e-commerce

  • L'E-COMMERCE PEUT-IL CREER DES EMPLOIS ?

    ECommerce_shutterstock_125785799.jpg

    Le commerce en ligne ne cesse de se développer, mais souvent au profit de géants opérant depuis l'étranger.

    L'e-commerce détruit-il, dès lors, les emplois en Belgique ? On n'en est pas convaincu chez Vanden Borre, qui a investi avec succès ce créneau, complémentaire à ses magasins, il y a dix ans déjà.

    Plus de 8 000 emplois perdus en un an. Tel est le constat récemment dressé par Comeos, la fédération du commerce en Belgique, qui évoquait le retard pris en matière d'e-commerce dans notre pays. Le commerçant belge rencontre de plus en plus de difficultés à faire front à la concurrence étrangère, assure Dominique Michel, CEO de Comeos. Les problèmes structurels auxquels le commerce est confronté sont accentués en ligne et ont un impact direct. Notre coût salarial est 20 % plus élevé qu’aux Pays-Bas, nous ne pouvons pas préparer les commandes la nuit, si bien que nous livrons de facto plus tard qu’à partir des pays voisins, et il est beaucoup plus compliqué de faire appel à du personnel supplémentaire lors des pics d’activité. Dans ces conditions, c’est souvent peine perdue.

    Le résultat ?Le commerçant belge qui souhaite demeurer compétitif délocalise de plus en plus souvent ses activités en ligne dans les pays voisins. En 2014, 42 % des dépenses en ligne des Belges se sont envolées à l’étranger, soit dans des webshops étrangers, soit vers des commerçants belges qui opèrent désormais à partir de l’étranger, poursuit Dominique Michel. Il s’agit d’une hausse de 71 % par rapport à 2012. L’année dernière, nous avons donc perdu 2,4 milliards d’euros et raté l’occasion de créer 8 302 emplois.

    Voilà pour le constat, qui induit forcément cette question : l'e-commerce est-il vraiment destructeur d'emplois ou peut-il au contraire en créer ? Pour en avoir le cœur net, nous avons interrogé une enseigne bien présente en Belgique, où elle emploie plus de 1 200 personnes : Vanden Borre, qui écoule ses produits (électronique et électroménager) non seulement par le biais de ses 60 magasins, mais aussi par celui d'un webshop qui leur est complémentaire.

    Cela fait plus de dix ans que nous avons développé cette complémentarité, commente Yannick Bouillon, directrice marketing et e-commerce de Vanden Borre. Il est vrai que les difficultés sont réelles en Belgique : en sus des points évoqués par Comeos, nous sommes confrontés à des investissements aussi importants pour un marché beaucoup plus étroit que celui de nos concurrents. Je devrais même dire : deux marchés, vu que tout le dialogue avec le consommateur, si important dans l'e-commerce (site web, newsletters, interactivité...), doit être réalisé en deux langues.

    Le choix posé par Vanden Borre, dans ce contexte, a consisté à magnifier ses propres atouts, notamment la proximité physique avec le client par le biais des magasins, qui différencient l'enseigne des pure players actifs uniquement en ligne. L'e-commerce est chez nous complètement intégré, de sorte que le client est totalement libre : il peut commander via notre webshop et se faire livrer en magasin, mais aussi commander en magasin un article qui n'y est pas disponible et se le faire livrer rapidement chez lui. Nous pensons que cette proximité est un véritable avantage : le client n'est pas abandonné à son sort devant son écran, mais a toujours la possibilité de rencontrer physiquement un interlocuteur.

    Les profils nécessaires – Vanden Borre continue de recruter – sont à l'avenant. Certains d'entre eux sont classiques, mais doivent intégrer une dimension e-commerce (un vendeur en magasin par exemple), d'autres sont très spécifiques. Par exemple, dans la logistique où des emplois ont été créés pour gérer les commandes au Lire la suite ici ...

