emplois

  • Imprimer

    EMPLOIS > NOUVEAUX ACCORDS > 2.500 EMPLOIS POUR DES WALLONS EN FLANDRE !

    Il n’est même pas nécessaire d’être bilingue

    Bonne nouvelle pour l’emploi : un accord vient d’être signé entre les ministres flamand et wallon de l’emploi afin de permettre aux travailleurs wallons de travailler en Flandre. Chaque année, 2.500 offres seront disponibles de l’autre côté de la frontière linguistique.  

    Aujourd’hui, la Flandre affiche un taux de chômage de 6,7 % alors qu’en Wallonie, on dépasse allègrement les 13 %. Certaines régions de Flandre-Occidentale parviennent même à rester sous les 2 %. Des chiffres qui ont donné à réfléchir aux deux ministres du Travail. Pierre-Yves Jeholet (MR) pour la Wallonie, et Philippe Muyters (N-VA) pour la Flandre viennent en effet de signer un plan d’action afin que davantage de Wallons passent la « frontière » linguistique pour travailler.

    Le plan s’articule autour de trois points : une meilleure synergie, plus de formations linguistiques et la mise en place d’une campagne de sensibilisation. De l’avis des deux ministres, cette nouvelle coopération est clairement une opération gagnant-gagnant : les offres d’emploi flamandes sont enfin occupées tandis que davantage de demandeurs d’emploi wallons retrouvent le chemin du travail. L’objectif est d’arriver à 2.500 travailleurs wallons alors qu’ils ne sont que 1.500 aujourd’hui.

    « La Flandre est en quasi … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce jeudi 08/02/2018

    Une formation gratuite

    Le besoin en main-d’œuvre est tellement important qu’il n’est plus nécessaire de parler le néerlandais pour postuler. Une des raisons qui faisaient que le nord du pays ne séduisait guère, jusqu’ici, les travailleurs du sud. Entre 2008 et 2015, le nombre de Wallons travaillant dans une entreprise flamande est en effet, passé de 68.000 à 50.000 selon le Forem.

    « Il y avait simplement moins La suite sur votre journal LA MEUSE de ce jeudi 08/02/2018

    … / … Le ministre flamand a lui-même demandé aux entreprises d’adoucir les conditions d’embauche afin de ne pas exclure un nombre trop important de candidats potentiels, en raison uniquement d’un problème de langue. « L’objectif est que les candidats wallons soient d’abord embauchés et qu’ils reçoivent plus tard, une formation en néerlandais sur leur lieu de travail », enchérit le ministre qui précise que la VDAB, l’équivalent flamand du Forem, financera ces cours ciblés.

    Le Forem veillera à une meilleure adéquation entre les profils existants et les postes vacants en Flandre, en gérant La suite sur votre journal LA MEUSE de ce jeudi 08/02/2018

    Si vous vivez à la frontière linguistique, les offres d’emploi risquent donc de se multiplier très rapidement.

    Source > Fanny Jacques sur votre journal LA MEUSE de ce jeudi 08/02/2018

  • Imprimer

    HANNUT > LE FUTUR MAGASIN LOLA LIZA RECRUTE 5 PERSONNES

    Le complexe commercial qui prend place dans l’ancien Intermarché se peaufine.

    Après Luxus et JBC, et avant le magasin de jouets Broze, c’est Lola Liza, un magasin de vêtements qui ouvrira ses portes. La MIRHW recrute 5 personnes pour occuper diverses fonctions.

    Au mois d’août, Luxus et JBC se sont installés sur le site de l’ancien Intermarché. Un site complètement transformé avec au total une superficie de 4.600 m², soit 1.000 m² de plus qu’auparavant, vu l’agrandissement réalisé. La structure du bâtiment a été préservée, mais la façade a été complètement revue, privilégiant le vitrage sur une bonne moitié de la hauteur du bâtiment.

