres avantages, qui sont parfois de l’ordre du fantasme : salaire plus élevé, plus de CDI, etc.

    Travailler en Flandre implique cependant des efforts économiques, sociaux et culturels. Lorsque nous accompagnons des sans-emploi qui souhaitent aller y travailler, nous vérifions d’abord que ce sera possible : ont-ils un budget pour les transports, qui ira chercher les enfants à l’école, etc. »

    Pour mettre à l’emploi des travailleurs wallons en Flandre, la Mirec travaille notamment en collaboration avec des entreprises. Ces dernières sont généralement très enclines à engager des francophones. «Les travailleurs que la Flandre ne trouve pas sur son territoire, elle va les chercher ailleurs. La Wallonie est une réserve intéressante car elle possède des travailleurs inoccupés et est proche », poursuit Jean-Pol Lefebvre.

    1000 EMPLOIS EN 2013

    L’intérêt des entreprises flamandes pour les francophones est tel que plusieurs d’entre elles se sont rassemblées autour d’une campagne visant à attirer Wallons et Français. Cette initiative prend la forme d’un site internet (www.vouseteslesbienvenus.eu) qui promet 1000 emplois en 2013, essentiellement en Flandre occidentale. La province fait face au vieillissement de sa population et possède un taux de chômage très bas. Les principaux secteurs qui recrutent dans cette région sont la construction, les industries agroalimentaires et manufacturières, etc.

    Source > UN DOSSIER DE MARIE-EVE REBTS sur > http://www.jobsregions.be

  • ACHATS EN LIGNE > TOUTS LES CONSEILS !

    Achats-en-ligne-panier1.jpg

    J’effectue des achats en ligne. Quelles informations le vendeur est-il obligé de me donner ?

    Lorsque vous utilisez Internet pour faire vos achats en ligne, le législateur impose que vous disposiez de certaines informations et vous reconnait des droits afin que vos achats se fassent sans difficulté.

    Ces informations doivent être données et ces droits sont reconnus à différentes étapes du processus contractuel : avant l’achat, lors du processus de commande et après l’achat.

    L’objectif essentiel de ces différentes exigences est de veiller à la transparence et d'éviter les « dérapages ».

    INFORMATIONS SUR L'IDENTITE ET SUR L'ACTIVITE DU PRESTATAIRE Le prestataire est légalement tenu de faire figurer sur son site Internet un certain nombre d'informations :

    • son nom ou sa dénomination sociale, son adresse géographique et, le cas échéant, son numéro d'entreprise ;
    • ses coordonnées et son adresse e-mail ;
    • si la profession du prestataire nécessite une autorisation, les coordonnées de l'autorité compétente ;
    • les codes de conduite auxquels il est éventuellement soumis et les informations permettant de consulter ces codes en ligne ;
    • pour les prestataires exerçant une profession réglementée (exemple : les professions libérales), l'association professionnelle dont le prestataire fait partie, le titre professionnel et l'Etat dans lequel il a été octroyé, une référence aux règles professionnelles applicables et comment y accéder.

    Ces informations doivent être disponibles quel que soit le type de site Internet. L'accès à ces informations doit être facile, direct et permanent (exemple : hyperlien en bas de chaque page).

    INFORMATIONS SUR LES PRODUITS ET SERVICES La présentation des produits diffère fortement d'un site à l'autre, selon la nature du produit ou du service proposé. Une photo du produit n'est pas suffisante. Elle doit également être accompagnée d'une description écrite et de caractéristiques techniques. Dans son offre, le prestataire doit fournir des informations sur les produits ou services au consommateur :

    • les caractéristiques essentielles du produit ou du service ;
    • la quantité ;
    • le prix du produit ou du service, en ce compris les taxes et les frais de livraison ;
    • si les frais de livraison ne sont pas inclus dans le prix, ils doivent être présentés clairement (exemple : quand différentes modalités de livraison sont possibles) ;
    • les modalités de paiement, de livraison ou d'exécution du contrat ;
    • l'existence ou l'absence d'un droit de renonciation ;
    • les modalités de reprise ou de restitution du produit et les frais éventuels ;
    • le coût de l'utilisation du site si la visite vous coûte plus que le tarif de connexion de base (exemple : pour un site dont l'accès est payant) ;
    • la durée de validité de l'offre ou du prix ;
    • dans le cas de fourniture durable ou périodique d'un produit ou d'un service, la durée minimale du contrat (exemple : abonnement à un magazine).

    Ces informations doivent vous être fournies de manière claire, compréhensible et non équivoque.

    INFORMATIONS SUR LE PROCESSUS D'ACHAT Pour vous permettre de vous y retrouver sur son site et sur le processus de conclusion du contrat, le prestataire doit vous informer :

    • des langues proposées pour la conclusion du contrat ;
    • des différentes étapes techniques à suivre pour conclure le contrat ;
    • de la manière de corriger vos erreurs avant que la commande ne soit passée ;
    • de l'archivage éventuel du contrat conclu et des conditions d'accès à cette archive après la passation de la commande.

    Ces informations doivent vous être fournies de manière claire, compréhensible et non équivoque. Les clauses contractuelles et les conditions générales communiquées au consommateur doivent l'être d'une manière qui lui permette de les conserver et de les reproduire.

    Contacts >

    Pour des infos sur les achats en ligne Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie  Rue du Progrès 50  1210 Bruxelles  Contact Center : 0800 120 33 (appel gratuit)  info.eco@economie.fgov.be economie.fgov.be

    En savoir plus >

    Source > http://www.belgopocket.be/