    Source > http://www.references.be

  • HEC ULg > « IL EST URGENT DE COMBLER NOTRE RETARD » FORMATION « e-commerce »

    Wielfried_Niessens.jpg

    Les formations en e-commerce ne sont pas courantes dans notre pays.

    C'est précisément à la demande du marché que HEC-ULg, en partenariat avec le groupe Rossel notamment, a créé une chaire en digital marketing et e-commerce, dont les premières formations ont déjà démarré.

    Wilfried Niessen est le directeur général et le doyen de HEC-École de gestion de l'ULg. Il revient pour Références sur les motivations qui ont conduit à la mise sur pied de la chaire en digital marketing et e-commerce. Au menu : un master en digital marketing & sales management mais aussi une formation exécutive en digital marketing.

    Pourquoi avez-vous lancé cette chaire et ces formations ?

    Tout simplement pour répondre à un besoin qui n'était pas couvert ou de manière très incomplète. Les entreprises étaient clairement en demande de profils susceptibles de les aider à développer leurs activités en e-commerce. Cette demande était d'ailleurs d'autant plus pressante que le retard pris dans ces matières en Belgique était tout de même important et risquait de générer des conséquences très négatives.

    S'agit-il de formations managériales ou plutôt de cursus techniques ?

    Les deux dimensions sont incontournables et très intimement liées. Il est très compliqué de concevoir les bons outils si on n'a pas la compréhension du business model et, complémentairement, il est très compliqué de mettre en œuvre le modèle si on n'en maîtrise pas les outils...

    Quel est le public visé ?

    Nous nous adressons d'une part aux étudiants, en particulier celles et ceux qui souhaitent obtenir une spécialisation plus poussée dans ces matières auxquelles ils n'ont été exposés que de manière transversale dans le tronc commun de leurs études en gestion. Ils bénéficieront des apports de la chaire qui, en tant que telle, soutient la valeur scientifique de l'enseignement par le biais des recherches qui y sont menées, mais aussi des partenariats noués avec des acteurs majeurs comme Rossel, Selligent, PFSWeb, AWT et, last but not least, Google, qui a directement adhéré au projet. Inutile de dire que ces étudiants recevront plus que vraisemblablement une offre d'emploi bien avant la fin de leur cursus.

    Qu'en est-il des formations exécutive ?

    Ces formations s'adresseront dans le courant de l'année à des professionnels : des décideurs qui veulent travailler sur la définition stratégique de leur projet digital, des chefs de projets qui planchent sur la mise en place d'outils de digital marketing, voire à des personnes plus expérimentées qui y trouveront, par la confrontation avec des experts, les moyens de renforcer davantage encore l'efficacité de leurs actions.

    Un mot sur les thématiques abordées ?

    Le séminaire stratégique abordera LA question-clé : en quoi le marketing digital peut-il générer des avantages-clés pour votre entreprise ? Comment réfléchir, évaluer et préparer dès lors l'intégration du marketing digital dans votre stratégie commerciale et dans une connaissance plus qualitative de vos clients ? Le tout par le biais d'exemples concrets qui permettront aux participants, en quelques jours, de bien cerner les enjeux. Alors que le deuxième séminaire se focalisera sur les outils les plus adaptés dès lors qu'on a choisi de se lancer, le troisième s'adressera à un public plus averti soucieux d'actualiser, optimiser et continuer à développer ses projets en digital marketing. Ce dernier séminaire, qui bénéficiera de l'apport d'intervenants basé dans la Silicon Valley, s'adresse à des responsables en digital marketing, à des directeurs commerciaux, des responsables d'agences de marketing ou de communication, entre autres.

    Fondamentalement, qu'est-ce qui fait blocage en Belgique ? Certains évoquent des réglementations peu adaptées.