    Au total, quatre commerces doivent prendre place dans cet espace. Broze a confirmé sa venue, mais avant cela, c’est une boutique de vêtements qui ouvrira ses portes le 24 mars prochain. Lola Liza est une marque belge disposant d’un parc de plus de 100 magasins au Bénélux et en France. « Notre ambition est de … >La suite pour les abonnés à la version digitale sur > http://huy-waremme.lameuse.be/183306/

    C’est la MIRHW (Mission Régionale Huy-Waremme) qui s’est chargée de lancer le processus de recrutement des 5 personnes qui seront affectées à la boutique Lola Liza de Hannut. Il s’agit d’un shop manager et de quatre vendeurs/vendeuses en prêt à porter.

    Engagé pour un contrat de 35 heures semaines, le shop manager aura en charge la gestion de l’équipe des quatre vendeurs. Ces derniers seront engagés au départ pour un contrat de 18 ou 20 heures par semaine.

    Les contrats sont proposés en CDD de trois mois au départ, mais un CDI est possible à terme.

    Les candidats doivent posséder un sens commercial développé, être dynamique, sociable et idéalement habiter dans la région de Huy-Waremme-Hannut.

    Active sur tout l’arrondissement, la MIRHW propose ses services, dont l’aide au recrutement, gratuitement aux entrepreneurs.

    Source > A.BT sur > http://huy-waremme.lameuse.be

    Les candidatures sont à envoyer à david.dejeneffe@mirhw.be. Les profils complets recherchés se trouvent sur www.mirhw.be et sur la page Facebook de la Mission Régionale Huy-Waremme.

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/183306

    Voir l’annonce de la MIRHW avec TOUT LES DETAILS d’emploi & les aptitudes nécessaires sur ce blog > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22

  • Imprimer

    HANNUT > CE JEUDI 30 NOVEMBRE > SÉANCE D’INFORMATION > CONSEILS D’ENTREPRISE DU FOREM

  • Imprimer

    VIVALDIS INTERIM ORGANISE UNE JOURNÉE DE L’EMPLOI ! - DE 13H30 À 17h30 LE 5 octobre 2017

    Venez décrocher votre futur emploi sur les salons Vivaldis Jobs ! 

    Conforté par le succès de la première édition, le bureau d’intérim réitère cette opération gratuite pour tous sur 4 lieux différents ! 

    Vivaldis vous offre 4 salons et 4 lieux où décrocher un job!

    Kinepolis Liège et Bruxelles, Imagix Tournai et l’Hôtel Van der Valk de Charleroi Airport accueilleront le jeudi 5 octobre prochain, les 4 salons de l’emploi organisés par Vivaldis, enseigne bien connue de l’intérim aux 64 agences en Belgique. De 13h30 à 17h30, sur 4 lieux équidistants couvrant la Wallonie et Bruxelles, vous pourrez partir à la rencontre des employeurs de votre région, et pourquoi pas, directement signer un contrat et décrocher un job! 

    Nous avons rencontré Raphaël Grignet, Cluster coach pour la Wallonie, qui nous a expliqué les raisons qui ont présidé à la naissance de cette journée de l’emploi et expliqué ce qui s’y passera concrètement. Il nous a également dressé un bilan de la première édition, et rappelé l’esprit et la philosophie qui prévalent dans l’entreprise anversoise.

    1. Grignet, pouvez-vous nous présenter Vivaldis en quelques mots ?

    « Vivaldis Interim a été créé il y a 26 ans à Anvers, et a donc dans un premier temps naturellement orienté son expansion vers la Flandre et Bruxelles. Croyant néanmoins beaucoup en nos potentialités de développement, la Wallonie était la suite logique. Nous y avons donc d’ores et déjà ouvert 8 agences, et sommes dans une perspective de croissance et de développement continu. Il est donc important dans cette optique de faire connaître Vivaldis au grand public et au monde économique, ce qui constitue une des raisons à l’origine de l’organisation de cette journée destinée à soutenir l’emploi en Wallonie. »

    Concrètement, pourquoi et comment est née cette idée de salon de l’emploi ?

    « Vivaldis a été créé en 1991 et a donc fêté ses 25 ans l’année passée. Pour marquer cet anniversaire, il nous a été demandé au cours d’un brainstorming de suggérer des idées. Quelqu’un a émis celle d’organiser notre propre salon de l’emploi, ce qui n’avait jamais été fait auparavant par une agence d’intérim. L’objectif était notamment d’accroître notre notoriété, mais aussi et surtout de rester dans notre core business, qui est avant tout de mettre les candidats au travail. Cette idée a suscité un vif enthousiasme, et comme c’est la … La suite sur votre journal 7Dimanche de ce 24/09/2017 > http://journal.sudinfo.be/journal.php

    LES 4 SALONS DE L’EMPLOI

    Parlez-nous de ces salons et de ce qui s’y passera concrètement ?

    « Vivaldis Jobs se fera en 2017 sur 4 lieux: Liège, Bruxelles, Charleroi et Tournai. Convaincus par le succès du concept, et confortés tant par nos partenaires - tous nos salons ont été réalisés avec le concours et le soutien du Forem, du CEFO (Carrefour Emploi Formation Orientation), de Bruxelles Formation, d’Actiris et du VDAB (l’équivalent du Forem en Flandre) - que nos visiteurs, nous avons ajouté un lieu (et déplacé un autre). Il est important de signaler que ces salons sont gratuits pour tous, visiteurs et exposants. Nous limitons par contre à un exposant par secteur d’activité, pour … La suite sur votre journal 7Dimanche de ce 24/09/2017 > http://journal.sudinfo.be/journal.php

    Infos et inscriptions :www.vivaldis.jobs

    Source > D.R. Sur 7Dimanche du 24/09/2017

  • Imprimer

    SAFRAN AERO BOOSTERS (EX TECHSPACE) A HERSTAL VA ENGAGER 280 PERSONNES

    Avec 678 millions de chiffres d’affaires et 1.450 personnes à son service, Safran Aero Boosters, poursuit son ascension en engageant 280 personnes supplémentaires sur deux ans.

    Un engagement qui s’explique par un développement conséquent des infrastructures de la boîte suite au succès des technologies aéronautiques qui y sont développées.

    La société Safran Aero Boosters (anciennement Techspace Aero) a débloqué 140 millions sur plusieurs années pour permettre son déploiement économique. « Il s’agit d’un plan industriel qui vise à préparer l’entreprise aux nouveaux boosters (compresseurs basse pression, ndlr) et équipements à produire dans les années futures. En effet, le carnet de commandes comprend différents boosters pour de nouveaux moteurs d’avion, dont un en particulier, le LEAP, destiné aux nouveaux moyen-courriers, qui connaît une montée en cadence assez exceptionnelle », explique Joëlle Wathelet, porte-parole. Avant de poursuivre que, « ce moteur de nouvelle génération répond aux besoins des grands avionneurs mondiaux avec des améliorations significatives en termes de performances énergétiques et environnementales. Il est entré en service sur l’A320neo en août 2016 et doit entrer en service en 2017 sur le 737 MAX de Boeing et en 2018 sur l’avion chinois C919 de COMAC. »

    Système de compagnonnage

    Un déploiement qui va de pair avec une revalorisation du personnel. Il va sans dire que la société est un des plus gros pourvoyeurs d’emploi. Après l’embauche de 140 personnes en 2016 dont 60 ouvriers spécialisés, 30 employés et 50 cadres, ce sont 280 profils supplémentaires qui devraient être engagés. « Safran Aero Boosters prévoit d’embaucher 280 personnes en deux ans. Il s’agit de métiers techniques de plus en plus difficiles à trouver sur le marché. Nous recherchons des usineurs, des soudeurs, des mécaniciens, des bacheliers en électromécanique et des ingénieurs. Une fois le profil recruté, nous le formons aux standards de l’aéronautique notamment par un parcours de compagnonnage en ce qui concerne les ouvriers. »