    Je pense qu'en affirmant cela, on prend le problème à l'envers. C'est un peu trop facile d'affirmer que le cadre empêche les entreprises d'investir, de prendre des initiatives. Je suis plutôt convaincu que certaines entreprises n'ont pas saisi à temps l'ampleur des bouleversements, à quel point l'e-commerce et le digital marketing allaient changer leur métier. Dès qu'elles en comprendront mieux les enjeux et à partir du moment où elles seront mieux outillées pour en saisir les opportunités, on verra si le cadre doit être adapté.

    La question de l'impact sur l'emploi n'est pas tranchée...

    N'ayant pas analysé précisément cette question, je me contenterai d'une impression : les mutations sont là, tout le monde les voit et pour l'instant elles profitent essentiellement à des géants qui ne créent pas beaucoup d'emplois chez nous. Nos entreprises n'ont alors d'autre choix que de s'adapter au risque sinon de disparaître ou d'être sérieusement malmenées. Si on aborde le sujet sous un angle plus optimiste, on ne peut s'empêcher de penser qu'il y a de sérieuses opportunités d'affaires, qui généreront forcément de l'emploi, y compris pour des moins qualifiés. Je pense à la logistique par exemple, puisqu'au final, il faut tout de même bien livrer les produits...

    Source > Benoît July > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be

  • LA BOUTIQUE EN LIGNE DES COMMERÇANTS HANNUTOIS C’EST PARTIiiiii !

    Projet21.jpg

    HANNUT SE TRANSFORME EN VILLE E-COMMERCE

    C’est une première en Belgique !

    L’union des commerçants hannutois équipe ses commerçants d’une solution mutualisée d’e-commerce de proximité > C’est > ICI > http://www.4280.be/

    NearShop a été choisi par l’Union des Commerçants du Centre de Hannut (UCCH) pour transformer le site www.4280.be en véritable plateforme e-commerce. Ce site permet aux internautes d’acheter des centaines de produits originaux sélectionnés par les commerçants de la ville. Lancé à l’occasion de la Saint Valentin, il est habillé d’un layout rouge, adapté à cette occasion.

    Cette plateforme de commerce communautaire va permettre aux 200 commerçants du centre-ville d’être référencés gratuitement. Uniquement ceux qui veulent vendre en ligne paieront une cotisation mensuelle de 29eur ou 59 €, de quoi faire ses premiers pas vers l’e-commerce pour un budget très raisonnable. 

    « Hannut est une ville dynamique en pleine expansion et nos commerçants exploitaient déjà les réseaux sociaux pour communiquer avec leur clientèle » explique Nicolas Corthouts, président de l’Union des Commerçants. Dès la présentation du projet, plusieurs commerçants ont rapidement adhéré au service : Au pays des rêves, Art et Graphe, Bag a–t-elle, D’ici et d’ailleurs, Hardenne-Davin, Autre Chose et Katimini.

    4280.be C’est aussi sur facebook > https://www.facebook.com/4280.be

    La ville de Hannut se montre enthousiaste et « Dès sa conception, nous avons veillé à libérer au maximum le commerçant des tâches administratives liées à l’e-commerce et à offrir au citoyen le choix de la livraison en magasin ou à domicile » explique Vincent Bultot, fondateur de NearShop.

    Les autorités communales souhaitent soutenir cette initiative et l’asbl Gestion Centre-Ville réfléchit à diverses solutions pour aider les commerçants : distribution de flyers, construction d’une « light box » pour photographier les produits …

    La solution Nearshop répond à la demande des pouvoirs locaux qui souhaitent s’engager dans la dynamique des Smart Cities, en fournissant à leurs commerçants une solution novatrice qui favorise le développement du commerce et de l’économie au sein de la commune.

    A propos de NearShop > http://www.nearshop.be/

    Créée en 2012 et subsidiée par la Région Wallonne, NearShop a réussi à fédérer près de 200 commerçants dans plus de 15 villes belges. NearShop a l’ambition de s’étendre dans 5 pays européens en 2014.