    L’entreprise reconnaît ainsi avoir … La suite pour les abonnés à la version digitale sur > http://liege.lameuse.be/104513

    Source > http://liege.lameuse.be/104513

    Premier contact sur > https://www.safran-aero-boosters.com/contact

    Proposition de Stage en entreprise > https://www.safran-aero-boosters.com/fr/offers/offres

    Actuellement > 46 offres en ligne > https://www.safran-aero-boosters.com/fr/offers

    Le site de la société > https://www.safran-aero-boosters.com/fr

  • Imprimer

    SAFRAN AERO BOOSTERS (EX TECHSPACE) A HERSTAL VA ENGAGER 280 PERSONNES

    Avec 678 millions de chiffres d’affaires et 1.450 personnes à son service, Safran Aero Boosters, poursuit son ascension en engageant 280 personnes supplémentaires sur deux ans.

    Un engagement qui s’explique par un développement conséquent des infrastructures de la boîte suite au succès des technologies aéronautiques qui y sont développées.

    La société Safran Aero Boosters (anciennement Techspace Aero) a débloqué 140 millions sur plusieurs années pour permettre son déploiement économique. « Il s’agit d’un plan industriel qui vise à préparer l’entreprise aux nouveaux boosters (compresseurs basse pression, ndlr) et équipements à produire dans les années futures. En effet, le carnet de commandes comprend différents boosters pour de nouveaux moteurs d’avion, dont un en particulier, le LEAP, destiné aux nouveaux moyen-courriers, qui connaît une montée en cadence assez exceptionnelle », explique Joëlle Wathelet, porte-parole. Avant de poursuivre que, « ce moteur de nouvelle génération répond aux besoins des grands avionneurs mondiaux avec des améliorations significatives en termes de performances énergétiques et environnementales. Il est entré en service sur l’A320neo en août 2016 et doit entrer en service en 2017 sur le 737 MAX de Boeing et en 2018 sur l’avion chinois C919 de COMAC. »

    Système de compagnonnage

    Un déploiement qui va de pair avec une revalorisation du personnel. Il va sans dire que la société est un des plus gros pourvoyeurs d’emploi. Après l’embauche de 140 personnes en 2016 dont 60 ouvriers spécialisés, 30 employés et 50 cadres, ce sont 280 profils supplémentaires qui devraient être engagés. « Safran Aero Boosters prévoit d’embaucher 280 personnes en deux ans. Il s’agit de métiers techniques de plus en plus difficiles à trouver sur le marché. Nous recherchons des usineurs, des soudeurs, des mécaniciens, des bacheliers en électromécanique et des ingénieurs. Une fois le profil recruté, nous le formons aux standards de l’aéronautique notamment par un parcours de compagnonnage en ce qui concerne les ouvriers. »

    L’entreprise reconnaît ainsi avoir … La suite pour les abonnés à la version digitale sur > http://liege.lameuse.be/104513

    Source > http://liege.lameuse.be/104513

    Premier contact sur > https://www.safran-aero-boosters.com/contact

    Proposition de Stage en entreprise > https://www.safran-aero-boosters.com/fr/offers/offres

    Actuellement > 46 offres en ligne > https://www.safran-aero-boosters.com/fr/offers

    Le site de la société > https://www.safran-aero-boosters.com/fr

  • Imprimer

    HANNUT > LES 25 OUVRIERS DE L’AURORE SAUVÉS !

    L’Entreprise de Travail Adapté termine l’année 2016 en positif, sans l’aide du CPAS. Du jamais vu

    Pour la toute première fois, l’Entreprise de Travail Adapté, l’Aurore de Hannut, clôture ses comptes en positif, sans intervention financière du CPAS. « Je pense que l’entreprise est remise sur pied », s’est félicité le président du CPAS, Pol Oter.

    Créée en 1974 pour occuper des travailleurs handicapés, l’entreprise de Travail Adapté L’Aurore de Hannut se porte mieux que jamais. Ce jeudi soir, lors du conseil communal, Pol Oter a présenté les comptes pour l’année 2016.

    À l’exercice propre, ils se clôturent avec un boni de 57.149 euros, sans intervention financière du CPAS. Fait assez rare pour être souligné. « Aussi loin que je me souvienne, c’est-à-dire au moins depuis 1994, l’ETA a toujours été en déficit et le CPAS a toujours dû intervenir pour rééquilibrer les comptes » , pointe le président du CPAS, heureux de pouvoir afficher des résultats aussi encourageants.

    Depuis 2007, l’apport financier du CPAS oscille entre 229.893 euros (en 1999) et 27.616 euros (en 2015). « Je pense que cette fois, l’ETA est remise sur pied » , s’est encore réjoui Pol Oter qui attribue cette bonne santé financière à la nouvelle politique menée ces dernières années. « Depuis 2013, nous avons réussi à trouver des solutions plus durables pour garantir des chantiers à l’entreprise » …. La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/06/2017

    À la merci des hivers

    Depuis 2010, les activités de l’Aurore sont centrées sur … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/06/2017

    100.000 euros/an

    Enfin, le président du CPAS mise beaucoup sur le projet … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/06/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/06/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/96302

  • Imprimer

    WALLONIE > EMPLOI : LES SECTEURS QUI EMBAUCHENT LE PLUS

    Offres d’emploi reçues au Forem en 2016 : + 37 %  

    L’emploi wallon a connu une nette embellie en 2016, selon le Forem. Celui-ci relève que les offres d’emploi qu’il a reçues en 2016 ont augmenté de 37 % par rapport à 2015. Et il détaille les secteurs qui ont été le plus dynamiques l’an passé.  

    Quels sont les secteurs qui embauchent en Wallonie ? Le Forem vient de sortir une nouvelle étude sur le marché de l’emploi avec une foule de chiffres clés. Et parmi ceux-ci, les offres d’emploi qu’il a reçu. On parle ici des offres reçues entre janvier et décembre 2016.

    L’an passé, le Forem a reçu 168.448 opportunités d’emploi, soit une hausse de 37 % par rapport à 2015. Avec un secteur qui progresse de manière spectaculaire : tout ce qui concerne les activités financières. Cela recouvre notamment des emplois dans des banques ou des assurances. Ce secteur a proposé 4.903 emplois en 2016 via le Forem, soit une augmentation de 95 % par rapport à l’année précédente. Le deuxième secteur en plus forte augmentation a été en 2016 celui des administrations publiques.

    Les propositions d’emploi y ont grimpé de 64 %. Deux secteurs liés aux services figurent donc en tête des plus grosses progressions. Aux troisième et quatrième places, on trouve la production et la distribution d’énergie (+60 % d’opportunités) et la construction (+ 46 % d’offres). Viennent ensuite les industries manufacturières, les transports et communications, l’immobilier, l’horeca, l’agriculture.

    Ceux qui embauchent le plus

    Si l’on prend les offres d’emploi en chiffres absolus (et non plus en augmentation par rapport à 2015), ce sont les industries manufacturières qui arrivent nettement en tête. Mécaniciens, opérateurs sur machines, bureautique… près de 30.000 opportunités en 2016.

    Vient ensuite le secteur du commerce (commerce de détail, alimentation, équipement de la personne, réassortisseurs…) et de la réparation automobile, avec 25.000 offres.

    Il précède tout juste l’immobilier et le service aux entreprises (24.600 opportunités). Puis on trouve la construction qui, avec plus de 14.000 offres, reste un gros pourvoyeur d’emplois en Wallonie. De même que le sont les secteurs de la santé (10.700), de l’ éducation (8.200) et des services collectifs et de l’ aide aux personnes (6.000).

    Selon le Forem, tout … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 06/03/2017

    Source > BENOÎT JACQUEMART sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 06/03/2017