    Contact: Vincent BULTOT, CEO & Founder – Tel : 019/86 60 00

    A propos de l’Union des Commerçants du Centre de Hannut (UCCH) C’est > ICI > http://www.4280.be/

    L’UCCH est une asbl dont l’objectif est de promouvoir le commerce du centre de Hannut au travers d’activités régulières (braderies, la nuit des soldes, etc.) et l’utilisation des nouvelles technologies.

    Contact: Nicolas CORTHOUTS, Président - Tel : 0478/29 04 88

    Source > http://www.4280.be/fr/fabriquant/products/id/447

    Le site sur Facebook > https://www.facebook.com/nearshop.belgique?ref=stream&fref=nf

    Le site d’origine > http://www.nearshop.be/

  • HANNUT SE TRANSFORME EN VILLE E-COMMERCE POUR LA SAINT-VALENTIN

    Projet1d.jpg

    C’est une première en Belgique !

    L’union des commerçants hannutois équipe ses commerçants d’une solution mutualisée d’e-commerce de proximité

    C’est > ICI > http://www.4280.be/

    NearShop a été choisi par l’Union des Commerçants du Centre de Hannut (UCCH) pour transformer le site www.4280.be en véritable plateforme e-commerce. Ce site permet aux internautes d’acheter des centaines de produits originaux sélectionnés par les commerçants de la ville. Lancé à l’occasion de la Saint Valentin, il est habillé d’un layout rouge, adapté à cette occasion.

    hannut,blog,jcd,première,e-commerceCette plateforme de commerce communautaire va permettre aux 200 commerçants du centre-ville d’être référencés gratuitement. Uniquement ceux qui veulent vendre en ligne paieront une cotisation mensuelle de 29eur ou 59 €, de quoi faire ses premiers pas vers l’e-commerce pour un budget très raisonnable. 

    « Hannut est une ville dynamique en pleine expansion et nos commerçants exploitaient déjà les réseaux sociaux pour communiquer avec leur clientèle » explique NicolasCorthouts, président de l’Union des Commerçants. Dès la présentation du projet, plusieurscommerçants ont rapidement adhéré au service : Au pays des rêves, Art et Graphe, Bag a–t-elle, D’ici et d’ailleurs, Hardenne-Davin, Autre Chose et Katimini.

    4280.be C’est aussi sur facebook > https://www.facebook.com/4280.be

    La ville de Hannut se montre enthousiaste et « Dès sa conception, nous avons veillé à libérer au maximum le commerçant des tâches administratives liées à l’e-commerce et à offrir au citoyen le choix de la livraison en magasinou à domicile » explique Vincent Bultot, fondateur de NearShop.

    Les autorités communales souhaitent soutenir cette initiative et l’asbl Gestion Centre-Ville réfléchit à diverses solutions pour aider les commerçants : distribution de flyers, construction d’une « light box » pour photographier les produits …

    La solution Nearshop répond à la demande des pouvoirs locaux qui souhaitent s’engager dans la dynamique des Smart Cities, en fournissant à leurs commerçants une solution novatrice qui favorise le développement du commerce et de l’économie au sein de la commune.

    A propos de NearShop > http://www.nearshop.be/

    Créée en 2012 et subsidiée par la Région Wallonne, NearShop a réussi à fédérer près de 200 commerçants dans plus de 15 villes belges. NearShop a l’ambition de s’étendre dans 5 pays européens en 2014.

    Contact: Vincent BULTOT, CEO & Founder – Tel : 019/86 60 00

    A propos de l’Union des Commerçants du Centre de Hannut (UCCH)

    L’UCCH est une asbl dont l’objectif est de promouvoir le commerce du centre de Hannut au travers d’activités régulières (braderies, la nuit des soldes, etc.) et l’utilisation des nouvelles technologies.

    Contact: Nicolas CORTHOUTS, Président - Tel : 0478/29 04 88